Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat pour “comme une aurore dans la brume”

Rebonjour voici une seconde chronique concernant : "LA HACHE"

« LA HACHE »

Alain GERBER

RAMSAY EDITIONS

23 avril 2019

250 pages

 

 

Présentation

 

Un sous-lieutenant français se trouve affecté avec trois autres soldats dans la zone occupée par l’armée d’un pays imaginaire qu’on imagine être situé en Europe de l’Est, sans doute de confession orthodoxe, peut-être la Serbie, car il y a un pope au village. Il est logé dans une ferme où habite un fermier, sa femme et sa fille adolescente. Un crime de guerre a eu lieu dans cette région, mais on ignore quels en sont les coupables. L’officier passe son séjour entre l’ennui de cet exil, dans un lieu peu hospitalier, avec les locaux dont il ne parle pas la langue, et les soldats placés sous ses ordres avec lesquels il n’a rien en commun. Un jeu de séduction s’instaure avec la jeune fille qui l’observe en cachette lorsqu’il prend son bain, bien vite interrompu par le père qui, pour couper son bois, manie une hache au fer étincelant. Peu à peu, se révèle la vérité sur ce qui s’est passé dans ce village, avec la découverte d’un charnier. Comme toujours chez Alain Gerber, l’intrigue a moins d’importance que la psychologie extrêmement subtile des personnages, la narration jouant sur les non-dits, les ellipses, les silences. Rien n’est clairement révélé, tout est suggéré, laissant au lecteur le soin de combler les vides du récit. Tout cela servi par une écriture belle et limpide, servie par un style inimitable.


 

L'auteur

Alain GERBER : Chroniqueur et critique de jazz à France Musique et France Culture,. Alain GERBER est également romancier et nouvelliste ; il a publié près de trente ouvrages qui lui ont valu de nombreux prix littéraires, notamment le prix du roman populiste en 1982, le pris Goncourt de la nouvelle en 1984, l’Interallié en 1989 pour Le Verger du diable et le Grand Prix du roman de la ville de Paris pour l'ensemble de son œuvre.


 

Mon avis


 

Je remercie RAMSAY Editions et en particulier Christophe de m'avoir permis de lire, en service de presse, « La Hache », roman d'Alain GERBER, auteur dont j'ai découvert la plume majestueuse lors de la lecture en 2018 de « Souvenirs d'une invisible ».


 


 

C'est dans un genre totalement différent de ses précédents ouvrages que l'auteur nous fait découvrir « La Hache ».


 

Nous nous trouvons ,  a priori, dans un pays imaginaire d'Europe situé à l'est et c'est sous forme de récit que Alain GERBER nous présente les protagonistes de son livre. Le personnage principal est un officier français qui avec trois soldats, se trouve affecté dans une zone occupée par l'armée, territoire ô demeurant fort inhospitalier. Il est hébergé par un couple de fermiers et leur fille qui sont plutôt bizarres et ne parlent pas sa langue. Que cachent-ils ? A quoi a bien pu servir cette « hache » ?


 

L'auteur dresse une fine analyse des traits psychologiques de ses personnages et provoque également une atmosphère sombre et énigmatique à son récit qui, comme les paysages enneigés de cette région, est froid et mystérieux...


 

J'ai lu avec plaisir ce roman très bien écrit mais j'ai toutefois préféré le style de « Souvenirs d'une invisible » qui correspond mieux à mes goûts littéraires. Toutefois ce roman séduira, j'en suis certaine, les férus du genre.


 

Bon moment de lecture.

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "LA PERLE DE L'EST"

« LA PERLE DE L'EST »

Gérard GEORGES

Editions RAMSAY

20 septembre 2019

288 pages

 

Présentation

 

Hiver 1996 en Auvergne. Hiver particulièrement rude, avec un enneigement considérable. Marcellin Latour, la soixantaine, veuf et ancien professeur de Lettres, homme bourru, un peu réac, vit dans une maison à l’orée d’un bois, dans la montagne. En ce matin de novembre, le téléphone sonne : c’est la gendarmerie de Saint-Pierre-sur-Dorette. Une jeune femme, originaire d’Europe de l’Est, est recherchée. Elle aurait été aperçue aux abords le la maison de Marcellin. Celui-ci apprend qu’elle est polonaise et la découvre réfugiée dans sa grange. Quel choc ! Comme cette jeune femme prénommée Maryla, ressemble à son épouse Mariette, décédée il y a une vingtaine d’années ! Un dilemme se pose alors à Marcellin : quelle décision doit-il prendre, sachant qu’elle est activement recherchée par la gendarmerie? Et, d’ailleurs, pourquoi est-elle recherchée? Qu’a-t-elle commis de tellement répréhensible ? La clé de ces interrogations se trouve peut-être en Pologne dans un passé un peu trouble de Maryla et ce ceux qui gravitaient autour d’elle au cours de ces derniers mois. Mais cette histoire va aussi montrer la passion inavouée (et peut-être inavouable) d’un homme qui entre dans la vieillesse pour une jeune femme étrangère que tout le monde semble rejeter.
 

L'auteur


Ayant plus de trente ouvrages à son actif (romans, nouvelles et poèmes), Gérard GEORGES est un écrivain à succès, reconnu par ses pairs et que le grand Jean ANGLADE lui-même, avant de partir pour un autre monde, avait reconnu comme étant son héritier spirituel. Ce roman ne pourra qu'attirer à l'auteur un public nouveau, tout en lui conservant un lectorat fidèle.

 

 

Mon avis

 

Je remercie RAMSAY Editions et en particulier Christophe de m'avoir permis de lire, en avant-première, en service de presse « La Perle de l'Est », roman de Gérard GEORGES et ainsi de découvrir la plume fluide et majestueuse de cet auteur.

Gérard GEORGES nous emmène en 1996, en Auvergne où Marcellin, retraité de l'Education Nationale et veuf depuis une vingtaine d'années, vit seul avec sa chienne Gaïa. Marcellin est solitaire et a pour habitude de se rendre chaque matin au café de son village pour acheter son pain et son journal..


Sa petite vie tranquille est toutefois bouleversée lorsqu'il reçoit un appel téléphonique de la gendarmerie lui signalant qu'une jeune femme originaire de l'Europe de l'Est, qu'ils recherchent, aurait été vue près de chez lui.

 

Qui est la jeune Maryla ? Quels méfaits a-t-elle bien pu commettre ?

 

L'auteur décrit avec moult détails les paysages enneigés de l'Auvergne et l'on imagine aisément les grandes étendues neigeuses et l'on ressent vraiment le froid par ses mots....

Il dresse également un portrait précis tant physique que psychologique des protagonistes de son roman les rendant ainsi vrais et attachants pour certains mais détestables pour d'autres.

 

J'ai bien aimé la restitution des dialogues des habitués de bars en milieu rural et souri lors de certains passages !

 

L'histoire est sympathique et le suspense bien mené, l'auteur distille avec parcimonie, au fil des confidences de Maryla et ce tout en nous faisant voyager en Pologne, des informations nous permettant de découvrir le passé de l'intéressée et nous donne ainsi l'envie de poursuivre au plus vite notre lecture.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman original, très bien écrit, empli de tendresse que j’ai lu d'une traite et avec lequel j'ai passé un bon moment de lecture.

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mardi voici ma chronique concernant : "LE REVE DE TOINET"

« LE REVE DE TOINET »

Mireille PLUCHARD

Editions PRESSES DE LA CITE

Terres de France

12 septembre 2019

304 pages

 

Présentation

 

Rien ne prédestinait Toinet, jeune chevrier cévenol, à quitter le mas familial et son village. Mais nous sommes au début du XVIIIème siècle, embrasé par les guerres de Religion.. Toinet entre en apprentissage chez Maître Roque, où il trouve sa voie : travailler cette argile qu'il façonne, jour après jour, avec habileté. Puis il est placé chez un potier d'Anduze, peu scrupuleux. A la foire de Beaucaire, lors d'une étape dans son tour de France de compagnon du Devoir, le jeune aspirant tombe en extase devant des vases Médicis. Il n'a jamais vu de pièces de céramique aussi finement ouvragées. Cette vision le trouble, comme celle de la rousse Apolline...

Beau roman d'initiation, Le Rêve de Toinet exhale un parfum authentique de traditions et de culture cévenoles.

L'auteure

Passionnée d’Histoire et d'histoires, Mireille Pluchard est l’auteur des romans Le Petit BâtardLe Puits Sans-Nom et Les Sentes buissonnières, qui ont connu un vif succès. Elle a également publié Le Miroir d’AmélieLe Choix de Diane, et Les Souffleurs de rêves aux Presses de la Cité.

TO

Mon avis

 

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Le Rêve de Toinet », roman de Mireille PLUCHARD dont j'ai découvert la plume fluide et majestueuse lors de la lecture de ses précédents romans « Les Chemins de promesse », « L'Echarpe de la promise », « Le Petit bâtard » et «Le Miroir d'Amélie ». Je remercie également Mireille PLUCHARD pour la très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.

La très jolie couverture m'a de suite interpellée.

Mireille PLUCHARD nous transporte au XVIIIème siècle dans les Cévennes où nous faisons connaissance avec Jacquette Rouvet qui, au décès de son époux, se voit dépouillée de la ferme où elle vit avec ses deux enfants : Chantelone et son frère Antoine – dit Toinet- Mais quel sera le rêve de Toinet ?

L'auteure nous conte avec ses si jolis mots le destin de ce jeune garçon qui aurait du, comme ses ancêtres, devenir chevrier et qui va apprendre à faire des poteries.

L'histoire est belle, originale, les personnages vrais et attachants. Mireille PLUCHARD décrit à merveille et avec moult détails, le métier de potier et la fabrication des vases Médicis, les conflits liés aux guerres de Religion, les us et coutumes de l'époque nous rappelant ainsi que la vie de nos ancêtres n'était pas facile..

J'ai bien aimé ce roman régional historique très bien documenté et écrit, émouvant car empli d'amour et d'amitié, aux multiples rebondissements qui tiennent en haleine jusqu'au dénouement.

 

Un bon moment de lecture.

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui samedi je vous propose ma chronique concernant : 'DEUX FRERES"

« DEUX FRERES »

Ninon AMEY

Auto-Edition

9 novembre 2019

109 pages

 

Présentation

 

La patronne d’Eleanor lui lance un ultimatum : la jeune journaliste doit rédiger un article digne de ce nom ou elle se retrouvera au chômage. Joachim Arthaud, riche homme d’affaires, lui propose alors un sujet qui lui permettra de sauver son emploi.


La jeune femme se retrouve donc au milieu d’un groupe d’influenceuses beauté pour un séjour à la montagne, dans le fief de « Maquillage Perfection ».


Pour elle, c’est l’occasion rêvée d’en apprendre un peu plus sur les deux frères à la tête de l’entreprise, pour lesquels elle éprouve d’ailleurs des sentiments bien différents. Seul bémol : elle ne peut confier à personne la véritable raison de sa présence.


La vérité est-elle aussi simple qu’il n’y paraît ?

 

L'auteure

 

La trentaine, un mari, des enfants, plusieurs vies en une....
Ecrire l'a aidée à trouver son équilibre, elle ne pourrait plus s'en passer...
Après avoir obtenu le troisième prix du concours de romans sur les faits divers organisé par Librinova en 2017 avec L'empreinte du passé, paru en novembre de la même année, Ninon Amey se lance dans l'autoédition avec des romances contemporaines émouvantes et aborde, d'une plume douce et sensible, des thèmes qui lui tiennent à coeur comme le deuil, la résilience, ou encore les secrets de famille. L'amitié, la famille et l'amour ont toujours une place centrale dans ses histoires, qui savent captiver le lecteur dès les premières pages.
Toi qui manques à ma vie, son recueil de deux nouvelles très courtes, autobiographiques, est un hommage à son frère jumeau, décédé in-utéro.
Pour ne rien rater de son actualité : www.ninonamey.com

 

Mon avis


Je remercie Ninon AMEY de m'avoir permis de lire, en service de presse, son dernier ouvrage « Deux Frères ». J'ai lu un grand nombre de romans de cette auteure tant j'aime sa plume simple, fluide et sensible. Je n'avais encore jamais lu de « novella » mais ce nouveau défi m'a de suite intéressée et je n'ai vraiment pas été déçue. Un seul petit point : j'ai regretté que l'histoire ne soit pas un petit peu plus longue.. Il faut dire que j'aime beaucoup les gros pavés mais ceci n'enlève toutefois rien à la qualité de ce livre.


 

Ninon AMEY nous présente Eleanor (Léa), jeune journaliste qui, suite à sa rencontre imprévue avec Joachim, PDG d'une importante société de cosmétiques, se voit confier la rédaction d'un article relatif à un événement qui se déroule dans un luxueux chalet à la montagne et qui rassemble des youtubeuses spécialisées dans les produits de beauté.

Tous les ingrédients semblent être réunis pour passer un bon moment en alternant travail et détente surtout lorsque Théodore, le frère de Joachim fait son apparition... Lequel des deux « beaux gosses » réussira-t-il à faire chavirer le cœur de notre héroïne ?


 

J'ai beaucoup aimé ce roman original, émouvant, très bien écrit et ponctué d'une touche d'humour, qui fait un bien fou au cœur. Une romance tout en douceur que j'ai dégustée mais toutefois lue d'une traite tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement, au demeurant très surprenant.


 

Si, comme moi, vous aimez les belles histoires d'amour aux multiples rebondissements, mêlant secrets de famille et amitié, découverte de beaux paysages enneigés, cette novella moderne et pétillante ne pourra que vous séduire.


Très bon moment de lecture.

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "L'HEUREUSE PROVIDENCE"

« L'HEUREUSE PROVIDENCE »

Michel LACOMBE

DE BOREE

13 juin 2019

464 pages

 

Présentation

 

Confiée toute jeune à un riche couple de Parisiens en mal d'enfants contre une rente miraculeuse pour son père Ludovic, maître du modeste domaine de Kernadic, Gwenn Le Braz devient institutrice après des études brillantes à l'école normale. Alors que depuis dix ans elle n'a plus revu son père, furieux de son engagement dans l'enseignement laïc, elle apprend qu’il est sur le point de vendre ses terres en raison de la construction d'un barrage. A l’annonce de cette nouvelle, Gwenn est parcourue d'une étrange sensation qui va la ramener dans sa Bretagne natale pour venir au secours du domaine...

L'auteur

Michel LACOMBE a toujours écrit, et le succès lui vient dès son premier roman « Le Retour au mas', couronné par le prix des Automnales en 2004. Depuis ce passionné d'histoire,archéologie, de préhistoire, de nature et de sciences a publié une trentaine de livres. Es « romans de vie », comme il les appelle, où il s'attache à faire ressentir au plus près ce que vivent ses personnages, lui ont valu la reconnaissance d'un lectorat fidèle.


 

Mon avis

Je remercie les Editions DE BOREE et en particulier Virginie pour l'envoi en service de presse de « L'Heureuse providence », roman de Michel LACOMBE dont j'avais découvert la plume fluide et précise lors de la lecture de « La Rebouteuse » et « Le Domaine des Rochettes ».


 

Michel LACOMBE nous emmène en Bretagne entre les deux guerres, où nous faisons connaissance avec la famille Le Braz : Ludovic le père et ses cinq enfants. La vie à la ferme est difficile depuis le décès de la mère. Ainsi, lorsqu'un couple de Parisiens fortunés, sans enfant, Loanne et Antoine Pasquier lui proposent de prendre la jeune Gwenn à leur service moyennant un bon revenu, Ludovic accepte de suite et voit partir sa fille.

Quel sera l'avenir cette petite paysanne ?


 

Nous suivons le destin de Gwenn, ses peines, ses joies, ses doutes, ses espoirs et au fil du temps sa métamorphose.


 

L'auteur, comme à son habitude, nous fait voyager au fil de ses jolis mots, dans le temps et de la Bretagne à Paris. Il décrit avec moult détails les traits tant physiques que psychologiques des protagonistes de son roman, les rendant vrais et attachants mais également la beauté des paysages bretons, la vie dans les petites exploitations, les coutumes et mentalités de l'époque.


L'histoire est belle, intéressante et addictive, ainsi le pages se tournent très vite tant on a hâte de connaître le dénouement.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman historique régional, très bien écrit et documenté, qui aborde divers thèmes tels que l'adoption, la religion, la condition féminine, la vie des institutrices en milieu rural, la Seconde Guerre Mondiale..


 

Un très bon moment de lecture.

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui vendredi voici ma chronique concernant : LA PETITE BIBLIOTHEQUE DU BONHEUR

« LA PETITE BIBLIOTHÈQUE DU BONHEUR »

Felicity HAYES-McCOY

MONPOCHE

Editions de BOREE

3 octobre 2019

504 pages

Présentation

 

Hannah Casey menait une vie dorée, à Londres, jusqu'à ce qu'elle surprenne son mari avec une autre femme. Bouleversée, elle rentre chez sa mère, dans son village natal, sur la côte ouest de l'Irlande, et travaille comme bibliothécaire. Cependant, ce nouveau départ, à 51 ans, est loin d'être facile. Pour tourner la page, elle décide de s'installer dans la maisonnette délabrée qui lui a léguée sa grand-tante : pour la rénovation, elle n'a d'autre choix que d'accepter l'aide de Fury, un maçon atypique. Grâce à lui, Hannah découvre peu à peu la vie farfelue du village, les personnalités attachantes qui le composent, mais aussi les liens forts unissant ces familles isolées dans la campagne irlandaise. Quand elle apprend que la bibliothèque est menacée de fermeture, Hannah sait qu'elle pourra compter sur ses nouveaux amis pour l'aider à se battre et à surmonter cette épreuve.

 

L'auteure

Felicity Hayes-McCoy est une auteure née en 1954 à Dublin. Elle a étudié la littérature anglaise et irlandaise à l'université de Dublin et a ensuite travaillé au Royaume-Uni comme écrivain et actrice.
Elle a écrit des livres, des scénarios pour la télévision des pièces pour la radio, des documentaires, des pièces de théâtre et des scénarios de cinéma.
Elle est l'auteur de The house on an Irish hillside, un livre de mémoires.

Son blog : felicityhayes-mccoy.blogspot.com

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions MONPOCHE/de BOREE et en particulier Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « La Petite bibliothèque du bonheur ». La jolie couverture et le titre m'ont de suite interpellée. Il faut dire que je suis passionnée par tout ce qui a trait à la lecture et aux bibliothèques !

 

L'auteure nous présente Hanna, la cinquantaine, qui vivait tranquillement à Londres avec son époux jusqu'au jour où celui-ci l'a trompée.. Après son divorce elle est retournée vivre chez sa mère en Irlande mais les relations entre les deux femmes se sont révélées conflictuelles.

 

Hanna occupe un poste de bibliothécaire dans sa ville natale et cherche à donner un nouveau sens à sa vie. Parviendra-t-elle à trouver sa place parmi les habitants de la bourgade ? Sera-t-elle heureuse dans la maison, située face à l'océan, que lui a léguée sa tante ?

 

L'intrigue est intéressante et les dialogues fort sympathiques faisant passer le lecteur du rire aux larmes.

 

L'auteure décrit à merveille les beaux paysages d'Irlande que l'on peut ainsi imaginer aisément au fil de ses mots. Il en est de même pour les nombreux personnages, hauts en couleur, dont elle dresse un portrait précis, les rendant attachants et authentiques.

 

J'ai bien aimé ce roman feel-good empli d'espoir et d'optimisme qui se lit facilement et avec lequel j'ai passé un bon moment.


Voici un premier roman prometteur qui me donne bien envie de découvrir les prochains livres de Felicity Hayes-McCOY.

 

 

 

Voir les commentaires

FICHE LECTEUR COMPULSIF : CATHERINE MARIUZZO

FICHE LECTEUR (JOUR 34)

 

« ES-TU UNE LECTRICE COMPULSIVE ? »

 

QUESTIONS pour Catherine MARIUZZO

 

 

JM : -A quel âge as-tu commencé à lire ?

 

Catherine : Je ne m’en souviens plus mais maman m’a raconté une anecdote lorsque j’avais 2 / 3 ans, elle me lisait toujours des histoires en me faisant suivre avec le doigt. Comme tous les enfants quand j’aimais une histoire il fallait la lire au moins 15 fois. Et il paraît qu’elle n’avait pas intérêt à se tromper de mot car je protestais.

 

JM : - Es-tu une acheteuse compulsive de livres ?

 

Catherine : tu ne le diras à personne, cela reste entre nous ? oui

 

JM : - Où as-tu l'habitude d'acheter tes livres ?

 

Catherine : Partout à la librairie de mon quartier, dans des vide-greniers, sur un site de vente par correspondance

 

JM : - Quel format de lecture préfères-tu : numérique ou papier ?

 

Catherine : je préfère encore le papier même si je trouve de gros avantages au numérique la nuit et pour les voyages

 

JM : - Est-ce que tu achètes des livres neufs ou d'occasion et pourquoi ?

 

Catherine : neufs d’occasion, ceux qui me plaisent en fait ou que j’ai envie de lire et c’est l’occasion qui fait le larron. Et je ne sais pas résister à l’appel du livre.

 

 

 

 

 

JM : - A combien de livres s'élève ta PAL ?

 

Catherine : chut il ne faut pas leur faire peur (400 dans la liseuse et bien plus en papier)

 

 

JM : Peux-tu nous dire les titres des trois prochains livres que tu as hâte de lire ?

 

Catherine :tous c’est bien cela mon problème. Mais je fais un petit cahier où je note (depuis peu) toutes mes entrées, car comme je commence à être un peu connue, je reçois quelques services de presse que je me dois de lire rapidement donc pour m’y retrouver je suis obligée d’être un peu organisée.

 

JM : - Quels sont tes genres de lectures ?

 

Catherine : de tous sauf de la romance et encore sauf si vraiment elle est trop cruche à mon goût, car il y a des romances que j’apprécie.

 

JM : - Est-ce que tu lis plusieurs romans en même temps ?

 

Catherine : oui toujours 3 au minimum un pour les transports en commun, un pour le soir dans mon lit avant de dormir, un pour la nuit sur la liseuse en cas d’insomnie et parfois un sur mon ordi pour faire de la béta lecture ;

 

 

JM : - Combien lis-tu en moyenne d'ouvrages par mois ?

 

Catherine : une quinzaine

 

 

JM : - Est-ce qu'il t'arrive de lire le soir puis une grande partie de la nuit jusqu'à t'endormir au petit matin ?

 

 

Catherine : non je ne le fais plus, je vieillis et les nuits blanches ne sont plus pour moi.

 

 

JM : - Qu'est-ce qui te décide à choisir un livre plutôt qu'un autre – la couverture ? le nom de l'auteur ? Le résumé ?

 

Catherine : le conseil de mon libraire, de mes copines, le titre, une rencontre avec l’auteur, si j’ai aimé un titre précédent bref tout

 

 

JM : - Est-ce qu'il t'arrive de prêter tes livres ?

 

Catherine : oui je prête, je donne, je dépose en boites à livres, je vends. Un livre doit être libre

 

 

JM : - Si tu étais un livre, un personnage féminin, un personnage masculin : tu serais... ?

 

Catherine : les mille et une nuits pour la multitude d’histoires Shéhérazade qui les raconte et le roi qui les écoute

 

 

JM : - Penses-tu être une lectrice compulsive ?

 

Catherine : pas du tout ! juste une amoureuse des livres

 

 

Voici les réponses données par Catherine MARIUZZO.

 

 

 

Voir les commentaires

Rebonjour voici ma seconde chronique du dimanche concernant : "LA LIBERTE DE NOUS AIMER"

« LA LIBERTE DE NOUS AIMER »

Ninon AMEY

Auto-Edition

4 mai 2019

232 pages

 

Présentation

 

Et si on vous proposait de correspondre avec un détenu ? Tenteriez-vous l’expérience ?

 
Abigaïl, une jeune femme passionnée par les mots, décide de rentrer dans ce programme expérimental mis en place par la prison locale. Si cette expérience est pour elle l’opportunité de s’adonner à son amour de la prose, pour son correspondant, David, elle représente surtout une bouffée d’oxygène dans son quotidien morose.

D’échanges timides en confidences intimes, un lien particulier va progressivement se tisser entre eux. L’une des règles du programme est pourtant claire : ils n’ont pas le droit de tomber amoureux.


Entre échange de lettres et d’e-mails, plongez au cœur d’un roman épistolaire moderne, dans lequel l’amitié, l’amour et la famille occupent une place centrale.

 

L'auteure

La trentaine, un mari, des enfants, plusieurs vies en une....

Ecrire l'a aidée à trouver son équilibre, elle ne pourrait plus s'en passer...

Après avoir obtenu le troisième prix du concours de romans sur les faits divers organisé par Librinova en 2017 avec L'empreinte du passé, paru en novembre de la même année, Ninon Amey se lance dans l'autoédition avec des romances contemporaines émouvantes et aborde, d'une plume douce et sensible, des thèmes qui lui tiennent à coeur comme le deuil, la résilience, ou encore les secrets de famille. L'amitié, la famille et l'amour ont toujours une place centrale dans ses histoires, qui savent captiver le lecteur dès les premières pages. 

Toi qui manques à ma vie, son recueil de deux nouvelles très courtes, autobiographiques, est un hommage à son frère jumeau, décédé in-utéro.

 

Mon avis

Je remercie Ninon AMEY de m'avoir permis de lire, en service de presse, son roman « La Liberté de nous aimer ». J'ai découvert la plume simple, fluide et sensible de cette auteure lors de la lecture de « Les Lettres à Juliette ».


 

Dans un genre différent de ses précédents livres, l'auteure nous présente un roman épistolaire et, bien que peu habituée à ce genre de lecture, je me suis laissée tenter et j'ai de suite été portée par les mots de Ninon.


 

C'est ainsi, qu'au travers d'échanges de lettres et de mel, nous découvrons la vie d'Abigaël et David. Abigaël, jeune femme âgée de 28 ans, célibataire, accepte d'expérimenter un programme mis en place par une maison d'arrêt et correspond avec David, la cinquantaine, détenu dans cette prison pour une peine légère.


 

Leurs échanges sont amicaux et au fil du temps, chacun attend avec impatience, comme le lecteur d'ailleurs, la réponse aux courriers..


 

Les personnages sont attachants et vrais. L’histoire est originale, intéressante, complètement addictive et nous amène à tourner les pages au plus vite afin d'en connaître le dénouement.


 

Ninon AMEY décrit avec précision et délicatesse le milieu carcéral et le quotidien de David, ses angoisses, ses espoirs, ses doutes et regrets.. Au fil des mots de l'auteure, beaucoup d'émotions sont palpables et rendent ce récit fort émouvant.


 

J'ai ADORE ce beau roman ayant pour thème la liberté, dans tous les sens du terme, empli d'amour, d'amitié et d'espoir et avec lequel j'ai passé un bon moment de lecture et refermé à regret.


 


 

 

Voir les commentaires

Voici ma seconde chronique du mardi un COUP DE COEUR : "LE DESTIN DES COEURS PERDUS - LA REBELLE DE CASTEL DARK" tome 2

LE DESTIN DES COEURS PERDUS

LA REBELLE DE CASTEL DARK tome 2

JC STAIGNIER

SOMETHING ELSE EDITIONS

27 juin 2019

256 pages

 

Présentation

 

Angleterre, 1396. Aelis de Percival fuit son pays natal afin de rejoindre sa sœur Jane. À bord du Goéland, elle fait la connaissance du capitaine Sadler. Néanmoins, la jeune femme poursuit un seul but : attirer Arthur de Templeton en France. Entre l’amour et la vengeance, Aelis trouvera-t-elle le courage d’affronter ses démons ?

 

 

L'auteure

 

Originaire du Pays noir en Belgique, je trouve dans l’écriture la force de revenir dans la lumière. L’extrémité du tunnel semble parfois loin, et pourtant, l’espoir pointe le bout de son nez, la malchance devient chance et les larmes se transforment en rires. Le droit au bonheur existe.

Prenez l’ascenseur, appuyez sur le bouton et laissez-moi vous amener au pays des rêves.


Mon avis

 

Je remercie JC STAIGNIER de m'avoir envoyé, en service de presse, le tome 2 de sa saga « Le Destin des cœurs perdus » La Rebelle de Castel Dark.

 

Il faut dire que j'avais quitté à regret les personnages du premier tome et c'est donc avec grand plaisir que j'ai retrouvé Aelis de Percival. La jeune fille, après le massacre de sa famille, s'enfuit de Castel Dark avec les enfants et, sur le navire qui les conduits en France chez Jane sa sœur, elle rencontre Brett le séduisant capitaine du bateau..

 

Notre héroïne est partagée entre son amour fou pour Brett et son désir de vengeance envers Arthur, l'homme qui a tué sa famille et auquel elle voue une haine extrême, étant prête à tout pour parvenir à ses fins.

 

J'ai beaucoup aimé Aelis qui est une jeune femme intrépide, têtue, au caractère bien affirmé et fort en avance pour l'époque ainsi que Brett, l'amoureux idéal, charmant et honnête. Par contre j'ai moins apprécié Eryne, le fantôme de Castel Dark, qui à mon avis influence trop Aelis à assouvir sa vengeance au détriment de son bonheur et j'ai vraiment détesté, comme dans le premier tome, Arthur cet homme cruel et machiavélique.

 

Jc STAIGNIER décrit avec grand talent les émotions, les combats, les lieux, les ruses, les sentiments de ses personnages et l'on se sent littéralement happés par son récit très addictif, tournant les pages sans même s'en rendre compte tant l'histoire est belle : un vrai régal.

 

L'auteure nous offre un second opus tout aussi passionnant et vivant que le premier de cette sublime saga historique et les nombreux rebondissements nous tiennent en haleine jusqu'aux dernières lignes. Par contre, nous sommes frustrés de devoir attendre de longs mois pour pouvoir découvrir la suite du destin des protagonistes de ce roman !

 

J'ai ADORE cette romance historique ponctuée d'une touche très érotique qui fut pour moi un gros COUP DE COEUR.

 

Petite anecdote tout de même : j'ai été contrainte d'interrompre ma lecture ô combien passionnante du fait que ma tablette a explosé.. Jc STAIGNIER je me pose une question : serait-ce à cause des scènes d'amour torrides, de la canicule ou un coup d'Eryne ?

 

Si comme moi vous êtes férus d'Histoire et aimez les belles histoires d'amour et familiales, ce roman ne pourra que vous séduire.

 

Excellent moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

« L'HONORABLE MONSIEUR GENDRE »

« L'HONORABLE MONSIEUR GENDRE »

Jean-Paul MALAVAL

PRESSES DE LA CITE

Terres de France

mai 2016

360 pages

 

RESUME :

Portrait d'un menteur en 1943, à Amiens 

1943. Amiens. Antoine Straub, notable respecté, est inconsolable depuis la mort de son fils au front. Aussi veille-t-il particulièrement sur sa benjamine de dix-huit ans, Claire. Un soir, un soldat allemand se présente chez lui. Celui-ci n'est autre que son neveu Obertz, enrôlé sur un coup de tête dans la Waffen-SS. 
Straub vient en aide au jeune déserteur en le cachant dans sa cave. Décision irréversible et cas de conscience extrême pour Straub qui oeuvre activement dans la Résistance. Lorsqu'il comprend que Claire a rencontré Obertz, qu'elle l'a rêvé en héros de guerre et qu'elle en est tombée amoureuse, il est déchiré et impuissant. Comment révéler la vérité à sa fille unique sans risquer de la perdre à jamais ?


L'AUTEUR :

Né en 1949 à Brive, en Corrèze, Jean-Paul Malaval devient journaliste à Centre Presse puis à L'Écho du Centre. En 1982, il entame une collaboration de plusieurs années avec les éditions Milan à Toulouse et cinq ans plus tard, écrit son premier roman. 
Sa plume, aussi à l'aise dans la tragédie que dans l'humour, a su lui fidéliser de nombreux lecteurs passionnés autant par les réalités historiques qui sont dans la toile de fond de ses romans que par ses fictions attachantes.

Il a publié entre autres : 

Les Encriers de porcelaine
Le Domaine de Rocheveyre
 (Prix Émile-Guillaumin)
Les Vignerons de Chantegrêle
Jours de colère à Malpertuis
Quai des Chartrons
Les Compagnons de Maletaverne
Le Carnaval des loups
Les Césarines
Grand-Mère Antonia
Une Maison dans les arbres
Une Reine de trop
Une Famille française
Le Crépuscule des patriarches
La Rosée blanche
Le Notaire de Pradeloup
Soleil d'octobre
Les Noces de soie
La Villa des Térébinthes
Rendez-vous à Fontbelair
L’Armoire allemande

AVIS :

Jean-Paul MALAVAL nous raconte l'histoire d'un imposteur sous l'occupation allemande et aborde le thème de la résistance à travers l’action menée dans l’ombre par Antoine, mais aussi celui de l’engagement de certains français dans les rangs nazis, au sein de milices comme la Frankreich dans lequel s’est enrôlé Alexandre, poussé par son beau-père Paulus, le frère aîné d’Antoine.

 

L'histoire se poursuit jusqu’en 1948 où nous assistons à la libération d’Amiens, à l’épuration, à la guerre entre futurs gaullistes et communistes...

 

J'ai lu ce roman mais il ne m'a pas passionnée comme les précédents livres de l'auteur que j'avais lus avec grand plaisir. Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages.... mais peut être qu'il vous plaira....

 

 

Voir les commentaires