Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #roman historique catégorie

image du tome 1 de la saga de Sarah LARK

Voir les commentaires

« LE CRI DE LA TERRE » Sarah LARK

« LE CRI DE LA TERRE »

Sarah LARK

ARCHIPOCHE

1er juin 2016

600 pages

 

RESUME :

Gloria, l’arrière-petite-fille de Gwyneira McKenzie (la jeune Anglaise qui débarquait sur les côtes de la Nouvelle-Zélande dans Le Pays du Nuage blanc), a joui d’une enfance et d’une adolescence idylliques à Kiward Station, la ferme familiale.
Mais tout s’effondre quand ses parents – pourtant absents car pris par la carrière de cantatrice de sa mère – lui font savoir qu’il est temps pour elle de devenir une véritable lady.


Gloria doit alors tout quitter et faire ses adieux à ceux qui l’entourent, en particulier son cousin Jack, dont elle est très proche. Destination l’Angleterre et un austère pensionnat !


Contrainte de se plier aux règles strictes de l’établissement, incapable de s’intégrer, Gloria se retrouve plus seule et démunie que jamais.
Aussi décide-t-elle de rentrer coûte que coûte dans son pays, celui du nuage blanc, et, qui sait, d’y retrouver Jack…

 

L'AUTEUR :

Christiane Gohl est née en 1958 en Allemagne.
Elle a publié des romans sous divers pseudonymes : Ricarda Jordan, Sarah Lark et Elizabeth Rotenberg.

En plus des livres pour enfants sur le thème des chevaux, elle également publié des romans pour les adultes.

Elle a travaillé comme journaliste et rédacteur. Outre son travail d'écrivain, elle gère un petit élevage de chevaux en Espagne. 

 

Pour info résumés et photos des tomes 1 & 2 :


 

Le chant des esprits (tome 2)

Gwyneira – l’une des deux héroïnes du Pays du nuage blanc – élève sa petite-fille Kura et s’inquiète pour elle. La jeune métis de quinze ans, surnommée la reine maorie, possède un physique et une voix magnifiques qui suscitent l’admiration.
Mais, capricieuse et uniquement intéressée par la musique, Kura refuse d’assumer son rôle d’héritière de Kiward Station, le domaine familial. Gwyneira décide alors de l’envoyer en pensionnat pour lui donner une éducation stricte.
C’est alors que Kura rencontre William Martyn – le fiancé de sa cousine, la petite-fille d’Hélène – autre héroïne du Pays du nuage blanc… Le coup de foudre est réciproque. Kura et William décident de se marier, au grand dam de tous.
Kura pourra-t-elle cependant se contenter d’un rôle d’épouse alors qu’une grande carrière musicale lui est promise ?
Portée par un puissant souffle romanesque, ce roman confirme le talent d’une auteure découverte avec Le Pays du nuage blanc…

 

 

 


 


 

Le pays du nuage blanc (tome 1)

«La légende veut que les premiers Maoris arrivèrent en pirogue depuis la Polynésie. La première image qu’ils eurent de la Nouvelle-Zélande fut cette île enveloppée d’un long nuage blanc. D’où le nom qu’ils lui donnèrent. »

 

Londres, 1852. Helen, préceptrice de deux enfants dans une riche famille, répond à une annonce qui propose à des jeunes femmes de partir épouser des Britanniques installés en Nouvelle-Zélande.


Sur le bateau qui la mène à Christchurch, elle se lie avec Gwyneira, une jeune noble galloise qui immigre à cause des difficultés financières de son père.
L’amitié entre les deux femmes sera indéfectible malgré les épreuves, les désillusions et la haine, surtout, qui déchirera leurs deux familles. Mais elles auront la joie de voir leurs enfants s’unir et inventer une nouvelle vie, en osmose avec les autochtones et la nature.
Le Pays du nuage blanc, à la faune et à la flore hors du commun, est un personnage à part entière de cette « saga grandiose sur la colonisation de la Nouvelle-Zélande et la culture des Maoris. »

 

AVIS :

J'avais lu « Le pays du nuage blanc » en 2013 puis « le chant des esprits » en 2014 et j'ai donc découvert le troisième tome de la magnifique saga de Sarah LARK : « le cri de la terre ».

 

L'auteur nous conte la vie de Gloria arrière petite fille de Gwyneira. Celle-ci doit apprendre les bonne manières dans un pensionnat Anglais et ne parvient pas à s’intégrer. Elle refuse d'obéir et se met alors en tête de rentrer en Nouvelle Zélande afin de retrouver son coussin Jack...

 

Nous suivons avec bonheur les aventures de Jack, Gloria, Lilian, Gweyneira, personnages très attachants et nous découvrons la Nouvelle-Zélande, les traditions Maories.

 

J'ai beaucoup aimé cette saga historique que je recommande aux amateurs de voyages, des grands espaces et d'histoires familiales..

 

Bonne lecture !


 

Voir les commentaires

« L'ARRACHEUSE DE DENTS »

« L'ARRACHEUSE DE DENTS »

Franz-Olivier GIESBERT

GALLIMARD

10 mars 2016

448 pages

 

RESUME :

Sous le plancher de sa maison de famille, un professeur retrouve par hasard les Mémoires inédits de son aïeule Lucile Bradsock, réfugiée en pleine Révolution française chez un célèbre dentiste parisien qui lui a appris le métier. Sa vie claque comme une épopée. 

Devenue l’une des premières femmes dentistes de l’Histoire, cette scandaleuse soigne Robespierre aussi bien que le fils du roi, avant de partir en Amérique sur un bateau négrier. 

Grâce à ses talents de praticienne et au fil de ses aventures entre les deux continents, Lucile rencontre Louis XVI, Washington, La Fayette ou Napoléon, tous décrits sous un jour inattendu. Prenant fait et cause pour les esclaves du Sud ou les Indiens de l’Ouest, ce Monte-Cristo en jupons cherche toujours à infléchir le cours de l’Histoire sans oublier de redresser les torts et de faire justice elle-même.

Infatigable séductrice, Lucile Bradsock professe un goût immodéré de l’amour et des hommes. Sa devise : «Merci la vie !» 

Cette odyssée truculente est finalement un hymne à la joie.

 

L'AUTEUR :

Franz-Olivier Giesbert, né le 18 janvier 1949 à Wilmington dans l'État du Delaware aux États-Unis, est un journaliste, biographe et romancier français.
Il est issu, côté paternel, d’une famille d’origine allemande et juive immigrée aux États-Unis à la veille de la 1re Guerre mondiale et, côté maternel, d’une famille normande et catholique dirigeant à Elbeuf une importante imprimerie régionale. Avec une mère professeur de philosophie et un père dessinateur commercial passé par l’Art Institut of Chicago, il est éduqué dans un milieu intellectuellement élevé mais touché par la violence d’un père traumatisé par son débarquement en Normandie. Si dans sa préadolescence, il se veut, par réaction au père, un partisan déclaré de l'Algérie Française, il marque, à l’arrivée de l’âge adulte, un attrait pour le communisme sans pour le moins « devenir complètement communiste». il entre en 1969 au Centre de formation des journalistes, où il se lie entre autres avec Patrick Poivre d'Arvor. Dès la rentrée 1971, il est recruté au service politique du Nouvel observateur. Il est promu « grand reporter » (septembre 1979) puis correspondant aux États-Unis en janvier 1980. ll est rappelé à Paris en 1981pour prendre la tête du service politique. Il quitte le Nouvel Observateur le 8 septembre 1988 pour Le Figaro. Il quitte ses fonctions en septembre 2000, et entre à l’hebdomadaire Le Point en qualité de directeur.

 

AVIS :

Nous découvrons l'histoire de Lucile, l'une des premières femmes dentistes, infatigable séductrice, pétillante et scandaleuse, qui a horreur de l'injustice et de la violence mais adore la vie, les hommes ceux qu'elle épouse et même ceux qu'elle assassine !!!

 

Nous suivons son épopée entre la France de la Révolution et l'Amérique de la conquête de l'ouest et de la guerre de Sécession.

 

Un roman historique truculent et mouvementé ! Bonne lecture.

Voir les commentaires

 HELOISE, OUILLE ! »

 HELOISE, OUILLE ! »

Jean TEULE

JULLIARD

5 MARS 2015

352 pages

 

RESUME :

En l'an 1118, le célèbre théologien Pierre Abélard est sollicité par un influent chanoine pour parfaire l'éducation de sa ravissante nièce, Héloïse. D'une réputation irréprochable, Abélard n'a qu'une seule et unique maîtresse : la dialectique. Mais les charmes irrésistibles d'Héloïse s'apprêtent à lui faire découvrir une dimension jusqu'alors inconnue : l'amour fou, quel qu'en soit le prix à payer. Le plus grand logicien de son temps et sa jeune et brillante élève se laissent alors emporter par une passion au-delà de toute rationalité. Partant du principe que l'essentiel de l'amour tient dans la rencontre entre deux corps - idée trop souvent occultée par la bienséance, y compris par Héloïse et Abélard dont la célèbre correspondance n'évoque qu'entre les lignes l'aspect charnel de leur liaison - Jean Teulé, plus rabelaisien que jamais, s'est donné pour but de combler certaines lacunes. Et qui mieux que ce trouvère d'aujourd'hui pour chanter la folie de ces deux amants éternels ? Qui mieux que lui pour oser s'emparer du couple le plus mythique de l'histoire médiévale et relater, avec la joyeuse obscénité de l'époque, leurs pratiques érotiques ? Car il en fallait du courage, du talent, de la rage d'écrire pour faire naître un tel texte, transgressif, débridé, ambitieux et pétri de l'amour de ces deux amants légendaires, à jamais enlacés dans le même tombeau du Père Lachaise. Grâce à cette version punk de la romance d'Héloïse et Abélard, Jean Teulé nous met en bouche un amour qui touche au divin, et nous fait, à nous, simples mortels, entrevoir l'absolu.
 

L'AUTEUR :

Jean Teulé est un auteur français de romans et bandes dessinées, qui a également pratiqué le cinéma et la télévision.

Entre 1978 et 1989 il s'est consacré à la bande dessinée, qu'il élabore à partir de photographies retravaillées.

Parallèlement il s'est lancé dans la télévision dans "L'assiette anglaise" de Bernard Rapp et "Nulle part ailleurs" sur Canal+.

Ayant abandonné toute autre activité, il se consacre en 1990 à l’écriture. Il a publié, aux Éditions Julliard, "Rainbow pour Rimbaud" (1991), "L'Œil de Pâques" (1992), "Ballade pour un père oublié" (1995), "Darling" (1998), "Bord cadre" (1999), "Longues Peines", "Les Lois de la gravité", "Ô Verlaine!" (2004), "Je, François Villon" (2006) (adapté en bande dessinée), "Le Magasin des suicides" (2007) (adapté en film d'animation par Francis Leconte en 2012), "Le Montespan" (2008) (adapté en bande dessinée), "Charly 9" (2011, adapté en bande dessinée avec Richard Guérineau), "Fleur de Tonnerre" (2013, adapté au cinéma en 2014), "Héloïse ouille !" (2015 - Prix Trop Virilo 2015), "Comme une respiration..." (2016).

Plusieurs de ses romans ont été adaptés au théâtre : Les Lois de la gravité, Darling et Mangez le si vous voulez.

À la ville, Jean Teulé est le compagnon de l'actrice Miou-Miou. 
 

AVIS :

J'avais lu « Le Montespan » du même auteur et j'ai eu envie de découvrir « Héloïse, ouille ».

 

Il s'agit d'un roman historique très érotique ! Rabelaisien en diable, l'auteur revisite les amours d'Héloïse et d'Abélard. Dans leurs écrits les amants sont restés pudiques mais l'histoire d'un coup de foudre et d'une liaison très érotique, est crue....

Voir les commentaires

« LA DYNASTIE DES WEBER »

« LA DYNASTIE DES WEBER »

Geneviève SENGER

CALMANN-LEVY

27 MAI 2015

944 pages

 

RESUME :

Juillet 1870 en Alsace. Louise, fille d'un manufacturier mulhousien, épouse Lazare Weber, fils de pasteur et polytechnicien. Elle pensait découvrir le grand amour mais son mari la néglige pour se consacrer à la filature ultramoderne que son beau-père lui a donnée à diriger.

Incomprise de ses parents, Louise ne trouve de réconfort que dans la correspondance qu’elle échange en secret avec sa sœur Lucile exilée aux États-Unis. Le nom même de celle-ci est tabou depuis qu’elle s’est enfuie avec un négociant en coton, juif de surcroît. 

Quant à sa belle famille, elle est pour la jeune épouse une énigme. Elle comprend mal les liens étroits unissant les Weber à Arthur Ziegler, un ouvrier, originaire de la même vallée.


Ainsi commence la saga des Weber, vieille famille alsacienne taraudée par les secrets et les non-dits, dont nous suivrons le destin tumultueux jusqu’aux années 1970.
Au-delà de Louise, l’héritière d’industriels protestants, entreprenants et fiers de leur rang, au-delà d’Arthur Ziegler, l’ouvrier catholique engagé dans les luttes sociales, et de leurs descendants, c’est toute l’histoire tourmentée de l’Alsace pendant un siècle qui défile sous nos yeux : une terre disputée, souvent dévastée, déchirée entre deux nations et deux États mais qui a toujours su se reconstruire et porter haut son identité.

 

L'AUTEUR :

Geneviève Senger est auteur de romans noirs, de romans historiques et de livres pour enfants. Elle a écrit des romans historiques sous le pseudonyme J. Esther Singer. 
Elle fait ses études secondaires au collège Jeanne d'Arc à Mulhouse puis à l'Institut Sainte Ursule où elle a obtient son baccalauréat, série littéraire. Elle a travaillé pendant plus de dix ans comme infirmière, puis elle se met à écrire. 
Elle a écrit plusieurs romans pour la jeunesse dont La Guerre des marrons (Milan Jeunesse, Prix de la PEEP 1994) et L’Élue du harem (Plon Jeunesse, Prix Bel Ami 2008), ainsi que trois romans pour adultes : Le Cigogneau (Flammarion), La Voix de son maître (Éditions de la Martinière) et La mémoire du lièvre, chez Pygmalion. 

Elle travaille également pour le journal strasbourgeois “Les Affiches-Moniteur”.

 

AVIS :

 

Etant une fan inconditionnelle de Geneviève SENGER, j'ai lu tous ses romans !

 

Dans « la dynastie des Weber, nous découvrons que la situation de l'Alsace a accru les déchirements des familles durant les guerres avec l'Allemagne. Les Weber et les Ziegler ont vu les destins de cinq générations bouleversés.

 

Cette magnifique saga fait vivre les amours et les destins de ces deux familles entre 1870 et 1970. Amour, argent, politique, traditions sont les thèmes abordés adroitement par l'auteur. Une vraie saga, très passionnante, aux nombreux rebondissements, que j'ai lue d'une traite malgré les 944 pages !

 

Bonne lecture !

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'nui mardi je vous parlerai de : «LA TERRE QUI PENCHE »

«LA TERRE QUI PENCHE »

Carole MARTINEZ

GALLIMARD

6 avril 2017

368 pages

 

RESUME :

Blanche est morte en 1361 à l’âge de douze ans, mais elle a tant vieilli par-delà la mort ! La vieille âme qu’elle est devenue aurait tout oublié de sa courte existence si la petite fille qu’elle a été ne la hantait pas. Vieille âme et petite fille partagent la même tombe et leurs récits alternent.


L’enfance se raconte au présent et la vieillesse s’émerveille, s’étonne, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend.


Veut-on l’offrir au diable filou pour que les temps de misère cessent, que les récoltes ne pourrissent plus et que le mal noir qui a emporté sa mère en même temps que la moitié du monde ne revienne jamais?
Par la force d’une écriture cruelle, sensuelle et poétique à la fois, Carole Martinez laisse Blanche tisser les orties de son enfance et recoudre son destin. Nous retrouvons son univers si singulier, où la magie et le songe côtoient la violence et la truculence charnelles, toujours à l’orée du rêve mais deux siècles plus tard, dans ce domaine des Murmures qui était le cadre de son précédent roman.

 

L'AUTEUR :

Carole Martinez est née en 1966, elle a vécu la majeure partie de sa vie en Moselle. 

"Le cœur cousu" est son premier roman, il lui a valu à Saint-Malo en 2007 le troisième prix Ouest-France Étonnants Voyageurs. Le souffle lyrique et la force poétique de ce premier roman aux allures de conte ont séduit les dix jeunes jurés. 

En 2011, elle publie "Du domaine des murmures" qui remporte un succès critique et public, il est récompensé par le Goncourt des lycéens. Son récit prend vie au Moyen-Âge en Franche-Comté, au sein du château de Hautepierre aussi l'ouvrage reçoit en 2012 le prix Marcel Aymé décerné par le conseil régional de Franche-comté.

 

AVIS :

J'ai lu plusieurs romans de Carole MARTINEZ et j'ai bien aimé « Du domaine des murmures ». J'ai eu ainsi envie de découvrir « la terre qui penche ».

 

L'auteur nous entraîne en 1361 dans la vallée de la Loue : Blanche est morte mais son âme d'enfant dialogue avec celle d'une vieille femme qui a traversé les âges par-delà la mort. Sens du merveilleux, magie des lieux...

 

Carole MARTINEZ dresse le portrait en sensation et en émotion d'une enfant fort attachante. L'intrigue se déroule dans un château (celui du domaine des murmures...).

 

J'ai ADORE ces deux romans à lire sans hésitation !

Bonne lecture

 

Voir les commentaires

« L'ETENDARD ET LA ROSE »

« L'ETENDARD ET LA ROSE »

Gilles LAPORTE

Mars 2015

PRESSES DE LA CITE

Terres de France

405 pages

RESUME :

La trajectoire d'un jeune orphelin obsédé par le secret de ses origines - »fils de Boche ou d'Amerlock ? »- hanté par son désir de devenir écrivain. La vie éperdument romanesque de Louis Delhuis, petit-fils d'instituteurs vosgiens, ne doit rien au hasard. Ses amitiés dans le monde ouvrier où plongent ses racines et des rencontres capitales vont forger sa conscience. Et c'est le cœur chaviré par Nouchka la violoniste ou Lucie la fleuriste que Louis grandit, fort du lien puissant qui l’attache à toutes ces figures féminines qui l'ont guidé depuis l'enfance.

Entre le cœur et la raison, l'amour des femmes et celui des idées, l'engagement et les désillusions, Louis se tisse un destin au fil des décennies tourbillonnantes de la seconde moitié du XXème siècle.

AVIS :

Après avoir lu avec grand plaisir « Des fleurs à l'encre violette» puis « La clé aux âmes », j'ai donc découvert « L'étendard et la Rose » et je me suis laissée emportée par l'écriture fluide et très agréable de l'auteur.

L'histoire se déroule en Lorraine entre 1955 et 1984. Nous faisons connaissance avec Louis-Paul le fils de Louise Delhuis, orphelin, qui, obsédé et perturbé par les secrets liés à sa naissance n'aura de cesse de connaître ses origines.

Nous découvrons le destin de ce jeune homme , ses engagements politiques, les difficultés à trouver sa place dans la famille Delhuis, son grand amour pour les femmes, sa passion pour les livres et l'écriture...

L'auteur nous fait également voyager en Afrique, en Allemagne, en Bretagne ainsi qu'en Haute-Vienne. Nous assistons aux rencontres que Louis a fait avec le Dr Albert Schweitzer mais aussi avec l'écrivain Henri Vincenot.

Ce roman profond et bouleversant sur les valeurs, les convictions, l'humanisme et le pardon m'a beaucoup émue et je remercie Gilles LAPORTE pour cette magnifique saga historique qui rend un bel hommage aux femmes et dont les dernières pages m'ont donné « la chair de poule ». J'ai refermé avec regret ce très beau livre et je peux dire que je n'oublierai pas cette écriture « à l'encre violette »...

Une dernière précision : les couvertures de ces trois romans sont vraiment superbes!

Bonne lecture !


 


 


 


 


 

Voir les commentaires

« LA CLE AUX AMES »

« LA CLE AUX AMES »

Gilles LAPORTE

PRESSES DE LA CITE

Terres de France

16 janvier 2014

432 pages


 
RESUME :
Elevé dans le culte des valeurs laïques et républicaines, Paul Delhuis traverse les tumultes des années 1925 à 1954, sans jamais renoncer à des convictions qu'il tient autant de son père mort de la Grande Guerre que de sa mère, Mathilde. De son admission à l'Ecole normale d'instituteurs de Mirecourt à son initiation maçonnique, de son amour pour Louise, l'exemplaire, et pour l'enfant qu'ils élèvent ensemble à l'apprentissage de la musique et à la Résistance, la vie de Paul est un engagement permanent, rendu possible par les femmes, héroïques et solaires, qui l'entourent. La Clé aux âmes est le roman de la transmission familiale. Un défi permanent à l'histoire et à la fatalité.

 

AVIS :

Je viens de terminer « La clé aux âmes » tome 2 de la saga de Gilles LAPORTE et je confirme mon avis donné sur le tome 1. Que ce roman historique sur les valeurs et la transmission familiale est intéressant, beau et bouleversant !
Gilles LAPORTE nous conte la vie de Paul Delhuis mais également le destin de quatre femmes déterminées, courageuses, en quête d'émancipation, : Mathilde, sa mère, l'institutrice, Jeanne, la garçonne, Alix, l'aristocrate et Louise, la rouge qui aimera Paul plus que tout au monde....

L'auteur narre avec précision la vie des Vosgiens pendant la Seconde guerre mondiale mais également l'histoire de notre pays. Il nous fait aussi découvrir le métier de luthier, la franc-maçonnerie, le violon et les débuts de l’aviation.

L'histoire est poignante et sensible. Les personnages sont très attachants, emplis d'amour, à l'exception de Victor que je n'ai pas beaucoup apprécié mais je vous laisse en découvrir les raisons !!

Je vous recommande vivement ce roman et vous parlerai très vite du tome 3 « L'étendard et la rose » dont j'ai commencé immédiatement la lecture.


 


 

 

 

 

Voir les commentaires

« BELLE D'AMOUR »

« BELLE D'AMOUR »

Franz-Olivier GIESBERT

GALLIMARD

2 mars 2017

373 pages

 

RESUME :

 

Experte en amour, pâtisseries et chansons de troubadour, Tiphanie dite Belle d’amour a été l’une des suivantes de Saint Louis et a participé, en première ligne, aux deux dernières croisades en Orient. Mais sa vie, qui aurait pu être un conte de fées, tourne souvent au cauchemar. 
Jetée très jeune sur les chemins du royaume après la condamnation à mort de ses parents, elle est réduite en esclavage à Paris d’où elle s’échappe pour répondre à l’appel des croisés, s’embarquer vers la Terre sainte et entamer un voyage d'initiation. Grâce à ses talents de guérisseuse, elle gagnera la confiance du roi avant d’apprendre auprès de lui l’Islam, la guerre et beaucoup d’autres choses. 
Épopée truculente et pleine de rebondissements, 
Belle d’amour raconte un destin de femme mais aussi le Moyen Âge au temps des croisades. Une époque qui rappelle beaucoup la nôtre : politique et religion s’y entremêlent pendant que l’Orient et l’Occident se font la guerre au nom de Dieu.

 

L'AUTEUR :

Franz-Olivier Giesbert, né le 18 janvier 1949 à Wilmington dans l'État du Delaware aux États-Unis, est un journaliste, biographe et romancier français.
Il est issu, côté paternel, d’une famille d’origine allemande et juive immigrée aux États-Unis à la veille de la 1re Guerre mondiale et, côté maternel, d’une famille normande et catholique dirigeant à Elbeuf une importante imprimerie régionale. Avec une mère professeur de philosophie et un père dessinateur commercial passé par l’Art Institut of Chicago, il est éduqué dans un milieu intellectuellement élevé mais touché par la violence d’un père traumatisé par son débarquement en Normandie. Si dans sa préadolescence, il se veut, par réaction au père, un partisan déclaré de l'Algérie Française, il marque, à l’arrivée de l’âge adulte, un attrait pour le communisme sans pour le moins « devenir complètement communiste». il entre en 1969 au Centre de formation des journalistes, où il se lie entre autres avec Patrick Poivre d'Arvor.

Dès la rentrée 1971, il est recruté au service politique du Nouvel observateur. Il est promu « grand reporter » (septembre 1979) puis correspondant aux États-Unis en janvier 1980. ll est rappelé à Paris en 1981pour prendre la tête du service politique. Il quitte le Nouvel Observateur le 8 septembre 1988 pour Le Figaro. Il quitte ses fonctions en septembre 2000, et entre à l’hebdomadaire Le Point en qualité de directeur. Il a écrit 11 romans. 
 

AVIS :

 

Je connaissais depuis peu la plume talentueuse de cet auteur ayant lu récemment « l'arracheuse de dents ».

 

Franz-Olivier GIESBERT conte le destin de Tiphanie dite Belle d'amour, experte en pâtisserie, herboristerie et en amour, au Moyen Age au temps des croisades entre Paris-Marseille ou Tunis. Nous découvrons les drames, les aventures et les malheurs de l'héroïne. Qui se cache derrière Tiphanie ? Une sorcière, une croyante en proie au doute ou une meurtrière ?? C’est une femme forte et courageuse déterminée pour l'époque.

 

J'ai bien aimé ce roman historique, curieux et captivant, agréable à lire et aux nombreux rebondissements. L'auteur utilise un vocabulaire « médiéval » ce qui m'a plu. Toutefois je n'ai pas aimé le parallèle fait entre 2016 et le XIIIème siècle concernant les religions...

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui jeudi je vous parle de ce roman : « DES FLEURS A L'ENCRE VIOLETTE »

« DES FLEURS A L'ENCRE VIOLETTE »

Gilles LAPORTE

PRESSES DE LA CITE

Terres de France

10 janvier 2013

384 pages

 

RESUME :

En Lorraine, de 1873 à 1923. Le roman de deux frères que tout oppose : l'aîné, Victor Delhuis, personnalité brillante, n'aspire, jusqu'au mépris des siens, qu'à la réussite sociale, tandis que le cadet, Clément, épouse les idées progressistes de son époque et prépare le concours d'entrée à l'Ecole normale d'instituteurs.

 

Au cœur de cette désunion fraternelle, leur mère, Rose-Victoire, qui, très jeune, s'est affranchie du carcan bourgeois de sa famille pour épouser un modeste cantonnier, et qui portait en elle un rêve secret, devenir institutrice.

Avec ces vies pleines et attachantes, portées par un idéal, Gilles LAPORTE rend un bel hommage à l'école publique naissante.

 

L'AUTEUR :

Gilles LAPORTE est écrivain, scénariste, homme de radio et de télévision, conférencier et président du prix littéraire Erckmann-Chatrian. Il a déjà publié aux Presses de la Cité « Le loup de Métendal », « La fontaine de Gérémoy » et « Cantate de cristal ».

 

AVIS :

Un grand MERCI à Gilles LAPORTE pour sa générosité ainsi qu'aux Editions PRESSES DE LA CITE qui m'ont permis de lire « Des fleurs à l'encre violette ».

 

J'ai lu un grand nombre des romans de Gilles LAPORTE,appréciant particulièrement la belle plume de cet auteur et j'ai donc découvert avec grand plaisir, le premier tome d'une saga historique familiale : celle de la famille Delhuis.

 

L'auteur nous transporte dans un petit village des Vosges, fin du XIXème siècle et nous fait partager la vie de trois générations de cette famille. Nous faisons tout d'abord la connaissance de Justin et Hermance, les grands-parents puis de Rose-Victoire et Aimé et enfin de leurs enfants Victor et Clément.

 

Gilles LAPORTE rend hommage aux femmes et plus particulièrement à Rose-Victoire, jeune femme forte et courageuse, issue d'une famille de paysans aisés, qui contre la volonté de son père, épousera Aimé, un cantonnier et devra renoncer à son rêve : devenir institutrice pour exercer le métier d'éclusière.

 

L'auteur décrit parfaitement l'émancipation de la femme de cette époque ainsi que la naissance de l'école publique gratuite, la vie de gens simples, leurs sentiments (espérances et désillusions). Nous découvrons également Victor et Clément, deux frères aux personnalités et aux valeurs totalement opposées, le premier, méprisant et hautain marié à une aristocrate et le second, fils aimant et reconnaissant, Républicain fort attaché aux valeurs sociales....

 

L'écriture est claire et sensible. L'histoire est belle et bouleversante. Ce roman fort bien documenté tant sur le plan historique et culturel que régional nous fait traverser plusieurs périodes de notre histoire notamment les guerres (celle de 1873, puis celle de l'Indochine et la première guerre mondiale de 1914-1918, conflit cruel aux effets dévastateurs. Durant toutes ces années les personnages attachants de ce livre lutteront, à leur manière, pour la République.

 

J'ai beaucoup aimé ce très beau roman, simple et tendre et j'avoue avoir eu à plusieurs reprises les yeux humides.... Les descriptions précises et poétiques faites par l'auteur nous font également découvrir (ou redécouvrir pour ma part) avec ravissement, la beauté du paysage lorrain !

 

J'ai bien évidemment commencé la lecture du tome 2 « la clé aux âmes » dont je vous parlerai très prochainement. Si vous n'avez pas encore lu cette saga, je vous la recommande vivement et vous souhaite une bonne lecture !

 

 

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>