Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #roman contemporain catégorie

Bonjour aujourd'hui samedi voici ma chronique concernant : "JOURNAL D'UNE PETASSE AU VOLANT"

« JOURNAL D'UNE PETASSE AU VOLANT »

Anne-Charlotte LAUGIER

Editions RAMSAY

16 juin 2020

130 pages

Présentation


 

Mais pourquoi une pétasse au volant serait plus pétasse qu’une pétasse à pied ? Parce qu’une voiture protège de tout : des autres pétasses encore plus pétasses, des hommes à petit cerveau et grosse auto, des flicaillons tatillons et des passants envahissants. Dans son cocon, la pétasse est enfin elle-même, libérée des turpitudes, c’est du moins ce qu’elle s’imagine.

Chanteuse à tue-tête (souvent), romantique (un peu), vulgaire (parfois), maman (quand il faut) et mécano (le moins souvent possible), elle vit sa voiture et la transforme selon son humeur et sa météo personnelle. Tour à tour salon de coiffure, alcôve amoureuse, salle de concert, bureau ou bistrot avec les copines, son auto est le décor de sa vie et de ce roman qui aborde, sur un ton humoristique, des problèmes qui vont bien au-delà de l’anecdote.


 

L'auteure

« Anne-Charlotte Laugier, journaliste, blogueuse, théâtreuse et dans quelques jours, romancière. Elle publie "Journal d'une Pétasse au volant" chez Ramsay, ce lundi 15 Juin 2020.
Passée du portrait d'artistes à l'univers automobile, elle télétravaille depuis 15 ans et voyage pour tester les nouveaux modèles automobiles et parfois les vélos. » Sources Criminocorpus

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions RAMSAY et en particulier Christophe de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Le Journal d'une pétasse au volant », roman de Anne-Charlotte LAUGIER et ainsi de découvrir la plume pétillante de cette auteure.

 

Anne-Charlotte LAUGIER nous conte l'histoire d'une femme, la quarantaine, très charmante, maman d'une adolescente et dont le mari la trompe avec une ancienne amie..

 

L'auteure décrit bien les traits de caractère de cette femme qui ne mâche pas ses mots et maîtrise parfaitement la conduite automobile : sa vie tournant autour des voitures.

Il faut dire que son caractère de « pétasse » ne laisse personne indifférent, on l'aime ou pas !

 

Toutefois, un quadragénaire en fauteuil roulant va se laisser charmer par notre héroïne et lors de leur rencontre, nous allons découvrir un tout autre visage de notre « pétasse » !

 

Pour trouver l'amour, faut-il être une « pétasse » ? Je vous laisserai le découvrir par vous-mêmes...

 

 

J'ai bien aimé ce court roman feel-good dont le titre m'avait de suite interpellée et que j'ai lu d'une traite. Les répliques fort amusantes m'ont fait sourire à maintes reprises et je ne me suis vraiment pas ennuyée un seul instant. 

 

Ma fille qui m'emprunte souvent des romans vient de le lire et elle a beaucoup apprécié cette lecture. Je le recommande donc aux amatrices du genre, qui comme nous, passeront un bon moment de détente.

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerice74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mardi voici ma chronique concernant : "Les Soeurs Van Apfel ont disparu"

« LES SOEURS VAN APFEL ONT DISPARU »

Félicity McLEAN

PRESSES DE LA CITE

20 mai 2020

288 pages

 

 

 

 

Présentation

 

Été 1992, dans une lointaine banlieue de Sydney, en lisière du bush. Un été caniculaire durant lequel une puanteur infecte se dégage du lit de la rivière. Un été que Tikka, onze ans et deux mois, n’a jamais oublié : celui où les sœurs Van Apfel ont disparu.


Les trois filles du pasteur — Hannah, l’aînée, Cordelia, la fantasque, somnambule à ses heures, et la petite Ruth avec son bec-de-lièvre — profitent de l’entracte du spectacle de l’école pour se faire la belle et s’évanouir dans la nature. Le corps de la plus jeune sera retrouvé coincé entre deux rochers…

Vingt ans plus tard, Tikka retourne chez ses parents pour prendre soin de sa grande sœur, malade. Un séjour qui sera l’occasion d’affronter avec elle les fantômes qui les hantent. Leurs amies se sont-elles enfuies pour échapper au joug de leur père ou ont-elles été victimes d’un prédateur ? Y a-t-il la moindre chance pour qu’Hannah et Cordelia soient aujourd’hui toujours en vie ?


Entre désir de liberté et rêves étouffés, un texte qui capture avec justesse, humour et intensité l’essence même de l’adolescence. Et s’il y est question du spleen des sœurs Van Apfel, ce roman résonne aussi des rires de ses héroïnes et se dévore comme un page-turner.

 

L'auteure


Nationalité : Australie


Felicity McLean est journaliste et auteure.
Les droits de son premier roman, "Les sœurs Van Apfel ont disparu" ("The Van Apfel Girls are Gone", 2019), ont été vendus dans de nombreux pays. C’est aussi son premier livre publié en France.

son site : https://felicitymclean.com/

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Mona de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Les Sœurs Van Apfel ont disparu », roman de Felicity McLEAN.

 

L'auteure nous transporte à Baltimore où Tikka vit et travaille à l’hôpital. Assise dans un taxi, il lui semble reconnaître son amie d'enfance Cordélia. Mais comment cela serait-il possible puisque Cordelia Van Apfel et ses sœurs ont mystérieusement disparu vingt ans plus tôt, au cours de l'été caniculaire de 1992 en Australie  et que seul le corps de la plus jeune des sœurs a été retrouvé ?

 

De retour en Australie afin de s'occuper de sa sœur atteinte du cancer, les souvenirs de Tikka ressurgissent et, ne pouvant se résoudre à accepter la disparition de ses amies, celle-ci n'aura de cesse d'éclaircir ce drame.

 

L'auteure nous conte donc l'histoire de ces jeunes filles et nous plonge dans une ambiance mystérieuse, prenante, angoissante. La chaleur accablante du bush Australien que nous ressentons au fil des mots de l'auteure, n'arrange rien aux inquiétudes et aux questions que nous nous posons en lisant ce récit...

 

Les personnages sont très bien décrits et certains sont détestables comme le père des fillettes, pasteur rigide et cruel, la mère qui se voile la face et le professeur au demeurant fort bizarre.

 

J'ai bien aimé ce roman contemporain envoûtant, bien écrit, sur l'adolescence, les fantômes du passé, les secrets de famille et les non-dits. Toutefois je me suis sentie frustrée du fait que le dénouement très surprenant, laisse le lecteur imaginer par lui-même la fin de l'histoire.

 

Voici un premier roman fort prometteur avec lequel j'ai passé un bon moment de lecture.

 

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui lundi voici ma chronique concernant : "LA CHINOISE DU TABLEAU"

« LA CHINOISE DU TABLEAU »

Florence THOLOZAN

M + EDITIONS

12 décembre 2019

278 pages

 

 

 

Présentation

 

J’ai toujours présumé qu’au moment précis où l’on rencontre quelqu’un, on sait déjà de manière diffuse ce qui adviendra de la relation. Et l’émotion qu’engendre ce regard initial est à la hauteur de l’importance que prendra cette personne.

Et si comme Mélisende et Guillaume vous découvriez un étrange tableau ?

Un tableau sur le point de bouleverser votre vision de la vie ?

Au second plan, derrière une jeune Chinoise, se tiendrait un couple qui ressemblerait en tout point au vôtre. À un détail près : les personnages représentés sur la toile seraient bien plus âgés. Une curiosité irrésistible vous entraînerait alors jusqu’en Chine, à la recherche de la Chinoise du tableau.

Un roman contemporain envoûtant. Des sentiments purs et forts. Un récit à plusieurs voix de toute beauté, où la particularité de chacun s’imbrique dans une continuité intemporelle.

 

L'auteure

 


Florence Tholozan vit dans les proches environs de Montpellier. Diplômée en psychologie clinique, elle enseigne dans l’Hérault.

Du plus loin qu’elle se souvienne, elle a toujours eu l’amour des mots. La Chinoise du tableau est son premier roman. Il a été récompensé par le Prix de Paroles d'auteur(e)s de St Clément 2020 et a concouru au Prix du Livre Romantique 2019 pour lequel il a été finaliste.

 

 

 

Mon avis

 

Je remercie Florence THOLOZAN et à Marc M + Editions de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « La Chinoise au tableau ». J'ai ainsi pu découvrir la plume fluide et envoûtante de cette auteure.

 

Nous faisons connaissance avec Mélissende, professeur de chinois et de Guillaume, architecte, un couple comme les autres qui se sont rencontrés et qui ont eu de suite le coup de foudre. Il suffira d'une balade dans un vide-grenier pour que nos deux héros soient attirés par un tableau représentant une jolie chinoise en premier plan et un couple de personnes âgées leur ressemblant trait pour trait..

 

Florence THOLOZAN nous offre un voyage en Asie où nous suivons nos héros. Elle décrit avec précision et moult détails la vie en Chine, la culture, les us et coutumes et nous nous sentons portés par les si jolis mots de l'auteure dans ces contrées lointaines et mystérieuses..

 

J'ai beaucoup aimé ce roman contemporain très bien écrit et documenté, empli de douceur d'amour et de poésie sur l'histoire d'un amour éternel. Je l'ai lu pratiquement d'une traite tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement très surprenant.

 

Voici un premier roman fort prometteur !

 

Un très bon moment de lecture très apaisant.

 

 

Pages FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mercredi voici ma chronique concernant "Nos Peines indicibles"

« NOS PEINES INDICIBLES »

Marjorie LEVASSEUR

Auto-Edition

22 mai 2020

312 pages

 

 

Présentation

 

Il est des blessures qu’on préfère taire parce que trop douloureuses, des silences qui se font assourdissants et des fossés qui se creusent pour devenir des abîmes…


Léna était une adolescente qui avait tout pour être heureuse… en apparence. Une apparence qu’elle a voulu conserver pour sa mère, ses amis, jusqu’à ce que sa peine devienne si insupportable qu’elle ne puisse plus faire semblant et finisse par commettre l’irréparable.


Agathe est infirmière scolaire et vient de s’installer à Grenoble avec sa fille pour prendre un nouveau départ, panser ses plaies et oublier la fin désastreuse de son mariage avec Thomas.


En arrivant dans le lycée où a eu lieu le drame, la jeune femme ignore totalement dans quelle mesure son existence s’en trouvera bouleversée. De surprises en déceptions, de rencontres en révélations, rien ne sera plus jamais pareil.
Pour Agathe, comme pour les proches de Léna, il y aura un AVANT et un APRÈS…

 

L'auteure


Marjorie Levasseur est une auteure auto-édité qui vit en Bourgogne.
De formation juridique, elle est devenue aide-soignante après une reconversion professionnelle sur le tard.
Ce sont les différentes anecdotes entendues dans son métier qui lui ont inspiré son premier roman, Une parenthèse dans ta vie..., bientôt suivi d'Il n'y a pas d'ombre sans lumière qui en est la suite.

Bibliovore impénitente, c'est à force de lecture que l'envie d'écriture s'est imposée d'elle-même dans sa vie.
 

 

Mon avis

 

Je remercie « LA VOIE DE CALIOPE » et en particulier Emma de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, le dernier roman de Marjorie LEVASSEUR : « Nos Peines indicibles ».

Nous faisons connaissance avec Agathe, infirmière scolaire en instance de divorce qui vit avec sa fille Lily dont elle partage la garde avec Thomas, son ex-mari.

Agathe apprend qu'un drame a eu lieu, il a quelques années, dans le lycée où elle exerce depuis peu. Elle décide de découvrir les causes de cet événement tragique que, ni les élèves ni les professeurs, ne semblent vouloir évoquer.

 

 

Dans ce roman choral, l'auteure donne la parole aux protagonistes de son livre nous permettant de mieux les connaître et de partager leurs sentiments. Elle a vraiment le don de captiver le lecteur qui se sent de suite happé par ses mots et tente de trouver l'énigme liée à la disparition de Léa, pense avoir percé le mystère, mais en fait il n'en est rien....

 

Marjorie LEVASSEUR aborde avec douceur et pudeur différents thèmes d'actualité tels que l'amour, le divorce, l'amitié, l'adolescence, l'anorexie, les relations parents-enfants, le suicide, les secrets.., sujets qui ne peuvent que nous toucher.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman contemporain émouvant, très bien écrit, aux multiples rebondissements et au suspense bien mené, qui m'a tenue en haleine jusqu'au dénouement et que j'ai lu pratiquement d'une traite tant il me tardait d'en connaître le dénouement.

 

Un excellent moment de lecture.

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 


 


 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mardi voici ma chronique concernant : "Pour le sourire de Lenny"

« POUR LE SOURIRE DE LENNY »

Dany ROUSSON

PRESSES DE LA CITE

TERRES DE FRANCE

22 août 2019

264 pages

 

Présentation

 

Printemps 2003. Deux vagabonds, Titi et Savate, font halte à Aigues-Mortes, sur le littoral gardois. Dès son arrivée, Savate a l’étrange impression que cette cité médiévale va changer sa vie. En effet, de bonnes âmes tendent la main aux deux hommes : Pacôme, saunier, les héberge, et Marcellin, retraité, se démène pour leur trouver un emploi. Mais c’est au petit Lenny, amateur de skateboard et de défis, que s’attache Savate.


Entre le garçonnet mal aimé par son père et le voyageur sans bagages, une intense amitié se noue. Au contact de l’enfant, le sévère Savate s’ouvre peu à peu. Puis son passé le rattrape… Quel douloureux secret cache celui dont tous ignorent le véritable nom ? Quelle lointaine tragédie l’empêche de connaître le bonheur ?

 

L'auteure

 

Le premier roman de Dany ROUSSON, Les Genêts de Saint-Antonin a remporté le Coup de cœur des lectrices Femme Actuelle 2014. elle a publié aux Presses de la Cité L'Ensoleillée et L'Eté retrouvé.

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir permis de lire en service de presse, « Pour le sourire de Lenny », roman de Dany ROUSSON et ainsi de découvrir la très belle plume de cette auteure.

 

Dany ROUSSON nous emmène en Camargue en 2003 où nous faisons connaissance avec deux SDF : Titi et Savate. Certaines personnes ayant des a priori sur les vagabonds se méfient et leur tournent le dos. Ils rencontrent toutefois Pâcome le saunier qui les héberge puis Lenny âgé de 9 ans, en mal d'affection, passionné de skate, qui se lie d'amitié avec Savate.

Lorsque Lenny sera victime d'un accident, les souvenirs concernant le passé de Savate vont alors refaire surface... Quels secrets seront enfin dévoilés ?

 

L'auteure aborde dans cet ouvrage empli de douceur et de tendresse, plusieurs thèmes tels que les préjugés, les différences de classes sociales, la peur de l'autre, le rejet et l'amitié.

 

Les personnages sont authentiques et attachants. L'histoire est originale, agréable et se lit facilement.

 

J'ai bien aimé ce roman contemporain fort émouvant qui invite à la tolérance et à l’altruisme et avec lequel j'ai passé un très bon moment de lecture.

 

 

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui samedi voici ma chronique GROS COUP DE COEUR concernant : "SAGA CHEVREFEUILLES - L'ENFANT DES SOLITUDES"

« SAGA  CHEVREFEUILLES »

« L'ENFANT DES SOLITUDES »

Tome 1

Editions JCL

septembre 2019

360 pages

 

Présentation

 

A la suite d'une relation qu'elle regrettera amèrement, Nadine Dumaine annonce à Géraud Breteuil être enceinte. Sans détour, il lui donne l'argent nécessaire pour mettre un terme à la grossesse, refusant du coup de la revoir. Contre la volonté de son amant d'un instant, la jeune femme, abandonnée à son sort, donne naissance à un être chétif et s'empresse de le confier à l'orphelinat des Chèvrefeuilles.

 

Neuf ans plus tard, Géraud apprend de façon impromptue qu'il est le père de Bertrand, le bambin dont il ignorait même l'existence. La culpabilité le ronge et, n'arrivant pas à avoir d'enfant avec son épouse, il fait tout en son pouvoir pour accueillir son fils chez lui. Or, l'homme de la maison ne révèle pas la vérité sur le lien familial l'unissant au garçon.

 

Bertrand développe une douce complicité avec sa nouvelle mère, mais une tension latente nuit toujours à leur quiétude. Les sombres secrets du passé feront-ils basculer le monde du petit ? Le bonheur auquel il avait finalement cru n'aura-t-il été qu'un rêve éphémère ?

 

 

L'auteure

 

Nicole PROVENCE a publié plusieurs romans à succès dans toute la francophonie. On lui doit notamment « Le Secret d'Aiglantine », « La Corde du pendu », « Une Promesse si fragile » et « L'Impossible aveu ». Avec la plume élégante qu'on lui connaît, elle nous offre ici le premier tome d'une saga familiale sensible et déchirante.

 

 

 

Mon avis

 

Je viens de terminer la lecture du dernier roman de Nicole PROVENCE « L'Enfant des solitudes » premier opus de la saga des Chèvrefeuilles. La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée et j'ai eu envie de découvrir au plus vite cet ouvrage.

Il faut dire que je suis une fan inconditionnelle de cette auteure dont j'ai lu pratiquement tous les romans et j'ai apprécié retrouver sa plume légère, fluide et élégante.

 

Nicole PROVENCE a vraiment le don, par ses mots, d'immerger le lecteur dans son récit et je me suis sentie de suite happée par cette très jolie histoire.

 

Ainsi, nous apprenons que, suite à une erreur de jeunesse, Nadine et Géraud ont conçu un petit être que la mère n'a pas désiré et qu'elle a abandonné à la naissance et dont le père ignorait l'existence.

 

Neuf ans plus tard, Bertrand est toujours aux « Chèvrefeuilles », l'orphelinat où Géraud et son épouse Liz, en mal d'enfant, décident de l'adopter.

Bertrand est un jeune garçon sensible qui souffre de son handicap physique et qui se réfugie dans la solitude. Il a pourtant beaucoup d'amour à donner mais craint de s'attacher à ses parents adoptifs et d'ête déçu malgré la grande complicité qui s'est installée entre Liz et lui.

 

Quel sera l'avenir de ce petit bonhomme si attachant ? Le secret de Géraud sera-t-il dévoilé ?

 

 

Comme à son habitude, l'auteure décrit à merveille les sentiments des protagonistes de son roman et l'on perçoit les angoisses, les peurs, les espoirs et les joies de Bertrand et de Liz mais également la culpabilité de Géraud.

 

Il en est de même pour les descriptions de la région Lyonnaise, si chère au cœur de Nicole et qu'elle connaît fort bien, sans oublier les odeurs émanant des massifs de fleurs printanières qui viennent embaumer notre lecture et le ronronnement de la chatte Câline que l'on entend aisément.

 

J'ai ressenti beaucoup d'émotions à la lecture de ce magnifique ouvrage très captivant, écrit avec sensibilité et poésie. Cette histoire m'a bouleversée mais comment pourrait-il en être autrement lorsque le sujet évoque l'enfance douloureuse d'un petit garçon qui n'a pas demandé à venir au monde...

 

J'ai ADORE ce premier opus de la saga « Chèvrefeuilles » dont j'attends avec impatience la suite et qui fut pour moi un GROS COUP DE COEUR.

 

Excellent moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonsoir aujourd'hui mardi voici ma chronique concernant : "LE FEU SOUS LA PEAU"

« LE FEU SOUS LA PEAU »

Olivia JONES

Auto-Edition

12 septembre 2019

335 pages

 

 

Présentation

 

Que s’est-il passé le 15 avril 1994 ? Une femme et ses trois enfants meurent dans l’incendie de leur maison. Un cinquième cadavre, étranger à la famille, est découvert, une arme gît non loin de son corps carbonisé. Qui est cet homme ? Vingt-cinq ans après les faits, que cache Marialys Le Mellec ? Quel est le secret de cette mère de famille perturbée, anxieuse, fragile. Que cache le Docteur Fabien Neuville ? Chirurgien de renom, mari et père des disparus, dévasté par la mort atroce de sa famille bien-aimée. Et que cherche le Commissaire ? Flic à la retraite, obsédé par cette vieille affaire qui ne cesse de le tourmenter, et par la promesse faite à une mourante. Terrible drame familial, mensonges en tout genre, secrets bien gardés, tels sont les ingrédients du 7e roman d’Olivia Jones : Le Feu sous la peau.

 

 

 

L'auteure

 

Olivia Jones est une auteure française, d'origine bretonne. Née en banlieue parisienne, d'un père guitariste de jazz et d'une mère au foyer, elle a vécu en Suisse de nombreuses années. Elle s'installe ensuite pour cinq ans dans le golfe du Morbihan, d'où sa famille est originaire, et actuellement, c'est en Alsace qu'elle a choisi de vivre.

Elle a publié cinq romans sur KDP, ainsi qu'un petit recueil de trois nouvelles. Son tout dernier roman, Un parfum de lavande et de sang, son premier thriller, vient de paraître sur Amazon, en broché et ebook.

Elle fait également partie d'un collectif d'auteurs, le Pécéoc, qui publie, dès le 1er décembre 2018, C(h)peur de nouvelles, un recueil au bénéfice de l'association "Petit cœur de beurre", en faveur des enfants atteints de maladies cardiaques. Neuf nouvelles composent ce recueil. Celle d'Olivia Jones s'intitule : Quand le vent se tait...

Sa passion pour l'écriture remonte à l'enfance, en découvrant les contes d'Andersen, Grimm et les autres... Cet univers onirique l'obsède, et la pousse à coucher sur le papier les histoires à caractère fantastique qu'elle aime raconter. Car c'est ainsi qu'elle se considère, une conteuse.

 

 

Mon avis

 

Je remercie Olivia JONES de m'avoir permis de lire, en service de presse, son dernier roman « Le Feu sous la peau ». Etant fan de cette auteur dont j'ai lu pratiquement tous les ouvrages, j'ai retrouvé avec grand plaisir sa plume légère et fluide que j'aime tant.

 

« Le Feu sous la peau » voilà un titre qui m'a de suite interpellée !

 

Olivia JONES a vraiment une imagination débordante et le don de nous captiver par ses mots, rendant ainsi notre lecture très addictive !

 

Je me suis sentie de suite happée par l'histoire que l'auteure nous présente en donnant la parole aux différents protagonistes de son livre et nous dévoile leurs pensées, leurs sentiments et leur passé.

Quel lourd secret Marialys a-t-elle gardé pour elle, depuis ving-cinq ans et qui l'a empêché de s’épanouir et de vivre heureuse ?

 

J'ai bien aimé Marialys, femme ordinaire et réservée qui entretient une relation très fusionnelle avec Cristal, sa fille, seul être qui compte à ses yeux.

 

L'histoire est originale et très bien écrite. L'intrigue est fort bien menée et le suspense intense du fait que, ce n'est qu'avec parcimonie que l'auteure dévoile quelques indices, au fil des pages, nous permettant de découvrir le secret de notre héroïne..

 

J'ai beaucoup aimé, comme tous les ouvrages d'Olivia JONES d'ailleurs, ce très bon roman que j'ai lu d'une traite, ne pouvant me résoudre à le refermer tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement et que j'ai refermé à regret.

 

A lire sans hésitation pour passer un très bon moment de lecture.

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mercredi voici ma chronique concernant : "EX UTERO"

« EX UTERO »

Sandra BANIERE

Auto-Edition

19 septembre 2018

295 pages

 

 

Présentation

 

Nathalie et Carole se retrouvent par hasard vingt ans après la fin de leur amitié, dans une salle d'attente de procréation médicale assistée. A quarante ans, en proie aux parcours infernaux pour lutter contre l'infertilité, elles sont au carrefour de leur vie de femme et d'épouse. Leurs souffrances, et leur désir viscéral d'enfant suffiront-ils à les rapprocher de nouveau ? Quelle place Benoît et Paolo, les maris, parviendront-ils à trouver dans cette mise à mal de leur couple ?

 

L'auteure

 

Professeur de Lettres Modernes, Sandra BANIERE est surtout une grande passionnée de lecture et d'écriture. En 2013, elle a été finaliste du concours « Nos lecteurs ont du talent », ce qui lui a permis d'être d'abord découverte par les lecteurs. Grâce à eux, son premier roman « Les Noces meurtries » a été publié en format numérique chez Chemin Vert, avant d'être édité aux Presses de la Cité en janvier 2017. « Ex Utéro » est son second roman.

 

 

Mon avis

 

Je remercie Sandra BANIERE de m'avoir permis de lire, en service de presse, son roman « Ex Utéro ». J'ai découvert la plume simple et fluide de cette auteure en 2017, lors de la lecture de son précédent roman « Les Noces meurtries ».

 

Sandra BANIERE nous présente Nathalie et Carole, deux amies qui se sont perdues de vue et se retrouvent par hasard dans un cabinet de procréation médicale assistée et de Benoît et Paolo leurs époux.

 

Au fil des mots de l'auteure, nous découvrons la vie de ces deux amies, leurs secrets de famille, les traumatismes subis dans leur jeunesse. Nous suivons le parcours de ces couples confrontés à l'infertilité, leurs souffrances face aux traitements et aux échecs répétitifs.

 

J'ai bien aimé ce roman contemporain féminin émouvant ayant pour thèmes : le désir de maternité, l'amour, l'amitié et l'infidélité conjugale qui se lit très facilement et avec lequel j'ai passé un bon moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires