Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #roman historique catégorie

Bonjour aujourd'hui mardi voici mon avis concernant : "L'Arménie, un passé sans sépulture"

« L'ARMENIE, UN PASSE SANS SEPULTURE »

Chérif ZANANIRI

Auto-Edité

14 mars 2018

384 pages

 

Présentation

 

Nous avons là, le récit d'une fuite, terrible exode d'une famille arménienne originaire de Turquie au début du vingtième siècle et qui se trouve contrainte, pour sauver ses quatre enfants, de fuir des persécutions. Elle traverse du nord au sud l'Asie Mineure pour se rendre à Alep et tente de s'y installer. Toutefois, la politique européenne concerannt cette partie du monde, oublie les Arméniens, ballotés, sacrifiés, massacrés et qui sont contraints de quitter le Levant pour s'installer en France.

 

C'est cette odysée que nous relatons.

 

Nous suivons Gaya, la fille de la famille, de 1915 à nos jours. En dépit de son âge – aujourd'hui elle est centenaire – elle demeure souriante, primesautière, maligne, pimpante comme une jeune fille de quinze ans. Elle nous racontera sa longue traversée, ainsi que son installation près de Marseille, puis à Issy-les-Moulineaux.

 

Son histoire commence à cinq ans et nous la suivrons jusqu'à la libération en 1945.

 

L'auteur

 

Chérif ZANANIRI s'est toujours intéressé aux récits qui s'appuient sur des éléments de l'Histoire : locale au départ, générale et mondiale par la suite. Il en est à son douzième roman. A la lecture de ses romans, on apprécie l'authenticité et la vivacite de l'écriture, on reconnaît un plaisir de plume et une voix propre.

 

Mon avis

 

Je remercie Chérif ZANANIRI de m'avoir permis de lire, en service de presse, son roman « L'Arménie : un passé sans sépulture ». J'ai découvert la plume légère et précise de cet auteur lors de la lecture de « Mado retour de l'enfer » et « L'Etrange village de Monsieur Labiche », romans que j'ai beaucoup aimés.

 

Chérif ZANANIRI relate la rencontre entre Simon et Gayané Léorian, au cours de laquelle la veille dame Arménienne lui livre ses souvenirs. Au fil des mots nous découvrons l'enfance de Gaya avec sa famille en Anatolie puis leur fuite sur les routes en compagnie des réfugiés, en charrette ou à pied et ce dans des conditions dangeureuses, tragiques et face aux aléas climatiques. Cette exode les ménera en Syrie puis à Marseille et enfin en banlieue Parisienne.

 

Au travers du récit de cette dame âgée, l'auteur narre avec beaucoup de précisions le martyre vécu par le peuple Arménien, l'horreur du génocide et fait ressortir la volonté et le courage de ces personnes chassées de leur pays et ce malgré les persécutions dont ils ont été victimes, de survivre, espérant une nouvelle vie meilleure dans un autre pays...

 

L'écriture est très belle et l'histoire de Gaya, triste certes mais fort intéressante et les multiples rebondissements de la vie de notre héroïne et celle des siens tiennent vraiment le lecteur en haleine .

 

J'ai beaucoup aimé ce roman extrêmement bien documenté sur l'Histoire de l'Arménie et j'espère pouvoir lire très bientôt la suite des révélations de Gaya, car il me semble que celle-ci n'a pas terminé son récit.....

 

Merci Chérif pour cet excellent moment de lecture.

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui vendredi voici ma chronique concernant : "UN ETE D'ORAGE"

« UN ETE D'ORAGE »

Corinne JAVELAUD

CITY EDITIONS

TERRE D'HISTOIRES

27 février 2018

272 pages

 

Présentation

 

« La mère et l'enfant formaient un seul corps,

prêtes à affronter l'indicible. »

 

Paris, mars 1942. Dans la capitale occupée, Eulalie Fontanel tente de survivre. En acceptant de devenir danseuse aux Folies Bergères pour nourrir sa fille Beata, elle a l'impression de trahir son mari qui a été envoyé au front. La jeune femme se sent prisonnière de ce Paris occupé où elle côtoie les lieux les plus huppés et les bureaux clandestins qui organisent le marché noir.


Le pire, c'est d'avoir attiré l'attention de Lubin Von Baden, un mystérieux officier de l'armée allemande qui la poursuit de ses assiduités. Alors, pour son bien et celui de sa fille, elle décide de fuir et se réfugie chez des cousins en Charente. Mais cela ne suffit pas à éloigner l'officier allemand qui s'est transformé en dangereux prédateur.

 

Des décennies plus tard, Beata tente de découvrir les secrets de cette époque troublée où sa mère tentait d'échapper aux orages de la guerre...

 

 

L'auteure

 

Après des études de lettres et d'histoire de l'art, Corinne JAVELAUD se consacre à l'écriture. Elle a publié notamment « La demoiselle du mas du Roule », « la dame de la Villa Saphir », « L'oubliée de la ferme des brumes » et « L'insoumise de Carennac » (Terre d'Histoires). Elle a reçu le prix de l'Académie des Belles Lettres et Beaux Arts.

 

Mon avis

 

Je remercie Terre d'Histoires et en particulier Slavka et Elise de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Un été d'orage », roman de Corinne JAVELAUD, auteure que je connais de longue date et dont j'ai lu avec grand plaisir pratiquement tous les romans tant j'apprécie sa plume envoûtante et fluide.

 

Corinne JAVELAUD nous emmène à Paris en mars 1942 et nous faisons la connaissance d'Eulalie Fontanel, jeune femme très belle qui élève seule sa fille Beata depuis que son mari est parti au front. Elle se réfugie chez Berthe la nourrice de sa fille et, afin de survivre, trouve un emploi de danseuse aux Folies Bergères.

 

La rencontre avec Lubin Von Baden, un colonel Allemand permettra-t-elle à Eulalie et à sa fille de sortir indemnes et de retrouver une vie heureuse dans un Paris occupé par l'ennemi ?

 

 

L'auteure nous conte donc le destin de cette jeune femme courageuse, mère aimante et nous emporte dans le tourbillon de la guerre où collaboration, marché noir, réseaux de résistance, trahisons et vengeances sont omniprésents.

 

Le personnage d'Eulalie est très attachant et l'on ne peut que s'émouvoir et trembler à la découverte des situations dans lesquelles notre héroïne se retrouvera tout au long de sa vie. J'ai également bien aimé celui de Béata qui, à l'adolescence, n'aura de cesse d'éclaircir les zones d'ombre persistantes sur la vie de sa mère....

 

J'ai vraiment ADORE ce roman émouvant, captivant, extrêmement bien écrit et documenté sur le plan historique, que j'ai lu pratiquement d'une traite tant il me tardait d'en connaître le dénouement.

 

Un excellent moment de lecture !

 

 

 

Voir les commentaires

Bonsoir à tous voici ma chronique concernant : "SOTCHI FOR EVER"

« SOTCHI FOR EVER »

Anne SELIVERS

Editions ROD

15 septembre 2016

247 pages

 

 

Présentation

 

Dans les montagnes du Caucase, à l'extrémité de la Russie, trois mondes aux modes de vie, religions et coutumes différents cohabitent, s'affrontent et se détestent...

 

 

L'auteur

 

Née en 1971, Française d'origine Russe par ses grands-parents qui ont quitté la Russie à la Révolution, Anne SELIVERS (de son vrai nom Anne Seliverstoff) s'est mise à l'écriture après avoir travaillé comme courtier en art russe pendant quinze années.

 

 

Mon avis

 

Je tiens à remercier Anne SELIVERS pour son extrême générosité et les Editions ROD de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Sotchi For Ever ». J'ai découvert récemment la très belle plume de cette auteure lors de la lecture de « De Saint-Pétersbourg à Paris » que j'ai d'ailleurs beaucoup aimé.

 

Dès les premières pages Anne SELIVERS relate les circonstances de l'accident de voiture au cours duquel Boris, écrivain Moscovite de renom, a perdu son épouse et ses deux filles.

 

Six mois plus tard, anéanti par cette tragédie, ne parvenant plus à écrire, Boris, sous le conseil de son éditeur, part à Sotchi afin de retrouver l'inspiration. Il séjourne donc dans l'ancienne demeure familiale de son épouse, là ou ils avaient vécu des jours heureux.


Boris parviendra-t-il à surmonter son malheur ?

Quelle est donc cette mystérieuse personne que l'écrivain aperçoit lors d'une promenade nocturne en montagne ?

 

 

L'auteure alterne son récit en nous dévoilant la vie de Boris qui se déroule à l'époque actuelle avec celle de Constantin, officier Russe, sous le règne de l'Empereur Alexandre Ier et nous offre ainsi un mystérieux et très intéressant voyage dans le temps et dans l'espace.

 

Nous partageons le chagrin, les souvenirs, les hallucinations de Boris ainsi que les conversations qu'il entretient, après des soirées alcoolisées, avec sa défunte épouse... Puis nous suivons le parcours de Constantin, ses rencontres, ses combats, ses blessures pendant la guerre du Caucase et enfin sa vie d'ermite dans la solitude et le profond recueillement.

 

L'auteure décrit à merveille les paysages, les traits physiques et les tenues vestimentaires des combattants , leurs armes mais également les coutumes et les diverses religions des protagonistes de ce livre.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman historique émouvant, fort bien documenté et très mystérieux qui tient le lecteur en haleine jusqu'au dénouement.

 

Si, comme moi vous êtes passionnés d'Histoire, par la Russie et les mystères liés à la spiritualité, ce livre ne pourra que vous séduire et pour ma part, je lirai assurément d'autres romans d'Anne SELIVERS.

 

Bonne lecture !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui jeudi je vous propose cette chronique concernant : LUCRECE BORGIA - Les nuits chaudes de Rome -

« LUCRECE BORGIA »

Les nuits chaudes de Rome

Les amours des femmes célèbres

Jocelyne GODARD

LES EDITIONS DU 38

9 juillet 2017

57 pages

 

Présentation

 

Sa beauté indéniable fait craquer les hommes les plus insensibles, à commencer par son puissant et redoutable frère César. A treize ans, son père le pape Alexandre VI lui fait épouser le comte Sforza. Deux ans plus tard, il fait annuler le mariage pour raisons politiques. C'est dans les bras d'un officier de la Garde Pontificale qu'elle connaît les délices de l'amour. Celui-ci lâchement tué par son frère, on la marie, cette fois, à la maison d'Aragon. Alonzo et Lucrèce s'aiment. César, excédé par le bonheur de Lucrèce et poussé par les besoins de sa politique, assassine Alonzo. On arrange alors très vite un troisième mariage avec le fils du duc de Ferrare, mais Lucrèce est bien décidée à vivre désormais ses passions tout en supportant son troisième époux. Le discrédit jeté sur Lucrèce Borgia qui, pour sa défense, n'a eu que son immense désir de plaire, d'aimer et d'être aimée, est injuste. Elle ne fut qu'un instrument de puissance que les Borgia utilisèrent à des fins politiques pour mieux servir leurs desseins personnels.

 


 


L'auteur

Jocelyne Godard la romancière des célèbres " Thébaines " aux Editions Le Sémaphore, grande saga égyptienne située au cœur du peuple des pharaons de la 18e dynastie, nous fait partager, cette fois, les passions illustres des plus sages aux plus folles, histoires d'amours étranges, complexes, romantiques, tumultueuses, exaltées, savoureuses, vécues par ces femmes renommées qui ont traversé les siècles.


 


 

Mon avis


 

Je remercie les Editions du 38 et en particulier Anita de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Lucrèce Borgia – les nuits chaudes de Rome », roman de Jocelyne GODARD, auteur dont j'ai lu plusieurs romans et dont j'apprécie la plume alerte et élégante.

Férue d'Histoire, la magnifique couverture et le résumé très alléchant de ce livre m'ont de suite interpellée.

Jocelyne GODARD nous transporte au Palais des Borgia où Lucrèce, âgée de 13 ans va épouser Giovanni Sforza, comte de Pesaro, qui lui a 35 ans. Il s'agit en effet d'un mariage forcé par le père de notre héroïne : le pape Alexandre VI.

Ainsi nous découvrons Lucrèce, jeune fille, belle, passionnée , impétueuse, cultivée et sensuelle désirant plaire à tout prix et être aimée de tous ses amants...

Toutefois réussira-t-elle à vivre heureuse avec Pédro puis Alfonso et les maris que son père et son frère César, êtres cruels, manipulateurs et criminels, lui imposeront ?

L'auteure décrit, comme à son habitude, avec moult détails les vêtements, les bijoux, les meubles du Palais mais également les traits physiques et de caractère de tous les protagonistes de ce roman ainsi que la ville de Rome et son carnaval.

J'ai beaucoup aimé ce roman historique et d'amour extrêmement bien documenté, très intéressant également sur le plan culturel, aux multiples rebondissements et où meurtres, coups bas et manipulations sont nombreux.

Très bon moment de lecture !


 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui lundi voici ma chronique concernant :" DE SAINT-PETERSBOURG A PARIS"

« DE SAINT PETERSBOURG A PARIS »

Anne SELIVERS

Editions ROD

2016

214 pages

 

Présentation

 

La vie d'un jeune aristocrate de Saint-Pétersbourg a été balayée par la Révolution.


Son destin le mènera à Paris, parmi ses compagnons d'infortune.


Un voyage sombre et inattendu dans la profondeur de l'âme slave dont vous sortirez pour le moins perturbé.

 

Avis unanime des lecteurs :

 

« Un voyage épique et mystérieux qui vous emporte

dans la Russie éternelle ».

 

L'auteur

Française d'origine russe par ses grands-parents qui ont quitté la Russie à la Révolution, Anne SELIVERS (de son vrai nom Anne Seliverstoff) s'est mise à l'écriture après avoir travaillé comme courtier en art russe pendant quinze ans. Après avoir été révélé par les Editions Mille Plumes « De Saint-Pétersbourg à Paris » est réédité par les Editions ROD.

 

Mon avis

Je tiens à remercier Anne SELIVERS pour son extrême générosité et les Editions ROD de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « De Saint-Pétersbourg à Paris ».

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant de ce roman m'ont de suite interpellée et étant férue d'Histoire et passionnée par l'Empire Tsariste, j'ai pris un très grand plaisir à suivre l'épopée de Nicolas Mikhaïlovitch Kouzilnitzov.

 

Dès les premières lignes, l'auteure donne la parole au jeune prince Russe, né au début du XIXème siècle à Saint-Pétersbourg. Celui-ci nous conte donc son enfance insouciante, entouré de ses parents, ses frères, sa sœur et leurs domestiques, dans la somptueuse demeure qu'ils occupaient au bord de la Moïka.. Nicolas se souvient des réceptions mondaines que ses parents organisaient à l'époque et auxquelles, son parrain le Tzar Nicolas II assistait. Malheureusement, la grande Guerre et la Révolution vont ravager le pays.

 

Quel sera donc l'avenir de Nicolas ? Réussira-t-il à survivre, entouré de ses compatriotes exilés à Paris ?

 

 

L'écriture est fluide et très belle. L'histoire fort intéressante ne manque pas de rebondissements. Les personnages sont attachants et extrêmement bien décrits par l'auteure qui laisse planer un mystère autour d'un personnage prénommé "Olga" qui semble suivre Nicolas tout au long de sa vie en faisant de fugaces apparitions....

 

J'ai ADORE ce roman historique très bien documenté, basé sur des faits réels, témoignant de la force de caractère de ces aristocrates Russes qui, malgré le fait qu'ils avaient perdu tous leurs biens, leurs richesses ont tenté d'oublier leur passé, bravant les épreuves, en quête d'une vie nouvelle dans leur pays d'adoption, toujours solidaires les uns des autres.

 

Un excellent moment de lecture !

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant LE TEMPS DE L'INSOUMISE

« LE TEMPS DE L'INSOUMISE »

Jacquie BEAL

TERRE D'HISTOIRES

CITY EDITIONS

3 janvier 2018

358 pages

 

Présentation

 

Une terre de légendes.

Une femme de caractère dans un siècle d'hommes.

 

Périgord XIVe siècle. Dans une Aquitaine divisée par la guerre qui oppose la France et l'Angleterre, la jeune Ysolda n'a connu que la brutalité de son père, un homme sans cœur qui n'hésite pas à prostituer ses filles et à les battre lorsqu'elles se montrent rebelles.


Alors que l'épidémie de Peste Noire ravage le pays, Ysolda refuse sa misérable condition et s'enfuit. Inculte, la jeune femme est terrorisée par les légendes, les monstres et les esprits de la forêt dont elle a entendu parler dans son enfance. Mais un jour, elle découvre l'atelier d'un libraire.

Elle n'aura alors de cesse de percer les mystères de l'enluminure et de l'écriture. Dans ce siècle d'hommes, Ysolda connaîtra un destin exceptionnel, et, en quête d'amour et de liberté, tracera enfin son chemin vers le bonheur.


L'auteure

Agrégée de Lettres et enseignante, Jacquie BEAL se consacre désormais à l'écriture. Elle vit en Périgord où se situe l'action de ses romans, notamment « La dame d'Aquitaine ». Amoureuse du langage et de l'Histoire, grande et petite, elle fait vivre ses personnages dans l'atmosphère des siècles passés.


 

Mon avis

Je remercie vivement Jacquie BEAL pour son extrême générosité ainsi que Terre d'Histoires – City Editions de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Le temps de l'insoumise » et j'ai ainsi pu découvrir la plume fluide et élégante de cette auteure.

Etant férue de romans historiques, la magnifique couverture de ce livre et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée.

Jacquie BEAL nous transporte au Moyen Age, en Aquitaine et nous faisons connaissance avec Ysolda et sa famille. L'on ne peut que s'attacher à cette jeune fille, forte et déterminée, qui face à un père brutal et abject, doit se travestir en garçon et cacher sa beauté afin qu'il ne la soumette à la prostitution au sein du commerce qu'il tient avec son épouse et la sœur aînée d'Ysolda...

 

L'auteure nous conte donc le destin de cette jeune fille, sa fascination pour les êtres mystérieux et les légendes de l'époque mais également le voyage qu'elle devra faire pour trouver la tranquillité et le bonheur à une époque où la condition féminine n'était pas enviable et où certains métiers étaient exclusivement réservés aux hommes....

 

Jacquie BEAL nous offre un magnifique roman extrêmement bien documenté sur le plan historique mais également sur le monde de l'enluminure et de l'écriture. Elle décrit avec moult détails les us et coutumes, les fléaux et les croyances du Moyen Age ainsi que les paysages du Périgord.

 

J'ai ADORE ce livre captivant, envoûtant, très bien écrit, que j'ai dévoré en deux soirées, ne pouvant me résoudre à le quitter tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement mais que j'ai refermé avec grands regrets. Pour ma part, je lirai assurément d'autres romans de cette auteure !

 

Un excellent moment de lecture !

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui mercredi je vous invite à découvrir ma chronique concernant LE ROMAN D'AMOUR DE GEORGE SAND

« LE ROMAN D'AMOUR DE GEORGE SAND »

Geneviève CHAUVEL

Editions DE BOREE

Vents d'Histoire

18 janvier 2018

290 pages

 

Présentation

 

 

De nombreux ouvrages ont raconté l'histoire de George Sand, cette femme singulière qui s'habillait en homme, fumait come un homme, écrivait sous un nom d'homme, et fit scandale par son mépris des tabous, son indépendance, et cet esprit de liberté qui annonçait le féminisme dont elle fut le chantre précurseur. Ses idylles ont défrayé la chronique : Musset, Chopin.. On connaît moins ses autres liaisons : l'actrice Marie Dorval, l'avocat révolutionnaire Michel de Bourges, le graveur Alexandre Manceau pour ne citer qu'eux.. Furent-ils des caprices ? A-t-elle vraiment aimé ? Fut-elle aimée ? Quel amour a-t-elle cherché ? Quel amour a-t-elle rencontré ? Elle même avouait avoir connu diverses sortes d'amour : amour d'artiste, de femme, de sœur, de mère, de religieuse, de poète... Geneviève CHAUVEL s'est penchée sur ce parcours amoureux hors du commun, et sa plume sensible nous entraîne dans les méandres d'une quête du sublime dans un amour absolu. La vie de George Sand nous apparaît alors comme le plus beau de ses romans.

 

L'auteur

 

Geneviève CHAUVEL, ancien grand reporter, a consacré des biographies à des figures charismatiques telles Olympe de Gouges (Olivier Orban), Lucrèce Borgia, Marie Leczinska, Elisabeth Vigée Lebrun, Eugènie de Montijo (Pygmalion), ou encore Aïcha la bien-aimée du Prophète (Télémaque), et dernièrement, Sainte Geneviève, premier maire de Paris (l'Archipel).

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions DE BOREE et en particulier Virginie, de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Le Roman d'amour de George Sand », livre de Geneviève CHAUVEL et de m'avoir ainsi permis de découvrir la plume élégante et précise de cette auteure.

 

Inconditionnelle de George Sand depuis ma prime enfance et connaissant tous ses écrits, j'ai pris grand plaisir à lire cette savoureuse biographie romancée.

 

Geneviève CHAUVEL nous conte la vie romanesque de Aurore Dupin de Francoeuil, qui deviendra George Sand, auteur incontournable du XIXème siècle, femme originale, libérée pour l'époque, vêtue comme un homme et fumant cigares et pipe.

 

L'auteure nous emmène à Paris où George Sand entretiendra de nombreuses relations amoureuses avec Alfred de Musset, l'actrice Marie Dorval, Frédéric Chopin, Michel de Bourges, le révolutionnaire, Alexandre Manceau, le graveur et bien d'autres... Elles aimera à sa façon toutes ces personnes, au grand jour avec passion,  bravant les convenances et se moquant du quand dira-t-on !


Au fil des mots de Geneviève CHAUVEL nous voyageons à Venise, à Majorque et retournons toujours à Nohant où George Sand se sent si bien et oublie tous ses chagrins, pouvant donner ainsi libre court à son écriture.

 

J'ai ADORE ce magnifique roman très bien écrit, fort intéressant qui captive le lecteur dès les premières lignes et entraîne avec douceur dans le tourbillon de la vie tumultueuse que fut celle de George Sand.

 

Un excellent moment de lecture !

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui mercredi voici MON COUP DE COEUR : "PHILOMENE ET LES SIENS"

« PHILOMENE ET LES SIENS »

Florence ROCHE

Editions CALMANN-LEVY

France de toujours et d'aujourd'hui

17 janvier 2018

520 pages

 

Présentation

 

Avant la Grande Guerre, en Velay, Philomène Dolmazon vit chez son père, un cultivateur prospère, avec son mari et ses deux garçons. Elle est contrariée quand elle voit revenir son frère du régiment avec une femme épousée à Paris et des
jumeaux en bas âge. Sarah, la nouvelle venue, originaire de Pologne, peine à se faire accepter, d’autant plus qu’elle est de confession israélite. Mais les préventions tombent lorsqu’elle annonce qu’elle fera baptiser ses enfants et se convertira.

 

Néanmoins, la personnalité de Sarah ne correspond pas à ce que l’on apprend de son histoire. Sarah est riche, très riche, au point d’aider les Dolmazon à financer leurs projets d’agrandissement de l’exploitation familiale. D’où vient son argent ?
Philomène qui se sent responsable du bonheur des siens, est loin de se douter que le destin la laissera seule face à de terribles épreuves.....


 

L'auteur

 

Née au Puy en Velay, Florence ROCHE a déjà publié une douzaine de romans. Ayant l'Histoire pour métier et pour passion, elle maîtrise à la perfection l'art de camper des personnalités fortes et affirmées dans un contexte historique toujours soigneusement documenté. Elle a reçu en 2017 Le Prix Lucien-Arcachon pour son roman « L'école du lac ». Elle réside en Haute-Loire.

 

 

Mon avis

 

Merci aux Editions CALMANN-LEVY et en particulier à Antoine de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Philomène et les siens », roman de Florence ROCHE que je remercie également pour son extrême générosité et pour la sympathique dédicace que j'ai eu le bonheur de trouver à l'intérieur de son livre.

J'ai lu pratiquement tous les romans de Florence ROCHE tant j'apprécie la plume délicate et fluide de cet auteur.

Florence ROCHE nous emporte en 1890 dans une ferme du Velay et nous conte le destin extraordinaire de Philomène et de la famille Dolmazon.

Dès les premières pages de cette saga familiale étourdissante, nous nous sentons happés par cette histoire et nous avons très envie de connaître les secrets qu'Alfonse, le père de Philomène, a emportés dans sa tombe...

 

Les personnages sont nombreux mais tellement bien décrits, certains fort attachants d'autres bien moins mais nous les suivons aisément au fil des mots de l'auteur.

L'écriture est sublime, l'histoire bouleversante et l'on ne peut que s'attacher à Philomène qui est une femme forte, volontaire, courageuse, remarquable qui n'aura de cesse de protéger sa famille tout au long de sa vie.

 

Par ce récit extrêmement bien documenté tant sur le plan historique que régional, l'auteur décrit avec précisions les horreurs des guerres, la vie en camp de concentration, la barbarie des nazis et des miliciens, la persécution des personnes de confession Israélite, mais aussi l'implication et le courage des Maquisards lors de la Seconde Guerre Mondiale. Elle rend également hommage aux femmes qui, comme notre héroïne, et ce souvent dans l'ombre, se sont battues, ont souffert ou perdu la vie pour sauver leurs familles.

 

J'avoue avoir ressenti quelques frissons à la lecture de certains passages difficiles à entendre mais qui reflètent la réalité des événements de l'époque...

 

J'ai ADORE ce roman très émouvant, aux multiples rebondissements qui m'a tenue en haleine jusqu'au dénouement, qui fut pour moi un véritable COUP DE COEUR et que j'ai refermé avec regret.

 

Si vous aimez les romans historiques, les belles histoires d'amour et les sagas mettant en scène des personnages vrais et hauts en couleur, ce livre ne pourra que vous plaire.

Bonne lecture !

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui vendredi voici mon avis sur : D'OR, DE SANG ET DE SOIE"

« D'OR, DE SANG ET DE SOIE »

Christine MACHUREAU

LES EDITIONS DU 38

Roman historique

Août 2015

301 pages

 

Présentation

 

 

Un nom sème encore l'effroi quinze siècles plus tard. . . Attila. Venu des confins de l'Asie, il n'était pas le sauvage qu'on imagine. Un pillard, un formidable pillard, qui va voir son aura pâlir sur les Champs Catalauniques. Lui-même ne croit plus en son étoile lorsqu'il fuit devant Rome, alors que l'objet de son ambition est à portée de main. Il ravage tout le nord de l'Italie et rentre en son ordou, en Pannonie. Ce sera sa dernière soirée de gloire parmi son peuple, sa dernière nuit d'amour qui aboutira à une mort étrange. Et à son enterrement grandiose et secret. Que vont devenir ses fidèles et sa multiple descendance ? Que va devenir la princesse Khazar qui a partagé sa couche lors de cette nuit tragique ? Jeune et aventurière, elle va créer la surprise. Il lui faudra une main de fer pour mener, dans la steppe déserte, une horde qu'elle construit patiemment, à l'écart, dans les plaines du nord de l'Europe. Alors, grossie de milliers d'âmes, elle déferlera sur le sud, vers la Khazarie. Dans ce monde en gestation, où le nomade brandit encore le fer et le feu, quel est l'objectif de cette femme, Orca, Khanoun de l'Orkastan, écartelée entre raffinement et sauvagerie ? Vers quel destin enverra-t-elle sa fille Gegheen Tsets et son fils Svarog ? De la Hongrie, dans le centre de l'Europe, aux confins de l'Inde et de la Chine, le quotidien de trois générations d'hommes, de femmes de pouvoir, balayé par la haine, l'amour, la trahison, l'ambition.

 

L'auteur

 

Menant de front une vie de famille, une carrière commerciale, des recherches en histoire et en religions anciennes pendant cinquante ans, Christine Machureau s’affirme comme une romancière du Moyen-Âge.

Ayant enfin à elle les vingt-quatre heures du jour libérées de toute obligation, c’est avec une écriture précise et une grande rigueur (acquise pendant ses études scientifiques) qu’elle manie l’Histoire, mêlée et enrichie du quotidien. Son souci du détail, de l’atmosphère et de la sensibilité humaine va jusqu’à s’immerger dans les divers pays où la mèneront ses enquêtes et ses recherches.

Une véritable passion des voyages lui fera couramment évoquer avec admiration Alexandra David Neel. Appréhender les horizons lointains est une coutume familiale à laquelle elle n’a pas dérogé. Ces derniers enrichissent considérablement ses romans. Ainsi une expatriation de huit années lui permit l’écriture originale de deux romans se déroulant en Polynésie française.

 

Elle qualifie son écriture d’« écriture immersive », tant son besoin de peindre l’humanité profonde de tous ses personnages, avec leurs dons, leurs défauts et leurs préoccupations, est vivace.

 

Son épopée La Mémoire froissée fut un succès. Suivirent : D’or de sang et de soie, puis l’Hérétique, qui lui apportèrent un lectorat fidèle.

Malgré ses multiples occupations, elle prit le temps d’obtenir un brevet de parachutiste, de faire de nombreuses expositions de peinture à l’huile.

Son temps présent est totalement occulté par la création qui lui tient à cœur : reprendre un grand mythe de l’humanité pour en faire une réalité. 

 

 

Mon avis

 

Merci aux Editions du 38 et en particulier à Anita de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « D'or, de sang et de soie » roman de Christine MACHUREAU, auteur dont j'ai découvert récemment la plume précise et envoûtante lors de la lecture de « Mémoire Froissée » magnifique saga historico-médièvale et de « L'hérétique », romans que j'ai beaucoup aimés.

 

 

Christine MACHUREAU nous emporte en l'an 452. Alors qu’il vient de subir une défaite aux Champs Catatauniques, le grand Attila, roi des Huns, reçoit en cadeau de noces une princesse Khasar, prénommée Orca. Toutefois, sa nuit d'amour lui sera fatale et que va-t-il advenir de cette femme extraordinaire, née pour devenir reine ?

 

Au fil des mots de l'auteur nous accompagnons Orca nous imaginant galopant dans les steppes aux côtés de cette reine guerrière et de sa horde sauvage. Nous découvrons ensuite le destin de sa fille Geghee, la sage et enfin celui de sa petite fille, Hou la cruelle.

 

Comme son titre l'indique, que d'or, de sang et de soie illuminent et enchantent nos yeux dans cette fresque flamboyante, romancée certes juste ce qu'il faut mais se déroulant à une période de l'Histoire très intéressante que je ne connaissais pas et qui m'a vraiment captivée.

 

Comme après la lecture des précédents romans de l'auteur, je reste en admiration devant l'imagination débordante et extraordinaire de Christine MACHUREAU, qui grâce à la beauté de son écriture fascine littéralement le lecteur par les descriptions précises et recherchées des paysages, des vêtements, des us et coutumes de l'époque mais également des traits physiques et de caractères de ses personnages les rendant ainsi familiers à nos yeux.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman grandiose, très original, palpitant où amour et barbarie se mêlent et avec lequel on ne peut s’ennuyer un seul instant, tant de nombreux rebondissements nous tiennent en haleine jusqu’à la toute dernière ligne.

 

Bonne lecture :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui dimanche je vais vous parler de "L'ABBAYE AUX LOUPS"

« L'ABBAYE AUX LOUPS »

Paul COUTURIAU

Editions DE BOREE

ROMAN HISTORIQUE (poche)

16 novembre 2017

432 pages

 

Présentation

 

Au XIIIème siècle en Lorraine, au château de Saint-Martin, sur les bords de la Moselle, la jeune et belle comtesse Isabelle de Sion se languit du retour de croisade de son époux. En l'attendant, elle gère seule son vaste domaine et veille sur ses sujets. Voici qu'arrive enfin l’annonce du retour des preux chevaliers. Dans la joie et l'effervescence, on prépare les festivités : jongleurs, ménestrels et forains s'installent au village, dont l'énigmatique et solitaire Wulff, conteur exceptionnel vivant dans les bois en compagnie d'un loup. Il fascine et trouble Isabelle, mais incommode le chapelain Otton, un être perfide et vénal. Otton met à profit le retard du comte Geoffroy pour dresser les villageois, déjà terrifiés par le spectre de la peste, contre Wulff. Dans la lutte sans merci qui oppose alors les deux hommes, lequel tombera le masque le premier ?

 

 

L'auteur

 

Après une carrière dans l'édition, Paul COUTURIAU se consacre désormais exclusivement à l'écriture. Lauréat, en 1993, du Grand Prix de littérature policière pour son premier roman Boulevard des ombres (Editions du Rocher 1992), il s'est également essayé, avec succès, au roman d'aventures dans l'Empire chinois du XVIIIème siècle (Le paravent de soie rouge et le paravent déchiré, Presses de la Cité 2003).

 

 

Mon avis

 

Merci aux Editions DE BOREE et en particulier à Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « L'Abbaye aux loups », roman de Paul COUTURIAU auteur dont j'avais découvert la plume fine et élégante il y a quelques années lors de la lecture de ses romans se déroulant en Chine.

 

Paul COUTURIAU nous emporte au XIIIème siècle en Lorraine, au château de Saint-Martin où la comtesse Isabelle, suite au départ en croisade de son époux Geoffroy, veille sur les habitants et les terres de sa belle-famille.

 

L'arrivée au village de Wulff, dresseur de loups et charmant conteur va perturber notre jeune comtesse mais également un grand nombre de villageois, toutefois qui sont vraiment les loups de l'Abbaye ???

 

L'auteur conte comme il sait si bien le faire, l'histoire de Dame Isabelle, jeune femme belle, forte et tendre, qui se retrouvant seule après son mariage, doit affronter les coups bas du chapelain Otton, personnage abject que l'on ne peut que détester...

 

Grâce aux descriptions précises et très intéressantes de l'auteur, l'on imagine aisément les festivités organisées  dans le village réunissant forains, jongleurs, baladins et conteurs. Paul COUTURIAU analyse finement la place importante de l'Eglise à cette époque ainsi que la médecine par les plantes pratiquée par les guérisseuses.

 

L'écriture est belle et bien rythmée et l'on se sent de suite captivé par ce récit au cours duquel s'entremêlent l'Histoire, l'action, la passion et un suspense si bien mené qu'il tient le lecteur en haleine jusqu'aux dernières pages.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman captivant que j'ai dévoré d'une traite ne pouvant me résoudre à le refermer tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement au demeurant fort surprenant !

 

Si, comme moi vous aimez les romans historiques et les belles histoires d'amour, ce livre ne pourra que vous séduire.

 

Bonne lecture !

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>