Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat pour “comme une aurore dans la brume”

Bonjour aujourd'hui lundi je vous propose ma chronique concernant :"L'ILE AUX MILLE SOURCES"

« L'ILE AUX MILLE SOURCES »

Sarah LARK

L'ARCHIPEL

5 juin 2019

464 pages

 

 

Présentation

 

La nouvelle saga de l'auteure de

la trilogie du Nuage Blanc

 

Londres, 1732. Nora, la fille d'un riche négociant, a perdu Simon, son premier amour avec qui elle rêvait d'horizons lointains. Pour satisfaire ses envies d'exotisme, la jeune femme accepte d'épouser un veuf bien plus âgé qui possède une plantation en Jamaïque.


Nora embarque alors pour les Caraïbes, à la découverte d'une île enchanteresse. Mais, bien vite, elle déchante : les conditions de vie des esclaves dans les champs de canne la révoltent.

 

Décidée à faire évoluer les mentalités, Nora pourra compter sur le soutien de Douglas, le fils d'Elias. Mais la révolte gronde, qui pourrait bouleverser à jamais la vie de Nora.

 

Avec cette nouvelle saga, Sarah LARK nous entraîne sur les pas d'une héroïne forte et attachante, à la découverte de contrées lointaines où tout reste à inventer, à commercer par sa propre destinée.

 

« Amour, haine et trahisons : un livre qui vous transporte au temps des grandes plantations

de la Caraïbe. »

 

 

L'auteure

 

Sarah LARK vit près d'Alméria, en Andalousie, où elle a créé un refuge pour chevaux. Traduite dans 22 pays, sa trilogie du Nuage blanc a séduit plusieurs millions de lectrices dans le monde. Tous ses romans ont paru aux éditions de l'Archipel. Du même auteur paraît chez Archipoche simultanément « Les Larmes de la déesse Maorie ».

 

 

Mon avis

 

Je remercie Mylène et Florence des Editions l'ARCHIPEL de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « L 'Île aux mille sources », roman de Sarah LARK, auteure dont j'ai lu tous les ouvrages tant j'aime sa plume légère et majestueuse.

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée.

 

Dans ce premier opus d'une nouvelle saga, Sarah LARK nous fait voyager au XVIIIème siècle, d'Angleterre en Jamaïque, pays exotique qui évoque pour le lecteur une destination de rêve : en sera-t-il de même pour Nora notre héroïne ?

 

 

Après le décès de Simon, son premier amour avec lequel elle avait fait des projets d'aventures sur une île paradisiaque, Nora quitte l'Angleterre et, selon le désir de son père, épouse Elias, un homme d'âge mur, propriétaire d'une plantation en Jamaïque.

 

Dès les premiers mots de l'auteure, je me suis sentie happée par cette magnifique histoire très émouvante, aux multiples rebondissements qui tiennent le lecteur en haleine, addictive et fort bien ficelée.

 

L'auteure met en avant la richesse des nantis Anglais face à la pauvreté des habitants de certains quartiers de Londres, puis les conditions de vie terrifiantes des esclaves dans les plantations où leurs « backras » leur font subir des sévices et mauvais traitements tant physiques que psychologiques. Certains passages sont très durs mais reflètent tellement la réalité..

 

Sarah LARK décrit à merveille les paysages et nous transporte sur les plages de sable que nous imaginons aisément ainsi que la faune et la flore. Elle nous dévoile le côté obscur des croyances et rites africains.

 

Beaucoup d'émotions sont palpables à la lecture de ce sublime ouvrage et l'on ne peut s'empêcher d'être révolté, de trembler et d’espérer pour Nora, Doug et Maanu qui sont des personnages fort attachants.

 

Aussi, lors du passage d'un ouragan, le lecteur ressent l'intensité de son souffle, la peur et la tristesse des protagonistes de ce roman.

 

J'ai ADORE cette saga historique romancée mêlant l'Histoire à celle d'une jeune femme forte, courageuse, déterminée et révoltée, à une époque où les femmes se devaient d'obéir à leurs pères puis à leurs époux..

 

Si comme moi vous aimez les belles histoires d'amour, les paysages exotiques, les secrets de famille, cet ouvrage ne pourra que vous séduire.

 

Pour ma part, j'attends avec impatience la sortie du second tome de cet excellent roman dur et tendre à la fois avec lequel j'ai passé un très bon moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mercredi je vous propose ma chronique concernant : "8 MINUTES DE SOLEIL EN PLUS"

« HUIT MINUTES DE SOLEIL EN PLUS »

Sébastien THEVENY

Auto-Edition

7 mai 2019

198 pages

 

 

 

Présentation

 

Quand la volonté est plus forte que la mort. Jules a treize ans et il est condamné. Atteint de mucoviscidose, il sait qu’un jour tout doit finir. Or Jules a un rêve : rencontrer son idole de toujours, Roger Federer. Pour cela, il est prêt à braver toutes les épreuves. Seul à seul avec son père, Jules va tenter de se rendre, à vélo, jusqu’à Wimbledon. Il sait que le Maestro du tennis mettra bientôt un terme à sa carrière.Dans son cœur, c’est cette année… ou jamais ! Ce road-trip sera aussi, pour le père et le fils, le moyen d’apprendre à se retrouver, à panser les blessures et les non-dits du passé…Un voyage initiatique et rédempteur, entre un père et son fils, face à l’inexorable.

 

 

L'auteur

 

Né en 1976 en Pays de Champagne,je pose mes valises en Franche-Comté en 2002 et ne quitte plus cette terre d'adoption. De formation littéraire , j'occupe mon temps libre à rédiger poèmes, nouvelles, contes pour enfants et romans tout en n'oubliant pas de m'adonner au tennis et au tennis de table : mens sana in corpore sano !

« Après la publication de mon premier roman "Trouble Je", j'ai publié mon premier recueil de poèmes, écrits sur une période 14 ans, intitulé "En Vers... et contre tout".
J'ai eu la folie également de créer un "roman en alexandrins" : Vers...tige, qui suit la vie d'un homme de sa naissance à sa mort, au travers du prisme du désir et de son rapport aux femmes.

Un Frère de Trop, mon premier thriller, a conquis plus de 35000 lecteurs en auto-édition, depuis sa parution en novembre 2017. Il est publié aux Editions Michel Lafon en février 2019.

Trente secondes avant de mourir, mon nouveau thriller paru en juin 2018, dont l'action se déroule à New York, a quant à lui déjà séduit plus de 15000 lecteurs. »

 

 

Mon avis

 

Je remercie Sébastien THEVENY de m'avoir permis de lire, en service de presse, son dernier roman « Huit minutes de soleil en plus ». J'ai découvert récemment la très belle plume de cet auteur en lisant « Un Frère de trop » que j'ai beaucoup aimé.

 

La très jolie couverture réalisée par M. BIASOTTO et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée.

 

C'est dans un style très différent de ses précédents romans que Sébastien THEVENY nous emporte dans le Nord de la France puis en Angleterre où nous suivons Jules et son père, à l'aide d'un journal intime tenu alternativement par l'un ou l'autre. Jules est un petit garçon de 13 ans qui, comme tous les enfants, a une passion : le tennis et il rêve de rencontrer Roger Federer son idole en assistant à l'un de ses matches. Toutefois Jules a la mucoviscidose et ses jours sont comptés..

 

Sébastien THEVENY nous fait vivre l'incroyable voyage que père et fils vont effectuer pour essayer de se rendre à Wimbledon en vélo..

 

L'auteur décrit parfaitement les sentiments de cette famille éprouvée par la maladie de leur enfant. Beaucoup d'émotions sont palpables à la lecture de ce roman et l'on ne peut que s'attacher à ce jeune garçon très courageux ainsi qu'à ses proches et partager le combat qu'ils doivent mener face à cette terrible maladie.

 

J'ai ADORE ce court roman, très bien écrit, sur la relation père-fils, touchant, prenant, émouvant, triste mais empli d'amour et d'espoir. Je l'ai lu d'une traite tant j'éprouvais des difficultés à le refermer et à quitter ces personnages tellement attachants..



Excellent moment de lecture.

Bonjour aujourd'hui mercredi je vous propose ma chronique concernant : "8 MINUTES DE SOLEIL EN PLUS"

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui mercredi je vous propose ma chronique concernant : "TUER N'EST PAS VIVRE"

« TUER N'EST PAS VIVRE »

Charlotte ADAM

Auto-édité

Mai 2018

276 pages

Présentation

 

New-York, de nos jours. 


Depuis des années Wade mène une vie où l’argent et le sang se mêlent quotidiennement. Une vie dans laquelle aucune attache n’est possible, et où la fin peut survenir à tout moment. Wade l’a accepté depuis longtemps.

 
Lorsqu’il renoue le contact avec un vieil ami, restaurateur italien membre de la mafia et père de la jeune et fantasque Marina, Wade est entraîné dans des milieux qu’il connaît bien mais où cette fois sa vie ne sera pas la seule en jeu.

 
Danger et manipulation ne viennent pas forcément de là où on les attend et, quand l’attirance se mêle au doute, Wade devra choisir entre ce que lui dicte son instinct et un ultime désir d’une autre vie. 

 

L'auteure

 

Charlotte ADAM (sources AMAZON)

« Ecrire est pour moi plus qu'une passion, c'est un besoin quasi compulsif. 
Les idées viennent parfois à partir d'une sensation, d'une phrase, d'une situation. Certaines s'envolent, d'autres tournent en boucle, d'autres enfin se développent jour après jour. C'est de ces dernières que j'essaie de tirer un écrit, une histoire.

 
Ecrire a longtemps été pour moi un "plaisir personnel", je ne diffusais pas mes écrits, tout au plus quelques proches y avaient accès. Et puis petit à petit est venue l'envie de faire partager, d'embarquer d'autres personnes dans mes fictions, de procurer à d'autres ces sensations que je peux éprouver en lisant certains ouvrages (je lis beaucoup, là aussi de manière parfois compulsive, incapable de refermer l'ouvrage avant la dernière page).
Après la phase "compulsive" d'écriture, prise sur le vif, écrite avec les émotions, vient la phase de remise en forme, de travail de recherche d'informations (parce que même pour un ouvrage de fiction, j'aime à ancrer les situations dans une réalité géographique, sociale ou autre). Cette partie là est minutieuse, elle ne visa pas à tout chambouler de ce qui a été écrit dans la phase précédent mais à l'enrichir et la compléter. Parfois, au cours des recherches, ce sont d'autres idées qui émergent, donnant matière à une suite. 
Certaines idées restent à l'état virtuel, d'autres finissent par prendre forme... En voici un exemple avec "Tuer n'est pas vivre".»

 

 

 


Mon avis

 

Je remercie Charlotte ADAM de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, son roman : « Tuer n'est pas vivre ».

 

Bien que peu habituée à ce genre de lecture, je me suis laissée de suite emportée par les mots de l'auteure et par cette histoire, aux multiples rebondissements, qui tiennent vraiment le lecteur en haleine.

 

Charlotte ADAM nous emmène dans un quartier de New York appelé « Little Italy » où nous faisons connaissance avec Wade, tueur professionnel au demeurant fort sympathique, la sublime Marina et son père Tony et ses hommes de main, tous impliqués dans la mafia. L'argent coule à flot dans ce milieu où la loi du plus fort est toujours la meilleure.

 

L'écriture est fluide et simple, le suspense bien mené et les scènes de séduction fort bien décrites le tout avec beaucoup de sensualité et aucune vulgarité.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman policier que j'ai dévoré en une soirée et avec lequel le temps a passé très vite.

 

Je le recommande donc aux amateurs de thrillers et de policiers, à tous ceux qui ont aimé, comme moi, le film « le parrain »...

 

Je lirai assurément d'autres ouvrages de cette auteure.

Bonne lecture !

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

« CHAMBRE 1002 »

Chrystine BROUILLET

Editions RAMSAY

10 octobre 2019

360 pages

 

Présentation

 

Hélène, chef montréalaise mondialement connue, se rend à New York afin d'y recevoir un prestigieux prix culinaire. Sur le chemin du retour, la tragédie frappe : elle est retrouvée inconsciente à la suite d'un brutal accident de voiture. Simple malchance ou acte prémédité ? Les enquêteurs travaillent à éclaircir le mystère, mais les pistes demeurent floues autour de cette femme apparemment sans ennemis. Hélène, plongée dans un profond coma, est veillée par ses amies les plus proches qui, après plusieurs semaines passées sans observer de progrès, mettront en place une ingénieuse stratégie aromatique pour tenter de ramener à la vie celle qui était le pilier de leur groupe.

 

L'auteure

Nationalité : Canada 
Né(e) à : Loretteville , le 15/02/1958

Chrystine Brouillet étudie au collège des Ursulines de Loretteville puis au Collège Notre-Dame-de-Bellevue avant d'obtenir son baccalauréat en littérature à l'Université Laval. 
Elle est principalement connue comme auteur, bien qu'elle tienne également une chronique littéraire et gastronomique sur les ondes de la radio de Radio-Canada.
Chrystine Brouillet publie son premier roman, Chère voisine, en 1982 pour lequel elle a reçu le prix Robert-Cliche. 
Pour Le complot, elle reçoit le Prix Alvine-Bélisle (meilleur livre jeunesse de l'année). 
Appréciée des jeunes, elle reçoit en 1993 et en 1994 le Prix du Signet d'or (auteur préféré des jeunes). En 1995, elle se voit décorée du prix du public du Salon du livre de Montréal et de l'Ordre de la Pléiade. En 2004, le Grand Prix littéraire Archambault lui est décerné.
Autre honneur, la bibliothèque municipale de sa ville natale porte désormais son nom.
Sa passion pour la gastronomie, l'art et l'histoire a poussé Chrystine Brouillet à s'installer durant douze ans à Paris où elle revient régulièrement et a publier un guide de voyage ainsi qu'un livre de recettes et un ouvrage sur le champagne.
Si Chrystine Brouillet s'est fait connaître grâce à ses romans jeunesse, ce sont ses romans policiers (série Maud Graham) qui en font aujourd'hui une des auteurs les plus lues du Québec. 

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions RAMSAY et en particulier Christophe de m'avoir permis de lire, en avant-première, « Chambre 1002 », roman de Chrystine BROUILLET et ainsi de découvrir la plume pétillante de cette auteure.

 

Chrystine BROUILLET nous conte l'histoire d'Hélène Holcomb, chef culinaire Québécoise de renom qui, suite à un très grave accident de la route, est à l'hôpital, dans le coma.

Qui aurait pu souhaiter la mort de cette personne apparemment sans histoire ?

 

Alex Mitchell et Raoul Dufour diligentent donc une enquête pour le découvrir pendant que les fidèles amies d'Hélène se relaient à son chevet, dans l'espoir de la ramener à la vie, lui faisant sentir des odeurs de plats cuisinés, de vins, des parfums d'épices, d'aromates qui pourraient faire ressurgir des souvenirs dans son subconscient..

 

L'auteure nous offre une délicieuse histoire dans tous les sens du terme, mêlant amitié, enquête policière aux plaisirs de la table et de la vie et qui fait un bien fou..
Les recettes de cuisines insérées au fil des pages sont très intéressantes et donnent envie de cuisiner puis de les déguster. Un vrai régal pour les épicuriens !

 

J'ai ADORE ce roman original, émouvant, pétillant aux dialogues succulents que j'ai dévoré en deux soirées tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement mais je vous laisse le découvrir par vous-mêmes.

 

Un excellent moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi je vous propose ma chronique COUP DE COEUR concernant : "LA FILLE DU MAITRE DE CHAI"

« LA FILLE DU MAITRE DE CHAI »

Kristen HARNISCH

Editions L'ARCHIPEL

ARCHIPOCHE

4 septembre 2019

 

 

Présentation

 

1895. Sarah Thibault, 17 ans, vit avec ses parents et sa sœur Lydie dans le Val de Loire, où la famille exploite un vignoble.
À la suite du décès de son époux, la mère de Sarah est contrainte de vendre le domaine à une famille de négociants, les Lemieux, dont le fils aîné épouse Lydie.


Mais une nouvelle tragédie oblige les deux sœurs à quitter la France. Sarah, qui n’a pas abandonné son rêve de devenir viticultrice, gagne la Napa Valley, en Californie.


Sur place, elle fait la connaissance d’un certain... Philippe Lemieux, qui s’est lui aussi lancé dans l’aventure viticole.
Les deux Français décident d’associer leurs talents. Mais les affaires et l’amour peuvent-elles faire bon ménage ?

 

D’autant que Sarah cache un indicible secret...
Dans la lignée des romans de Tamara McKinley et Sarah Lark, le destin d’une jeune femme courageuse qui n’a d’autre choix que l’exil pour réinventer sa vie.

 

L'auteure

Nationalité : États-Unis
Kristen Harnisch est romancière.
Titulaire d'un B.S. en économie de Villanova School of Business, elle a été cadre dans de grands groupes bancaires dont JPMorgan Chase à New York et à San Francisco.
Elle a travaillé comme directrice des ventes à Citizens Bank à Boston avant de publier son premier roman, "La Fille du maître de chai" (The Vintner’s Daughter, 2014), best-seller international.
Pour trouver l'inspiration, elle s'est rendue à San Francisco et dans la Vallée de la Loire.
En 2016, elle a publié "The California Wife".
Elle réside dans le Connecticut en compagnie de son époux et de leurs trois enfants.
son site : https://kristenharnisch.com/
Twitter : https://twitter.com/kristenharnisch

 

Mon avis

Je remercie les Editions L'ARCHIPEL et en particulier Mylène de m'avoir donné l'opportunité de lire en service de presse, « La Fille du maître de chai », roman de Kristen HARNISCH et ainsi de découvrir la plume légère et précise de cette auteure.

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée étant fan de romances historiques s'inscrivant dans le style de Tamara McKinley et Sarah Lark, deux auteures que j'aime beaucoup !

 

Je me suis donc sentie de suite happée par les mots de Kristen HARNISCH qui nous transportent en 1896 à New-York où nous faisons connaissance avec Sarah Thibault. Cette jeune fille, âgée de 18 ans, entre dans une église afin de confesser ses péchés et s'accuse « d'avoir tué un homme.. ».

 

Un an plus tôt, notre héroïne vivait tranquillement avec ses parents et sa sœur Lydie dans l'exploitation viticole familiale située en France, dans le Val de Loire. Sa vie a basculé au décès de son père et après un drame qui a contraint les deux jeunes femmes à s'expatrier aux Etats-Unis.

 

L'auteure nous conte le destin exceptionnel de Sarah qui est une personne très attachante, volontaire, courageuse, spontanée, passionnée par la culture des vignes et très attachée à ses terres.

Nous partageons le combat qu'elle devra mener pour survivre, ses peines, ses espoirs. Beaucoup d'émotions sont palpables au fil des mots de Kristen HARNISCH et l'on ne peut rester insensibles face à cette histoire vraiment bouleversante.

 

J'ai bien aimé certains personnages tels que Sarah, Lydie sa sœur, Luc leur père, Jacques l'ami dévoué de la famille, également Aurora, Marie et Philippe. Toutefois j'ai détesté Bastien et peu apprécié la mère de Sarah qui m'a, à plusieurs reprises, révoltée, mais je vous laisse en découvrir les raisons par vous-mêmes !

 

L'auteure décrit avec moult détails les techniques de la viticulture en France, les problèmes liés au phylloxera, l'implantation des vignes françaises en Californie et l'emploi d'immigrés Chinois et Italiens en Amérique au XIXème siècle. Elle aborde également le thème du mouvement des suffragettes et la place des femmes à cette époque.

 

J'ai ADORE ce premier opus et attends avec impatience la suite de cette duologie fort intéressante.


Voici un sublime roman historique romancé aux multiples rebondissements qui m'a tenue en haleine jusqu'au dénouement, que j'ai quitté à regret et qui fut pour moi un gros COUP de COEUR.

 

A découvrir sans hésitation pour passer un excellent moment de détente.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui lundi je vous invite à découvrir ma chronique concernant : "LA FIANCEE ANGLAISE"

« LA FIANCEE ANGLAISE »

Gilles LAPORTE

PRESSES DE LA CITE

TERRES DE FRANCE

29 août 2019

442 PAGES

 

Présentation

 

« S'il m'arrive quelque chose,

tu iras leur dire combien je les aimais ».

 

A tous, Adolphe Lamesch a laissé un vide immense. C'est sur ses traces que cinquante ans plus tard Robert Forester se rend à Châtel-sur-Moselle pour rencontrer les membres de sa famille et leur porter les mots de celui qui accompagna son enfance en Angleterre. Telle une promesse à la mémoire du jeune Lorrain engagé parmi les premiers dans le sillage du général de Gaulle, disparu en mer à bord du torpilleur des forces navales françaises libres « La Combattante » en 1945.

 

Pour sa mère Berthe, l'espoir de revoir son fils vivant n'avait jamais vacillé. Elle laissait toujours sa porte ouverte, au cas où.. Parce qu'elle détenait dans ses lettres le secret d'Adolphe. Un secret troublant, plein de vie et de résilience. Qu'elles étaient deux à partager...

 

Un roman bouleversant qui rend hommage à un héros discret de la Seconde Guerre Mondiale, et dans lequel s'impriment la force du souvenir et le courage des femmes.

 

 

L'auteur

 

Né dans les Vosges, Gilles LAPORTE a notamment pubolié aux Presses de la Cité Le Loup de Métendal, La Fontaine de Gérémoy, Cantae de cristal, Des Fleurs à l'encre violette, La Clé aux âmes, Un Parfum de fleur d'oranger et Les Roses du Montfort. Plusieurs de ses romans ont reçu des prix littéraires.
 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions Presses de la Cité et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, le dernier roman de Gilles LAPORTE « La Fiancée anglaise ». Je remercie également Gilles LAPORTE pour la très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée et étant une fan inconditionnelle de cet auteur dont j'ai lu pratiquement tous les romans, j'ai été très heureuse de pouvoir découvrir ce « petit dernier ».

 

Gilles LAPORTE nous emmène en 1997 où Robert Forester quitte Londres, contre l'avis de sa mère, pour se rendre en France, en Lorraine et part à la découverte du passé d'Adolphe Lamesch en rencontrant la famille de ce dernier.

En effet, cinquante ans plus tôt, Robert avait fait une promesse à Adophe avant qu'il ne disparaisse en mer à bord de « La Combattante ».

 

Quel secret cache Allyson la mère de Robert.

Celui-ci parviendra-t-il à dire aux proches d'Adolphe « combien il les aimait »...

 

Je me suis sentie de suite happée par les mots de l'auteur et les descriptions précises des traits tant physiques que psychologiques des protagnistes de son roman ainsi que leurs sentiments, nous permettent de les imaginer aisément et ils défilent ainsi sous nos yeux tels que dans un film....

 

Gilles LAPORTE agrèmente son récit, pour notre plus grand plaisir, de courts passages de chansons de l'époque et évoque des plats succulents de Lorraine mettant ainsi l'eau à la bouche au lecteur !

 

En mélant la grande Histoire à celle de son oncle Adolphe, l'auteur nous offre un très beau récit qui retrace le destin des membres de sa famille. Beaucoup d'émotions sont palpables et les personnages sont authentiques et très attachants.

 

J'ai ADORE ce roman historique régional émouvant, très bien écrit, aux dialogues succulents, aux rebondissements qui tiennent vraiment le lecteur en haleine et par lequel Gilles LAPORTE aborde : les secrets de famille, la quête filiale, les relations mère-fils, la santé mentale, la guerre de 39-45, cette période ô combien tourmentée de notre Histoire.

 

Il rend ainsi hommage à un héros peu connu de la Grande Guerre et aux femmes passionnées et courageuses de l'époque.

 

Si comme moi vous êtes férus d'Histoire, vous aimez les Vosges et la Lorraine et êtes amateurs de belles histoires d'amour, ce roman ne pourra que vous séduire.


Un excellent moment de lecture.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonsoir aujourd'hui mardi voici ma chronique concernant : "LE FEU SOUS LA PEAU"

« LE FEU SOUS LA PEAU »

Olivia JONES

Auto-Edition

12 septembre 2019

335 pages

 

 

Présentation

 

Que s’est-il passé le 15 avril 1994 ? Une femme et ses trois enfants meurent dans l’incendie de leur maison. Un cinquième cadavre, étranger à la famille, est découvert, une arme gît non loin de son corps carbonisé. Qui est cet homme ? Vingt-cinq ans après les faits, que cache Marialys Le Mellec ? Quel est le secret de cette mère de famille perturbée, anxieuse, fragile. Que cache le Docteur Fabien Neuville ? Chirurgien de renom, mari et père des disparus, dévasté par la mort atroce de sa famille bien-aimée. Et que cherche le Commissaire ? Flic à la retraite, obsédé par cette vieille affaire qui ne cesse de le tourmenter, et par la promesse faite à une mourante. Terrible drame familial, mensonges en tout genre, secrets bien gardés, tels sont les ingrédients du 7e roman d’Olivia Jones : Le Feu sous la peau.

 

 

 

L'auteure

 

Olivia Jones est une auteure française, d'origine bretonne. Née en banlieue parisienne, d'un père guitariste de jazz et d'une mère au foyer, elle a vécu en Suisse de nombreuses années. Elle s'installe ensuite pour cinq ans dans le golfe du Morbihan, d'où sa famille est originaire, et actuellement, c'est en Alsace qu'elle a choisi de vivre.

Elle a publié cinq romans sur KDP, ainsi qu'un petit recueil de trois nouvelles. Son tout dernier roman, Un parfum de lavande et de sang, son premier thriller, vient de paraître sur Amazon, en broché et ebook.

Elle fait également partie d'un collectif d'auteurs, le Pécéoc, qui publie, dès le 1er décembre 2018, C(h)peur de nouvelles, un recueil au bénéfice de l'association "Petit cœur de beurre", en faveur des enfants atteints de maladies cardiaques. Neuf nouvelles composent ce recueil. Celle d'Olivia Jones s'intitule : Quand le vent se tait...

Sa passion pour l'écriture remonte à l'enfance, en découvrant les contes d'Andersen, Grimm et les autres... Cet univers onirique l'obsède, et la pousse à coucher sur le papier les histoires à caractère fantastique qu'elle aime raconter. Car c'est ainsi qu'elle se considère, une conteuse.

 

 

Mon avis

 

Je remercie Olivia JONES de m'avoir permis de lire, en service de presse, son dernier roman « Le Feu sous la peau ». Etant fan de cette auteur dont j'ai lu pratiquement tous les ouvrages, j'ai retrouvé avec grand plaisir sa plume légère et fluide que j'aime tant.

 

« Le Feu sous la peau » voilà un titre qui m'a de suite interpellée !

 

Olivia JONES a vraiment une imagination débordante et le don de nous captiver par ses mots, rendant ainsi notre lecture très addictive !

 

Je me suis sentie de suite happée par l'histoire que l'auteure nous présente en donnant la parole aux différents protagonistes de son livre et nous dévoile leurs pensées, leurs sentiments et leur passé.

Quel lourd secret Marialys a-t-elle gardé pour elle, depuis ving-cinq ans et qui l'a empêché de s’épanouir et de vivre heureuse ?

 

J'ai bien aimé Marialys, femme ordinaire et réservée qui entretient une relation très fusionnelle avec Cristal, sa fille, seul être qui compte à ses yeux.

 

L'histoire est originale et très bien écrite. L'intrigue est fort bien menée et le suspense intense du fait que, ce n'est qu'avec parcimonie que l'auteure dévoile quelques indices, au fil des pages, nous permettant de découvrir le secret de notre héroïne..

 

J'ai beaucoup aimé, comme tous les ouvrages d'Olivia JONES d'ailleurs, ce très bon roman que j'ai lu d'une traite, ne pouvant me résoudre à le refermer tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement et que j'ai refermé à regret.

 

A lire sans hésitation pour passer un très bon moment de lecture.

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mercredi je vous propose ma chronique concernant : "LE PENSIONNAT DE CATHERINE"

« LE PENSIONNAT DE CATHERINE »

Florence ROCHE

Editions PRESSES DE LA CITE

3 octobre 2019

300 pages

 

 

Présentation

 

Dans les années 60, les secrets de la guerre commencent seulement à affleurer. Ainsi, Samuel, jeune professeur, apprend , à la mort de sa mère adoptive, qu'il a été recueilli en 1943 non loin de la frontière suisse où un réseau de passeurs aidait les juifs à fuir.

 

En Haute-Loire, Camille, elle, seconde sa mère Catherine, une veuve qui dirige avec autorité un pensionnat de jeunes filles. L'arrivée d'une nouvelle enseignante, qui porte de lourdes accusations à l'encontre de Catherine, va remettre en cause les certitudes de Camille sur sa filiation.
C'est dans la région d'Annecy que Samuel et Camille vont se rencontrer par hasard au milieu des ruines du chalet des anciens passeurs de juifs.


Tous deux se lancent dans une périlleuse quête de leurs origines et, surtout, découvrent l'amour...

 

 

L'auteure

 

Née au Puy-en-Velay, en Haute-Loire, Florence Roche a fait des études d’histoire à la faculté de Saint-Etienne. Elle a notamment publié L’Honneur des Bories (2010), La Trahison des Combes (2012), La Réfugiée du domaine (2017) et, aux Presses de la Cité, Les Parfums d’IrisLes Carnets d’Esther et L’Héritière des anges.

TOUTE 

Mon avis

 

Je remercie PRESSE DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Le Pensionnat de Catherine », roman de Florence ROCHE auteure dont j'ai lu pratiquement tous les ouvrages tant j'aime sa plume fluide, précise et délicate. Je remercie également Florence pour la très gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée. Certains vont dire « encore un roman historique se déroulant pendant la seconde Guerre Mondiale... » ; effectivement mais celui-ci sort vraiment du lot !

 

Dès les premiers mots de l'auteure, je me suis sentie happée par l'histoire de Samuel, jeune garçon de confession juive qui a été adopté à l'âge de 6 ans après s'être enfui d'un chalet situé en Haute-Savoie près de la frontière suisse où il a failli vivre l'enfer en compagnie de sa maman Mirella....

 

Ensuite, de nombreuses questions me sont venues à l'esprit : les parents de Samuel sont-ils morts ?

Qui étaient vraiment les parents de Camille et quel fut leur rôle durant la Seconde Guerre Mondiale ?

 

Les personnages sont attachants pour certains, détestables pour d'autres mais je vous laisse le découvrir par vous-mêmes... J'ai beaucoup aimé Simon et Camille, la fille de Catherine, cette jeune fille très attachée à sa mère, que Samuel rencontrera plus tard, tous deux sont authentiques et attendrissants.

 

L'histoire est passionnante et très addictive, l'intrigue bien menée, le suspense et les rebondissements intenses nous dirigent vers des pistes qui s'avèrent fausses.. Il faut dire que Florence ROCHE a vraiment le don de tenir son lecteur en haleine.

 

J'ai ADORE ce très beau roman, poignant, émouvant, très bien écrit et documenté sur les plans historique et régional dont une partie se déroule dans ma très belle région et qui fut pour moi un vrai COUP DE COEUR.

 

Je l'ai lu pratiquement d'une traite, tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement, au demeurant fort surprenant, ne pouvant me résoudre à le refermer et l'ai vraiment quitté à regret.

 

Si, comme moi, vous êtes férus d'Histoire mêlant amour, secrets de famille, quête de vérité et suspense, ce roman ne pourra que vous séduire.
Excellent moment de lecture.

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui samedi voici ma chronique GROS COUP DE COEUR concernant : "SAGA CHEVREFEUILLES - L'ENFANT DES SOLITUDES"

« SAGA  CHEVREFEUILLES »

« L'ENFANT DES SOLITUDES »

Tome 1

Editions JCL

septembre 2019

360 pages

 

Présentation

 

A la suite d'une relation qu'elle regrettera amèrement, Nadine Dumaine annonce à Géraud Breteuil être enceinte. Sans détour, il lui donne l'argent nécessaire pour mettre un terme à la grossesse, refusant du coup de la revoir. Contre la volonté de son amant d'un instant, la jeune femme, abandonnée à son sort, donne naissance à un être chétif et s'empresse de le confier à l'orphelinat des Chèvrefeuilles.

 

Neuf ans plus tard, Géraud apprend de façon impromptue qu'il est le père de Bertrand, le bambin dont il ignorait même l'existence. La culpabilité le ronge et, n'arrivant pas à avoir d'enfant avec son épouse, il fait tout en son pouvoir pour accueillir son fils chez lui. Or, l'homme de la maison ne révèle pas la vérité sur le lien familial l'unissant au garçon.

 

Bertrand développe une douce complicité avec sa nouvelle mère, mais une tension latente nuit toujours à leur quiétude. Les sombres secrets du passé feront-ils basculer le monde du petit ? Le bonheur auquel il avait finalement cru n'aura-t-il été qu'un rêve éphémère ?

 

 

L'auteure

 

Nicole PROVENCE a publié plusieurs romans à succès dans toute la francophonie. On lui doit notamment « Le Secret d'Aiglantine », « La Corde du pendu », « Une Promesse si fragile » et « L'Impossible aveu ». Avec la plume élégante qu'on lui connaît, elle nous offre ici le premier tome d'une saga familiale sensible et déchirante.

 

 

 

Mon avis

 

Je viens de terminer la lecture du dernier roman de Nicole PROVENCE « L'Enfant des solitudes » premier opus de la saga des Chèvrefeuilles. La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée et j'ai eu envie de découvrir au plus vite cet ouvrage.

Il faut dire que je suis une fan inconditionnelle de cette auteure dont j'ai lu pratiquement tous les romans et j'ai apprécié retrouver sa plume légère, fluide et élégante.

 

Nicole PROVENCE a vraiment le don, par ses mots, d'immerger le lecteur dans son récit et je me suis sentie de suite happée par cette très jolie histoire.

 

Ainsi, nous apprenons que, suite à une erreur de jeunesse, Nadine et Géraud ont conçu un petit être que la mère n'a pas désiré et qu'elle a abandonné à la naissance et dont le père ignorait l'existence.

 

Neuf ans plus tard, Bertrand est toujours aux « Chèvrefeuilles », l'orphelinat où Géraud et son épouse Liz, en mal d'enfant, décident de l'adopter.

Bertrand est un jeune garçon sensible qui souffre de son handicap physique et qui se réfugie dans la solitude. Il a pourtant beaucoup d'amour à donner mais craint de s'attacher à ses parents adoptifs et d'ête déçu malgré la grande complicité qui s'est installée entre Liz et lui.

 

Quel sera l'avenir de ce petit bonhomme si attachant ? Le secret de Géraud sera-t-il dévoilé ?

 

 

Comme à son habitude, l'auteure décrit à merveille les sentiments des protagonistes de son roman et l'on perçoit les angoisses, les peurs, les espoirs et les joies de Bertrand et de Liz mais également la culpabilité de Géraud.

 

Il en est de même pour les descriptions de la région Lyonnaise, si chère au cœur de Nicole et qu'elle connaît fort bien, sans oublier les odeurs émanant des massifs de fleurs printanières qui viennent embaumer notre lecture et le ronronnement de la chatte Câline que l'on entend aisément.

 

J'ai ressenti beaucoup d'émotions à la lecture de ce magnifique ouvrage très captivant, écrit avec sensibilité et poésie. Cette histoire m'a bouleversée mais comment pourrait-il en être autrement lorsque le sujet évoque l'enfance douloureuse d'un petit garçon qui n'a pas demandé à venir au monde...

 

J'ai ADORE ce premier opus de la saga « Chèvrefeuilles » dont j'attends avec impatience la suite et qui fut pour moi un GROS COUP DE COEUR.

 

Excellent moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

FICHE LECTEUR COMPULSIF : Barbara LAURAME

Bonjour les amis

Voici la suite de notre enquête..

FICHE LECTEUR (JOUR 2)

 

« ES-TU UNE LECTRICE COMPULSIVE ? »

QUESTIONS pour Barbara LAURAME

 

 

JM : -A quel âge as-tu commencé à lire ?

 

Barbara : assez tôt, je lisais beaucoup plus de BD dont je raffolais. Les livres, par plaisir, sont arrivés plus tard, à l’adolescence.

 

 

JM : - Es-tu une acheteuse compulsive de livres ?

 

Barbara : Pas vraiment. Sauf depuis que l’ai ma liseuse, je me pose moins la question pour découvrir un auteur, surtout en AE car les prix des e books sont très abordables même pour un petit budget.

 

 

JM : - Où as-tu l'habitude d'acheter tes livres ?

 

Barbara : à la fnac quand j’y vais, ou par internet, fnac, amazon ou site des maisons d’éditions. Je vis dans un petit village où je n’ai pas de librairies. Parfois, je peux acheter dans une grande surface.

 

JM : - Quel format de lecture préfères-tu : numérique ou papier ?

 

Barbara : je suis passée à la liseuse numérique pour raisons de santé. En tant que fibromyalgique, tenir un livre dans mes mains me créé des douleurs dans les mains comme des crampes aux doigts, aux poignets, et plus de circulation dans les mains. La liseuse m’a sauvé, je peux lire, partout, tout le temps. La liseuse a cet avantage qu’elle est légère, ne perd pas la page, je peux régler la luminosité, lire au soleil, je peux chercher les définitions de certains mots, je peux régler la grosseur des lettres… ça m’a sauvé car je ne lisais plus depuis presque 2 ans. Mais je continue à acheter des livres papiers si je peux les avoir dédicacés. Je les prête à ma famille.

JM : - Est-ce que tu achètes des livres neufs ou d'occasion et pourquoi ?

 

Barbara : Les deux quand je pouvais ! Je n’ai aucun souci avec ça. J’en prends même dans les boîtes à livres. Acheter un livre d’occasion continue de faire vivre le livre. Même si bien sûr, sur liseuse, je ne peux pas.  Donc maintenant, j’ai plutôt tendance à avoir des livres neufs et dédicacés par l’auteur si possible.

 

 

JM : - A combien de livres s'élève ta PAL ?

 

Barbara : Houlà ! Même si je me restreints, je dirai que j’en ai au moins 20 qui m’attendent.

 

 

JM : Peux-tu nous dire les titres des trois prochains livres que tu as hâte de lire ?

 

Barbara : Tuer n’est pas vivre de Charlotte Adam, Un Noel saupoudré d’espoir de Nathalie Brunal et Marie de Gerald Vausort.

 

 

JM : - Quels sont tes genres de lectures ?

 

Barbara : très éclectique mais j’ai une nette tendance au « polar », « thriller ». Je prends plus de plaisir à lire ce genre de style qu’une romance.

 

 

JM : - Est-ce que tu lis plusieurs romans en même temps ?

 

Barbara : non, ça m’est impossible !

 

 

JM : - Combien lis-tu en moyenne d'ouvrages par mois ?

 

Barbara : il y a des mois ou je peux lire jusqu’à 4 livres, par exemple, le mois d’aout car je suis en vacances ! Avant, je dirais 4 à l’année. Depuis la liseuse, c’est beaucoup plus. Un par mois en moyenne, je pense.

 

 

JM : - Est-ce qu'il t'arrive de lire le soir puis une grande partie de la nuit jusqu'à t'endormir au petit matin ?

 

 

Barbara : ça m’arrivait avant. Mais j’ai même du mal à lire le soir. Je lis en journée et pendant les voyages, ce qui explique que c’est très irrégulier.

 

 

JM : - Qu'est-ce qui te décide à choisir un livre plutôt qu'un autre – la couverture ? le nom de l'auteur ? Le résumé ?

 

Barbara : La couverture m’attire si je ne connais pas l’auteur. L’auteur si je sais qu’il écrit dans un style que j’affectionne. Et si je ne connais pas l’auteur, mais que le titre m’attire, je vais aller lire la 4eme de couverture. C’est un tout, je pense. Mais je peux passer outre la couverture si le résumé me plait. Surtout en numérique, la couverture est moins importante que pour une version brochée, même si on ne doit rien négliger.

 

JM : - Est-ce qu'il t'arrive de prêter tes livres ?

 

Barbara : Ho oui, je les prête à mes parents qui sont des lecteurs assidus ! Et à ma sœur aussi.

 

 

JM : - Si tu étais un livre, un personnage féminin, un personnage masculin : tu serais... ?

 

Barbara : Un livre : Le chien des Baskerville, de Sir Arthur Conan Doyle.

Un personnage féminin : Kay Scarpetta, l’héroine des livres de Patricia Cornwell

Un personnage masculin : Hercule Poirot

 

 

JM : - Penses-tu être une lectrice compulsive ?

 

Barbara : Non, je ne pense pas… je n’ai pas assez de temps pour !

 

 

 

Voici les réponses données par Barbara LAURAME.

 

Les amis, Barbara est-elle, à votre avis, une lectrice compulsive ?

 

Vous pouvez, si vous le souhaitez, poser d'autres questions à Barbara sous ce post !

 

 

Voir les commentaires