Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #roman du terroir catégorie

Bonjour aujourd'hui lundi voici ma chronique concernant : "LOUISE DES OMBRAGES"

« LOUISE DES OMBRAGES »

Yves VIOLLIER

EDITIONS PRESSES DE LA CITE

TERRES DE FRANCE

12 mars 2020

300 pages

 

Présentation

 

A travers le personnage de Louise , la vie romancée de Marie Renard (1908-1936), artiste peintre.

 

 

Le père et la fille se tenaient par la main, les yeux fermés. On aurait dit qu’ils dormaient.


« On les a trouvés ainsi que je le raconte dans leur maison des Ombrages. C’était après la Grande Guerre, au Gué-des-Marais. En ce temps-là, on ne pardonnait pas le suicide. Alors, le père et la fille !


Louise, jeune artiste-peintre au talent précoce, exposait déjà dans les salons en compagnie des plus grands. Elle avait un bel avenir. La loi du silence a pesé sur le village. Des bruits ont couru sans que le mystère soit élucidé.
Je suis allé tourner dans ce pays d’eau et de ciel aux couleurs changeantes qu’on appelle Venise verte. J’ai lu les journaux de l’époque et recherché des tableaux de celle qui m’a inspiré cette histoire, et que j’ai prénommée Louise. J’ai visité sa maison que j’ai baptisée Les Ombrages. Et j’ai essayé de remonter par le roman les chemins d’un destin qui les a décidés à se prendre par la main. Pour qu’ils revivent. Et que nous apprenions à les connaître. Afin, peut-être, que nous les aimions. »

 

 

L'auteur

 

 

Yves Viollier est né en Vendée, région qui lui a inspiré de nombreux romans, dont Les Deux EcolesLes Soeurs Robin (prix du Roman populaire) et Les Pêches de vigne. Il est l’auteur aux Presses de la Cité de Y avez-vous dansé, Toinou ?Le Marié de la Saint-Jean et La Nuit d’après. Critique littéraire à La Vie, il se partage entre la Vendée et la Charente.

 

 

 

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editons PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Louise des Ombrages », roman de Yves VIOLLIER, auteur dont j'ai découvert la très belle plume lors de la lecture de « La Nuit d'après » et « C'était ma petite sœur ».

 

Je remercie également Yves pour la très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.

 

L'auteur nous présente le destin quelque peu romancé d'une artiste-peintre Marie Renard en la prénommant Louise. Dès les premières lignes, nous découvrons qu'elle s'est suicidée à l'âge de 25 ans avec son père alors qu'elle avait un bel avenir devant elle.. Pourquoi cette tragédie familiale a-t-elle eu lieu ?

 

L'auteur a vraiment le don de nous intriguer par ses mots et il nous emporte sur des pistes sur lesquelles nous pensons découvrir ce qui s'est passé à la maison des Ombrages.. Il décrit à merveille les paysages, les mystères du marais mais également les protagonistes de son roman.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman, mystérieux, triste, bouleversant certes, extrêmement bien écrit et documenté sur cette artiste-peintre, mêlant plusieurs thèmes tels que l'amour filial, les secrets de famille, la peinture...

 

Un très bon moment de lecture.

 

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui lundi voici ma chronique concernant : "L'ENFANT DU CANAL"

« L'ENFANT DU CANAL »

Jean-Pierre CROIZIER

MARIVOLE EDITIONS

11 octobre 2018

392 pages

 

Présentation

 

Jeanne a dix-huit ans. Elle veut se défaire du carcan familial, de ce père omnipotent et de cette mère soumise. Le destin va lui faire rencontrer Paul qui va devenir l'unique amour de sa vie. Un amour irraisonné.

 

Paul est un aventurier au passé mystérieux et qui, en dépit de ses efforts pour plaire à son épouse, a du mal à rentrer dans le rang. Cette passion contient une force destructrice contre laquelle il est impossible de lutter, une force qui amène parfois à commettre l'irréparable.

 

L'auteur

 

Les romans de Jean-Pierre CROIZIER puisent leur inspiration dans le riche terreau et les traditions de nos terroirs (Auvergne, Bourbonnais, Berry..). Mais ses écrits comportent une grande dimension psychologique qui leur font dépasser la seule classification de « roman du terroir ».

En 2010, Jean-Pierre CROIZIER a été récompensé par le prix du Roman d'Auvergne pour Le Secret de belle maison. En 2015, le prix Métiers d'hier lui fut décerné pour son roman Le Fils du faiseur de suie.

 

Mon avis

 

Je remercie MARIVOLE EDITIONS et en particulier Christophe de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « L'Enfant du canal », roman de Jean-Pierre CROIZIER et ainsi de découvrir la plume fluide et agréable de cet auteur.

 

L'auteur nous transporte en 1862, dans le Berry, chez Paul et son épouse Jeanne qui découvrent que leurs poules ont été massacrées...

 

Paul est un homme mystérieux au caractère fort qui s'adonne à la boisson et dépense sa paie dans les bars. Jeanne est une femme soumise très courageuse qui fait tout pour sortir des mauvaises passes dans lesquelles son mari les entraîne.. Mais quels secrets sur son passé, Paul tente-t-il de cacher ??

 

J'ai lu avec plaisir ce roman du terroir romanesque qui décrit bien la psychologie des personnages, témoigne d'un amour instinctif et destructeur et mêle l'histoire de ce couple à l'Histoire de notre pays au XIXème siècle.

 

Bon moment de lecture.

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui dimanche voici ma chronique concernant "LE SAUT DU LOUP"

« LE SAUT DU LOUP »

Christian LABORIE

Editions de BOREE

Terre de Poche

Novembre 2017

540 pages

 

Présentation

 

Lorsque Julien Estérel, le nouvel instituteur, découvre le corps sans vie de son prédécesseur, les gendarmes soupçonnent immédiatement un individu qui vit avec sa famille à l'orée du bois. Convaincue de l'innocence de son père, la belle Manuella trouve en Julien et en Marie, sa jeune collègue, des alliés inespérés. Mais au Saut-du-Loup, les légendes et les secrets qui dorment derrière chaque porte sont propres à brouiller les pistes. Ensemble, ils sont bien décidés à trouver à qui profite la crédulité des villageois.

 

Extraits

« Manuella aimait profondément la vie.

Mais la vie parfois refusait de lui sourire.

 

Les heures passaient. Le jeune homme ne se lassait pas d'écouter Marie.

 

  • Dis-moi, nous sommes ici en plein cœur du fantastique ! Ne pouvait-il s'empêcher de s'extasier.

  • Tu ne crois pas si bien dire. Et je peux t'assurer que les histoires de sorcellerie et de mauvais œil, de guérisseurs, de désenvoûteurs, d'hommes et de femmes qui ont le pouvoir, comme on dit ici, on y croit dur comme fer. Ne t'amuse jamais à en rire devant personne. Tu ne sais pas à quoi tu t'exposerais !

  • Ne me dis pas que tu prêtes attention à ces sornettes !

  • Non. Mais j'évite de contredire les gens qui y croient.

  • (…)

  • Bigre ! Tu ne serais pas devenue un peu superstitieuse à ton tour, sous tes allures de jeune femme affranchie et moderne ?

  • Je ne tiens pas à tenter le diable !

  • Finis donc ton histoire de diable puisque tu en parles si bien.

 

Marie sourit. Elle aimait quand Julien la chinait. C'était, pensait-elle, la preuve qu'elle ne lui était pas tout à fait indifférente. »

L'auteur

 

Originaire du Nord de la France, né à Tourcoing en 1948 , Christian Laborie est cévenol de cœur depuis plus de vingt-cinq ans. Professeur d'histoire et de géographie dans le Gard, il se passionne pour l'histoire et les habitants de sa province d'adoption, pour lesquels ses romans sonnent comme autant d'hommages humbles et sincères.

Il est l'auteur notamment de : 

L'Arbre à palabres
L'Arbre à pain
Le Brouillard de l'aube
L'Appel des drailles
Les Drailles oubliées
L'Arbre d'or
Les Hauts de Bellecoste
Terres noires
Les Rochefort
L'Enfant rebelle
Le Goût du soleil

La promesse à Elise

L'héritier du secret


L'ensemble de ses romans l'a hissé au rang des écrivains incontournables de la littérature de terroir.

 

Mon avis

 

Merci aux Editions DE BOREE et en particulier à Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Le saut du loup », de Christian LABORIE, auteur que j'aime beaucoup et dont j'ai lu pratiquement tous les romans.

 

Christian LABORIE nous entraîne, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, dans les Cévennes, région chère à son cœur, et nous suivons l'enquête passionnante menée par la gendarmerie mais également par Julien, jeune maître d'école originaire de Nice et fraîchement nommé dans le village du Saut-du-Loup où les notables et habitants le considèrent comme un étranger..

 

En effet Julien a découvert le cadavre de M. Cabanel, son prédécesseur et tous les soupçons se portent sur un membre d'une famille de gitans, les Carballo.. Notre instituteur réussira-t-il à faire éclater la vérité dans ce village animé de rancunes et de préjugés où planent légendes, sorcellerie et superstitions ??

 

Dans ce très beau roman du terroir et d'amour, l'auteur nous rappelle les méthodes pédagogiques de l'époque et l'implication exceptionnelle des instituteurs dans le but d'assurer la pleine réussite de leurs élèves.

 

Comme à son habitude, l'auteur dépeint à merveille et avec moult précisions fort agréables, les paysages des Cévennes au fil des saisons. Il réussit également à nous tenir en haleine en nous offrant un récit riche en rebondissements et en action. Les personnages de Julien, Marie et Manuella sont attachants d'autres un peu moins mais je vous laisse le découvrir par vous-même !

 

J'ai vraiment ADORE ce livre mystérieux et très intéressant que j'ai dévoré d'une traite ne pouvant le quitter sans en connaître le dénouement au demeurant assez surprenant...

 

Bonne lecture !

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonsoir à tous aujourd'ui dimanche je vous propose cette chronique du roman : LE JOURNAL D'UN NOTAIRE DE CAMPAGNE

« JOURNAL D'UN NOTAIRE DE CAMPAGNE »

Alain LEBRUN

MARIVOLE EDITIONS

Collection années 60

26 octobre 2017

248 pages

 

Présentation

 

1960, à Saint-Fly-en-Bray, commune rurale de 1500 habitants. Fraîchement installé, maître Louis découvre un monde en pleine métamorphose. Arrivée du franc lourd, mécanisation, démantèlement des fermes... le jeune notaire assiste à l'expansion et à la prospérité croissante qui vont marquer cette décennie. Confident des uns, partageant leurs secrets les plus intimes et conseiller des autres, il est confronté à de nombreuses affaires souvent cocasses et insolites, qui l'entraînent dans des aventures rocambolesques et le placent dans des positions parfois inconfortables. Assurément, le quotidien d'un notaire de campagne n'est pas de tout repos !

 

 

L'auteur

 

Alain LEBRUN propose ici son quatrième roman. L'auteur avait été remarqué dès son premier opus puisque L'enfant du Pont du Diable a obtenu le prix du « premier roman » du Lion's Club Picardie et le deuxième, Un souffle de liberté, a été sélectionné par plusieurs clubs. Le journaliste littéraire Philippe Lacroche a résumé ainsi cet auteur : « Rien ne prédisposait Alain LEBRUN à devenir romancier (…) habile et élégant, à la fois d'une grande simplicité et d'une belle efficacité. Son sens des dialogues et des personnages donne à ses livres une couleur sincère et juste qui leur procure un charme indéniable. »

 

Mon avis

 

Merci aux Editions MARIVOLE et en particulier à Céline de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Journal d'un notaire de campagne », roman d'Alain LEBRUN.

 

L'auteur nous emporte à St-Fly-en-Bray, petit village de l'Oise où vient de s'installer Maître Louis, notaire.

 

 

Nous découvrons le récit que ce notaire consigne sur un journal retraçant la vie rurale à l'époque et les rencontres qu'il a fait tout au long de sa carrière de 1960 à 1972.

 

Maître Louis, homme discret, intègre, très serviable est lié au secret professionnel de par sa profession. Au même titre que le curé, le maire et l’instituteur, c'est un notable. Il partage les secrets de famille, les confidences des habitants qui, face à l'arrivée du nouveau franc, au début du remembrement agricole, voient disparaître les exploitations de taille moyenne et tentent de survivre dans ce contexte économique.

 

L'écriture est simple, fluide et ponctuée d'une touche d'humour fort agréable, l'auteur ayant l'art de tourner à la dérision les situations tragiques auxquelles les protagonistes de ce roman sont confrontés ! Les personnages sont vrais et naturels et l'on ne peut que sourire à l'évocation d'une époque, pas si lointaine, où les gens cachaient leur argent sous leurs matelas et où des leçons de morale étaient dispensées aux enfants des écoles....

 

J'ai bien aimé ce roman du terroir, agréable à lire, qui relate avec grande justesse, au travers d'anecdotes truculentes, la vie notariale dans les années 60.

 

Bonne lecture !

 

 

Voir les commentaires

Bonsoir à tous aujourd'hui lundi voici ma chronique concernant DROLE DE MOISSON

« DROLE DE MOISSON »

Roger JUDENNE

MARIVOLE EDITIONS

Romans MARIVOLE

14 septembre 2017

320 pages

 

 

Présentation

 

 

L’exode ? Pour Lucien, pas de quoi abandonner la belle moisson qui s’annonce. A Verdun, en 14, il en a vu d’autres. Et puis, maintenant, la France possède sa ligne Maginot… Pourtant, un matin, c’est la panique. Le voilà contraint de partir avec sa petite famille. Objectif : la Loire, il faut franchir la Loire…


« Monsieur, monsieur… vous êtes cultivateur ? Demanda-t-

elle avec un fort accent du Nord.

  • Oui… ça se voit pas ?

  • Est-ce que vous auriez du lait ? »

    Et, comme elle s’attendait sans doute à un refus, elle ajouta :


« On a de l’argent. On vous paiera le prix. C’est pour les enfants. On n’a plus rien à leur donner. »

Lucien était perplexe. Quelque chose le dérangeait dans ce spectacle de misère…

 

 

L'auteur
 

 

Roger Judenne a été instituteur et directeur d’école. Il a grandi dans un village, au contact des vastes espaces de la plaine de Beauce, du temps où les fermes correspondaient à ce que notre imagination appelle une ferme, c’est-à-dire un grand nombre des gens simples travaillant de leurs mains et une profusion de chevaux et de bétail. Enfance sans contraintes, très près de la nature… c’est assurément pour cette raison que la terre tient une place importante dans ses histoires et que nombre de ses personnages expriment ce besoin de solidarité, d’entraide et de malice qui sont autant de qualités caractérisant à ses yeux le petit peuple des campagnes d’autrefois.

 

 

 

Mon avis

 

Merci aux Editions MARIVOLE et plus particulièrement à Céline de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, ce roman de Roger JUDENNE et de découvrir ainsi la plume sensible et simple de cet auteur que je ne connaissais pas.

 

Nous sommes à Rouvray-Saint-Florentin en 1940. La guerre est déclarée et Lucien Bailly, ancien combattant, va devoir faire la moisson avec sa famille. Comment vont-ils s'en sortir sans leur fils René parti au front et dont ils sont sans nouvelles?

 

L'auteur nous fait vivre l'exode de cette famille qui se retrouve parmi les réfugiés, sur les routes d'une France envahie par l'armée Allemande. Nous partageons leurs peurs, leurs angoisses, leurs tourments face aux horreurs de la guerre. Malgré tous ces événements la moisson reste toujours la principale préoccupation de ces paysans.

 

Les personnages sont attachants et l'on ne peut s'empêcher de trembler pour eux en espérant qu'ils sortiront tous indemnes de ces épreuves et seront à nouveau réunis...

 

J'ai bien aimé ce roman historique régional captivant et émouvant qui retrace avec précision une époque de l'Histoire vécue par un grand nombre de Français pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

Si comme moi, vous aimez les romans qui fleurent bon le terroir et dont la lecture procure des frissons, ce livre ne pourra que vous séduire.

 

Bonne lecture !an

 

Voir les commentaires

Bonjour et bon dimanche à tous! aujourd'hui je vais vous parler de "A L'OMBRE DES REMPARTS"

« A L'OMBRE DES REMPARTS »

Michèle FOULAIN

Pascal GALODE Editeurs

2010

241 pages

Présentation

 

Ce roman est celui du destin extraordinaire d'une femme ordinaire. A l'heure du fracas des armes; c'est le combat de Léopoldine que l'on suit. Les deux Guerres mondiales, les déchirures; rien ne lui sera épargné. A l'ombre des remparts, on découvre le parcours d'un petit bout de femme qui, contre vents et marées, à la seule force de son courage et de sa volonté, réussira à se construire pour elle et les siens un avenir jusque-là improbable. Ce n'est pas un hasard si cette histoire se passe à Saint-Malo, les remparts de la cité corsaire ont forgé un caractère bien trempé à ses habitants. Avec Ces messieurs de Saint-Malo, on découvrait l'histoire d'une ville singulière au travers des hommes et des grandes familles locales. Michèle Foulain nous montre dans ce livre combien les femmes du petit peuple de la mer, de cette région si particulière, ont, elles aussi, contribué à façonner la France du XXe siècle.

 

L'auteur

 

Michèle Foulain est romancière.

Fille de militaire, née dans une famille malouine, elle a vécu en Afrique jusqu’à l’âge de quinze ans, le Sénégal d’abord, puis Madagascar.
A vingt-et-un ans elle doit faire face à la maladie qu’elle finit par vaincre trois ans plus tard. A quarante ans, alors qu’a déjà payé un lourd tribut, le combat reprend, plus dur encore (une maladie neuromusculaire la soumettant à un protocole sévère). 
Ayant trouvé dans l’écriture un soutien inattendu, elle se remet à l’œuvre durant toute une année et rédige d’un trait, entre traitements et opérations, "À l'ombre des remparts, son premier roman devenu un best-seller. 
"À l'ombre des remparts" (2010) est couronné du Prix des écrivains de l’ouest (prix du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine 2012).
Elle a été directrice commerciale dans une société de prestation de services sociaux. A présent, elle consacre son temps à la promotion de ses livres et continue d’écrire.


Mariée à dix-sept ans, divorcée, Michèle a eu cinq enfants, deux filles et trois garçons, qu’elle a élevés seule la plupart du temps. 
 

 

 

Mon avis

 

J'ai trouvé ce roman à la médiathèque de mon village et j'ai été attirée par la jolie couverture ainsi que le résumé fort alléchant d'une histoire qui se passe en Bretagne, région que j'aime beaucoup.

 

Nous sommes donc à SAINT-MALO au début du XXème siècle et faisons connaissance avec Léopoldine, une fille de terre-neuvas qui, à l'âge de 15 ans, épouse un chirurgien-dentiste Jean-Marie qui va devoir partir à la guerre. Comment Léopoldine, jeune veuve, parviendra-t-elle à vaincre ses difficultés financières et élever ses enfants ??

 

Le personnage de Léopoldine est très attachant, c'est une femme sensuelle et très volontaire, fidèle en amour et entièrement dévouée à ses enfants.

 

J'ai beaucoup aimé ce court premier roman qui serait une biographie romancée sur l'arrière grand-mère de l'auteur.

 

Très bon roman du terroir que j'ai dévoré en une soirée !! Je lirai assurément les deux prochains tomes de ce livre.

 

Bonne lecture.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous - aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant "LA DAME DES VIGNES HAUTES"

« LA DAME DES VIGNES HAUTES »

Louis-Olivier VITTE

Editions CALMANN-LEVY

France de Toujours et d'Aujourd'hui

13 septembre 2017

270 pages

 

Présentation

 

 

1946. Johanna, quarante ans, vit avec ses beaux-parents dans leur ferme isolée sur les hauteurs de la vallée de la Dordogne. Tous trois attendent le retour de Pierre, prisonnier en Allemagne. Pour survivre, on a vendu presque toutes les terres. Il ne reste qu’une vieille vigne mal exposée, couverte de ronces, que Johanna voudrait faire renaître pour en tirer de nouveau du vin.


La tâche s’annonce rude, d'autant plus que le sol est ingrat. Un inconnu nouvellement arrivé au village propose son aide. L’homme est charmeur, travailleur et s'y connaît en viticulture. Johanna est séduite et bientôt, ne peut détacher ses pensées de lui.

 

Un jour, elle reçoit une lettre annonçant le retour prochain de son mari. Les hommes du pays revenant les uns après les autres de captivité. Pourtant rien ne se passe... Qui a envoyé la lettre et dans quel but ?

 

 

L'auteur

 

Animateur depuis vingt ans pour Radio France, Louis-Olivier VITTE travaille actuellement pour France Bleu Tulle. Il aime à évoquer dans ses romans la vie dans les campagnes du Limousin où ses ancêtres ont pris racine. Passionné de musique baroque, il vit dans une maison de famille à Brivezac, en Corrèze, sur les bords de la Dordogne.


 

Mon avis

 

Merci aux Editions CALMANN-LEVY de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, ce roman de Louis-Olivier VITTE, auteur que je ne connaissais pas.

 

Nous sommes en 1946 en Dordogne où Johanna et ses beaux-parents habitent dans une ferme située en pleine nature. Johanna cultive des vignes et tous trois attendent avec impatience le retour de Pierre, prisonnier en Allemagne. Mais quand reviendra-t-il ??

 

 

Louis-Olivier VITTE, d'une plume alerte, entraîne le lecteur dans la campagne Limousine et fait partager le quotidien très difficile de cette famille qui tente de survivre au gré des saisons.

L'on perçoit le froid intense de l'hiver mais également l'austérité et la méchanceté de Maria, la belle-mère...Quel froid également dans le cœur, l'âme et le corps de Johanna ! Beaucoup de sentiments sont palpables tels que l'amour, la tristesse, la culpabilité, l'angoisse...

 

Je me suis laissée guider par la magie des mots de l'auteur et j'ai lu avec grand plaisir cette histoire simple, tendre, sensible, et très bien écrite que je vous recommande si, comme moi, vous aimez les romans du terroir ainsi que les belles histoires d'amour.

 

Bonne lecture !

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous nous sommes mardi et je vais vous parler de ce roman : « LA FERME AUX LOUPS »

« LA FERME AUX LOUPS »

Jean-Paul LAURENT

Editions de la TABLE RONDE

mai 2001

487 pages

RESUME :

 

Marguerite, une jeune institutrice dont le mari est mort pendant la guerre de 14-18, épouse en secondes noces un paysan rustre et orphelin, Désiré, propriétaire d'une ferme à Jappeloup, dans le Haut-Forez. Ils auront un fils mais devront aussi affronter des événements dramatiques sur cette terre âpre et sans concession. Marguerite fera preuve d'un courage moral exemplaire pour les affronter et Désiré restera attaché à sa terre jusqu'à la folie.

La Ferme aux loups est la chronique émaillée de détails authentiques d'une France rurale traumatisée par la Première Guerre mondiale. 


AUTEUR :

 

Jean-Paul Laurent est né en 1941, à Amplepuis, petite ville du Rhône. Marié, père de deux enfants, il a exercé divers métiers, de la formation d'adultes à la fonction publique territoriale, en passant par l'exploitation d'une ferme des Monts du Forez pendant une dizaine d'années.

 
Il a soumis le manuscrit de La ferme aux loups, son premier roman, que France Loisirs publie en Avant-Première, à un concours organisé par le Conseil Général de la Loire, et a ainsi reçu le Prix Honoré d'Urfé du roman d'amour 2000.  Il vit actuellement en Haute-Savoie, à Charvonnex, près d'Annecy.

 

AVIS :

 

J'ai trouvé ce roman, un peu ancien certes, dans une bouquinerie et j'ai découvert Jean-Paul LAURENT, auteur que je ne connaissais pas.

 

L'histoire se passe au début de la Première Guerre Mondiale : Marguerite jeune institutrice et mariée depuis peu se retrouve veuve de guerre. De santé fragile, elle part se reposer en montagne tout près de la ferme familiale de Désiré, son cousin, un homme souffrant d'un handicap physique, au caractère difficile. Quel sera son destin ?

 

J'ai bien aimé ce roman du terroir, très bien écrit, un peu sombre parfois mais qui relate précisémment les conditions de vie difficiles des paysans en ce début du XXème siècle. Les personnages sont attachants même Désiré, le maître qui malgré sa rusticité m'a touchée. Je ne manquerai pas de lire la suite de ce beau roman.

Bonne lecture !

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui lundi je viensde terminer la lecture de : « LES AMES DES GRANDES COMBES »

« LES AMES DES GRANDES COMBES »

Jean-Louis DESFORGES

Editions de BOREE

15 juin 2017

272 pages

 

RESUME :

Quand Jean arrive à la ferme des Grandes Combes pour se louer, il doit faire face à deux accueils bien différents : celui méfiant d'Ange Bornillon, le maître des lieux, autoritaire et celui séduisant de Mathilde, sa fille, dont il tombe rapidement amoureux. Au fur et à mesure, Jean apprend à se rendre indispensable et à se faire apprécier, au point que Bornillon lui propose de prendre sa suite . Mais Jean semble porter un lourd secret qui l’empêche d'être heureux. Le révéler pourrait-il le soulager ? Et les âmes des Grandes Combes parviendraient-elles-à l'aider ??

 

« IL N'EST DE PLUS GRANDE PENITENCE

QUE LA SOLITUDE »

 

L'AUTEUR :

Fortement marqué par ses lectures des écrivains naturalistes, Jean Louis Desforges est un fin observateur de la condition humaine. Grand lecteur et passionné de Giono, Maupassant, Zola, Steinbeck ou Faulkner, il se distingue par un attachement aux valeurs humanistes et à la terre. Ce cinquième roman aux Editions de Borée reflète parfaitement cet état d'esprit et témoigne d'une rare maîtrise de l'art romanesque.

 

EXTRAITS :

- « Tu es la dernière personne que je souhaiterais fâcher. Pardonne ma maladresse, je voudrais tant te ménager, ne pas te mêler à mes problèmes ? Essaie de me comprendre...

- Mais comprendre quoi ! S'exclama Mathilde, exaspérée. Tu me demandes toujours de te comprendre, mais que dois-je comprendre, à la fin ? Je ne cherche que cela, te comprendre. Mais comment faire si je ne te vois que de dos, la plupart du temps ? J'ai l'impression d'aimer une ombre qui glisse entre mes doigts à chaque fois que je veux la saisir.

- Ne dis pas que tu m'aimes, lui ai-je conseillé. Sors cela de ta tête.

Ce n'est pas dans mon crâne, protesta-t-elle en me désignant son cœur  »

 

AVIS :

Merci aux Editions de BOREE de m'avoir permis de lire, en service de presse, ce roman et ainsi de découvrir l'écriture poétique, romantique et sensible de cet auteur que je ne connaissais pas.

 

L'histoire se passe dans le Vercors quelques années avant la Guerre de 14-18.  Nous découvrons Jean, un journalier, vagabond Ardéchois courageux, rongé par la culpabilité et le souvenir de Louise, son ancienne compagne. Il réussit à se faire engager à la ferme des Grandes Combes et tombe amoureux de Mathilde, la fille adoptive du maître.Toutefois un lourd secret pèse sur les espérances du jeune homme en matière de bonheur..

 

L'auteur nous narre donc l'histoire de Jean et ce en écrivant à la première personne. Les descriptions et les états d'âme sonnent ainsi tellement juste. Jean-Louis DESFORGES parvient à nous entraîner sur les chemins du Vercors, par ses descriptions fidèles des paysages sans cesse renouvelés au fil des saisons, mais également sur ceux de l'amour et de l'amitié grâce à la finesse de l'analyse de ses personnages qui sont tellement attachants que l'on aimerait les connaître pour qu'ils deviennent nos amis... Il nous fait partager les très difficiles conditions de vie des pauvres gens qui, à l'époque, se contentaient de peu pour survivre en harmonie. Un vrai bonheur !

 

L'auteur nous tient en haleine, dévoilant, au fil des pages, par quelques retours en arrière, des bribes du secret de Jean mais toujours avec parcimonie.....L'histoire est belle et tellement prenante que je n'ai pu interrompre ma lecture tant j'avais envie d'en connaître le dénouement, j'ai d'ailleurs lu ce roman en deux soirs.

Quel beau roman sur la force de l'amitié et de l'amour ! Que d'émotions ! J'ai souvent eu les yeux embués de larmes....J'ai ADORE ce très beau roman du terroir, très bien écrit, bouleversant, empreint d'humanité et de tolérance et qui fait un grand bien. « Les âmes des grandes combes » sont vraiment de belles personnes ! Je vous recommande donc de le découvrir et vous souhaite une bonne lecture !

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous, aujourd'hui vendredi je vais vous parler de : « L'ENFANT DES TERRES BLONDES »

« L'ENFANT DES TERRES BLONDES »

Christian SIGNOL

Robert Laffont

1994

246 pages

 

RESUME :

A Saint-Martial, on l'avait baptisée " Idéïoune ", celle qui a de drôles d'idées.
Elle, c'est Aurore, la mère de Vincent, écolier de dix ans né de père inconnu. Enfant trop vite mûri qui passe sa vie à défendre sa mère contre les moqueries des enfants et des adultes, contre elle-même parfois, aussi. Quand il a le temps, entre l'école et les travaux à la ferme, Vincent cherche à percer le secret qui entoure sa naissance. Mais au village, personne n'ose évoquer les temps maudits de la guerre.


Il faudra la terrible insulte d'un enfant, pendant la récréation, pour que le drame éclate et que les langues se dénouent, offrant enfin à Vincent et à sa mère une paix chèrement acquise. " Peut-être le roman le plus émouvant de Christian Signol. " La Montagne " Un romantisme bucolique dans ce beau livre où Mère Nature, muette consolatrice des affligés, donne à un enfant la force de mener son combat solitaire.

 

L'AUTEUR :

Christian Signol est traduit dans quinze langues. Consacré en 2015 comme l'un des dix romanciers préférés des français, il est l'auteur de grandes sagas en plusieurs tomes comme La Rivière Espérance (1990), Les Vignes de Sainte Colombe (Prix Maison de la presse 1997), Ce que vivent les hommes (2000) et Les Messieurs de Grandval (2005).

 

AVIS :

J'ai lu un grand nombre de romans de Christian SIGNOL dont j'apprécie beaucoup l'écriture très fluide. J'ai donc acheté « l'enfant des terres blondes ».

 

Vincent 10 ans, petit garçon courageux et tellement attachant, aime sa mère Aurore plus que tout. Il la défend, la protège et cherche à découvrir le secret lié à sa naissance.

 

Quelle belle histoire, triste certes, mais qui fait découvrir la vie de nos ancêtres dans les campagnes où de nombreux non-dits et secrets de famille étaient courants.

 

J'ai adoré ce magnifique roman émouvant et poignant d'un amour fou que j'ai lu d'une traite jusqu'au dénouement qui je l'avoue m'a abasourdie...

 

Bonne lecture !

Voir les commentaires

1 2 > >>