Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature francaise

Bonjour aujourd'hui lundi voici ma chronique COUP DE COEUR concernant "LES PETITS PAPIERS DE MARIE-LOU"

« LES PETITS PAPIERS DE MARIE-LOU »

Corinne JAVELAUD

Editions CALMANN-LEVY

24 février 2021

250 pages

 

 

Présentation

 

 

Fêlures secrètes dans une dynastie bordelaise.
 


Dans les années 70, Marie-Lou Beltran, serveuse à L’Auberge du bonheur, vit avec sa fille, Dora, et sa mère, Luce, dans la maison familiale du quartier des Chartrons à Bordeaux. La main verte de Luce et les talents culinaires de Marie-Lou font merveille pour créer un cocon harmonieux.

Un trouble naît lorsque pour son anniversaire, Marie-Lou offre à Dora une magnifique poupée, dénichée chez un antiquaire. Les femmes Beltran constatent bientôt que la poupée suscite des phénomènes étranges.

Un médium prétend qu’elle est habitée par l’esprit d’un proche assassiné. Comment ne pas penser au père de Marie-Lou, Josué, et à son oncle, Féréol, morts en héros sur leurs arpents de vigne à Saint-Émilion, alors sous la botte allemande ?

Prise dans un engrenage de manifestations surnaturelles, butant sur le silence de Luce, Marie-Lou va devoir affronter les démons d’une histoire familiale tourmentée…

 

 

 

L'auteure

 

Après des études de lettres et d'histoire de l'art, Corinne JAVELAUD s'est tournée vers l'écriture. Originaire du Limousin, elle est l'auteure d'une dizaine de romans. Elle est membre du Jury du prix des Romancières remis chaque année lors de la Foire du livre de Saint-Louis en Alsace.

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions CALMANN-LEVY et en particulier Valérie Taillefer de m'avoir donné l'opportunité de lire «Les Petits papiers de Marie-Lou », roman de Corinne JAVELAUD auteure dont j'ai lu pratiquement tous les ouvrages tant j'aime sa plume fluide et majestueuse.

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée.

 

Corinne JAVELAUD nous emmène à Bordeaux dans les années 70 et nous présente Marie-Lou, son héroïne.

 

Marie-Lou, célibataire, mène une vie tranquille avec sa fille Dora chez Luce sa mère. Toutefois, après avoir offert une jolie mais mystérieuse poupée à Dora pour son anniversaire, la vie de la famille est soudain très perturbée.

En effet, des phénomènes paranormaux se produisent depuis l'achat de la poupée Millie et des petits papiers écrits par Josué le père de Marie Lou, apparaissent étrangement alors que celui-ci est décédé pendant la guerre en 1944....

 

L'histoire est intéressante et addictive. Ce n'est qu'au fil des mots de Corinne JAVELAUD que nous découvrons les secrets de famille et les non-dits bien enfouis.

 

L'auteure nous offre un ouvrage magnifique, étrange et très bien écrit avec une intrigue menée tambour battant qui tient vraiment le lecteur en haleine jusqu'au dénouement ô demeurant fort surprenant. Je ne vous en dirai cependant pas plus et vous laisserai le découvrir par vous-mêmes.

 

 

J'ai ADORE ce roman que j'ai lu d'une traite ne pouvant me résoudre à le refermer tant il m'intriguait.

 

Un COUP DE COEUR que je recommande aux amateurs du genre.

 

MERCI Corinne pour ce très agréable moment de lecture.

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui lundi voici ma chronique concernant : "DEJEUNER EN PAIX"

« DEJEUNER EN PAIX »

Charlotte GABRIS

Editions MONPOCHE

14 janvier 2021

200 pages

 

 

Présentation

 

Paris, une terrasse de café ensoleillée. C'est l'heure du déjeuner, les gens font la queue. Les salades sont immangeables, une tasse de thé coûte huit euros, le personnel est abject. Mais les gens font la queue.

Une jeune provinciale est attablée, seule. À ses côtés, une Parisienne attend son amoureux qui tarde à la rejoindre.

Deux femmes qui n'ont a priori rien en commun. Si ce n'est que l'une et l'autre se regardent, se jaugent, se moquent.

Peut-on parler fort, ne jamais sourire, et porter un panier en osier avec autant d'assurance et d'aplomb ? se demande la première.

Peut-on boire un verre de vin en trinquant... avec soi-même, et sembler heureuse malgré tout ? se demande la seconde.

Mais sont-elles si différentes ? Et qui sont-elles pour se juger si durement ?
Charlotte Gabris s'amuse ici de la rivalité féminine avec malice.
Et si nous essayions, nous aussi, de déjeuner en paix ?


 

L'auteure

Charlotte GABRIS est comédienne et dramaturge. Elle a notamment écrit, en 2017, une pièce de théâtre Merci pour le bruit. Déjeuner en paix est son premier roman.


 

Mon avis

Je remercie les Editions MONPOCHE et en particulier Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Déjeuner en paix » roman de Charlotte GABRIS mais également de découvrir la plume alerte et pétillante de cette auteure.

La couverture et le titre qui m'a rappelé une chanson m'ont de suite interpellée.

 

Deux jeunes femmes sont attablées à la terrasse d'un café à Paris : l'une est provinciale l'autre parisienne. Elles s'observent, se comparent, se jugent et se sous-estiment elles-mêmes ! L'auteure nous fait découvrir leurs pensées, leurs histoires, leurs a priori, leurs jugements....


 

La manière dont Charlotte GABRIS raconte ces monologues est sympathique et drôle. Elle dresse une fine analyse de la rivalité féminine et ce avec beaucoup d'humour.


 

J'ai souri à maintes reprises en lisant ce premier roman rafraîchissant et léger avec lequel j'ai passé un bon moment de lecture.


 


 

Page fb :https://www.facebook.com/joellemarchal74/


 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com


 


 


 


 


 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "LA PROMESSE DES JOURS HEUREUX"

« LA PROMESSE DES JOURS HEUREUX »

Martine PILATE

Editions Christine BONNETON

21 janvier 2021

320 pages

 

 

Présentation

 

 

Une simple lettre venue de Hongrie et c'est tout le passé qui resurgit après seize années de silence et de secret. Là, dans son exil au sein d'une campagne rude de l'Ardèche où il a réussi à faire sa place, Krisztian revoit sa vie en pays magyar : son enfance partagée entre la Grande Plaine auprès de sa grand-mère originaire de Nancy et sa vie à Budapest où ses parents possédaient une épicerie fine fréquentée par les notables, jusqu'à sa rencontre et son amour pour Beatrix, d'une famille viticole d'Eger, qui bouscula son destin.


Mais, lorsque les sentiments ne sont pas partagés, tout s'écroule. Il faut donc rebâtir pour préserver l'existence d'un enfant innocent. La vie est un ballet que l'on ne danse qu'une fois. Dès lors, les choix s'imposent.....

 

 

L'auteure

 

Depuis quinze ans, Martine PILATE se consacre exclusivement à l'écriture. Elle est l'auteur d'une douzaine de romans et de La Véritable histoire de la pétanque où elle raconte l'histoire des inventeurs du jeu dont elle est la descendante directe.

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions Christine BONNETON et en particulier Ségolène de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « La Promesse des jours heureux », roman de Martine PILATE auteure dont j'ai lu un grand nombre d'ouvrages tant j'aime sa plume fluide et précise.

 

L'auteure nous emmène en Ardèche en 1936 où Krisztian, d'origine hongroise, vit avec sa famille depuis seize. Il reçoit un courrier émanant d'un cabinet notarial hongrois et c'est alors que son passé resurgit..

 

Nous découvrons donc l'histoire de Krisztian, son enfance heureuse en Hongrie avec ses parents et sa grand-mère d'origine française qui lui a donné le goût de la langue, sa vie d'adulte, son histoire d'amour compliquée avec Béatrix la fille d'un viticulteur aisé et son arrivée en France.

 

 

Martine PILATE décrit avec moult détails la vie en Hongrie à cette époque, le métier de négociant en vin et celui de viticulteur. Il en est de même pour les traits tant physiques que psychologiques des protagonistes de son roman, les rendant ainsi attachants pour certains comme Lucinda et Krisztian, détestables pour d'autres mais je n'en dirai pas plus et vous laisserai le découvrir par vous-mêmes.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman très bien écrit et documenté qui fait voyager de Hongrie en France, aborde outre les thèmes de l'amour, la passion, les relations familiales, la viticulture, la vie en Hongrie dans les années 30, la place de la femme à l'époque, l'exil et les secrets.

 

Un très bon moment de lecture que je conseille aux amateurs du genre.

 

 

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Et voici ma seconde chronique concernant : "Le Jeu de grâce"

« LE JEU DE GRACE »

Christian VIALLE

Editions de BOREE

8 octobre 2020

192 pages

 

 

Présentation

 

Recueillie à la veille de la Première Guerre mondiale dans une petite ferme du Livradois avec d'autres gamins de l'Assistance Publique, Jeanne se relève de la déchirure de l'abandon grâce à un couple de paysans aimant et cultivé.

 

Bien entourée, elle parvient à apaiser les tourments du passé et à affronter les épreuves de la vie : les années de guerre en l'absence d'un mari prisonnier, les grossesses et l'éducation des enfants dans les conditions rudes de la vie ouvrière. Mais, au fond d'elle, elle ne cessera de s'interroger sur les raisons de cet abandon, gardant au fond d'elle une colère qui, loin de l'anéantir, lui donnera une énergie que beaucoup lui envieront.

 

L'auteur

 

Né en 1953 à Clermont-Ferrand, Christian Vialle a exercé le métier d’éducateur spécialisé avant de devenir directeur adjoint dans un Institut-Médico-Éducatif. Actuellement à la retraite, il vit près du Puy-en-Velay où il consacre la plus grande partie de son temps à la lecture et à l’écriture.



 

Mon avis

 

Je remercie les Editions de BOREE et en particulier Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Le Jeu de grâce », roman de Christian VIALLE.

 

 

Christian VIALLE nous conte la vie quelque peu romancée de Jeanne, sa mère. Il nous transporte en 1925 et nous découvrons l'enfance de cette orpheline courageuse et déterminée, son existence en famille d'accueil. Nous partageons les émotions et les peines de cette jeune fille qui est fort attachante.

 

J'ai bien aimé ce livre triste certes mais tellement réaliste qui retrace le destin ô combien difficile et tourmenté d'une enfant abandonnée par sa mère et non reconnue par son père et évoque une belle histoire familiale, nous faisant voyager du Livradois à l'Indochine.

 

Voici un premier roman prometteur.

 

Bonne lecture.

 

 

 

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

Voir les commentaires

Et voici ma troisième chronique du jour : L'ORPHELINE DES SOEURS DE LA CHARITE" - COUP DE COEUR

« L'ORPHELINE DES SOEURS DE LA CHARITE »

Florence ROCHE

PRESSES DE LA CITE

TERRES DE FRANCE

1er octobre 2020

293 pages

 

Présentation

 

Orpheline, Mathilde a grandi dans le pensionnat des Sœurs de la Charité au Puy-en-Velay. En 1913, lors d'une promenade, elle croise Armand, l'unique fils de la prospère famille Josserand. C'est le coup de foudre. Mais les parents du jeune homme font tout pour éloigner la jeune fille : Armand est déjà promis. En outre, Mathilde n'est qu'une simple lingère, et surtout elle serait la fille d'une criminelle, Lise Leclerc, condamnée au bagne pour le meurtre de quatre personnes. Mathilde, pour espérer goûter au bonheur, doit faire la lumière sur son passé. Elle se lance dans une quête effrénée pour comprendre l'acte fou commis par sa mère vingt ans auparavant et démêler l'écheveau que fut la vie de Lise Leclerc.


Entre mystère et vengeance.

 

 

L'auteure

 

Née au Puy-en-Velay (Haute-Loire) en 1972, Florence Roche a fait des études d’Histoire à la Faculté de Saint-Étienne. Elle enseigne actuellement au collège Lafayette au Puy-en-Velay. Elle vit à Saint-Julien Chapteuil et partage son temps entre l'enseignement, l'écriture et sa famille (mariée, trois filles). Elle a écrit plusieurs ouvrages :
-L'Emmuraillé (1999, actes graphiques)
-Les monts de résistance (2001, De Borée)
-Les fruits de la Liberté (2004, Souny)
-Les Hautes Terres (2009, De Borée)
-L'Honneur des Bories (2010,De Borée)
-L'Héritage Maudit (2011, De Borée)
-La Trahison des Combes (janvier 2012, De Borée)
-Le dernier des Orsini (mai 2013, Ed De Borée)
-La Bastide du colonel (avant première France Loisirs, mars 2013)
-L'Héritière des anges en 2013, collection terres de femmes et chez France Loisirs
-Les carnets d'Esther en 2014, collection terres de femmes et en avant-première France Loisirs.
-La terre des Falgère, éditions Calmann-Levy, 2015
-L'école du lac chez Calmann-Lévy, 2016
-La réfugiée du domaine, Calmann-Lévy, 2017
-Philomène et les siens, Calmann-Lévy, 2018 (janvier)
-Les parfums d'Iris, Presses de la Cité et France-Loisirs, octobre 2018
-Le pensionnat de Catherine en avant-première France-Loisirs janvier 2019
-Le pensionnat de Catherine, Presses de la Cité, Octobre 2019
- L'orpheline des sœurs de la Charité octobre 2020

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir permis de lire, en service de presse, « L'Orpheline des Sœurs de la Charité », roman de Florence Roche auteure dont j'ai lu tous les ouvrages tant j'aime sa plume fluide, précise et addictive.

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée.

 

L'auteure nous transporte en 1913 où nous faisons connaissance avec Mathilde, âgée de 18 ans lorsqu’elle quitte l'Orphelinat des Sœurs de la Charité au Puy-en-Velay. Elle rencontre Armand, jeune homme issu d'un milieu bourgeois et c'est le coup de foudre entre les deux jeunes gens. Malheureusement, la famille d'Armand est formellement opposée à leur union car la mère de Mathilde, Lise Leclerc, aurait été une meurtrière condamnée au bagne en 1893...

 

Mathilde se doit de partir à la quête de son identité, de découvrir la vie de sa mère et d’éclaircir les raisons qui auraient pu pousser sa génitrice à tuer plusieurs personnes de sang-froid.

 

Florence ROCHE a vraiment le don de captiver ses lecteurs et ainsi, des les premiers mots, je me suis sentie happée par cette histoire dont l'intrigue est passionnante, le suspense bien mené et les rebondissements époustouflants.

 

L'auteure dresse le portrait de deux femmes fortes, déterminées et attachantes qui, comme tant d'autres à cette époque, n'ont pas eu la vie facile.

 

J'ai ADORE ce roman très bien écrit, mystérieux et émouvant qui aborde divers thèmes tels que l'amour, la quête d'identité, la vie des orphelins placés en famille d'accueil, les secrets, la place des femmes fin 19ème/début 20ème siècle, les liens Etat/Eglise, les différences de classes sociales....

 

Je l'ai lu pratiquement d'une traite ne pouvant me résoudre à le refermer tant il me passionnait.

 

Un COUP de COEUR pour moi et un excellent moment de lecture que je recommande vivement aux amateurs du genre.

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mercredi voici ma chronique concernant "LA MORT SUR SON 31"

« LA MORT SUR SON 31 »

Martine MAGNIN

ENCRE ROUGE EDITIONS

01 septembre 2020

152 pages

 

 

 

Présentation

 

La mort a encore fait n’importe quoi, elle s’en est prise au paradis. Elle s’est insinuée entre les palmiers, a plongé au fond d’une bouteille de rhum, bercée doucement par les alizés.


Il existe des ciels trop bleus dans des îles trop jolies, des mers trop transparentes au-dessus des coraux, des gens trop beaux dans leur paréo pour la recevoir et alors quand elle arrive, c’est inconcevable et totalement scandaleux.


C’est la rencontre du Beau et du Mal, c’est ce qui est raconté ici. C’est l’explosion des corps faits pour la musique et l’amour au milieu de la danse, c’est une chose violente.


Et comment raconter une chose violente ? Martine Magnin a pris le parti de la distance, elle s’en tient à une forme allégée, celle du récit. Par personne interposée (elle l’appellera Juliette), elle analyse – le choc, le sentiment de culpabilité, les regrets, la déchéance, la souffrance et l’isolement, tout ce qui entoure la mort. Elle en a fait sa spécialité et c’est ce qui émeut au travers de ses mots, c’est cet effort de recul pour avoir moins de peine. C’est cette distance qui fait un écran transparent. Derrière l’écran, il y a le chagrin. Puis revient la vie et la tendresse.

 

L'auteure

 

Auteure de nombreux livres, Martine Magnin est passionnée de philosophie, de psychologie et de sémantique. Après une carrière dans la Communication, Martine Magnin laisse s’exprimer son goût pour l’écriture. Les relations humaines sont au coeur de ses préoccupations et de ses écrits.

 

Mon avis

 

Je remercie Martine MAGNIN de m'avoir donné l'opportunité de lire son dernier roman « La Mors sur son 31 ». Etant une fan inconditionnelle de cette auteure dont j'ai lu pratiquement tous les ouvrages, j'ai retrouvé avec plaisir sa plume fluide et précise.

 

La couverture très originale et le titre de ce roman m'ont de suite interpellée.

 

Martine MAGNIN aborde avec beaucoup de pudeur et de sensibilité le sujet difficile et tabou qu'est LA MORT.

 

Elle nous présente notre héroïne Juliette qui exerce un métier peu commun visant à embellir les défunts, lorsque la grande faucheuse est venue les saisir. En effet, elle est styliste dans la haute couture mortuaire et décoratrice de cercueils... Quant à son époux Rodolphe, il réalise des chroniques funéraires sur des personnages célèbres.

 

Juliette dresse le bilan de sa vie qui fut, comme tout un chacun, par moments heureuse, tragique à certaines périodes. Elle apprend le décès de son frère bien aimé, Paul qui vivait à la Martinique, où elle se rend pour lui rendre un dernier hommage.

 

Juliette perd ensuite deux de ses amis et sa mère et, au fil des mots de l'auteure, nous partageons les émotions et les sentiments de notre héroïne. L'auteure nous emmène faire un petit voyage dans les îles et également en Corse, peut être pour mettre un peu de gaîté dans son récit.

 

J'ai beaucoup aimé ce livre, extrêmement bien écrit comme tous les ouvrages de Martine MAGNIN d'ailleurs, empli de poésie et de douceur qui m'a beaucoup émue bien évidemment. J'avoue avoir eu, à plusieurs reprises, les yeux humides ayant comme beaucoup d'entre nous, ces douloureuses épreuves.

 

Martine MAGNIN aborde avec philosophie divers thèmes outre la mort et le deuil, l'amour, l'amitié, l'alcoolisme, le suicide, la maladie, la culpabilité...

 

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce livre n'est pas triste, il est tout simplement réaliste, émouvant, empli d'espoir. Il nous invite à croire que les êtres chers que nous avons perdus tiendront toujours une une place importante dans nos cœurs et resteront à nos côtés même si nous ne pouvons plus les voir ni les toucher. Enfin, comme nous le savons tous, la mort est suspendue au-dessus de nos têtes, telle une épée de Damoclès et nous ne pourrons y échapper éternellement.. Il faut donc savoir profiter de la vie avant qu'il ne soit trop tard .

 

Un très bon moment de lecture.

 

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "LE SILENCE DE LA TERRE"

« LE SILENCE DE LA TERRE »

Emmanuel de SCORRAILLE

M+EDITIONS

28 mai 2020

200 pages

 

Présentation

 

Août 2018, sans s'annoncer, Éric s'arrête au Conssé, l'affaire de quelques minutes... Le Conssé ? Cela fait quinze ans, qu'il n'y a pas mis les pieds ! La vieille maison appartient à Clémentine de Boisin. À quatre-vingt-dix-huit ans, bon-pied, bon-oeil, « Tante Clém » est l'âme de la demeure. L'été, elle y accueille sa famille. Le reste de l'année, elle y vit retirée au milieu des souvenirs. Une photo datée de 1942, retrouvée par accident, s'invite. Que vient faire ici, le mystérieux sourire figé sur pellicule, issu d'une époque troublée ? Face à Éric, la porte du grenier s'entrouvre...

 

Le silence de la terre est une fiction historique, inspirée de l'actualité.

 

« Que s'est-il passé le 27 novembre 2018 ? »


 

L'auteur

 

Emmanuel de SCORRAILLE, diplômé de l'enseignement supérieur, est un romancier passionné d'histoire, de culture et de littérature.

 

 

Mon avis

 

Je remercie M+Editions et en particulier à Marc pour l'envoi, en service de presse, de « Le Silence de la terre », roman d'Emmanuel de SCORRAILLE.

 

L'auteur nous présente Eric, historien qui en août 2018 rend visite à sa tante Clémentine de Boisin dans la vieille demeure familiale.

 

Eric trouve la photo d'un allemand, datant de la seconde guerre mondiale et va mener une enquête pour savoir ce que cache cette photo et ainsi découvrir le passé de sa famille..

 

L'histoire est originale, les dialogues très vivants, l'intrigue bien menée et au fil des chapitres alternant passé et présent, le lecteur se sent happé par les mots de l'auteur.

 

J'ai bien aimé ce roman contemporain mêlant l'Histoire à celle d'une famille où les secrets sont bien enfouis et qui aborde également des thèmes d'actualité tels que le dérèglement climatique et les manifestations des gilets jaunes de 2019... Sujets à méditer.

 

Bonne lecture.

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "CAPITAINE AU COEUR D'OR"

« CAPITAINE AU COEUR D'OR »

Alain ARNAUD

BOD Editeur

10 juillet 2020

208 pages

 

Présentation

 

Belle-Ile-en-mer, vers la fin du vingtième siècle. Joss est fils de fermiers. Au seuil de ses vingt-cinq ans, il se remémore son entrée dans l'adolescence et sa relation avec Pierre Le Foll, un capitaine au long cours à la retraite venu s'installer près de la ferme familiale. Pierrot est arrivé sur l'île avec sa sagesse et sa part de mystère, sa grande expérience de navigateur et ses zones d'ombre. A treize ans, le lien fondateur que Joss va entretenir avec le capitaine lui ouvre grand les horizons et la fenêtre sur les rêves. Sous l'oeil attentif de son mentor, il forge sa personnalité sur un chemin balisé de lectures et de chimères qui brillent avec l'éclat de l'or, confronté à l'éternelle rivalité entre valeurs morales et matérielles. Le récit, par moment aux allures de conte, met en exergue la quête propre aux personnages, leurs sentiments et leurs espoirs, la force étonnante de l'amitié face aux obstacles. Depuis le cimetière où les souvenirs l'ont rattrapé, Joss entraîne le lecteur dans ses rêveries et la traversée des embûches semées sur sa route.

L'auteur

Alain ARNAUD vit à Hyères-Les-Palmiers, dans le Var. Après une expérience professionnelle diversifiée : ingénieur en aéronautique, pilote d'avion, diplomate en ambassades de France, enseignant puis conseiller en gestion de patrimoine, il revient à la littérature. "Capitaine au coeur d'or" est son troisième roman.


Mon avis

Je remercie Alain ARNAUD pour l'envoi, en service de presse, de son dernier roman « Capitaine au coeur  d'or». J 'ai ainsi pu découvrir la plume fluide et précise de cet auteur. Je le remercie également pour la très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.


 

Alain ARNAUD nous emmène à Belle-Ile-en-mer où nous faisons connaissance avec Joss, fils de fermiers, âgé de 25 ans. Les souvenirs de son adolescence lui reviennent alors en mémoire..


 

L'auteur nous conte le destin de ce jeune homme, sa rencontre avec Pierre, capitaine au long cours, retraité, solitaire et mystérieux, en quête d'identité et rejeté par les habitants de l'île qui le considèrent comme un étranger, les liens d'amitié qui vont se tisser entre le vieil homme et le garçon de 13 ans.


 

Joss est fasciné par Pierre qui, au fil du temps, lui transmet sa passion pour la lecture, le fait rêver de voyages, d'aventures, de pirates, de trésors lorsqu'il évoque avec lui des auteurs tels que R.L. Stevenson, J. London et J. Verne.


 

Alain ARNAUD décrit à merveille les paysages de Belle-Ile-en-mer et le lecteur visionne aisément de magnifiques images, sent les embruns, entend le son des vagues sur les rochers et perçoit la chaleur du soleil.. un vrai dépaysement par les mots.


 

L'histoire est belle, intéressante et fort bien écrite. Les personnages sont attachants et authentiques.


 

J'ai beaucoup aimé cet ouvrage empli de douceur et de poésie qui aborde, outre l'amitié, la quête des origines, le labeur des agriculteurs, la vie sur une île et celle des navigateurs marins.


 

Un très bon moment de lecture et d’évasion.


 


 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/


 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com


 


 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui samedi voici ma chronique concernant : "SISTA"

« SISTA »

Kim Chi PHO

Editions LEMART

30 janvier 2020

217 pages

 

Présentation

 

Rwanda, 1994. Ghislaine a deux buts : mettre au monde un enfant qui ne montre aucun signe de vie et quitter l’Afrique. Elle profite alors du génocide pour s’enfuir et se réfugier en Belgique, un pays qui lui est étranger.

Son passé est douloureux, son présent est ponctué de galères, et son avenir est aussi sombre qu’une nuit sans lune. Pas un jour ne passe sans qu’elle ne repense à son crime épouvantable, à son secret le plus enfoui.

Son entourage trouvera-t-il le courage de lui pardonner ? Et vous, pourriez-vous comprendre son geste ?

 

 

L'auteure

 

Auteure belge, aux origines sino-vietnamiennes, Kim Chi Pho a grandi entre la Belgique et l'Australie et vit à Paris depuis 2005. Directrice financière pendant vingt-cinq ans, elle se consacre à présent corps et âmes à l'écriture.

 

 

Mon avis


Je remercie Kim Chi PHO et les Editions LEMART pour l'envoi, en service de presse, de « SISTA ». J'ai ainsi pu découvrir la plume fluide et alerte de cette auteure.

 

Dès les premières pages, l'auteure nous plonge dans le vif du sujet et nous apprenons qu'un meurtre atroce a eu lieu à Kigali au Rwanda. Nous sommes en 1994 en plein génocide.

 

Ensuite, nous faisons connaissance avec Ghislaine une jeune africaine qui, après avoir accouché d'un garçon mort-né, enlève une petite fille. Notre héroïne décide de fuir ce pays et toutes ces violences afin de s'offrir une nouvelle vie avec ce bébé qu'elle considère comme son propre enfant.

 

Kim Chi PHO nous emmène donc en Belgique et en Angleterre et nous découvrons le destin ô combien tumultueux de Ghislaine et en parallèle celui de Charles que la jeune femme a croisé à Kigali et dont la vie semble liée à la sienne...

 

L'histoire est fort rythmée et le suspense bien mené tient le lecteur en haleine. Il faut dire que Kim ne mâche pas ses mots et décrit les faits de manière crue mais tellement vraie que l'on ne peut s'empêcher soit de trouver attachants les protagonistes de son roman, soit de les détester.

 

J'avoue avoir eu à certains moments des frissons, une angoisse et mal au cœur face à certaines scènes de violence qui m'ont révoltée et resteront dans ma mémoire mais malgré tout j'ai gardé l'envie de connaître le dénouement de cette histoire.

 

Elle aborde avec brio un grand nombre de thèmes tels que l'amour et l'amitié, l'immigration, le sexe, l'adoption, les violences conjugales, le pardon, la résilience..

 

J'ai beaucoup aimé ce roman très bien écrit, émouvant, bouleversant et empli d'espoir, qui reflète bien ce qu'une mère est capable de faire par amour pour ses enfants et le combat des femmes face aux violences.

 

Je recommande donc cet ouvrage aux amateurs du genre qui, comme moi, passeront un bon moment de lecture.

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "SUCRE AMER"

« SUCRE AMER »

Françoise LE GLOAHEC

Editions RAMSAY

16 juin 2020

401 pages

 

 

Présentation

 

La Réunion.

Les cinq enfants de la famille Hoareau sont embarqués dans un avion chargé d'enfants comme eux. Pourquoi leur mère les a-t-elle forcés à partir ? Quel est donc ce papier qu'elle a signé ?


A l'aéroport d'Orly, Martin s'échappe. Mais ses sœurs et frères sont dirigés vers le centre d'accueil de Paris pour y être "triés". Emelie, Flora et Youli se retrouvent au foyer de Guéret, protégés par Apollina leur sœur aînée. Dario, un jeune réunionnais se rapproche d'eux. Pourquoi insiste-t-il autant pour les aider ? Que cache-t-il ?

Chaque membre de la fratrie recevra un nouveau nom avant d'être envoyé dans un lieu inconnu et différent de celui de ses frères et sœurs.


Apollina se jure de les retrouver un jour, ce qui deviendra son obsession au fil des années. Même lorsqu'elle rencontre le bonheur avec Jean, le souvenir ne la laisse pas en paix. Elle va se battre. Mais elle n'est pas la seule.

Des drames se jouent dans l'ombre. Chaque enfant suivra son propre chemin pavé d'obstacles...

 

L'auteure

 

« Je suis née à Paris, en septembre 1953, où j’ai suivi mes études. Dès l’âge de huit ans, j’ai commencé à rédiger de courtes histoires, gardées secrètes dans de petits carnets. Dès lors, je n’ai pu calmer ma fièvre d’écriture et ma soif de lecture. Je lisais tout ce qui me tombait sous les yeux et tout le temps.

Un cap sur la Bretagne m’a permis d’y découvrir ses légendes, de m’ouvrir au surnaturel, au fantastique, de laisser filer mon imagination, là où elle s’aventurait. Parfois dans notre vie de tous les jours, parfois bien plus loin puisque je ne lui imposais aucune barrière de raison. Aujourd’hui, je vis dans le Sud-Ouest de la France où le clavier de mon ordinateur se vante d’être mon meilleur ami.

Il y a maintenant une poignée d’années, j’ai tenté l’aventure du roman pour adultes, histoire de vivre une nouvelle aventure. Super expérience qui s’est concrétisée par la sortie, en novembre 2018 de mon roman sur les Landes  : « L’enfant des pins », chez City Editions.

En juin 2020, est paru « Sucre amer« , mon second ouvrage chez Ramsay Editions. »

 

Mon avis

 

Je remercie Françoise LE GLOAHEC de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, son dernier roman « Sucre Amer ». J'ai découvert la plume fluide et précise de cette auteure lors de la lecture de l'Enfant des pins », roman que j'ai beaucoup aimé.

 

La jolie couverture et le titre très original n'ont de suite interpellée.

 

François LE GLOAHEC nous emmène à la Réunion en 1967 et nous faisons connaissance avec Marie et sa famille composée de cinq enfants. La vie est trop dure, le père est souvent absent ainsi la mère signe, sans en comprendre la signification, un document confiant ses enfants à l'assistante sociale qui les accompagne dans un centre d'accueil, en France métropolitaine.

 

Dans cet ouvrage, l'auteure révèle un pan de l'Histoire peu connu et tellement douloureux pour un grand nombre de petits Réunionnais qui ont été séparés de leurs parents, déracinés, traumatisés ceci dans le but de repeupler les départements Français..

 

Nous suivons donc le destin de ces enfants et partageons leurs peines, leurs espoirs, leurs angoisses. Les nombreux rebondissements tiennent vraiment le lecteur en haleine et l'on se surprend à tourner les pages à une vitesse grand V tout en redoutant la fin de cette très belle histoire, dramatique et poignante certes mais tellement bien écrite.

 

Françoise LE GLOAHEC semble bien connaître l'Ile de la Réunion et elle décrit avec moult détails les paysages et la vie dans les plantations ce qui nous permet de nous évader au fil de ses mots.

 

Tout ce qui touche à l'enfance est forcément émouvant et j'avoue avoir eu, à plusieurs reprises, les yeux humides, avoir aimé ou détesté certains protagonistes, espéré, frissonné en découvrant le combat de ces petits êtres si attachants.

 

 

J'ai ADORE ce roman touchant qui mêle l'Histoire à celle de cinq enfants en quête d'identité et de bonheur ayant gardé l'espoir de se retrouver ainsi qu'un retour à leurs racines.

 

Un grand MERCI Françoise LE GLOAHEC pour ce témoignage poignant que je ne suis pas prête d'oublier et qui fut pour moi un GROS COUP DE COEUR.

 

Un excellent moment de lecture.

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>