Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat pour “comme une aurore dans la brume”

Bonsoir voici l'interview que j'ai réalisée avec un auteur ce soir sur mon groupe FB : lecteurs-auteurs : la passion des mots

INTERVIEW AUTEUR

Mélodie AMBIEHL

Lundi 17 décembre à 18 h 20

direct

 

JM : - Bonsoir à tous,

 

  • Je vous ai parlé sur ces pages de Mélodie AMBIEHL que je compte parmi mes fidèles amies et dont j'ai lu récemment «La Tempête des cœurs ». Mélodie a gentiment accepté de répondre ce soir à mes questions.

 

 

JM : - Bonsoir Mélodie

 

  • Comment vas-tu ? Es-tu prête à « passer sur le gril » ?

 

Mélodie : Bonsoir Joëlle ! Et Bonsoir à tous sur le groupe ! Je vais très bien et je suis impatiente de passer à la "Question" ! :D

 

 

JM : - Peux-tu, tout d'abord, te présenter afin que nos amis puissent mieux te connaître ?

 

Mélodie : Avec plaisir ! Je m’appelle Mélodie grâce à ma maman qui a très bon goût, j'ai 27 ans, je suis professeure de français au collège depuis 5 ans et chroniqueuse depuis janvier 2018 avec mon concept express

de "Chroniques Pressées" ! Passionnée de littérature et d'écriture depuis ma lecture d'Harry Potter aux alentour de 10-12 ans, j’ai toujours désiré devenir autrice. Après une prépa littéraire et un master en Lettres Modernes, j'ai obtenu mon CAPES pour pouvoir transmettre à mon tour ma passion aux jeunes. Ah ! j'allais oublier deux ou trois choses essentielles : j'adore les lapins, le chocolat noir, les crêpes, l'automne, les chansons tristes, la poésie, sourire et les voix cristallines.

 

 

JM : - Que représente pour toi l'écriture ?

 

Mélodie : L’écriture fait partie de moi. J’ai toujours dans le cœur des mots, des phrases qui se baladent et me hantent. Tout me ramène toujours à l’écriture : une émotion, une réflexion, un mot, une phrase, une image… D’ailleurs, je pense rarement l’écriture sans la lecture. Pour moi, les deux ont toujours été très liés : lire me donne envie d’écrire, écrire de lire. J’aime les mots, les émotions qu’ils nous font ressentir et les histoires qu’ils gravent dans nos cœurs, que ce soit les miens ou ceux des autres. J’ai toujours eu besoin d’être entourée par les mots, de lire des phrases qui fassent battre mon cœur et la beauté des choses chaque jour au fond de moi.

 

JM : - Peux-tu nous parler de tes ouvrages qui sont, me semble-t-il des poèmes et des nouvelles, mais en particulier de ton roman « La Tempête des cœurs » ?

 

 

Mélodie : Avec plaisir, Joëlle ! J’écris en effet de la poésie, des nouvelles et des romans.

Vous pouvez lire ma nouvelle « Une nuit sans fin », qui raconte l’histoire d’une femme plongée dans l’engourdissement d’une nuit noire, dans le recueil Poussières de temps des Editions HPF. Nous avons tous un jour traversé cette longue nuit de désespoir au fond de laquelle il a été difficile de reprendre espoir : c’est pour aider les cœurs à voir la lumière dans le noir que j’ai écrit ce texte.

 

Pour La Tempête des cœurs, l’histoire s’est imposée à moi après avoir lu l’intitulé du concours « Le sacrifice ». J’ai tout de suite eu l’intrigue de ces deux cœurs en proie à une tragédie de la modernité. Pour moi, La Tempête des cœurs est à la fois une histoire d’amour, un hommage à la littérature et une réflexion profonde sur la vie – notre vie. Il nous pose avant tout la question suivante : si nous étions Nathaniel et Isallys, saurions-nous encore nous aimer dans un monde où tout s’achète, même le bonheur ? Pourrions-nous être heureux, si le bonheur s’achetait et si les livres disparaissaient ?

 

J’espère que ces quelques mots auront éveillé votre intérêt !

 

 

JM : - Peux-tu nous raconter comment tu as vécu l'aventure du « Prix des Tendons de l'Imaginaire » ?

 

Mélodie : Pour moi, tout a commencé un peu comme dans un rêve… Un jour, par hasard, je suis tombée sur un intitulé de concours inconnu pour moi (mais à cette époque tous les prix m’étaient inconnus puisque je n’avais jamais mis le nez dans la littérature contemporaine) : « Le sacrifice ». Et là, tout s’est enchaîné comme dans les films : j’ai immédiatement eu l’histoire que je voulais écrire au cœur, je l’ai racontée à des proches qui n’ont pas été emballés, je l’ai écrite quand même et je l’ai faite lire une fois terminée... Et la magie a opéré à un point que je n’aurais jamais pu imaginer ! Ma mère fut la première à être conquise, puis des amis et enfin les membres du jury du Prix des Tendons du style de l’Imaginaire Littéraire 2018 ! Je pensais que rien ne pouvait arriver de plus incroyable, mais j’ai reçu le COUP DE CŒUR du Centre Méditerranéen de Littérature ! Pour moi, l’aventure de ce prix n’a été qu’un long rêve éveillé ! Et ce n’est pas fini puisque les lecteurs accueillent très chaleureusement mon texte, ce qui me remplit de reconnaissance, d’émotions et de bonheur !

 

JM : - As-tu d'autres projets d'écriture et souhaites-tu nous en parler ?

 

Mélodie : Oui, plusieurs ! Je suis actuellement en train d’écrire un premier roman en fantasy. Il s’agit d’une histoire de sœurs jumelles et d’univers antithétiques. Je souhaiterais illustrer avec cette histoire la tentation du mal et la façon dont les évènements de la vie transforme les êtres. Pour résumer : Deux jumelles, deux destins opposés.

 

JM : - Comment écris tu (carnets, cahiers, directement sur l'ordinateur) ?

 

Mélodie : J’écris mes poèmes dans des carnets ou des cahiers, ou des bouts de papier, un peu tout ce qui me tombe sous la main quand l’inspiration me vient. Mes poèmes me viennent souvent tel quel. En revanche, les romans sont toujours tapés à l’ordinateur, qui me permet de retravailler cinquante fois chacune de mes phrases, de supprimer, rajouter, déplacer...

 

JM : - Tu as une imagination débordante ! Comment procèdes-tu pour créer les protagonistes de tes ouvrages et connais-tu, lorsque tu commences à écrire, la fin de l'histoire ou est-ce que tu improvises au fil des mots ?

 

Mélodie : Je n’ai pas de règle. Pour La Tempête des cœurs, j’ai toujours écrit l’histoire en sachant parfaitement quelle en serait la fin, puisque toute l’histoire n’existe que pour arriver à cette fin. Chaque mot de La Tempête des cœurs ne faisait que me conduire au dernier mot. Mais ce n’est pas ainsi à chaque histoire. Pour le roman que je suis en train d’écrire, j’ai eu l’idée du début, je me suis lancée et ensuite j’ai fait une pause de plusieurs mois pour imaginer toute l’histoire et la fin. Parfois j’écris l’histoire au fil des chapitres et de l’avancée de l’aventure. En général, c’est le milieu qui me pose le plus de difficulté, le début et la fin, qu’ils me viennent après réflexion ou par inspiration, me plaisent. Pour palier ce manque , j’ai lu et suivi les conseils de l’ouvrage d’Olivier Lusetti Comment mieux écrire, raconter une histoire et réussir sa fantasy, son drame que je conseille à tous les auteurs qui désirent s’améliorer ! Voici le lien de la nouvelle version ayant remporté le prix PAGE lors du Festival international de la création littéraire : https://www.amazon.fr/Comment-Raconter-Histoire-R%C3%A9ussir-Fantasy/dp/B07K138Y7Z/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1544558757&sr=1-1&keywords=comment+mieux+%C3%A9crire+lusetti

 

JM : -As-tu des séances de dédicaces prévues prochainement  ?

 

Mélodie : Pas dans l'immédiat, malheureusement ! Mais je viens de faire trois dédicaces très agréables au Leclerc du Luc, au Cultura de Puget et au Charlemagne de Fréjus ! J'en garde de très bons souvenirs et remercie encore les équipes de libraires qui ont pris le temps de m’accueillir. Je retournerai sans doute faire une dédicace au Leclerc du Luc en 2019, mais je n'ai pas encore de date !

 

JM : - A qui confies-tu tes manuscrits (membre de ta famille, bêta-lecteur) ?

 

Mélodie : Je fais tout lire en premier lieu à ma maman. C'est elle qui valide ou invalide mes premières ébauches de textes. Ensuite je fais souvent lire mes textes à des amis. Pour La Tempête des cœurs, j'ai eu la chance d'avoir six connaissances qui ont accepté de me lire pour m'aider. J’en profite pour remercier tout particulièrement Angélique Absil et Ellyne Aims, deux autrices qui m'ont beaucoup soutenue. Pour remercier ma maman, je n’aurais pas assez de toute une vie, alors je m’abstiens !

 

JM : - Comment as-tu procédé pour faire publier tes ouvrages ?

 

Mélodie : Pour mes poèmes et mes nouvelles, j'ai proposé mes textes à des appels à textes. J'ai eu la chance de voir ma nouvelle "Dans le manoir de la marquise" retenue dans le webzine Faunerie numéro 2 "Crépuscule" et ma nouvelle "Une nuit sans fin" publiée dans le recueil papier et numérique Poussières de Temps des Éditions HPF. Pour La Tempête des cœurs, j'ai également participé à un concours appelant des textes autour du thème du sacrifice. Je n'ai pas encore fait de démarche concernant les ME directement parce que je n'avais encore jamais écrit de roman.

 

JM : - Que penses-tu de l'édition numérique ?

 

Mélodie : Bien que je reste une inconditionnelle du livre papier, je suis aussi séduite par l'édition numérique qui a de nombreux avantages : gain de place, possibilité d’essayer des auteurs inconnus à moindre coût et sans perte de place, possibilité de lire partout. J’aime donc avoir les deux possibilités, mais rien ne pourra jamais remplacer le bonheur de tenir entre ses mains un livre !

 

JM : - Tu as plusieurs pages Fb peux-tu nous communiquer les liens ?

 

Mélodie : Pour suivre mon activité d’autrice, j’ai une page auteur que voici : https://www.facebook.com/m.ambiehl/

 

Et vous pouvez aussi me retrouver sur ma page « Chroniques Pressées » https://www.facebook.com/mambiehlchroniques/ pour découvrir de nouveaux livres et auteurs, toujours en 5 min le temps d’un café et d’une chronique pressée, c’est ma devise !

 

JM : - Je sais que tu es une dévoreuse de livres mais quel est ton genre de lecture ?

 

Mélodie : Je lis de la poésie, du théâtre, des romans de littérature classique, contemporaine, des romans fantasy, de science-fiction, de fantastique, de la romance aussi depuis peu. Selon ce que je vis et les moments, je suis plus attirée par tel ou tel genre, mais j’aime à peu près tout. Je préfère quand c’est beau et bien écrit, mais j’aime aussi parfois des livres simples qui font se sentir bien. Je suis moins friande de romans policiers ou historiques, mais il m’arrive d’en lire et je suis totalement fan des livres (tous) de Fred Vargas. Ceux qui me connaissent savent qu’il n’y a qu’une sorte de livres que je ne PEUX pas lire : les thrillers ou les romans trop noirs. Je suis beaucoup trop sensible et solaire pour la violence malsaine et les horreurs du mal.

 

 

JM : - En dehors de l'écriture quelles sont tes passions ?

 

Mélodie : J'éprouve un profond amour pour la musique, le violon en particulier. Le son du violon me transporte l'âme. J’aime aussi le dessin. J’ai un grande passion aussi pour les lapins, mais je crois que je m’éloigne du sujet !

 

JM : - Quelle est ta musique préférée et écris-tu en musique ?

 

Mélodie : Je ne pourrais donner une seule musique préférée, mais comme j’écris toujours en musique, je peux te confier celle qui m’a accompagnée durant l’écriture de La Tempête des cœurs : l’épilogue du film La la land (https://www.youtube.com/watch?v=HSg3tBzAVFk)

 

JM : - Quel est ton plus grand rêve ?

 

Mélodie : Devenir une grande écrivaine : accompagner par les mots des centaines de vies après moi, comme des centaines de livres ont accompagné ma propre vie !

 

JM : - Si tu étais : un fruit, une fleur, un animal : tu serais ?

 

Mélodie :

Si j'étais un fruit, je serais une pêche.

Si j'étais une fleur, je serai un edelweiss, pour sa blancheur et sa rareté colorant les montagnes !

Pour l'animal, je serais un loup, pour le regard.

 

JM : - As-tu autre chose à ajouter ?

 

Mélodie : Oui, j’aimerais remercier toutes les personnes qui me soutiennent dans mon aventure de chroniqueuse et d’autrice, qui me lisent, qui ont aimé mon livre et mes mots, qui ont pris le temps de me donner un retour, qui parlent de mon livre et le font vivre, et qui achètent des livres que je conseille dans mes chroniques. Merci parce que grâce à vous, je peux partager ma passion : la littérature !

 

Et évidemment, j’aimerais te remercier particulièrement Joëlle, pour cette interview bien sûr, mais surtout pour ta chronique sur mon livre ! Alors que je n’avais jamais été lue ni chroniquée, je t’ai proposé mon livre et tu as accepté sans hésiter, tu l’as lu très vite après l’avoir reçu et m’as écrit une splendide chronique coup de cœur qui a embrasé ainsi le commencement de mon rêve, de ma grande aventure livresque ! Tu as été la première et je m’en souviendrai toujours ! Merci !

 

Des bisous à tout le monde !

 

Et surtout, n’hésitez pas à vous venger de tous vos professeurs qui vous interrogeaient sans cesse en venant me questionner à mon tour xD

 

 

JM : - Merci Mélodie pour cet agréable moment passé en ta compagnie , ta disponibilité et ta gentillesse. J'aimerais bien connaître ta maman qui doit être une femme charmante. Les amis, vous pouvez, si vous le souhaitez, poser d'autres questions à Mélodie qui se fera un plaisir de vous répondre en direct ou plus tard si vous n'êtes pas présents ce soir. Désolée d'avoir été aussi curieuse mais Mélodie est la dernière auteure que jai eu la chance d'interviewer en 2018 ! Prochaine interview en janvier 2019 !

 

Mélodie : Roh je suis très heureuse et fière d'avoir fermé le bal et la ronde de 2018 !!  Merci encore Joelle Marchal du fond du coeur pour toutes tes questions auxquelles j'ai répondu beaucoup de plaisir !

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui vendredi voici ma chronique concernant : "LES DAMOISELLES DE CASTEL DARK"

« LES DAMOISELLES DE CASTEL DARK »

Le destin des cœurs perdus Tome 1

J.C. STAIGNIER

SOMETHING ELSE EDITIONS

28 décembre 2018

329 pages

 

 

 

Présentation

 

Angleterre, 1390. Par ordre du roi, les trois filles aînées du comte Clayton de Percival se rendent à Hill House pour rencontrer le duc de Templeton. Lorsque les portes du château se referment sur Mary, Jane et Ilyana, elles ignorent que leur destinée vient de basculer.

À Castel Dark, le domaine familial, Aelis, la benjamine au caractère rebelle tente de s’imposer dans une société où les hommes dominent.


Entre l’amour, la passion et la haine, les damoiselles de Castel Dark trouveront-elles le courage d’affronter leur avenir ?

 

 

L'auteure

 

« Originaire du Pays noir en Belgique, je trouve dans l’écriture la force de revenir dans la lumière.
L’extrémité du tunnel semble parfois loin, et pourtant, l’espoir pointe le bout de son nez, la malchance devient chance et les larmes se transforment en rires. Le droit au bonheur existe.
Prenez l’ascenseur, appuyez sur le bouton et laissez-moi vous amener au pays des rêves. »
Jc Staignier


Page FB auteur :

https://www.facebook.com/JcStaignierauteur/
Blog :

https://leblogduneroussepeteuse.wordpress.com/

 

 

Mon avis

 

Je remercie J.C. STAIGNIER et Something Else Editions de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Les Damoiselles de Castel Dark » tome 1 et ainsi de découvrir la très belle plume de l'auteure.

 

La jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée.

 

JC STAIGNIER nous emporte en 1390 en Angleterre et nous faisons connaissance avec la famille du comte Clayton de Percival. Nous suivons avec beaucoup d'émotion les aventures des trois filles Mary, Jane et Ilyana, personnages fort attachants, au caractère différent mais bien affirmé, ainsi que Aelis, la benjamine, la rebelle de la famille...

 

L'histoire est passionnante et pleine de rebondissements tenant ainsi le lecteur en haleine. Nous partageons les joies, les peines, les espoirs et les épreuves subies par nos héroïnes et leur famille dans un monde cruel et brutal.

 

L'auteure décrit à merveille les tenues, les coiffures, les traits tant physiques que psychologiques des protagonistes de son romain ainsi que les coutumes et la condition de la femme au Moyen Age.

 

J'ai ADORE ce roman historique, romancé certes et dont la touche de sensualité apporte un peu de douceur à ce récit qui se déroule à une époque où la gent masculine était abjecte et sans pitié envers les femmes..

 

Je me suis laissé emporter par les mots de l'auteure et ainsi j'ai lu le premier opus de cette saga en deux soirées et une bonne partie de la nuit tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement et ne pouvais me résoudre à le refermer.

 

Merci JC STAIGNIER pour cette pépite dont j'attends avec impatience la suite !

 

Si comme moi vous aimez les romans historiques, les belles histoires d'amour et le Moyen Age, ce récit de pourra que vous séduire et je vous le recommande vivement.

 

Excellent moment de lecture.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Je vous propose ma chronique concernant "VOSTFR"

« VOSTFR »

(VERSION ORIGINALE SOUS-TITREE FRANCAIS)

Elodie TORRENTE

NDB EDITIONS

4 MAI 2018

219 pages

 

 

Présentation

 

 

Nina est sourde. Sullivan est acteur. Ils se rencontrent lors du tournage d’un long-métrage historique sur les sourds. C’est le coup de foudre. Comme au cinéma. Mais, à l’image des films français en salle, leur amour supportera-t-il de n’être pas sous-titré ? 


« De Paris à Hollywood, d'Italie en Inde, de la fiction à la grande Histoire, les voix de Nina Keps et de Sullivan Juhel alternent pour montrer la difficulté de s’aimer dans une société qui refuse la différence. »

VOSTFR (Version Originale Sous-Titrée Français) d'Élodie Torrente, aborde avec humour, dans un style vif et limpide, un sujet méconnu du grand public et jamais traité en littérature.


 

L'auteure

 

 

Après un premier recueil de nouvelles, "Comment ça va, des nouvelles de nous", publié en 2008 aux Éditions La Voix au Chat Libre, Élodie TORRENTE a disséminé ses autres nouvelles dans des collectifs (Short ! Numéros 1, 2, 3, 5, 8, Shorts fashion stories, Quotidien du médecin.) après avoir été élue plusieurs fois lauréate par le comité éditorial Short Édition et notamment par un jury présidé par David FOENKINOS.


D’autres nouvelles ont été éditées depuis septembre 2014 en numérique chez Ska Éditions ("Aveuglément", "Coupe-circuit", "La panne", "Corpus christi"). 


Le 4 mai 2018 sort chez NDB Éditions son premier roman, VOSTFR, Version Originale Sous-Titrée Français, un roman d'amour sur un sujet qui n'a jamais été traité en littérature. 


Elle anime également des ateliers d'écriture chaque semaine pour l'association Libres Plumes en plus de son métier de conceptrice-rédactrice. 

 

 

Mon avis

 

Je remercie Nelly DAUBRY-BOUYER de NDB Editions de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « VOSTFR », roman d'Elodie TORRENTE et de m'avoir ainsi permis de découvrir la plume vive et fluide de cette auteure.

 

Elodie TORRENTE nous conte le coup de foudre entre Nina, jeune fille sourde de 22 ans et Sullivan, acteur confirmé et fort séduisant, lorsqu'ils se rencontrent au cours du tournage d'un long-métrage historique sur les sourds. Nina veut à tout prix devenir actrice mais y parviendra-t-elle ?

 

 

L'auteure nous fait partager les difficultés rencontrées par les protagonistes de ce livre du fait de leurs différences et au fil de ses mots, les émotions sont fortes.

 

Elle évoque avec beaucoup d'humour un sujet peu connu en France : celui du handicap des sourds et malentendants qui, de ce fait ne peuvent aller au cinéma puisque les films ne sont pas sous-titrés..

 

J'ai beaucoup aimé ce roman d'amour particulier sur l'acceptation de la différence que j'ai pratiquement lu d'une traite et quitté à regret.

 

Un premier roman fort prometteur de l'auteure dont je lirai assurément d'autres ouvrages.

Bonne lecture !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui dimanche voici ma chronique concernant : "L'INCONNU DE SANDY COVE"

« L'INCONNU DE SANDY COVE »

Sylvie OUELLETTE

EDITIONS DE BOREE

Vents d'Histoire

14 juin 2018

352 pages

 

Présentation

 

Après avoir épousé Randolph Nesbitt, un attaché d'ambassade et passé plus de vingt ans en Europe, Elise Robichaud rentre en terre natale de Nouvelle-Ecosse, portant en elle un lourd secret.

En visite chez une amie, elle revoit Jérôme, un inconnu muet, amputé des deux jambes et à l'esprit demeuré, qu'on avait jadis recueilli sur une plage par un matin froid et brumeux. Surprise de constater qu'elle l'avait oublié après tout ce temps, Elise est surtout consternée par le manque d'ardeur de ses congénères à vouloir éclaircir le mystère qui entoure toujours le pauvre homme. Cherchant à redonner un sens à sa propre vie, Elise décide de se lancer dans une enquête visant à rendre à Jérôme son véritable nom, son histoire et sa dignité. Mais cette aventure ne sera pas de tout repos puisqu'elle se heurte rapidement au scepticisme et au fatalisme des gens de sa communauté. Saura-t-elle mener à bien cette mission qu'elle s'est fixée et ainsi se retrouver elle-même ?

 

L'auteure

 

Auteure touche-à-tout, Sylvie OUELLETTE est la preuve vivante que la vie est trop courte pour se cantonner dans un seul genre. En parallèle d'une carrière en communication scientifique, sa vie d'écrivaine a démarré à Londres, où elle a d'abord publié des romans érotiques. Puis de la littérature générale. Plusieurs de ses titres seront traduits en anglais : Showtime, Le Secret du docteur Barry (succès de libraire en France). Elle rédige également des publications scientifiques... Sylvie écrit.

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions DE BOREE et en particulier Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « L'inconnu de Sandy Cove », roman de Sylvie OUELLETTE, auteure dont j'avais découvert la plume fluide et élégante lors de la lecture de « Le Secret du docteur Barry », livre que j'ai adoré.

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée.

Sylvie OUELLETTE conte l'histoire d'Elise, jeune femme charmante, qui après avoir épousé Randolph, attaché d'ambassade et séjourné vingt ans en Europe, rentre seule dans son village natal en Nouvelle-Ecosse.

 

Dès qu'Elise rencontre « Jérôme », mystérieux infirme, muet et amputé des jambes, chez une amie, elle n'a de cesse de découvrir les origines de cet homme et de percer le mystère lié à son abandon sur une plage trente ans plus tôt...

 

L'auteure nous offre un total dépaysement en nous plongeant au XIXème siècle au Québec dans une intrigue rondement menée, tirée de plus d'une légende ayant existé mais quelque peu romancée, décrivant à merveille la vie dans les villages et les mentalités à cette époque.

 

L'écriture est belle et l'histoire captivante et l'on se prend à vouloir à tout prix, comme Elise, connaître la vérité sur cet inconnu...

 

J'ai beaucoup aimé ce roman historique mêlant mystère et amour que j'ai dévoré d'une traite ne pouvant me résoudre à le refermer tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement au demeurant fort surprenant..



Excellent moment de lecture !

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui mercredi voici ma chronique concernant : "LA VOIX DE MON PERE"

« LA VOIX DE MON PERE »

Brigitte LECHANTEUR

Auto-Edité

20 mai 2018

212 pages

 

 

 

Présentation

 

Trop tard. Elle a enclenché la cassette. La voix de son père disparu quinze ans plus tôt s'élève. Rien ne sera plus jamais comme avant. Avant qu'elle ne découvre ce secret de famille, avant que sa recherche de la vérité ne l'emmène aux confins de la désillusion. De Paris en Belgique, d'Équateur en Grèce, elle tire le fil d'Ariane, mais la vérité a un prix : ce père qu'elle a aimé à la folie, cet homme de devoir, a-t-il vraiment fait cette chose monstrueuse ?

 

L'auteure

 

Brigitte Lechanteur est comédienne, auteur d’histoires sur les 3615 Goldorak, Albator & Co, metteur en scène, auteur de chansons, productrice phonographique et productrice de spectacles (notamment du premier one man show de Benoit Poelvoorde, "Modèle Déposé", au Café de la Gare en 1995).
Elle a également exercé dix ans les fonctions de directrice administrative d’un groupe audiovisuel.
"La voix de mon père" (2018) est son premier roman.
 

 

 

Mon avis

 

Je remercie Brigitte LECHANTEUR de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, son premier roman «La voix de mon père » et ainsi de découvrir sa plume fluide et légère. La jolie et mystérieuse couverture ainsi que le résumé fort alléchant, m'ont de suite interpellée.

 

Nous découvrons donc Patricia, la quarantaine, épouse comblée et mère de deux enfants. Celle-ci retrouve des affaires personnelles ayant appartenu à son père Henri, disparu tragiquement en mer, quinze ans plus tôt. Patricia qui adorait son père et n'a pu faire complètement son deuil, décide d'écouter des cassettes sur lesquelles Henri dictait des messages pour sa secrétaire. La curiosité est un vilain défaut me direz-vous mais connaissait-elle vraiment bien son père ? Quels lourds secrets va-t-elle découvrir ?

 

Brigitte LECHANTEUR nous emmène, aux côtés de son héroïne, une femme forte et déterminée, de Paris en Belgique puis en Amérique du Sud et en Grèce.

 

Nous découvrons cette énigme familiale lentement ; l'auteure dévoilant avec parcimonie des détails sur le passé d'Henri. Le suspense est bien mené, l'intrigue captivante et les nombreux rebondissements tiennent le lecteur en haleine jusqu'au dénouement assez surprenant.

 

J'ai beaucoup aimé ce thriller aux dialogues très vivants, sur les secrets de famille, les non-dits, les mensonges que j'ai lu pratiquement d'une traite.

 

Voici un premier roman très bien écrit et fort prometteur.

 

Je lirai assurément d'autres ouvrages de cette auteure.

 

Très bon moment de lecture !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour à tous aujourd'hui mercredi voici ma chronique concernant : "LA VOIX DE MON PERE"

Voir les commentaires

Bonsoir aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "LE CREPUSCULE DES RONCES"

« LE CREPUSCULE DES RONCES »

Michel PHILIPPO

MARIVOLE EDITIONS

16 août 2018

136 pages

 

 

Présentation

 

Deux couples, deux histoires parallèles qui disent les trahisons, les échecs et les fêlures de nos vies ordinaires ; deux récits qui s'imbriquent et se superposent, témoignant par cette architecture de la tragique complexité des rapports humains.

 

Lorsque l'illusion des amours éternelles, se fracasse au mur du quotidien, lorsque les ruptures sont consommées sans retour, lorsque la défaite des corps vaincus ne peut plus être ignorée, peut-être reste-t- il alors le socle inébranlable de l'amitié que partage Fanch et Mike, unis par leur soit de poésie et par le même regard désabusé et lucide porté sur le monde.

Du Bruxelles de Tour et Taxi, au Lyon de la Crois Rousse, en passant par l'âpre beauté des Mont d'Arrée et des rivages d'Armor, c'est à la reconquête d'un impossible bonheur qu'ils vont se lancer, en cette ultime tentative d'échapper à l'absurdité de l'existence.

 

La littérature, en dépit de tout, aura le dernier mot.

 

L'auteur 

 

Michel PHILIPPO est fils de libraire. Une enfance baignée par le livre n'est sans doute pas étrangère au goût qu'il cultive aujourd'hui pour la langue, les mots et la littérature.

 

Dans le bouillonnement culturel de la Bretagne des années 80, il s'exerce à la chanson comme auteur-compositeur-interprète et lance, dès la libération des ondes en 81, une émission littéraire qui réunira entre autres Kenneth White et Michel Le Bris.

 

Il est aujourd'hui producteur-délégué pour Radio Bretagne 5 de l'émission Page blanche, consacrée au livre et à ses acteurs. Auteur, on lui doit notamment, chez d'autres éditeurs, La vie fragmentée (2009), La tentation du pylône (2011), Un été au paradis (2012) ouvrage couronné en 2013 par le Grand Prix du roman de l'Association des écrivains bretons dont il est membre.

 

 

 

 

 

Mon avis

 

Je remercie MARIVOLE Editions et en particulier Christophe et Céline, de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Le crépuscule des ronces », roman de Michel PHILIPPO et ainsi de découvrir la plume fluide et très élégante de cet auteur.

 

J'avoue avoir été un peu déroutée, dès les premières pages, par le style de l'auteur et avoir eu un peu de mal à entrer dans l'histoire. Toutefois, étant têtue et volontaire, j'ai tout de même poursuivi ma lecture et ne le regrette nullement. Il faut dire que le style de l'auteur est poétique et très châtié et que, me semble-t-il, ce roman s'adresse à un lectorat fort érudit..

 

Michel PHILIPPO conte, en parallèle, les histoires de deux couples en fin de vie amoureuse : Michel (Mike), écrivain et Nathalie son épouse, qui rencontrent, dans leur vie personnelle, les mêmes mésaventures que Abigaël et Willy, protagonistes du livre que Mike est en train d'écrire.

 

Par ailleurs, Mike retrouve son plus fidèle ami d'enfance, Fanch, lui aussi écrivain et avec lequel il partage sa passion pour la poésie et entretiendra des liens indestructibles jusqu'aux derniers instants de la vie...

 

J'ai beaucoup aimé cet ouvrage de littérature blanche, très émouvant, parfois fort triste qui m'a touchée, sur l'importance de l'amitié, la vie qui passe, la lutte contre la maladie, la place de la littérature dans la vie et mettant en avant la beauté des paysages bretons.

 

Très bon moment de lecture !

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui samedi je vous offre mon COUP de COEUR : "L'eau de Rose"

« L'EAU DE ROSE »

Laurence MARTIN

Auto-Edité

Janvier 2018

166 pages

 

 

Présentation

 

EXTRAITS

 

« Elle me pointe un petit carnet qui gît le long du caniveau et murmure :

  • Dites-leur pour moi que je les aime.
    Je demande :

  • - A qui ?

Elle convulse

Je pleure.

  • A qui ?

Elle est partie.
La femme qui sortait du cimetière est venue mourir dans mes bras.. Je souffle 'Je le leur dirai » comme une promesse indestructible.

 

 

Rose ne sait pas que cette promesse va bouleverser son existence. Au fil des pages de ce carnet, elle remettra en question sa solitude. Elle ira chercher ses réponses, contestera les lois familiales qui érigent le silence sur sa mère disparue il y a vingt ans. Elle apprendra combien la vie peut être belle et l'amour un nouveau départ.


Mais, quand l'adversité s'entête, la peur reprend parfois ses droits et la morts ses prérogatives.
Rose trouvera-t-elle sa vérité ? Osera-t-elle enfin le bonheur ?

 

 

L'auteure

 

Laurence MARTIN est née en 1969 à Paris. Rédactrice et journaliste dans divers magazines, l'écriture est son évidence. Elle nous offre ici un roman à la fois émouvant et fort sur la réparation de soi. Son livre est celui d'une révolte, d'un cri d'amour, d'une mutation. L'auteure y tient une aussi jolie promesse à son lecteur qu'à son personnage principal.

 

Mon avis

 

Je remercie Laurence MARTIN pour l'envoi de son roman « L'eau de Rose », accompagné d'une très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée. La très jolie couverture, le résumé fort alléchant et les nombreux retours de lecture positifs m'avaient interpellée.

 

Dès les premières lignes je me suis sentie happée par les jolis mots de l'auteure et par cette histoire écrite avec le cœur... J'ai aussi découvert la plume douce et romantique de Laurence MARTIN.

 

L'auteure nous conte l'histoire d'une jeune femme de 22 ans, Rose, qui a perdu sa maman lorsqu'elle était âgée de 2 ans. Son père et sa sœur Anna lui ont caché la cause du décès de sa mère et semblent porter un lourd secret.

Rose parviendra-t-elle a surmonter ses angoisses et à accéder au bonheur ?

 

J'ai ADORE ce premier roman fort prometteur qui fût pour moi un véritable COUP DE COEUR et m'a beaucoup émue. Ce livre est tout simplement magnifique, très bien écrit, empli d'émotions. Il décrit à merveille la difficulté à faire le deuil lors de la perte d'un proche parti trop tôt.., les secrets de famille, la vie, la résilience, l'amour des autres.

 

J'avoue avoir eu à plusieurs reprises, la larme à l’œil et envie de consoler, de guider Rose, cette jeune femme fragile, généreuse, en mal d'amour et de reconnaissance.

 

Excellent roman à lire sans hésitation !

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui samedi voici ma chronique concernant : "UN MEDECIN DE CAMPAGNE"

« UN MEDECIN DE CAMPAGNE »

Martial DEBRIFFE

TERRE D'HISTOIRES

CITY EDITIONS

22 août 2018

249 pages

 

 

Présentation

 

« Je sais que je suis fait pour les guérir. Je veux pénétrer dans leurs maisons et soulager leurs souffrances ».

 

Dans l'Alsace meurtrie de l'après-guerre, un jeune homme rêve d'une autre vie. Passionné de sciences, Pierre voudrait devenir médecin. Mais cette ambition n'est-elle pas trop grande pour lui, fils de simples commerçants de la vallée de Munster ?

 

Pour éblouir Marguerite, la femme qu'il aime, il tente sa chance. Après avoir obtenu une bourse d'études, le jeune homme gravit rapidement les échelons d'une profession qu'il exerce comme un sacerdoce, jusqu' à devenir un brillant chirurgien.

 

Mais peu à peu, Pierre se perd dans les fastes de cette carrière et s'éloigne des siens. La vanité de ses ambitions lui a fait oublier ce qui l'a initialement poussé vers la médecine : l'envie d'aider les autres et l'amour d'une femme. En quête de son passé perdu, le jeune homme va être entraîné dans une aventure qui bouleversera son destin.

 

L'auteur 

 

Martial DEBRIFFE est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages, essentiellement des romans historiques et de terroir. Membre de l'Académie des Sciences, des Lettres et des Arts, il réside dans un petit village alsacien, source d'inspiration parfaite pour l'écriture de ses livres, notamment Le temps des illusions, Le pinceau du roi et l'enfant des deux terres (Terre d'Histoires).

 

 

Mon avis

 

Je remercie Martial DEBRIFFE pour l'envoi de son dernier roman « Un médecin de campagne ». Etant une fan inconditionnelle de cet auteur, j'ai lu pratiquement tous ses romans tant j'aime sa plume fluide et élégante. De plus, la passionnée d'Histoire et de médecine que je suis, n'a pu être qu'interpellée par le résumé fort alléchant de ce roman.

 

L'auteur nous emmène donc en Alsace, dans la vallée de Munster en 1950 et nous conte le destin et les passions de Pierre, fils de petits industriels qui refuse de reprendre la fabrique de pains d'épices familiale et décide de faire des études de médecine.

 

Nous suivons donc Pierre, qui malgré son handicap physique et grâce à son courage et sa détermination, n'aura de cesse de surmonter tous les obstacles rencontrés afin de réaliser son rêve.

Pierre est un jeune homme sympathique, volontaire mais qui se laisse trop influencer par les femmes qui l'entourent. Ainsi, fou amoureux de Marguerite, il fera tout pour la surprendre. Il en sera de même pour Jessica, femme chirurgien qui le guidera et jouera également un rôle important dans sa vie et sa carrière....

 

Pour tout vous dire, je n'ai pas du tout aimé ni compris le personnage de la mère de Pierre mais j'ai bien apprécié son père ainsi que le Docteur Debeuh et Jeanne sa fille.

 

Martial DEBRIFFE rend hommage au travail acharné et à l'esprit d'abnégation des jeunes médecins de campagne mais aussi aux femmes, qui à cette époque étaient soumises et n'occupaient pas de telles fonctions, 

 uniquement réservées à la gent masculine.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman mêlant l'histoire d'un jeune Alsacien à l'Histoire de notre pays, très bien documenté tant sur les plans scientifique qu'historique, que j'ai lu pratiquement d'une traite.

 

Bonne lecture !

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui lundi je vous propose ma chronique concernant : "RETOUR AU PENSIONNAT"

« RETOUR AU PENSIONNAT »

Eric LE PARC

EDILIVRE-APARIS

4 août 2017

112 pages

 

Présentation

 

Nous sommes en 1920. 


Cela fait plus de trente-cinq ans que Lavinia a quitté le pensionnat de Miss Minchin et n'a plus entendu parler de la pourtant célèbre Sara Crewe. 


Ses anciennes camarades doivent d'ailleurs, toutes maintenant être comme elle des femmes mûres. 


Lavinia, elle, quitte Boston où elle s'était établie, pour revenir à Londres sur les lieux de son enfance. Sans illusions sur la vie, sans attaches et le cœur plein d'amertume, elle repense sur le bateau, à sa vie, son passé, ses regrets, ses échecs. Et à l'heure du bilan d'une existence qui l'a malmenée, le destin la conduira par hasard sur les lieux où elle vécut jadis : le fameux pensionnat pour jeunes filles où, le flot des souvenirs va refaire surface non sans une certaine nostalgie d'un passé désormais révolu. 


C'est donc cette fois du point de vue de l'ancienne rivale que l'auteur nous fait vivre ces nouvelles aventures, pleines de douceur, de poésie et... de mystère. 


Peut-être d'ailleurs, en saura-t-on un peu plus sur les étranges manuscrits trouvés dans les livres de la petite Sara qui, dans le premier roman de la série, avaient tellement excité la curiosité de la directrice !

 

La série « Miss Minchin's College » est un ensemble de récits inspirés du célèbre roman jeunesse « A Little Princess » de Frances H Burnett mille fois traduit et adapté. Tous explorent cette même histoire de la petite Sara Crewe du point de vue d'un protagoniste à chaque fois différent. Chacun, tout en ayant sa propre intrigue, se focalise sur différents éléments de cette histoire, de ses coulisses, de ses suites possibles, ou de ce qui la précède avec le souci tant d'un apport novateur, personnel et de qualité, que d'une fidélité minutieuse au texte original.

 

 

 

L'auteur


 

Né en Bretagne en 1977, juriste de formation, Eric LE PARC est marié et père de deux enfants. Il a écrit et publié plusieurs romans ainsi qu'un livre touristique consacré à la ville de Vannes (56).


 


 

Mon avis

 

Je remercie Eric LE PARC de m'avoir permis de lire, en service de presse, son roman « Retour au pensionnat ». J'ai lu récemment « Miss Minchin ou l'Histoire de la petite princesse Sara » que j'ai beaucoup aimé et j'ai retrouvé, avec grand plaisir, la plume fluide et élégante de cet auteur.

 

J'ai ADORE ce second roman, très bien écrit, qui nous fait découvrir le destin des pensionnaires du prestigieux établissement de Miss Minchin.

Lavinia et Sara sont devenues des adultes et leur vie a beaucoup changé... Les souvenirs de leur jeunesse ressurgissent alors et l'on perçoit, au fil des mots de l'auteur, beaucoup de nostalgie à l'évocation du destin des protagonistes de ce roman.

 

J'ai passé un excellent moment de lecture avec les personnages de ce livre qui sont fort attachants et que l'on quitte à regret.

 

Je lirai très bientôt la suite de cette série « Monsieur Alberto » !

 

Bonne lecture !

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "LA SECONDE CHANCE DE LILI"

« LA SECONDE CHANCE DE LILI »

Chérif ZANANIRI

Editions DE BOREE

11 octobre 2018

240 pages

 

 

Présentation

 

Ce roman plein d'humanité relate le véritable destin de Lili. Une jeune femme espiègle, resplendissante d'optimisme. Elle a grandi dans une famille peu aimante et pauvre de la Sologne de la fin du XIXème siècle.

 

Après des accusations de sorcellerie et trois années passées en prison, elle décide pour se racheter, d'apprendre le métier d'infirmière, ce qui l 'amènera à croiser les pas de Marie Curie pendant la Grande Guerre. A cette ligne de vie, se greffera une histoire d'amour. Elle succombe aux charmes de Martin qui ne s'aperçoit même pas de sa présence. Mais Ti-Louis qu'elle repousse, est amoureux d'elle.

 

Le récit d'une femme qui voulait, avec beaucoup de détermination, quitter une condition modeste, se racheter de ses bêtises de jeunesse et donner un sens à sa vie.

 

L'auteur

 

Chérif ZANANIRI a une plume élégante, extraordinaire et superbement maîtrisée. Il sait alpaguer son lecteur dès les premiers instants. Un art de conter qui n'est pas donné à tout le monde. Chaque phrase, chaque mot a une signification bien précise. Sa cible est votre cœur et le mien a été emporté dans ce tourbillon. (Aurélie Perreaud, blog Livres addict du 28/08/2018).

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions DE BOREE et en particulier Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « La Seconde chance de Lili », roman de Chérif ZANANIRI.

 

La très jolie couverture et le thème de cet ouvrage m'ont de suite interpellée. Il faut dire que j'ai lu une grande partie des livres de cet auteur et que ce titre m'intéressait beaucoup.

 

 

Chérif ZANANIRI nous emporte au XIXème siècle, en Sologne et nous relate l'histoire vraie, quelque peu romancée certes, de Lili, femme courageuse, dynamique et très attachante, son enfance au sein d'une famille de pauvres paysans puis sa vie de femme.

 

Emilie que l'on surnomme « Farfadette », du fait qu'elle possède le don de guérir, est accusée de sorcellerie. Elle n'a pas une vie facile notre héroïne mais malgré tout elle n'a de cesse de se consacrer , avec amour et dévotion, aux autres afin de leur rendre la vie meilleure.

 

L'auteur rend hommage aux femmes courageuses comme il sait si bien le faire, aux infirmières, à Marie Curie grâce à laquelle la « radiologie » a pu être pratiquée par les médecins pour soigner les soldats blessés de la Grande Guerre.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman très émouvant qui met en scène des personnages intéressants, hauts en couleur et avec lequel j'ai un passé un bon moment de lecture.

 

A découvrir sans hésitation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires