Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #roman regional historique catégorie

Voici une troisième chronique concernant : "DE SOIE ET DE CENDRES"

« DE SOIE ET DE CENDRES »

Mireille PLUCHARD

PRESSES DE LA CITE

TERRES DE FRANCE

10 septembre 2020

642 pages

 

Présentation

 

Début du XXe siècle, au cœur des Cévennes. Qui pour succéder à Auguste-César Roustan des Fontanilles à la tête de sa filature de soie de belle renommée ? Une grande fresque familiale au cœur d'un métier et d'une tradition séculaire

des Cévennes.

1926. Qui pour reprendre le flambeau de la filature cévenole La Bâtie Neuve ? Ce qui fut le domaine de ses ancêtres est devenu depuis plus de soixante ans l’œuvre d'Auguste-César Roustan des Fontanilles. Il a consacré sa vie à l'entreprise, qui peut se targuer d'être la plus cotée dans le milieu séricicole. Or, parmi ses proches héritiers, l'exigeant patriarche ne voit personne. Déroulant le fil de sa longue vie, jalonnée de drames familiaux, Auguste-César affine son choix et, à l'ouverture du testament, ses dernières volontés n'admettent aucune contestation.


L'élue, que personne n'attendait, a pourtant grandi à l'ombre du temple de la soie ; face aux traîtres, aux envieux, elle devra faire front. Mais, fidèle à la mémoire d'Auguste-César, rien n'arrêtera sa détermination pour que rayonne, encore, La Bâtie Neuve.

 

 

L'auteure

 

Mireille Pluchard est née en 1946 dans les Cévennes, à Alès. Après s'être consacrée avec bonheur à l'éducation de ses enfants, elle prend la plume encouragée par son époux, le premier et le plus fervent de ses lecteurs.

Mue par une passion pour l'Histoire et la généalogie, Mireille Pluchard se définit volontiers comme une véritable souris d'archives.

Ses recherches se veulent les fondations de chacun de ses romans car Mireille Pluchard, en bonne Cévenole, avoue ne pas aimer « construire sur le sable ».

Elle est désormais l'auteur de plus d'une quinzaine de romans, dont Le Miroir d'Amélie aux Presses de la Cité. Sa terre natale reste la première source d'inspiration de ses sagas mais au-delà des paysages et du climat si particulier de cette contrée entre mer et montagne, Mireille Pluchard aime « raconter les gens ».

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « De Soie et de cendres », roman de Mireille PLUCHARD, auteure dont j'ai lu un grand nombre d'ouvrages tant j'aime sa plume fluide et majestueuse.

 

La très belle couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée.

 

L'auteure nous emporte en 1926. Auguste-César Roustant des Fontanilles, âgé de 88 ans, propriétaire d'une filature de soie dans les Cévennes, rédige son testament avant que sa dernière heure ne soit venue.. Tous ses souvenirs lui reviennent alors en mémoire et nous les suivons, au fil des mots de Mireille PLUCHARD.

 

L'histoire est belle, les personnages bien que très nombreux, sont attachants et bien décrits. J'ai bien aimé celui de Félicia qui est une jeune femme déterminée et authentique et dont l'auteure dresse un bien joli portrait .

 

Mireille PLUCHARD nous fait découvrir la vie de la haute société fin XVIIIème début XIXème siècle, les us et coutumes de l'époque dans les Cévennes, le travail à la filature de soie et, en mêlant l'Histoire, nous offre une jolie saga familiale très bien écrite et documentée tant sur les plans historique, médical que régional.

 

Un bon moment de lecture.

 

 

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Une autre chronique concernant : "LE SOUVENIR DE SAMUEL"

« LE SOUVENIR DE SAMUEL »

Marie de PALET

Editions de BOREE

4 juin 2020

273 pages

 

Présentation

 

En partance pour le STO, en Allemagne, Camille et Augustin ont pris la fuite. Après avoir sauté du train, ils se sont réfugiés pour la nuit dans une ferme, chez une femme et son fils, Samuel qui les avait ensuite conduits au maquis...

 

Vingt-cinq ans plus tard, les deux amis décident d'aller rendre visite à cet homme qui leur a sauvé la vie. Mais à leur arrivée, ils sont accueillis par les gendarmes, eux aussi à la recherche du fameux Samuel et pour le moins soupçonneux. Camille et Augustin comprennent alors que ce personnage n'est peut-être pas aussi intègre qu'ils ont pu le croire..

 

Quelques jours plus tard, le comportement de Martine, la fille d'Augustin, inquiète ce dernier : pourquoi semble-t-elle si troublée depuis la disparition de Samuel ?

 

 

L'auteure

 

 

Marie de Palet est née à Mende, en Lozère, en 1934. Elle y poursuit ses études pour devenir institutrice. Un jour lui vient l'envie d'écrire la vie de sa grand-mère, puis, au fil de la plume, elle se met à raconter une tout autre histoire, plus vraie encore. Ce fut son premier roman. Le succès des ouvrages de Marie de Palet a conduit De Borée à publier aujourd'hui en collection Terre de poche ce texte d'une grande justesse sur l'après-guerre et ses désillusions, sur une jeunesse qui tentait de vivre son bonheur sur les restes encore brûlants de l'Occupation et de tout reconstruire.
Source : amazon.fr

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions de BOREE et en particulier Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Le Souvenir de Samuel », roman de Marie de PALET, auteure dont j'ai lu un grand nombre d'ouvrages tant j'aime sa plume fluide et très agréable.

 

Avec son don habituel de grande conteuse, Marie de PALET nous transporte en Lozère, sous l'occupation allemande -Seconde Guerre Mondiale- où nous faisons connaissance avec deux jeunes gens Camille et Augustin. Ceux-ci fuient le STO et trouvent refuge dans la ferme de Samuel.

 

Vingt-cinq ans plus tard, les deux amis décident de retourner à Blachère voir Samuel leur sauveur dont ils apprennent le décès. Mais qui était vraiment Samuel ?

 

Nous découvrons donc le destin d'Augustin et de sa fille Martine. Marie de PALET décrit à merveille la vie à la campagne, les paysages de la Lozère que nous visionnons au fil de ses mots. L'intrigue est bien menée, les personnages vrais et attachants.

 

J'ai bien aimé ce roman régional sur fond historique, abordant divers thèmes tels que l'amour, l'amitié, les secrets de famille, l'essor économique, les nouvelles technologies et la vie en milieu rural à l'époque.

 

Un bon moment de lecture.

 

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 


 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "LE PACTE DE SEL"

« LE PACTE DE SEL »

Béatrice BOURRIER

Editions Lucien SOUNY

Collection Chant des Pays

4 MAI 2018

304 pages

 

 

Présentation

 

Au grand dam de sa famille, Juliette découvre l’amour fou dans les bras d’Aurélio, un ouvrier italien venu ramasser le sel. Sous le soleil écrasant d’Aigues-Mortes en proie à une misère criante et à un nationalisme exacerbé, le drame couve… Une hystérie meurtrière s’empare du village qui voit ses travailleurs italiens assassinés à tour de bras, en toute impunité. Dans un délire halluciné et sans que personne s’en rende compte, le frère de Juliette élimine celui qui a déshonoré sa sœur. Après deux jours d’émeutes, les habitants se réveillent de leur cauchemar et tous décident de ne plus évoquer ces odieux événements. De les oublier… Tous, sauf Juliette. Isolée dans un vieux château de schiste et d’ardoise en Cévennes, elle s’attachera formidablement à cette terre et nouera un lien très solide avec sa belle-mère. Benoîte l’accompagnera dans sa mue de jeune fille vers la femme forte et amoureuse de la vie, capable de savourer les plaisirs comme d’affronter les trahisons familiales, de s’élever pour comprendre les siens et peut-être de pardonner.


 

 

L'auteure

 

 

Originaire de Montpellier, Béatrice Bourrier s’est fait connaître avec ses nouvelles qui ont été récompensées par le Prix des libraires 1999 et par le Prix de la nouvelle du Conseil Général de l’Ariège (2002). En 2005, elle signe son premier roman, et depuis les autres s’enchaînent. Tous nous entraînent au cœur de ce coin de pays qu’elle aime – les Cévennes – qu’elle dépeint finement et dont elle restitue toute la finesse et l’âme. Elle vit à Montpellier.

Du même auteur : aux éditions Lucien Souny : Au défaut de l’épaule, 2015 ; Le berger et son étoile, 2014. Le souper du lion, Éditions L’Harmattan, 2014 ; Manon, magicienne de pharaon, Éditions Mogador, 2010 ; Collines au Crépuscule, Éditions Cheminements, 2006.

 

 

 

Mon avis


 

Je remercie Béatrice BOURRIER de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, son roman « Le Pacte de sel » et ainsi de découvrir sa très jolie plume. Je la remercie également pour la très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.


 

L'auteure nous emporte à la fin du XIXème siècle à Aigues-Mortes où nous faisons connaissance de la famille Davignon : Marius le père, Esther, la mère, Frédéric et Juliette leurs enfants. Juliette âgée de 17 ans tombe amoureuse d'Aurélio, jeune ouvrier Italien venu travailler aux salins.

Nous découvrons le destin de cette jeune fille courageuse et volontaire, son histoire d'amour impossible avec Aurélio, ses tourments, sa vie de femme dans les Cévennes et sa reconstruction après toutes les épreuves qu'elle aura surmontées..


 

L'auteure aborde avec précision un thème de notre Histoire que je ne connaissais pas : le massacre d'ouvriers Italiens qui a eu lieu en Camargue en 1893 et le nationalisme de la population en proie à la misère sociale.

Béatrice BOURRIER évoque également des sujets tels que l'amour, l'amitié, la vengeance, la politique, les religions, la place des femmes au XIXème siècle, les secrets, les trahisons, la passion du jeu, la résilience.. le tout se déroulant dans une belle région de France si chère au cœur de l'auteure et qu'elle décrit d'ailleurs à merveille.


 

J'ai ADORE ce roman fort émouvant, très bien écrit et documenté tant sur le plan régional qu'historique, qui dresse un très beau portrait de femme et dont les multiples rebondissements tiennent vraiment le lecteur en haleine. J'ai lu cet ouvrage en seulement deux soirées tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement puis refermé à regret.


 

Un excellent moment de lecture.


 

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui dimanche voici ma chronique concernant : "LES AMANTS DU SILENCE"

« LES AMANTS DU SILENCE »

Jean-Louis DESFORGES

CITY EDITIONS

TERRE D'HISTOIRES

6 novembre 2019

240 pages

 

 

 

Présentation

 

Même dans la tourmente, on n'oublie jamais ses racines.

 

Après l'armistice de novembre 1918, Marie désespère de recevoir des nouvelles de son mari. Pierre a quitté la ferme familiale du Vercors lorsqu'il a été mobilisé au début de la guerre. Depuis, il n'a pas donné signe de vie et même le ministère de la Guerre est incapable de retrouver sa trace. Marie décide alors de se rendre sur la ligne de front, là où se sont tenus les combats. C'est dans un dispensaire de fortune près de Chantilly qu'elle retrouve Pierre.


Traumatisé par une explosion, il est muet et a totalement perdu la mémoire. La jeune femme le ramène dans leur maison, essayant de raviver ses souvenirs. Jusqu'au jour où une autre femme vient briser ce fragile équilibre : elle prétend que Pierre est son mari ! Marie doit alors livrer un ultime combat pour sauver l'amour de sa vie d'un danger plus grand encore que la guerre et ses horreurs...

 

L'auteur

 

Jean-Louis DESFORGES est auteur de nombreux romans historiques. Né en Algérie et très marqué par l'histoire tourmentée de son pays d’origine, il est un fin observateur de la condition humaine. Ses livres sont empreints d'un attachement aux valeurs humanistes, à la terre et aux racines.

 

Mon avis

 

Je remercie Jean-Louis DESFORGES et City Editions Terre d'Histoires de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Les Amants du silence » mais également de retrouver la plume romantique et sensible de l'auteur, découverte lors de la lecture de « Les Ames des Grandes Combes »..

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée et bien que ce roman rappelle les horreurs de la Guerre de 14-18,  il se déroule après-guerre et sort ainsi vraiment du lot du fait qu'il traite d'un thème original : celui des conséquences de ladite guerre.

 

Jean-Louis DESFORGES nous emmène donc dans le Vercors en 1918 où nous faisons connaissance avec Marie et sa famille. La jeune femme attend avec impatience le retour à la ferme de son époux Pierre, parti au Front. Pour quelle raison Pierre ne revient-il pas ?

 

N'ayant pas de nouvelle de celui-ci, persuadée au fond de son cœur qu'il est vivant, Marie décide de se rendre près de chantilly dans un hôpital de campagne où se trouve un homme qui ressemble fortement à son mari. Elle garde l'espoir qu'il s'agit bien de Pierre et va tout faire pour que les souvenirs des racines du blessé ressurgissent.

 

L'auteur décrit à merveille les traits tant physiques que psychologiques des protagonistes de son roman, leurs sentiments, leurs doutes, leurs espoirs mais aussi les traumatismes subis par les rescapés de la Grande Guerre.

Jean-Louis DESFORGES dépeint également avec précision les paysages du Vercors et la vie en milieu rural à l'époque.

J'ai beaucoup aimé ce roman régional historique, émouvant, empli d'amour, de tendresse et d'espoir, au suspense bien mené, que j'ai lu pratiquement d'une traite tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement.

 

Un très bon moment de lecture.

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui lundi voici ma chronique concernant "Le Chant d'Aurore"

« LE CHANT D'AURORE »

Albert DUCLOZ

Editions DE BOREE

TERRE DE POCHE

14 novembre 2019

507 pages

 

Présentation

 

Le 26 mars 1962, lors de la tristement célèbre fusillade de la rue d'Isly, Aurore, six ans, voit sa mère Edwige mourir devant ses yeux. La foule la sépare de son père, le Dr Olivier Mollkirch, lequel, blessé à la tête, plonge dans le coma. L'enfant, sous le choc, ne se rappelle pas son nom de famille et les religieuses qui la recueillent ne parviennent pas à retrouver son père. Elles l'envoient donc en France où un brave couple de paysans, Charlotte et Augustin Cubizolles, l'adopte. À l'adolescence, Aurore n'aura de cesse de rechercher son père. C'est pourtant le plus grand des hasards qui les fera se retrouver…

 

L'auteur

 

 

Pour son propre plaisir, Albert Ducloz écrit depuis l’enfance romans, poésies, contes et nouvelles. Pourtant, après une carrière de directeur d’établissement de soins, ce n’est qu’en 2002 qu’il publie son premier roman, Citadelles d’orgueil. En 2015, Les Trois Promesses a obtenu le prix du Cercle littéraire Médicis et Le Chant d’Aurore le prix La Plume et la Lettre. 

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions DE BOREE et en particulier Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire « Le Chant d'Aurore », roman de Albert DUCLOZ auteur dont j'ai lu pratiquement tous les ouvrages tant j'aime sa très belle plume.

 

Albert DUCLOZ nous entraîne en Haute-Loire, à Prades où nous faisons connaissance avec Aurore qui s'apprête à rencontrer ses parents adoptifs : Augustin et Charlotte.

 

Aurore arrive d'Algérie où des religieuses l'ont recueillie à l'âge de 6 ans, en mars 1962, alors qu'elle a vu mourir sa maman et a perdu la trace de son papa. Persuadée que celui-ci est toujours en vie, elle n'aura de cesse de le retrouver. Le docteur Olivier Mollkirch, son père, est également certain que sa fille est vivante mais parviendra-t-il à la revoir ?

 

 

L'auteur nous fait partager les joies, les peines, les espoirs d'Aurore qui est une petite fille très attachante et déterminée, possédant une jolie voix. Elle semble bien s'adapter à Charlotte sa nouvelle « maman » qui est très gentille mais ne peut toutefois appeler Augustin « papa »..

 

Albert DUCLOZ décrit la vie dans les années 60 en milieu rural, les mentalités des habitants du village, leurs réactions vis-à-vis des personnes jugées étrangères qu'étaient les rapatriés d'Afrique du Nord et les problèmes liés à l'adoption.

 

Le suspense et les nombreux rebondissements tiennent le lecteur en haleine jusqu'au dénouement et l'on a vraiment hâte de savoir si l'on va enfin assister aux retrouvailles père-fille.....

 

J'ai beaucoup aimé ce roman très bien écrit, émouvant, empli d'amour et d'espoir, qui mêle l'Histoire à celle d'une petite fille séparée de sa famille. Une chose est certaine, lorsque nous refermons ce livre, nous imaginons aisément entendre le chant mélodieux d'Aurore.....

Un très bon moment de lecture.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mercredi voici ma chronique concernant : "LA FILLE DE FRESSELINES"

« LA FILLE DE FRESSELINES »

Alain LEBRUN

MARIVOLE

20 septembre 2019

262 pages

 

Présentation

 

Dans un village perdu au pied d’une colline, une carrière d’extraction de bauxite a fermé ses portes en raison des nombreux éboulements qui s’y produisaient. Un certain Emile Delagarde fait naître une légende selon laquelle ces méfaits seraient dus à la présence sur les lieux d’une duchesse vieille de 300 ans. La population a d’ailleurs aperçu la créature à diverses reprises ! Delagarde organise alors une battue qui va mettre fin à son existence. L’homme est en fait commandité par la société qui détient la carrière et va ainsi pouvoir reprendre son exploitation. La créature ayant été vue est Hélène de La Frênaie ; elle a fui sa famille afin d’échapper au couvent. Grâce à un berger, elle est sauvée du complot ; elle va ensuite se lier d’amour avec lui. L’enfant née de cette idylle dans le plus grand secret devient très vite orpheline. Elevée par sa tante à Fresselines, elle possède dans ses gênes la rage de sortir de la misère dans laquelle elle vit et, aux prix de manigances va retrouver une place honorable dans la famille de sa mère.

 

L'auteur

 

Auteur picard séduit par le charme naturel de la Creuse, Alain LEBRUN publie ici un troisème opus sur la patrie de Jules Sandeau. Il conscare désormais toute son activité à l'écriture.

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions RAMSAY-MARIVOLE et en particulier Christophe pour l'envoi, en service de presse, de « La Fille de Fresselines », roman d'Alain LEBRUN. J'ai découvert la plume fluide d'Alain LEBRUN lors de la lecture de « Journal d'un notaire de campagne ».

 

Dans un genre différent, l'auteur nous conte l'histoire d'Hélène La Frênaie, duchesse qui, selon une légende, depuis sa mort, viendrait hanter son village natal dans la Creuse.

 

Nous suivons le destin des personnes de la famille d'Hélène tout ceci dans une atmosphère mystérieuse..

 

L'histoire est agréable, bien écrite et les dialogues sont vivants et drôles ; selon les personnages ils reflètent bien le « parler » paysans et celui plus pompeux des nobles..

 

J'ai bien aimé ce roman historique régional ponctué d'une touche de surnaturel et d'humour qui se lit facilement et avec lequel j'ai passé un bon moment de lecture.

 

Voici un ouvrage qui séduira, j'en suis certaine, les amateurs du genre.

 

Bonne lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mardi voici ma chronique concernant : "LE REVE DE TOINET"

« LE REVE DE TOINET »

Mireille PLUCHARD

Editions PRESSES DE LA CITE

Terres de France

12 septembre 2019

304 pages

 

Présentation

 

Rien ne prédestinait Toinet, jeune chevrier cévenol, à quitter le mas familial et son village. Mais nous sommes au début du XVIIIème siècle, embrasé par les guerres de Religion.. Toinet entre en apprentissage chez Maître Roque, où il trouve sa voie : travailler cette argile qu'il façonne, jour après jour, avec habileté. Puis il est placé chez un potier d'Anduze, peu scrupuleux. A la foire de Beaucaire, lors d'une étape dans son tour de France de compagnon du Devoir, le jeune aspirant tombe en extase devant des vases Médicis. Il n'a jamais vu de pièces de céramique aussi finement ouvragées. Cette vision le trouble, comme celle de la rousse Apolline...

Beau roman d'initiation, Le Rêve de Toinet exhale un parfum authentique de traditions et de culture cévenoles.

L'auteure

Passionnée d’Histoire et d'histoires, Mireille Pluchard est l’auteur des romans Le Petit BâtardLe Puits Sans-Nom et Les Sentes buissonnières, qui ont connu un vif succès. Elle a également publié Le Miroir d’AmélieLe Choix de Diane, et Les Souffleurs de rêves aux Presses de la Cité.

TO

Mon avis

 

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Le Rêve de Toinet », roman de Mireille PLUCHARD dont j'ai découvert la plume fluide et majestueuse lors de la lecture de ses précédents romans « Les Chemins de promesse », « L'Echarpe de la promise », « Le Petit bâtard » et «Le Miroir d'Amélie ». Je remercie également Mireille PLUCHARD pour la très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.

La très jolie couverture m'a de suite interpellée.

Mireille PLUCHARD nous transporte au XVIIIème siècle dans les Cévennes où nous faisons connaissance avec Jacquette Rouvet qui, au décès de son époux, se voit dépouillée de la ferme où elle vit avec ses deux enfants : Chantelone et son frère Antoine – dit Toinet- Mais quel sera le rêve de Toinet ?

L'auteure nous conte avec ses si jolis mots le destin de ce jeune garçon qui aurait du, comme ses ancêtres, devenir chevrier et qui va apprendre à faire des poteries.

L'histoire est belle, originale, les personnages vrais et attachants. Mireille PLUCHARD décrit à merveille et avec moult détails, le métier de potier et la fabrication des vases Médicis, les conflits liés aux guerres de Religion, les us et coutumes de l'époque nous rappelant ainsi que la vie de nos ancêtres n'était pas facile..

J'ai bien aimé ce roman régional historique très bien documenté et écrit, émouvant car empli d'amour et d'amitié, aux multiples rebondissements qui tiennent en haleine jusqu'au dénouement.

 

Un bon moment de lecture.

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mercredi je vous propose ma chronique concernant : "LE PENSIONNAT DE CATHERINE"

« LE PENSIONNAT DE CATHERINE »

Florence ROCHE

Editions PRESSES DE LA CITE

3 octobre 2019

300 pages

 

 

Présentation

 

Dans les années 60, les secrets de la guerre commencent seulement à affleurer. Ainsi, Samuel, jeune professeur, apprend , à la mort de sa mère adoptive, qu'il a été recueilli en 1943 non loin de la frontière suisse où un réseau de passeurs aidait les juifs à fuir.

 

En Haute-Loire, Camille, elle, seconde sa mère Catherine, une veuve qui dirige avec autorité un pensionnat de jeunes filles. L'arrivée d'une nouvelle enseignante, qui porte de lourdes accusations à l'encontre de Catherine, va remettre en cause les certitudes de Camille sur sa filiation.
C'est dans la région d'Annecy que Samuel et Camille vont se rencontrer par hasard au milieu des ruines du chalet des anciens passeurs de juifs.


Tous deux se lancent dans une périlleuse quête de leurs origines et, surtout, découvrent l'amour...

 

 

L'auteure

 

Née au Puy-en-Velay, en Haute-Loire, Florence Roche a fait des études d’histoire à la faculté de Saint-Etienne. Elle a notamment publié L’Honneur des Bories (2010), La Trahison des Combes (2012), La Réfugiée du domaine (2017) et, aux Presses de la Cité, Les Parfums d’IrisLes Carnets d’Esther et L’Héritière des anges.

TOUTE 

Mon avis

 

Je remercie PRESSE DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Le Pensionnat de Catherine », roman de Florence ROCHE auteure dont j'ai lu pratiquement tous les ouvrages tant j'aime sa plume fluide, précise et délicate. Je remercie également Florence pour la très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée. Certains vont dire « encore un roman historique se déroulant pendant la seconde Guerre Mondiale... » ; effectivement mais celui-ci sort vraiment du lot !

 

Dès les premiers mots de l'auteure, je me suis sentie happée par l'histoire de Samuel, jeune garçon de confession juive qui a été adopté à l'âge de 6 ans après s'être enfui d'un chalet situé en Haute-Savoie près de la frontière suisse où il a failli vivre l'enfer en compagnie de sa maman Mirella....

 

Ensuite, de nombreuses questions me sont venues à l'esprit : les parents de Samuel sont-ils morts ?

Qui étaient vraiment les parents de Camille et quel fut leur rôle durant la Seconde Guerre Mondiale ?

 

Les personnages sont attachants pour certains, détestables pour d'autres mais je vous laisse le découvrir par vous-mêmes... J'ai beaucoup aimé Simon et Camille, la fille de Catherine, cette jeune fille très attachée à sa mère, que Samuel rencontrera plus tard, tous deux sont authentiques et attendrissants.

 

L'histoire est passionnante et très addictive, l'intrigue bien menée, le suspense et les rebondissements intenses nous dirigent vers des pistes qui s'avèrent fausses.. Il faut dire que Florence ROCHE a vraiment le don de tenir son lecteur en haleine.

 

J'ai ADORE ce très beau roman, poignant, émouvant, très bien écrit et documenté sur les plans historique et régional dont une partie se déroule dans ma très belle région et qui fut pour moi un vrai COUP DE COEUR.

 

Je l'ai lu pratiquement d'une traite, tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement, au demeurant fort surprenant, ne pouvant me résoudre à le refermer et l'ai vraiment quitté à regret.

 

Si, comme moi, vous êtes férus d'Histoire mêlant amour, secrets de famille, quête de vérité et suspense, ce roman ne pourra que vous séduire.
Excellent moment de lecture.

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui lundi je vous invite à découvrir ma chronique concernant : "LES VENDANGES DU LOUBIAC"

« LES VENDANGES DU LOUBIAC »

Michel GIARD

Editions de BOREE

22 août 2019

372 pages

 

 

Présentation

 

Rien ne prédestinait Léonie Marciac à diriger le domaine viticole familial en Bordelais. Pourtant, tout change avec la mobilisation de son mari en août 1914. Visionnaire, habile et décidée, Léonie se révèle une remarquable femme d’affaires et s’émancipe.


Des foires aux vins à l’Europe des palaces, des beaux jours de l’été 1914 à ceux de 1939, nous assistons avec Léonie à l’arrivée des Américains à Bordeaux, au développement de l’automobile et de l’aviation, ainsi qu’aux mutations profondes du pays.


Saveurs des huîtres du bassin d’Arcachon et soupe amère, passions et déchirements, jeunesse et déclin : grands malheurs et petits bonheurs alternent sur les rives de la Gironde et au bord de la mer.

 

L'auteur

 

Ecrivain éclectique, Michel GIARD a déjà publié plus de soixante-dix ouvrages. Historien, chroniqueur radio, conférencier et grand voyageur, il se passionne pour les aventures humaines. Les Vendanges du Loubiac est son quatrième roman à paraître aux éditions DE BOREE.

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions de BOREE et en particulier Leila et Virginie de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Les Vendanges du Loubiac », roman de Michel GIARD dont j'ai découvert la plume fluide et précise lors de la lecture de « Les Moissons de l'espoir ».

 

Michel GIARD nous transporte en 1918 dans le Bordelais où nous faisons connaissance avec Léonie qui, depuis le départ au Front de son époux Philippe, gère avec brio, avec l'aide de son maître de chai, le domaine viticole et agricole de la famille Marciac.

 

Nous découvrons le destin de Léonie, fille de négociants en cidre de Normandie, femme courageuse, volontaire et nous partageons ses joies, ses peines, ses passions, sa vie au chateau..

 

L'histoire est intéressante et bien écrite. L'auteur décrit à merveille les différences de classes sociales, la vie à l'époque dans les exploitations viticoles et les joies procurées par les vacances passées à Arcachon.

 

Dans ce récit se déroulant entre 1914 et 1940, l'auteur rend hommage aux soldats qui ont combattu pendant cette période tourmentée de notre Histoire mais aussi aux femmes qui, dans l'ombre ont participé à leur manière à ces guerres, en assurant les travaux habituellement effectués par leurs maris, pour survivre pendant leur absence et maintenir en vie les exploitations.

 

J'ai bien aimé ce roman régional historique très bien documenté qui séduira les férus d'Histoire et les amateurs de bons vins.

 

Un bon moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui samedi voici ma chronique concernant : "LES SORTILEGES DU TREMBLAY"

« LES SORTILEGES DU TREMBLAY »

Karine LEBERT

Editions de BOREE

TERRE DE POCHE

Avril 2019

402 pages

 

Présentation


À la fin du XIXe siècle, la jeune Dairine quitte son Irlande natale pour devenir dentellière au manoir du Tremblay. Dès son arrivée dans la sombre demeure, elle sent la menace d'une malédiction. Sa rencontre avec Frédéric Le Guen, le propriétaire du domaine, va sceller son destin...

En 1903, Manon, la petite-fille de Dairine, dentellière d'exception, fait face à la même histoire que son aïeule, jusqu'à tomber sous le charme d'un certain Bertrand Le Guen. Manon court-elle un danger ? Qu'est-il vraiment arrivé à Dairine ? Au Tremblay, la malédiction qui poursuit sa lignée n'a pas fini de sévir... 

 

L'auteure

Journaliste de décoration, Karine LEBERT est une passionnée. Ses héroïnes sont à son image et c'est grâce à l'écriture qu'elle sait redonner aux femmes une place prépondérante dans l'Histoire.

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions de BOREE et en particulier Viriginie de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Les Sortilèges du Tremblay », roman de Karine LEBERT. Etant une fan inconditionnelle de cette auteure dont j'ai lu pratiquement tous les ouvrages, j'ai retrouvé avec plaisir sa plume fluide et élégante.

 

Karine LEBERT nous emporte en 1845, en Irlande et nous conte les destins incroyables de six générations de femmes.

Tout d'abord Dairine, issue d'une famille pauvre qui exerce le métier de dentellière et quitte son pays, la misère, la famine pour se rendre en France - en Bretagne - où elle trouve un emploi au Manoir du Tremblay, propriété de Frédéric Le Guen.


Ensuite, nous découvrons les vies de Nicolette, Manon, Gwen, Morgane-Clara et Chloé et ce jusqu'aux années 1980. Toutes ces femmes ont des caractères bien trempés et des dons de guérisseuses. Toutefois une malédiction semble peser sur elles..

 

J'ai bien aimé ce roman régional historique et surnaturel mêlant amour, sorcellerie à l'Histoire dans une ambiance mystérieuse que j'ai lu d'une traite tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement au demeurant très surprenant.

J'ai passé un très bon moment avec ce roman fort agréable, qui ravira j'en suis certaine, les amateurs du genre.

 

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>