Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aujourd'hui samedi voici ma chronique concernant : "POURQUOI JE T'AIME"

« POURQUOI JE T'AIME »

Francis HUSTER

MONPOCHE

11 février 2021

189 pages

 

 

Présentation

 

Ce livre est une lettre d'amour de Francis Huster à la femme qui l'a quitté. Cette saisissante confession, qui oscille entre rires et larmes, ressemble à son auteur : lui qui vit toujours ses rôles avec une même passion nous bouleverse autant qu'il nous choque par son audace impudique. L'acteur se raconte comme on livre un combat où, pour la première fois, il ne serait pas allé jusqu'au bout de lui-même. Puisque la scène est toute sa vie, puisque l'amour est aussi un spectacle, l'auteur remonte sur la scène sentimentale pour parler du couple, de la rupture, de ce que l'on aurait dû faire, de ce que l'on aurait pu dire, et de tout ce qui aurait pu être mais n'a pas été. Homme ou femme, chacun retrouvera une part de lui-même dans cette mise à nu, puisqu'il n'y a pas de point d'interrogation à l'aveu de Francis Huster : « Pourquoi je t'aime. »

 

 

L'auteur

 

Francis Huster, monstre sacré du théâtre, star de la télévision, vedette du cinéma, est auteur, réalisateur, adaptateur, professeur et metteur en scène.

 

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions MONPOCHE et en particulier Virginie de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Pourquoi je t'aime », roman de Francis HUSTER.

 

L'auteur dédit cette histoire à l'une des femmes de sa vie qui l'a quitté et lui adresse, par ses mots, une lettre d'amour.


Ce témoignage, drôle, nostalgique, touchant et élégant -à l'image de l'auteur -, interpelle le lecteur qui se reconnaîtra assurément dans ce récit.

 

Francis HUSTER dresse une fine analyse des relations amoureuses, des causes et conséquences des échecs en ce domaine.

 

Voici un court ouvrage qui se lit facilement, invite à la réflexion et fait passer un bon moment de lecture.

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

ANNONCE INTERVIEW JEAN-FRANCOIS PRE LUNDI 8 MARS - dans la journée - SUR MON GROUPE FB

MESSAGE IMPORTANT A L'ATTENTION DES MEMBRES DU GROUPE : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS

 

Bonsoir les amis,

 

Aujourd'hui Vendredi 5 mars 2021 j'ai réalisé ma 178ème interview avec un auteur du groupe qui a accepté de se soumettre à mes questions.

 

Je vous donne rendez-vous le Lundi 8 mars 2021 (dans la journée) pour suivre l'entretien que j'ai eu récemment avec Jean-François PRE. A l'issue, vous pourrez poser vos questions à Jean-François qui y répondra selon ses disponibilités.

 

A bientôt.

 

 

Voir les commentaires

INTERVIEW REALISEE CE JOUR AVEC PATRICK BREUZE SUR MON GROUPE FB

GROUPE LECTEURS-AUTEURS :

LA PASSION DES MOTS

 

INTERVIEW AUTEUR

Patrick BREUZE

 

 

JM : - Bonjour à tous

 

⁃ Notre ami Patrick BREUZE a gentiment accepté de répondre, récemment, à mes questions.

 

 Je partage donc avec vous cet entretien. Il n'y aura pas de questions/réponses aujourd'hui, du fait de problèmes de connexion rencontrés par Patrick BREUZE actuellement. Croyez-bien qu'il le regrette vivement.

 

 

JM : - Bonsoir Patrick

 

⁃ Comment allez-vous ? Etes-vous prêt à « subir mon petit interrogatoire » ?

 

Patrick : Un interrogatoire, mais je n’en ai pas l’expérience, est sans doute moins agréable qu’une interview surtout lorsqu’il est question de parler le livres, d’auteur et de littérature.

 

 

 

JM : - Pouvez-vous, tout d'abord, vous présenter afin que nos amis puissent mieux vous connaître ?

 

Patrick : En fait j’ai eu plusieurs vies. Une première comme journaliste dans des titres de province ou je couvrais tout ce que l’on me disait. Le résultat c’est que l’on apprend à écrire sur tous les sujets et à rentrer dans tous les cercles. une belle expérience qui me sert aujourd’hui comme auteur. Une deuxième vie dans la presse parisienne. Pour moi, cela s’est traduit par beaucoup de voyages, de rencontres, de découvertes et un rythme de travail moins prenant. C’est sans doute pourquoi, je me suis intéressé, alors, à la transmission de ce métier en enseignant à Institut Pratique de Journalisme dont je suis diplômé et à Sciences Com’ à Nantes, toujours sur les techniques d’écriture journalistiques. Et puis passé la quarantaine j’ai voulu autre chose. C’est là que je me suis installé à Samoëns en Haute Savoie. La montagne je la connaissais pour avoir grimper à Fontainebleau comme tous les Parisiens, à Chamonix, et organisé plusieurs treks au Népal. Mais y vivre ce fut une autre expérience. L’une des plus belle de ma vie.

 

JM : - Pouvez-vous nous parler de vos romans (la liste est longue, je sais !) ?

 

Patrick : Je ne vais pas les détailler un à un. Disons qu’ils ont tous en commun d’avoir pour décor la montagne et souvent pour héros des gens d’ici. Ceux de la génération qui est en train de disparaître. Ils avaient un regard à la fois prudent et étonné sur les choses et les hommes. Ils avaient connu la misère ou les difficultés de vivre avant l’or blanc et brusquement leur vie a changé. Ils se méfiaient de cette rapidité et de cette perte de valeurs. Ce sont ces femmes et ces hommes-là qui m’ont intéressé quand je me suis installé ici en Haute Savoie. Confusément, je ressentais qu’ils détenaient un savoir qui allait disparaître: les attitudes, le courage, l’esprit travailleur, l’esprit de conquête et un si beau vocabulaire, imagé, juste, fort qui disait en quelque mots l’essentiel. Et de fait, les uns après les autres, ils disparaissent. Il m’aura manqué de temps pour en rencontrer davantage. C’est ainsi. Ils sont désormais dans mes romans.

 

JM : - Vous serait-il possible de résumer, en quelques phrases, votre dernier roman ?

 

Patrick : En voici le pitch: Martin Grismons fut un cadre brillant. Cela c’était avant. Avant qu’il décide de laisser sa vie derrière lui.

Il arrive un jour dans un village de Haute Savoie, son sac sur le dos. Rien d’autre. Il est là pour quelques jours. Après il repartira. Dans ce village où il a loué un bas de ferme, on le met en garde contre la « femme aux chèvres ». Une femme d’une rare beauté qui a été suspectée d’être à l’origine de la mort d’un historien anglais venu ici écrire un ouvrage sur les premiers alpinistes britanniques.

Elle est sauvage, rebelle, fuyante. Elle cache un mystère, une plaie, une souffrance. Peu à peu, naît une relation d’amitié entre Fanny et Martin. Puis l’amour s’invite. Martin Grismons ne parle plus de partir. Il impose néanmoins à Fanny d’aller avec elle sur le glacier où a disparu l’historien anglais. Pourquoi ? Que cherche-t-il à voir et à comprendre là-haut, dans un endroit aussi dangereux ?

Un monde qui pourrait paraître sombre. Il ne l’est pas car les fils de la vie vont se renouer. Même une vieille femme qui héberge Fanny va retrouver le bonheur en apprenant qu’elle a un fils installé à deux pas de chez elle. Un enfant qu’on lui a volé. Mais une vie qui va renaître.

 

 

 

 

 

JM : - Avez-vous d'autres projets d'écriture et pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

 

Patrick : Oui cela m’est indispensable. Je suis sur le livret d’un opéra, je fais avancer un livre de nouvelles et j’écris un prochain roman pour Calmann-Lévy. Un roman d’aujourd’hui mais avec des personnages d’hier et au milieu une jeune femme, presqu’une jeune fille qui tente de comprendre comment marche le monde. Un personnage me plaît particulièrement. Son nom la Banquise parce qu’il est grand et gros et pour, parce qu’il a été matelot sur les Terre Neuva et n’hésite pas à sortir son couteau tout en se prenant pour Rimbaud. Parce que l’homme passe des journée entière au comptoir d’un petit bistrot à essayer de faire de vrais poèmes. jusqu’au jour où le bistrot est vendu dans des conditions particulièrement troubles. Bien sûr les vieux vont serrer les rangs et s’épauler pour sauver ce bistrot dans lequel ils passent le plus clair de leur temps.

 

JM : - Où trouvez-vous l'inspiration pour créer les protagonistes de vos écrits ? Improvisez-vous ou connaissez-vous la fin avant de commencer l'écriture ?

 

 

Patrick : Pour les différents personnages de mes romans, je les décris tels que je les ai vus. Mon plus grand bonheur et de m’installer à la terrasse d’un café et d’observer, de prendre des notes, m’imaginer de morceaux de vie ou des histoires inachevées. Pour les décors c’est pareil, je me déplace 10, 100 ou 200 fois sur le lieux du roman pour être au plus juste. Parfois un seul mot peut tout changer. Je dirai que je travaille à la manière des peintres qui peignaient sur le motif. Moi j’écris sur le motif.

Je commence avec un pitch et un plan tracé à grandes lignes mais les choses changent à mesure que j’avance. J’ai cette chance que mon éditeur me laisse faire. L’important est que ne se produisent pas de ruptures dans le déroulé de l’histoire.

 

 

 

JM : Sauf erreur de ma part, un grand nombre de vos romans se déroulent dans votre belle région qui est aussi la mienne ! Pourquoi ce choix ?

 

Patrick : Parce que j’écris sur le motif. Je pourrais sans problème écrire sur n’importe quelle autre région de France ou du monde mais j’ai besoin de m’en imprégner, d’y retourner souvent. Habitant en Haute Savoie, j’écris donc sur la montagne. J’en profite pour dire que je ne comprends toujours pas le mépris qu’ont certains pour ce qu’ils qualifient de littérature du terroir ou régionale. Et alors? Il y a toujours un ancrage dans une oeuvre, allez demander à Giono, Pagnol, Maupassant ou Clavel ce qu’ils en penseraient aujourd’hui. Cette habitude de vouloir tout mettre dans des tiroirs ne correspond à rien si ce n’est à une ignorance de l’histoire de la littérature.

 

 

JM : Comment procédez-vous pour écrire (carnets, cahiers, fiches, écriture directe sur l'ordinateur) ?

 

Patrick : Je muris longuement mon sujet, en marchant, en conduisant, en rêvassant…C’est long parfois, laborieux, mais on ne réussit pas un bon vin en quelques jours. Puis je prends des notes, je me documente. Si je suis sur une période historique, je lis des auteurs de l’époque ou des contemporains qui parlent de cette époque. Le détail est déterminant pour moi c’est lui qui fera qu’un roman sonne juste ou non. Ensuite j’écris au clavier. Et j’aime le lendemain retrouver une page propre ce qui n’est pas possible avec une écriture manuscrite. Ensuite vient le travail de menuisier qui rabote sa planche. Le temps des corrections est long, lent, indispensable . C’est un travail au corps à corps avec les mots, pour traquer les répétitions, le tics d’écriture et surtout les images qu’il faut inventer. A mes yeux seul un auteur capables de faire naître de l’émotion grâce à ses images est digne d’éloges. Je n’aime pas prendre des exemples mais en l’espèce, Philippe Claudel est un maître à mes yeux.

 

 

JM : - À quel moment de la journée écrivez-vous ? Le jour ? La nuit ? Et pendant combien de temps ?

 

 

Patrick : J’écris le matin. Jeune quand je réécrivais des manuscrits scientifiques c’était après une journée de travail. Avec l’âge, cela n’est plus possible. je travaille donc le matin: 3 ou 4 heures. Ensuite je passe à la relecture et aux premières corrections. Mais comme je suis encore journaliste pour des revues médicales ou scientifiques, il me faut jongler avec les contraintes de temps des uns et des autres. Question d’habitude, de rigueur et d’envie.

 

 

 

JM : - Vous avez noué un lien très fort avec vos lecteurs et lectrices. Pouvez-vous nous en parler ?

 

Patrick : C’est mon plus beau cadeau. Savoir que j’ai des lecteurs, des lectrices surtout, partout en France, beaucoup en Belgique, quelques uns au Canada, d’être en contact avec eux, leur répondre via FB ou mon site par patrickbreuze.com est pour moi d’un immense réconfort. Pareil avec les séances de dédicace, retrouver des lectrices d’une année sur l’autre, s’entretenir de choses et d’autre, parler du dernier roman lu et de celui qu’elles vont choisir, le leur décrire aussi, leur donner envie est un élément essentiel de la relation avec le lecteur. Les temps derniers ont été difficiles pour nous tous auteurs. nous avons été privés de cette relation privilégiée, indispensable, je dirai même vitale.

 

 

 

 

JM : -J'ai vu dans la presse locale que vous avez pu, malgré la crise sanitaire, organiser des « petites rencontres » dans des librairies en Haute-Savoie ce qui est formidable. Avez-vous des séances de dédicaces prévues prochainement  et où ?

 

Patrick : J’ai la chance d’habiter dans un village où nous avons beaucoup de touristes en hiver comme en été. la population est multipliée par dix. Malgré la crise, certains sont venus, pour le plaisir et je me plais à penser pour soutenir aussi l’économie locale. Certains traversent toute la France avec leur ouvrage acheté chez eux pour que je le leur dédicace. La moindre des choses est de leur répondre présent. Donc je m’organise pour les satisfaire autant que faire se peut. Pour connaître mes dates de dédicaces qui se décident parfois quelques jours avant, il faut se reporter à ma page Facebook, c’est ce qu’il y a de plus fiable en dehors de la presse locale bien évidemment.

 

JM : - Comment avez-vous procédé pour faire publier vos ouvrages ?


Patrick :Je n’étais pas venu ici en Haute Savoie pour écrire mais pour vivre à la montagne, au côté de montagnards. Un jour en sortant de la bibliothèque où j’avais créé un atelier d’écriture bénévole et donc gratuit pour les participants, j’ai vu qu’il y avait un concours de nouvelles à Bonneville. Je l’ai fait, j’ai gagné le premier prix. Je me suis alors enflammé en adressant un manuscrit de nouvelles aux éditeurs parisiens. Beaucoup n’ont pas répondu, d’autres des banalités, d’autres m’ont conseillé d’arrêter. Donc j’ai continué, n’oubliez pas que je suis Breton. Et là un représentant en vacances à Samoëns a acheté cet ouvrage « La Vallée des Loups » que j’avais édité moi-même en auto-édition. Et l’histoire a commencé ainsi avec Jeannine Balland alors directrice littéraire aux Presses de la Cité.

 

 

 

 

 

JM : Etes-vous sensible à la critique littéraire et pensez-vous que les blogs, les réseaux sociaux aident les écrivains à promouvoir leurs écrits ?

 

Patrick : Les critiques parisiens je ne les connais pas. Les blogs sont très utiles pour leur rapidité de réaction, leur capacité de diffusion et leurs analyses souvent de très bonne qualité. Il n’est pas exclu de penser qu’ils prennent un jour la place des espaces jadis réservés aux livres dans la presse et aujourd’hui réduits comme peau de chagrin. Il est certain qu’une bonne analyse bien étayée et argumentée de la part d’un blogger ou d’une bloggeuse peut avoir un taux de pénétration plus important que la presse elle-même par le seul fait que ce sont des passionnés de livres qui rejoignent ces groupes ou lisent ces blogs.

 

JM : - Quel est votre plus beau souvenir d'auteur ?

 

Patrick :D’avoir échangé pendant quelques temps avec un homme malade qui correspondait avec moi depuis son lit d’hôpital. Ils relisaient mes livres pour se souvenir de ce qu’il ne ferait plus. Et puis un jour le silence, la dernière page, pour lui, elle s’était tournée.

 

JM : - Que pensez-vous de l'édition numérique ? -avantages, inconvénients -

 

 

Patrick : Elle prend sa place petit à petit à ma grande surprise. Pour ma part elle ne représente qu’une petite partie de mes ventes mais qui progresse d’année en année. Et contrairement à ce que je pensais les jeunes ne sont pas seuls à recourir aux liseuses, nombre de personnes à la vue difficile ou déficiente y trouve un intérêt car le corps de lettre peut-être agrandi pour plus de confort. maintenant à mes yeux, un livre est à la fois un contenant et un contenu. l’un ne vas pas sans l’autre. Avant de commencer à lire, il y a le plaisir de tenir son livre de le caresser, de commencer à dialoguer avec lui. Toutes choses que le numérique ne permet pas.

 

 

JM : - Quels sont les auteurs qui vous ont donné l'envie d'écrire ?

 

Patrick : Un nom, un seul: Bernard Clavel. L’un de nos plus grands auteurs populaires, en train de tomber dans l’oublie pour de sombres raisons ses romans non réédités. Quel dommage…

 

 

 

 

JM : - Quels conseils donneriez-vous aux lecteurs qui veulent devenir écrivains ?

 

Patrick : Lire, lire et encore lire. Et attendre que le déclic se fasse, un jour ou peut-être une nuit l’envie sera trop forte, on se met alors à écrire. La drogue est alors entrée dans nos veines.

 

 

 

JM : Lisez-vous ? quel genre ?

 

Patrick :De tout mais jamais de romans ni de nouvelles durant mes périodes d’écriture, je ne veux pas être influencé. Et un ou deux poèmes tous les soirs, cela évitent les somnifères.

 

JM : - Quel livre aimeriez-vous offrir à un de vos amis ou à un proche ?

 

Patrick : Le mien « Versant Secret », (rire.) Ou l’Enfance d’un chef » le livre du film Himalaya.

 

 

JM : - Quels sont vos endroits préférés, source d'inspiration ( pièce de votre maison, ville, région de France, pays) ?

 

Patrick : Un journaliste a appris à écrire partout. J’ai gardé cette capacité. Sinon c’est mon bureau face à la forêt.

 

 

JM : En dehors de l'écriture quelles sont vos passions ?

 

Patrick : Collection d’objets populaires anciens, travail du bois (j’en suis à mon deuxième chalet), la gastronomie mais seulement pour le plaisir du palais car je ne sais pas du tout cuisiner, aller en forêt, en montagne de préférence seul et en dehors des grandes transhumances.

 

 

JM : - À quelle époque auriez-vous aimé vivre ?

 

Patrick : Je ne sais pas. Je prends les choses comme elles me sont données.

 

JM : - Quelle est votre proverbe préféré ?

 

Patrick ; Quand on est heureux, on ne trompe pas.

 

JM : Quel mot vous définit le mieux ?

 

Patrick : La volonté disait mon père, la fragilité disait ma mère. Moi j’écoute, j’ai mes mystères que je ne partage pas et qui pourtant sont entre les pages de mes romans.

 

JM : - Si vous deviez partir sur une île déserte, quel objet incontournable à vos yeux, emporteriez-vous ?

 

Patrick : Un Opinel

 

 

JM : - Vous organisez un dîner littéraire : quelles personnes aimeriez-vous convier à votre table ?

 

Patrick : Peu importe qui. Le principal c’est qu’ils aient des règles de vie, la première étant d’écouter les autres sans chercher sans cesse à briller et à s’imposer.

 

 

JM : - Etes-vous thé ou café ?

 

Patrick : Café… puis thé

 

 

JM : - Avez-vous des animaux de compagnie ?

 

Patrick : Bien sûr. Je ne peux pas vivre sans eux. J’ai même écrit un court roman « Bout d’chien » en hommage à ma chienne labrador Vénus que je venais de perdre. Actuellement j’ai une autre chien labrador. Mais pas question de les comparer. Elles sont l’une comme l’autre merveilleuses.

 

 

JM : - Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

 

Patrick : Non

 

JM : - Merci Patrick pour ce très agréable moment passé en votre compagnie.

 

 

 

 

Voir les commentaires

INTERVIEW REALISEE HIER AVEC ALICE MASSON SUR MON GROUPE FB

GROUPE LECTEURS – AUTEURS :

LA PASSION DES MOTS

__________

 

INTERVIEW AUTEURE

Alice MASSON

(réalisée en 2020)

 

JM : - Bonjour à tous,

 

  • Notre amie Alice MASSON a gentiment accepté de répondre, récemment, à mes questions.


 

  • Je partage donc cette interview à l'issue de laquelle vous pourrez, si vous le souhaitez, poser des questions à Alice qui y répondra selon ses disponibilités.

 

 

JM : - Bonsoir Alice

 

  • Comment vas-tu ? Es-tu prête « à  passer sur mon gentil gril ! » ?  

 

Alice : Bonjour ma chère Joëlle, merci beaucoup pour cette invitation, je suis ravie de passer sur ton gril, je vais tâcher d’être la plus authentique possible !

 

 

JM : - Question habituelle mais incontournable : peux-tu, tout d'abord, te présenter afin que nos amis puissent mieux te connaître ?

 

Alice : Je vis à Marseille où je suis arrivée à l’âge de cinq ans. Comme je suis née à l’étranger, j’ai appris le français à l’école. Ce fut une véritable révélation parce que je suis complètement tombée amoureuse de cette belle langue. J’ai deux enfants qui sont adultes et sont partis de la maison. J’écris depuis toute petite mais mon premier livre a été publié en 2019. J’avais publié un article sur un de leurs auteurs dans le média numérique dans lequel je tiens une chronique littéraire. Ils avaient aimé ma plume et m’ont proposé de publier un recueil de nouvelles. L’aventure a commencé ainsi !

 

 

JM : - Que représente pour toi l'écriture ?

 

Alice : J’ai toujours aimé écrire, c’est un moyen d’expression incroyable. C’est mon institutrice de CM1 qui a détecté mes capacités rédactionnelles. Un jour elle a lu à toute la classe une rédaction que j’avais faite et ça m’a fait un énorme effet ! Depuis, j’ai fait des études littéraires pour découvrir les écrits des auteurs et pour m’en inspirer.

 

JM : - Peux-tu nous parler de tes ouvrages ?

 

Alice : J’ai publié deux recueils de nouvelles : Modern Love en 2019 et Le Croustilleur de Versailles en janvier 2020. Et en septembre 2020 mon tout premier roman : La chair est cendre, l’âme est flamme. C’est un roman de développement personnel basé sur le travail de Lise Bourbeau sur les cinq blessures de l’âme. Ce sont cinq personnages principaux, chacun porteur d’une des blessures : la trahison, le rejet, l’humiliation, l’injustice et l’abandon, qui vont évoluer vers une meilleure version d’eux-mêmes tout au long d’un voyage initiatique.

 

JM : - Si ma mémoire est bonne, tu as remporté plusieurs prix littéraires chez Grasset et au Cherche Midi. Peux-tu nous raconter comment tu as vécu ces aventures ?

 

Alice : Grasset m’a passé un coup de fil, j’étais à mon bureau en train de travailler sur un texte pour le concours George Sand. J’ai sauté de ma chaise, j’étais en ébullition ! Pour les Abeilles de Guerlain du Cherche Midi, j’ai été contactée par mail. J’ai relu quinze fois le mail pour être sûre de ne pas m’être trompée. Ils ont fait les choses en grand, avec la publication d’un recueil, une cérémonie de remise de prix à Paris sur les Champs, la venue de Patrick Poivre d’Arvor (la photo avec lui a été la plus likée sur mon mur FB cette année-là !). J’ai vécu ça comme un conte de fées. Cependant, je tiens à dire qu’aucune de ces maisons d’édition ne m’a fait de proposition concrète après ça.

 

JM : - As-tu d'autres projets d'écriture et souhaites-tu nous en parler ?

 

Alice : Oui, j’ai commencé à écrire un livre sur l’histoire de ma famille qui va s’appeler : Revenir à Marseille. C’est le témoignage de mon père sur son parcours de vie. Il est né à Marseille et à l’âge de douze ans, il a été obligé par sa mère et ses frères ainés à aller vivre en Arménie (le pays d’origine de ses parents). Pendant vingt-six ans, son unique obsession a été de revenir chez lui à Marseille. J’en profite évidemment pour raconter l’horreur du génocide des arméniens auquel mes grands-parents ont réussi à survivre, mais aussi la difficulté de l’immigration forcée, la détermination pour s’échapper d’un régime totalitaire (l’Arménie était incluse dans l’URSS), la capacité d’adaptation quand on doit s’intégrer…

 

JM : - Comment écris-tu (carnets, cahiers, directement sur l'ordinateur) ?

 

Alice : J’utilise les deux, quand j’en suis à la phase de recherches, de montage du plan, à l’élaboration des personnages, j’utilise des carnets. Puis, quand je commence la rédaction, c’est directement sur ordinateur.

 

JM : - Dans ta prime enfance avais-tu déjà envie de devenir écrivain ?

 

Alice : Pas tellement dans la prime enfance, mais l’envie d’être romancière m’est venue pendant l’adolescence. J’ai commencé par écrire des poèmes puis j’ai écrit une pièce de théâtre. Mais il a fallu que j’attende d’avoir cinquante ans pour voir mon rêve d’adolescente se concrétiser.

 

 

JM : - Tu as une imagination débordante ! Comment procèdes-tu pour créer les protagonistes de tes ouvrages et connais-tu, lorsque tu commences à écrire, la fin de l'histoire ou est-ce que tu improvises au fil des mots ?

 

Alice : J’ai besoin de verrouiller ma trame narrative et la psychologie de mes personnages avant de me lancer dans la rédaction. Je fais énormément de recherches. Par exemple pour le Croustilleur de Versailles, j’ai relu très attentivement les Lettres de Madame de Sévigné pour m’inspirer de ses tournures de phrases. Pour mon dernier roman, j’ai étudié à fond les livres de Lise Bourbeau. Quand je commence à rédiger, je dois avoir quatre-vingt pour cent des rebondissements en tête. Effectivement, les enchainements, les dialogues et certains passages me viennent au fur et à mesure.

 

 

JM : -As-tu des séances de dédicaces prévues prochainement – quand la situation sanitaire le permettra bien sûr.. - et où  ?

 

Alice : J’avais prévu de faire 22 salons littéraires en 2020, j’en ai fait quatre ! Donc si mon calcul est bon, si tous les salons qui ont été annulés en 2020 sont reportés en 2021, mon agenda est déjà plein ! Non, sérieusement, cette année 2020 est une véritable catastrophe pour nous autres auteurs indépendants. J’avais prévu de sortir mon livre dans une librairie à Marseille et de faire le tour des salons littéraires et de bien-être dans ma région et aussi dans d’autres régions, mais tout est gelé pour l’instant. C’est très anxiogène.

 

 

JM : - A qui confies-tu tes manuscrits (amie, membre de ta famille, bêta-lecteur) ?

 

Alice : Pour mes premiers écrits, j’ai envoyé effectivement à beaucoup de mes amis, à ma sœur, mes enfants, mes nièces. Puis j’ai commencé à participer à des concours de nouvelles, et j’ai eu la chance d’en remporter quelques-uns.

 

JM : - Comment as-tu procédé pour faire publier tes ouvrages ?

 

Alice : Je n’avais jamais imaginé qu’un jour mes écrits seraient publiés, mais par un concours de circonstances, une de mes nouvelles a été publiée dans un recueil collectif suite à ma participation à un concours. C’était pour les éditions du Cherche Midi. Avant ça, j’avais remporté un prix chez Grasset mais la nouvelle n’a pas été publiée. Puis comme je le raconte plus haut, j’ai été contactée par une maison d’édition qui m’a mis le pied à l’étrier.

 

 

JM : - Que penses-tu de l'édition numérique ?

 

Alice : C’est à double tranchant. D’une part c’est formidable de pouvoir diffuser au grand jour ses écrits, mais du fait de la facilité du processus, il est très difficile de se faire remarquer parmi le nombre impressionnant de publications.

 

JM : - Tu as plusieurs pages Fb peux-tu nous en communiquer les liens ?

 

Alice : Je ne suis pas très active malheureusement sur les réseaux sociaux. Je trouve que c’est très chronophage. Cependant, j’ai effectivement une page FB qui s’appelle le blog littéraire d’Alice où je publie mes retours de lectrice et les informations sur mes livres. Mais j’ai conscience que je pourrais en faire plus, mais le temps me manque cruellement !

 

JM : - Que ressens-tu lorsque tu écris le mot FIN ?

 

Alice : C’est une libération, mais aussi, le début d’un processus qui prend beaucoup de temps et d’énergie : la correction. Heureusement que pour mon dernier roman, j’ai eu la grande chance d’être aidée par mon amie auteure Dominique Guenin qui m’a beaucoup fait évoluer dans mon écriture grâce à ses conseils.

 

 

JM : - Je sais que tu es également une dévoreuse de livres et une chroniqueuse littéraire de grand talent puisque tu travailles pour un média en ligne : France Net Infos. Peux-tu nous parler de ton job au sein de ce groupe ?

 

Alice : Merci beaucoup Joelle, l’aventure de FranceNetInfos a débuté en 2012, j’avais vu une annonce en ligne où ils cherchaient des correspondants locaux. Comme Marseille avait été élue Capitale de la culture pour 2013, j’ai proposé ma candidature pour couvrir l’évènement. De fil en aiguille, j’ai continué à leur envoyer des articles, sur le cinéma, le théâtre, les festivals, des interviews… Et j’en suis à ce jour à plus de mille articles publiés ! Et j’espère continuer encore longtemps avec eux.

 

JM : - Quel est ton genre de lecture préféré ?

 

Alice : Je suis passionnée par l’histoire, j’aime beaucoup les livres de vulgarisation de la philosophie et de la science. Mais j’aime aussi beaucoup les romans feelgood et les essais en général.

 

JM : - En dehors de l'écriture quelles sont tes passions ?

 

Alice : J’ai travaillé pendant six ans dans le spectacle vivant, je suis passionnée par les artistes, la création, l’expression culturelle par tous les biais possibles.

 

 

JM : - Quelle est ta musique préférée et écris-tu en musique ?

 

Alice : Je suis très fan de la pop britannique qui est, pour moi, l’origine de tous les mouvements musicaux modernes. J’ai grandi avec David Bowie et Peter Gabriel !

 

JM : - Si tu devais partir sur une île déserte quel objet, indispensable à tes yeux, emporterais-tu ?

 

Alice : J’emporterai une photo de mes enfants.

 

JM : - Quel est ton plus grand rêve ?

 

Alice : J’aimerais arriver à lire un livre par jour comme Bernard Pivot.

 

JM : - Si tu étais : un fruit, une fleur, un animal : tu serais ?

 

Alice : une grenade (symbole de mon pays de naissance), une rose (c’est le prénom de ma grand-mère paternelle qui a inspiré ma nouvelle : Un nouveau départ qui a remporté le prix des Abeilles de Guerlain), une louve (il parait que c’est mon animal totem).

 

JM : - As-tu des animaux de compagnie ?

 

Alice : Je ne conçois pas ma vie sans animaux. J’en ai eu beaucoup depuis que je suis petite et je tenais absolument à ce que mes enfants grandissent en compagnie d’animaux. J’ai eu une chatte qui s’appelait Poupounette, qui est morte pendant le confinement, elle me manque énormément. Actuellement, j’ai un chat qui s’appelle Bouboulito qui est en « pension » chez moi (il appartient à ma fille) et mon fils est parti de la maison avec sa chienne qui s’appelle Siam que j’ai gardée pendant deux ans.

 

JM : - Quel mot te définit le mieux ?

 

Alice : Authentique

 

JM : - As-tu quelque chose à ajouter ?

 

Alice : Effectivement, ton grill était très bienveillant, ce fut un réel plaisir de répondre à tes questions, merci beaucoup Joëlle.

 

JM : - Merci Alice pour cet agréable moment passé en ta compagnie.

Les amis, vous pouvez, si vous le souhaitez, poser d'autres questions à Alice qui se fera un plaisir de vous répondre sous ce post.

https://www.amazon.fr/dp/B08K7WRPTC

 

https://www.amazon.fr/dp/B08KVLQF68

 



 

 

Voir les commentaires

ANNONCE INTERVIEW PATRICK BREUZE VENDREDI 5 MARS 2021 (dans la journée) SUR MON GROUPE FB

Aujourd'hui Lundi 1er mars 2021 j'ai réalisé ma 177ème interview avec un auteur du groupe qui a accepté de se soumettre à mes questions.

 

Je vous donne rendez-vous le Vendredi 5 mars 2021 (dans la journée) pour suivre l'entretien que j'ai eu récemment avec Patrick BREUZE. A l'issue, vous pourrez poser vos questions à Patrick qui y répondra selon ses disponibilités.

 

A bientôt.

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui lundi voici ma chronique COUP DE COEUR concernant "LES PETITS PAPIERS DE MARIE-LOU"

« LES PETITS PAPIERS DE MARIE-LOU »

Corinne JAVELAUD

Editions CALMANN-LEVY

24 février 2021

250 pages

 

 

Présentation

 

 

Fêlures secrètes dans une dynastie bordelaise.
 


Dans les années 70, Marie-Lou Beltran, serveuse à L’Auberge du bonheur, vit avec sa fille, Dora, et sa mère, Luce, dans la maison familiale du quartier des Chartrons à Bordeaux. La main verte de Luce et les talents culinaires de Marie-Lou font merveille pour créer un cocon harmonieux.

Un trouble naît lorsque pour son anniversaire, Marie-Lou offre à Dora une magnifique poupée, dénichée chez un antiquaire. Les femmes Beltran constatent bientôt que la poupée suscite des phénomènes étranges.

Un médium prétend qu’elle est habitée par l’esprit d’un proche assassiné. Comment ne pas penser au père de Marie-Lou, Josué, et à son oncle, Féréol, morts en héros sur leurs arpents de vigne à Saint-Émilion, alors sous la botte allemande ?

Prise dans un engrenage de manifestations surnaturelles, butant sur le silence de Luce, Marie-Lou va devoir affronter les démons d’une histoire familiale tourmentée…

 

 

 

L'auteure

 

Après des études de lettres et d'histoire de l'art, Corinne JAVELAUD s'est tournée vers l'écriture. Originaire du Limousin, elle est l'auteure d'une dizaine de romans. Elle est membre du Jury du prix des Romancières remis chaque année lors de la Foire du livre de Saint-Louis en Alsace.

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions CALMANN-LEVY et en particulier Valérie Taillefer de m'avoir donné l'opportunité de lire «Les Petits papiers de Marie-Lou », roman de Corinne JAVELAUD auteure dont j'ai lu pratiquement tous les ouvrages tant j'aime sa plume fluide et majestueuse.

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée.

 

Corinne JAVELAUD nous emmène à Bordeaux dans les années 70 et nous présente Marie-Lou, son héroïne.

 

Marie-Lou, célibataire, mène une vie tranquille avec sa fille Dora chez Luce sa mère. Toutefois, après avoir offert une jolie mais mystérieuse poupée à Dora pour son anniversaire, la vie de la famille est soudain très perturbée.

En effet, des phénomènes paranormaux se produisent depuis l'achat de la poupée Millie et des petits papiers écrits par Josué le père de Marie Lou, apparaissent étrangement alors que celui-ci est décédé pendant la guerre en 1944....

 

L'histoire est intéressante et addictive. Ce n'est qu'au fil des mots de Corinne JAVELAUD que nous découvrons les secrets de famille et les non-dits bien enfouis.

 

L'auteure nous offre un ouvrage magnifique, étrange et très bien écrit avec une intrigue menée tambour battant qui tient vraiment le lecteur en haleine jusqu'au dénouement ô demeurant fort surprenant. Je ne vous en dirai cependant pas plus et vous laisserai le découvrir par vous-mêmes.

 

 

J'ai ADORE ce roman que j'ai lu d'une traite ne pouvant me résoudre à le refermer tant il m'intriguait.

 

Un COUP DE COEUR que je recommande aux amateurs du genre.

 

MERCI Corinne pour ce très agréable moment de lecture.

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

Voir les commentaires

ANNONCE INTERVIEW ALICE MASSON LUNDI 1ER MARS 2021 -dans la journée - SUR MON GROUPE FB

MESSAGE IMPORTANT A L'ATTENTION DES MEMBRES DU GROUPE : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS

 

Bonsoir les amis,

 

Aujourd'hui Vendredi 26 février 2021 j'ai réalisé ma 176 ème interview avec un auteur du groupe qui a accepté de se soumettre à mes questions.

 

Je vous donne rendez-vous le Lundi 1er mars 2021 (dans la journée) pour suivre l'entretien que j'ai eu récemment avec Alice MASSON. A l'issue, vous pourrez poser vos questions à Alice qui y répondra selon ses disponibilités.

 

A bientôt.

 

Voir les commentaires

Bonsoir aujourd'hui vendredi voici ma chronique concernant : "OXALIS ET VIEILLES QUERELLES"

« OXALIS ET VIEILLES QUERELLES »

Lydie DELANOUE

EDILIVRE

9 septembre 2020

185 pages

 

 

Présentation

 

 

L'été s'achève à la Croix-Fry. Les randonneurs, vététistes et autres amoureux de ce col haut-savoyard ont fait place aux ramasseurs de champignons. Paul Mermillod est de ceux-là. Il vient tout juste de quitter Paris pour s'installer de façon définitive dans le chalet hérité de ses parents, quand il s'élance à l'assaut des pentes et des coins à cèpes. Un autre rendez-vous l'y attend, face au plateau des Glières qui n'a rien perdu de son pouvoir évocateur. Les maquisards, les parachutages, la Résistance à l'ennemi, le combat pour la vie... Paul n'a pas le temps de combattre. Sa vie lui échappe, en même temps que le contenu de son panier. L'enquête débute deux jours plus tard. Aux gendarmes se joignent un journaliste venu interviewer Marc Veyrat et la compagne parisienne de Paul Mermillod. Quelles querelles vont-ils découvrir ? De quel(s) monstre(s) les montagnes de la Croix-Fry vont-elles accoucher ?

 

L'auteure

 

Lydie Delanoue a enseigné longtemps le français, l'histoire et la géographie. Elle se consacre à l'écriture depuis qu'elle est à la retraite. Oxalis et vieilles querelles est son cinquième roman publié par Edilivre. Il fait suite à Clerc-obscur (2017), Les Chevaux de San Marco (2018), Sale temps sur la Lune (2018), Cave Canem (2019). Lydie Delanoue est aussi l'auteure de cinq livres historiques : Jacques-René de Brisay de Denonville (Prix du manuscrit de la Beauce et du Dunois 2011, Société dunoise, 2012), Chateaubriand à Montboissier (SAEL, 2013), Noël Ballay, l'Africain (L'Harmattan, 2016), La Grande Guerre du lieutenant Ballay selon sa correspondance (L'Harmattan, 2018), Pépé, le migrant (éditions du Colombier, 2020). --Ce texte fait référence à l'édition paperback.


Mon avis

 

Je remercie Lydie DELANOUE pour l'envoi, en service de presse, de son roman « Oxalis et vieilles querelles ».

L'auteure nous emmène à Manigod en Haute-Savoie en 2019 et nous faisons connaissance avec Paul Mermillod (nom bien connu dans le département) qui, après avoir vécu à Paris, est de retour dans la région où il compte s'installer. Paul connaît bien le coin, les habitants du village, les commerçants. Il aime aller aux champignons ce qu'il décide de faire un beau matin mais n'en reviendra pas.

 

Mais que lui est-il arrivé ?

 

Lydie DELANOUE qui elle aussi est une habituée de la région, décrit à merveille les paysages du Col de la Croix Fry, du Plateau des Glières, les coutumes, la vie dans ces montagnes, les spécialités régionales..

 

Elle nous offre un roman policier au suspense bien mené et fait évoluer tout simplement ses personnages qui sont authentiques. On croisera, au fil des mots de l'auteure, le célèbre chef étoilé au chapeau noir : Marc Veyrat mais aussi d'autres restaurateurs et un accordéoniste bien connu en ces lieux.

 

L'enquête menée par la gendarmerie est intéressante et les secrets anciens ne se dévoilent que dans les dernières lignes ce qui tient le lecteur en haleine jusqu'au dénouement.

 

J'ai bien aimé ce roman, très bien écrit, ponctué d'une touche de botanique, qui séduira les amateurs d'énigmes policières et de nature.

 

Un bon moment de lecture.

 

 

 

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

Voir les commentaires

INTERVIEW REALISEE CE JOUR AVEC GWENAEL LE GUELLEC SUR MON GROUPE FB

GROUPE LECTEURS – AUTEURS :

LA PASSION DES MOTS

__________

 

INTERVIEW AUTEUR

Gwenael LE GUELLEC

 

JM : - Bonjour à tous,

 

Notre ami Gwenael LE GUELLEC a récemment accepté de répondre à mes

questions.

 

Je partage donc avec vous l'entretien que nous avons réalisé, à l'issue duquel, vous pourrez, si vous le souhaitez, poser vos questions à Gwenael qui y répondra selon ses disponibilités.

 

JM : - Bonjour Gwenael

Comment vas-tu ? Es-tu prêt à « subir mon petit interrogatoire » ?

 

Gwenael : Bonjour Joelle. Je vais bien, merci : en plein rush du lancement de mon deuxième roman, Exil Pour L’Enfer !

 

JM : - Question habituelle mais incontournable : Peux-tu tout d'abord, te présenter afin que nos amis puissent mieux te connaître ?

 

Gwenael : Je m’appelle Gwenael Le Guellec, et suis né à Brest en 1982, où j’ai vécu jusqu’en 2006, année de mon départ pour l’Ile-de-France pour raisons professionnelles. Mes racines demeurent néanmoins en Bretagne, où je retourne chaque année.

 

JM : - L'écriture est-ce une passion ou un métier pour toi ?

 

Gwenael : L’écriture est avant tout une passion, pour moi, même si elle tend de plus en plus à devenir un deuxième métier, de par le temps que je suis amené à lui consacrer, particulièrement en ce moment, alors que je ne suis même pas dans une phase d’écriture...

 

JM : - Peux-tu nous parler de tes romans ?

 

Gwenael : J’ai écrit deux romans. Le premier, Armorican Psycho, est sorti en avril 2019, aux éditions Nouveaux Auteurs, et sortira chez Pocket ce 14 janvier. Le deuxième est sorti cette semaine, toujours chez les Nouveaux Auteurs. Tous deux mettent en scène le personnage de Yoran Rosko, un photographe contraint à voir le monde qui l’entoure en noir et blanc du fait d’une maladie rare, l’achromatopsie. Dans chacun des romans, il fait face à des événements tragiques le touchant personnellement, et l’amenant à se confronter à ce que la folie des hommes peut produire de pire… Les intrigues des deux romans sont cependant indépendantes.

 

JM : - Comment as-tu procédé pour les faire publier ?

 

Gwenael: L’écriture de mon premier roman s’était faite au long cours, mon unique intention étant d’en venir un jour à terme. Une fois le roman achevé, j’ai décidé de démarcher les maisons d’édition, par voie dématérialisée dans un premier temps. Trois mois après, j’ai reçu l’appel du directeur des Nouveaux Auteurs, qui m’a annoncé que j’allais être édité. J’ai donc conscience que cela a été très rapide, et que c’est une véritable chance d’avoir pu me lancer ainsi.

 

JM : - As-tu d'autres projets d'écriture et souhaites-tu nous en parler ?

 

Gwenael : Mes deux premiers romans s’inscrivent dans une trilogie ; un troisième roman remettra donc en scène le personnage de Yoran Rosko. J’ai déjà quelques idées pour ce qui viendra ensuite...

 

JM : - Où trouves-tu l'inspiration pour créer les protagonistes de tes livres ? En

combien de temps écris-tu un roman ?

 

Gwenael : Les sources d’inspiration de mes personnages sont multiples : il y a une part de vécu à travers des personnes que j’ai pu croiser dans ma vie, puis il y a une part d’imaginaire. J’ai écrit mon premier roman en près de quatre années et demies et pas en continu, tandis que l’écriture du deuxième a duré quatorze mois, durant lesquels j’y consacrais presque tout mon temps libre.

 

JM : - Comment écris-tu (cahiers, carnets, direct sur l'ordinateur) ?

 

Gwenael : J’écris sur ordinateur portable, tout en prenant des notes sur papier, particulièrement lorsque l’ordinateur est éteint ou quand je suis à l’extérieur...

 

JM : -Lorsque la situation sanitaire le permettra, envisages-tu de participer à des séances de dédicaces, de rencontrer tes lecteurs et tes lectrices ?

 

Gwenael : Bien sûr ! J’ai déjà eu la chance de pouvoir présenter mon nouveau roman en avant-première au public brestois en fin d’année, avant sa sortie officielle, le tout dans une galerie photo, dans le cadre d’une rencontre avec un photographe spécialiste du noir et blanc. Il eut été difficile d’être davantage dans le sujet...

 

JM : - A qui confies-tu tes manuscrits en première lecture (ami, membre de ta

famille, bêta-lecteur) ?

 

Gwenael : Mon père est mon premier lecteur.

 

JM : - Es-tu sensible à la critique littéraire et penses-tu que les blogs, les réseaux

sociaux aident les écrivains à promouvoir leurs écrits ?

 

Gwenael : Il est toujours intéressant et souvent constructif de découvrir le ressenti des lecteurs par rapport à ce que l’on a écrit. De nos jours, il paraît peu réaliste de se passer des réseaux sociaux pour exister en tant que « personne publique », la difficulté consistant à ne pas tomber dans l’extrême d’y consacrer tout son temps et son énergie, au détriment de l’écriture.

 

JM : - Sauf erreur de ma part, tes deux romans sont des « Thriller». Pourquoi ce

choix et envisages-tu d'écrire dans un autre genre ?

 

Gwenael : Oui, il s’agit de thrillers à la frontière avec le roman noir. C’est le genre qui s’est imposé naturellement à moi. À ce jour, je n’envisage pas d’écrire dans un autre genre, mais je ne suis pas fermé à d’éventuelles évolutions.

 

JM : - Ton premier roman a été récompensé « Prix du suspense psychologique » en 2019 et « Prix du Goéland Masqué » en 2020. Peux-tu nous parler de ces

expériences ?

 

Gwenael : J’ai eu la chance de remporter le Prix du Suspense Psychologique avec Armorican Psycho, dans le cadre d’un concours dont le parrain était Bernard Minier, ce qui a permis un lancement privilégié du livre. L’année suivante, en 2020, j’ai eu l’honneur de remporter le Prix du Festival international du Goéland Masqué, qui récompense chaque année un premier roman noir. Ces deux prix m’ont apporté une reconnaissance forcément positive en tant que jeune auteur, même si je n’oublie pas que le plus important est de trouver son public, avec ou sans prix.

 

JM : - Je crois savoir que tu as beaucoup voyagé.. Peux-tu nous parler de ces

voyages ? Ont-ils été pour toi source d'inspiration ?

 

Gwenael : Complètement ! Mes voyages constituent une source d’inspiration essentielle, en effet. Comme moi, Yoran Rosko est amené à se déplacer à travers l’Europe, et ses destinations sont presque toujours des endroits où je suis moi-même allé. Dans Armorican Psycho, il se rend ainsi en Norvège et en Islande, tandis que l’intrigue d’Exil Pour L’Enfer le conduit notamment en Allemagne, en Estonie et en Finlande… mais pas seulement. ;)

 

JM : - En dehors de l'écriture quelles sont tes passions ?

 

Gwenael : J’ai pratiqué la photographie pendant plusieurs années, et j’écoute beaucoup de musique, notamment électronique. Et finalement, l’écriture est un petit peu au croisement de toutes ces disciplines, puisque Yoran est photographe, qu’il écoute les mêmes musiques que moi, et qu’il voyage beaucoup.

 

JM : - Quel est ton plus grand rêve ?

 

Gwenael : Vivre en bonne santé suffisamment longtemps afin de pouvoir concrétiser toutes mes idées de romans sur le papier, tout en continuant à voyager là où j’ai envie d’aller (et sans masque, si possible).

 

JM : - Quels auteurs t'ont donné l'envie d'écrire ?

 

Gwenael : Deux, en particulier, Maurice G. Dantec et Jo Nesbø.

 

JM : - Lis-tu ? Quel genre de lecture ?

 

Gwenael : Je lis essentiellement des thrillers, un genre qui pour moi se renouvelle en permanence, mais j’aime aussi lire des romans fantastiques ou de science-fiction. Je dois néanmoins préciser que l’écriture est une activité chronophage, qui me permet difficilement de lire autant que je le voudrais.

 

JM : - Quel genre de musique écoutes-tu et écris-tu en musique ?

 

Gwenael : Comme je le disais plus haut, j’écoute beaucoup de musique électronique, avec des groupes comme Massive Attack, UNKLE, les Chemical Brothers, ainsi que des bandes originales de films ou du post-rock, Robin Foster faisant partie de mes artistes préférés en la matière. Et, bien sûr, la musique m’accompagne très souvent quand j’écris.

 

JM : - Si tu devais partir sur une île déserte quel livre emporterais-tu ?

 

Gwenael : Tant qu’à faire, un que je n’ai pas encore lu ! Peut-être Terreur, de Dan Simmons, qui me tente énormément, après avoir récemment particulièrement apprécié L’Abominable, du même auteur.

 

JM : - Es-tu thé ou café ? Vanille ou chocolat ? Mer, montagne ou campagne ?

 

Gwenael : Thé, indéniablement, même si je ne me refuse pas un petit café de temps à autre. Chocolat pour les tablettes, vanille pour les arômes. Mer (je suis Breton!), mais j’aime de plus en plus la montagne, étant passionné par l’aventure des pionniers de la conquête de l’Everest.

 

JM : - Quel est ton proverbe préféré ?

 

Gwenael : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » C’est de Mark Twain, mais cette phrase peut s’appliquer à tant de situations... : celle des pionniers de l’Everest, que j’évoquais ci-dessus, comme celle de l’auteur qui recherche une maison d’édition après avoir couché sur le papier une histoire qui lui tenait à cœur.

 

JM : - Peux-tu nous donner une des tes qualités ? Un de tes défauts ?

 

Gwenael : Qualité : perfectionniste / Défaut : perfectionniste (rires).

 

JM : - As-tu quelque chose à ajouter ?

 

Gwenael : Merci pour cet échange, et de permettre à des auteurs peu connus de s’exprimer auprès de passionnés de lecture.

 

JM : - Merci Gwenael pour cet agréable moment passé en ta compagnie.

 

Les amis, vous pouvez, si vous le souhaitez, poser d'autres questions à Gwenael qui se fera un plaisir de vous répondre sous ce post.

 

 

 

Facebook : https://www.facebook.com/Gwenael.Le.Guellec.Officiel/

Instagram : https://www.instagram.com/gwenael.le.guellec/

 

Voir les commentaires

Bonsoir aujourd'hui mardi voici ma chronique concernant : "LES FEMMES D'HERESY RANCH"

« LES FEMMES D'HERESY RANCH »

Mélissa LENHARDT

LE CHERCHE MIDI

11 février 2021

544 pages

 

 

Présentation

 

Elles étaient seules, elles étaient vraies, elles étaient magnifiques.

Colorado, 1873. Après la mort de son mari, Margaret Parker décide de continuer à s'occuper de son ranch. À ses côtés, celles qu'elle considère comme sa famille : deux soeurs, Joan et Stella, une cuisinière, Julie, et Hattie, une ancienne esclave au passé aventureux. Mais des femmes seules sur un ranch ont vite fait d'exciter toutes les convoitises, et bientôt elles sont dépossédées de leurs biens. Elles n'ont plus, chacune, qu'un cheval, et le choix qui reste dans l'Ouest américain à celles qui ont tout perdu : se marier ou se prostituer. Ces femmes-là vont néanmoins trouver une option inédite pour survivre : tourner le dos à la loi dont elles ont été les victimes et prendre les armes pour se faire justice. Le gang Parker est né. Bien vite, les exploits de cette mystérieuse bande de femmes défraient la chronique et les Pinkerton se mettent sur leur piste.

Les Femmes d'Heresy Ranch est un formidable récit d'aventures tiré de faits réels. Historienne et romancière au talent fou, Melissa Lenhardt y crée des personnages inoubliables, au caractère bien trempé, et nous livre des informations inestimables sur la vie méconnue des femmes dans l'Ouest américain.


L'auteure

 

Nationalité : États-Unis


Melissa Lenhardt est une autrice américaine de fiction. Elle vit au Texas
 

Source : https://www.melissalenhardt.com

Mon avis

 

Je remercie les Editions LE CHERCHE MIDI (Benoît ANDRE) et BABELIO MASSE CRITIQUE de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Les Femmes d'Heresy Ranch », roman de Mélissa LENHARDT.

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée et la férue d'histoires se déroulant au XIXème siècle dans le Far West n'a pu qu'être séduite par ce livre.

 

L'auteure nous relate le destin ô combien mouvementé d'un groupe de femmes hors la loi, au Colorado entre 1873 et 1877. Margaret, Hallie, Claire, Stella et Joan, membres du « gang Parker » qui ont vraiment existé, ont commis plusieurs hold-up, cambriolage, meurtre sans toutefois se faire arrêter, faute de preuves..

 

L'intrigue est bien menée et l'on découvre, lors de la lecture des journaux intimes de Margaret -Garet - et de Claire, des récits d'entretiens réalisés entre Hallie -Henrietta Lee- et Grace Williams mais aussi des coupures de presse de l'époque, les aventures que ces femmes hors du commun, courageuses et déterminées, ont réellement vécues.

 

J'aurais toutefois, pour ma part, préféré lire ce récit passionnant sous forme de « roman » car je me suis sentie un peu perdue avec ces divers témoignages ce qui toutefois n'enlève rien à la qualité de cet ouvrage qui est magnifique.

 

Ce western féminin et ses personnages authentiques et attachants nous fait voyager dans une autre époque et l'on imagine aisément les protagonistes sur leurs chevaux, évoluant dans des paysages sublimes et grandioses.

J'ai beaucoup aimé cet ouvrage original, très intéressant, dépaysant et émouvant dont les nombreux rebondissements m'ont tenue en haleine et que j'ai dévoré en deux soirées tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement.

 

Voici un premier roman très prometteur que je verrais bien adapté au cinéma ou à la télévision. Je lirai assurément les prochains ouvrages de Mélissa LENHARDT.

 

Un très bon moment de lecture.

 

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 


En savoir plus : https://bit.ly/2YUHduP
Où nous trouver ? Facebook : https://www.facebook.com/lecherchemidi.editeur Twitter : https://twitter.com/lecherchemidi/ Instagram : https://instagram.com/cherchemidiediteur

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>