Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman regional historique

Bonsoir à tous voici ma chronique COUP DE COEUR concernant : L'ANTICHAMBRE DU BON DIEU

« L'ANTICHAMBRE DU BON DIEU »

Emmanuel PROST

PRESSES DE LA CITE

TERRES DE FRANCE

4 octobre 2018

320 pages

 

Présentation

 

Patou, c'est l'idiot du village. Il a grandi dans les terres du Nord, entre marais et champs aux sillons interminables.

Seul son cheval Chico a su adoucir la solitude de ses jours.

 

Patou ne parle pas et ne s'exprime qu'à travers le rire. Il grandit auprès de sa grand-mère et de son père, un gueux qui habite un misérable baraquement du marais où il cultive des endives dans leur village d'Oignies. Patou tue le temps en compagnie de son cheval Chico, un cabossé de la vie comme lui, quand, en septembre 1861, surgit dans sa vie Isabelle, fille d'un instituteur des Flandres venu alphabétiser les ouvriers des mines. Depuis peu, grâce au charbon, le Pas-de-Calais est un bassin minier d'envergure. Les deux enfants deviennent amis. Quand, le jour de ses vingt ans, le père de Patou vend Chico à un homme de la compagnie minière, c'est pour Patou une trahison et un déchirement. Il n'a plus qu'une idée en tête : le retrouver. Ainsi commence pour Patou une descente au fond des mines et dans les enfers....

 

L'auteur

 

Emmanuel PROST est né en avril 1968 à Roanne (Loire). Ses romans sont autant d'hommages tendres, émouvants et sincères à l'histoire de sa région d'adoption et à sa population. Il est notamment l'auteur de La Descente des anges (2014) et d'Un été 48 (2016).

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Marie-Jeanne de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, ce roman d'Emmanuel PROST, auteur dont j'ai découvert la plume fluide et sensible lors de la lecture de « La Descente des anges ».

 

Après la très belle préface rédigée par Annie DEGROOTE, le prologue nous plonge directement dans le vif de l'histoire qui débute en 1863 par la condamnation à mort de Patrick dit Patou.

Il faut dire que Patou est un enfant puis un adulte « différent » qui ne parle pas et utilise pour seul moyen d'expression le rire.. Patou est l'idiot d'un village du Pas-de-Calais. Mais qu'a-t-il bien pu faire pour mériter une telle mort ??

 

Emmanuel PROST nous conte donc l'histoire, ô combien émouvante et hors du commun, de Patou et de sa famille, de pauvres gens plutôt marginaux. L'on ne peut s'empêcher toutefois de s'attacher aux personnages de ce livre qui sont tellement authentiques : Raoul, le père, Mamina la grand-mère, Isabelle la seule amie de Patou dont il sera secrètement amoureux et Louis Larcher, le père d'Isabelle.

 

Beaucoup d'émotions sont palpables à la lecture de ce roman, très bien documenté, tant sur le plan historique que régional, qui met à l'honneur le laborieux et dangereux travail des mineurs de fond ainsi que les différences de classes sociales.

 

J'ai beaucoup souri en lisant les dialogues exprimés par l'auteur en patois, du fait de mes racines et qui m'ont rappelé certains mots employés par mon grand-père maternel qui était mineur dans le Pas-de-Calais, région chère au cœur de l'auteur.. J'ai également tremblé pour le sort de Patou et j'avoue avoir eu la larme à l’œil et des frissons à la découverte du dénouement de cette histoire...

 

J'ai ADORE ce livre bouleversant qui fût pour moi un COUP DE COEUR, ayant pour thèmes la différence, l'amitié, l'amour, l'importance des petits bonheurs de la vie, que j'ai lu pratiquement d'une traite ne pouvant me résoudre à le refermer et que je vous recommande vivement.

Excellent moment de lecture !

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "Quai des Chartrons"

« QUAI DES CHARTRONS »

Jean-Paul MALAVAL

PRESSES DE LA CITE

TRESORS DE FRANCE

23 août 2018

397 pages

 

Présentation

 

Fidèles à la tradition viticole de leurs pères, les cousins David et Gaspard font l'acquisition d'une belle propriété dans le Médoc. En 1900, à l'Exposition universelle de Paris, le clos-marzacq, fruit de leurs récoltes, reçoit une médaille d'or. Dès lors, ils affichent clairement leur ambition : entrer dans le monde très fermé des négociants et conquérir de nouveaux marchés. Il leur faut donc accéder au quai des Chartrons à Bordeaux, sésame pour l'Angleterre et les Etats-Unis...

Gaspard et David sauront-ils conforter leurs succès et leur fulgurante ascension malgré l'épreuve du temps ? Leurs liens profonds, leurs amours aussi, pour Hélène et Constance, y résisteront-ils ?

 

Quai des Chartrons fait revivre le Bordelais viticole et portuaire du début du XXème siècle, et exalte la passion d'hommes amoureux de leur terre, soucieux d'en tirer le meilleur vin.

 

L'auteur

 

Jean-Paul MALAVAL inspiré par sa terre corrézienne, natif de Brive, a également écrit sur les Cévennes et le Luberon. On lui doit de nombreux romans, notamment Une Famille française, le Notaire de Pradeloup, l'Armoire allemande et l'Honorable Monsieur Gendre, parus aux Presses de la Cité.

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Laetitia de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Quai des Chartrons », roman de Jean-Paul MALAVAL auteur dont j'ai lu la plupart des romans.

 

 

 

L'auteur nous transporte en 1880 et conte le destin d'une famille de vignerons corréziens partie émigrer dans le Médoc, leur passion pour la viticulture et leur fidélité aux traditions familiales en ce domaine.

 

Jean-Paul MALAVAL, comme à son habitude, décrit à merveille les protagonistes de son roman et nous fait également découvrir les mentalités bourgeoises de l'époque, mélant l'histoire de cette famille qui est confrontée à de multiples difficultés, à l'Histoire de notre pays dans la région bordelaise.

 

J'ai lu avec plaisir ce roman historique régional qui passionnera, j'en suis certaine, les amateurs et connaisseurs de bons vins.

 

Bon moment de lecture.

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui dimanche voici ma chronique concernant : "ANA ET LE TEMPS D'AIMER"

« ANA ET LE TEMPS D'AIMER »

Marie-Claude GAY

Editions DE BOREE

13 septembre 2018

288 pages

 

Présentation

 

Après une guerre interminable et meurtrière, la France relève la tête et Paris redevient la capitale des arts et de lettres. Si elle vénère la tragédienne Sarah Bernardt, elle accueille à bras ouverts, écrivains Américains fuyant la prohibition tel Ernest Hemingway, le photographe Man Ray, le peintre Japonais Tsuguharu Foujita, et tant d'autres artistes venant de l'Est. Léo Paillet, célèbre couturier du Tout Paris, et Ana, sa compagne, le côtoient à La Closerie des Lilas, au Dôme, et dans tous les lieu festifs de la capitale où ils tentent, ensemble, de faire naître un monde nouveau.

 

En août 1923, Léo et Ana, native de la Terre de feu, embarquent à Bordeaux pour l'Amérique du Sud, rejoindre Ushuaïa célébrer leur mariage. Le voyage sur la paquebot Massilia est long et pendant ces trois semaines, la vie du bateau s'avère animée : intrigues, rites du passage de l’équateur, couples qui s'aiment ou se déchirent. Lors de la première escale, le couple découvre Dakar et la beauté de l'Ile de Gorée, autrefois sinistre lieu de rassemblement d'esclaves africains en partance pour l'Amérique. Mais la magie du lac rose, adoucit ces cruels souvenirs. A leur retour d’Ushuaïa, les jeunes mariés retrouvent leur maison de haute couture aux mains d'un suppléant indélicat. A l'instar de Gabrielle Chanel, Ana ouvre une boutique à Deauville où elle fait une douloureuse découverte qui la force à fuir, ce qui ne sera pas sans conséquences sur sa vie future. Réfugiée à Bordeaux, elle tente de se reconstruire. Par le plus grand des hasards, elle y retrouve un jeune Basque rencontré sur le bateau, qu'elle pourrait aimer si le souvenir récurrent de Léo ne la poursuivait pas. De rebondissement en rebondissement, le destin d'Ana va basculer vers l'inattendu, et la surprise finale n'en sera que plus étonnante.

 

 

 

 

L'auteure

 

Après une carrière enrichissante de directrice d'un organisme de formation, Marie-Claude GAY est aujourd'hui l'auteur de nombreux romans à succès. Alliant vivacité de plume et style bien trempé, le femmes sont au cœur de cette intrigue.

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions DE BOREE et en particulier Virginie de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Ana et le temps d'aimer », roman de Marie-Claude GAY, auteure dont j'avais découvert la plume vive et élégante lors de la lecture de son précédent ouvrage « Les folles années d'Ana ».

 

Si vous n'avez pas encore lu « Les folles années d'Ana » cela n'est pas, à mon avis, un problème du fait que l'auteure fait, dans la suite, quelques retours en arrière, permettant de mieux comprendre l'histoire.

 

Nous sommes donc en 1922. Ana et Léo sont propriétaires d'une maison de haute couture et après un mariage civil, souhaitent s'unir religieusement à Ushuaïa, terre de naissance d'Ana.

 

Marie-Claude GAY nous fait partager le quotidien, les multiples péripéties et les rencontres du couple au cours du voyage en bateau entre Bordeaux et Ushuaïa. Ana est une jeune femme naïve qui se laisse dominer par son époux jaloux et possessif jusqu'au jour où...

 

L'auteure décrit à merveille les lieux traversés, les vêtements portés par Ana, les tendances culturelles de l'époque.

 

J'ai bien aimé ce roman d'amour bien documenté sur les plans historique, régional, cultuel et culturel, mettant à l'honneur l'émancipation de la femme dans les années 20. J'aurais toutefois apprécié que Marie-Claude GAY nous raconte le séjour du couple à Ushuaïa, et le fait d'avoir occulté cet épisode m'a un peu frustrée.

 

Bon moment de lecture.

 

Voir les commentaires

Bonsoir aujourd'hui vendredi voici ma chronique concernant : "LES CHEMINS DE PROMESSE"

« LES CHEMINS DE PROMESSE »

Mireille PLUCHARD

PRESSES DE LA CITE

TERRES DE FRANCE

20 septembre 2018

544 pages

 

Présentation

 

« Le mas et les terres te reviendront de droit, fils. »

 

En ce milieu de XIXè siècle, Lazare Pradier, fier Cévenol, entend bien dicter les chemins de vie de ses enfants, Adélie et Aubin : le mariage pour l'une, le mas du Castanhal pour l'autre. Au grand dam de son épouse Blanche qui souhaite leur ouvrir d'autres horizons et leur distille dans l'ombre son précieux savoir hérité d'un vieil abbé.


Mais, à vingt ans, Aubin, le cœur brisé par la belle Valentine, veut prendre en main son destin.


C'est son père qui décidera pour lui et, contre toute attente, il l'expédie sur le chantier du chemin de fer de Villefort à Brioude.

 

Ainsi débute l'aventure du rail en Cévennes pour Aubin, l'héritier désigné du Castanhal, un long chemin d'apprentissage. Et de promesse....

 

 

L'auteure

 

Mireille PLUCHARD signe des sagas où l'Histoire tient une place prépondérante. Elle a publié aux Presses de la Cité Le Miroir d'Amélie, Le Choix de Diane, Le Puits sans-nom et Les Souffleurs de rêves qui se déroulent tous au cœur des Cévennes.

 

Mon avis

 

Je remercie PRESSES DE LA CITE et en particulier Yéléna de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Les Chemins de promesse », roman de Mireille PLUCHARD.

J'ai ainsi découvert la plume majestueuse et fluide de cette auteure. La très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée.

 

Mireille PLUCHARD nous transporte au milieu du XIXème siècle, époque où la révolution industrielle se met en marche et ainsi, la construction de la ligne de chemin de fer Paris-Méditerranée est imminente.

 

L'auteure nous conte donc l'histoire de la famille Pradier, paysans cévenols : Lazare le maître du Mas Castanhal, Blanche son épouse, Adelie leur fille et Aubin leur fils.

 

Nous assistons au voyage initiatique d'Aubin et partageons la vie o combien difficile du monde rural à cette époque, nous emportant sur le chemin vertigineux du progrès...

 

Les personnages sont authentiques, attachants et ne sont pas sans nous rappeler nos ancêtres. A la lecture des mots de Mireille PLUCHARD, beaucoup de sentiments sont palpables tels que l'amour et l'amitié.

 

J'ai bien aimé ce roman émouvant, très bien écrit, extrêmement bien documenté tant sur le plan historique que régional, dont les multiples rebondissements tiennent vraiment le lecteur en haleine jusqu'au dénouement.

 

Très bon moment de lecture.

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui vendredi voici ma chronique concernant : "LES PARFUMS D'IRIS"

« LES PARFUMS D'IRIS »

Florence ROCHE

PRESSES DE LA CITE

TERRES DE FRANCE

4 octobre 2018

400 pages

 

 

Présentation

 

Dans sa modeste officine, Hippolyte a transmis beaucoup de son savoir des plantes à sa fille Iris. Mais rien de son passé ni de ses secrets..


Qu'est-ce qui lui vaut d'être empoisonné ce jour de juillet 1965 ? En danger elle aussi, la jeune fille doit fuir sous une nouvelle identité.

 

A l'Institut des parfumeurs d'Aix-en-Provence, Iris étudie d'art subtil des fragrances. Douée, passionnée, elle s'initie nuit et jour aux exigences du métier de « nez ». Lors de son apprentissage, elle rencontre Armand, issu de la prestigieuse lignée de parfumeurs Dorian. Son charme, puissant, opère sur elle immédiatement..


Pourtant, elle n'a pas oublié les derniers mots de son père : « Pars très loin, et n'approche jamais la famille Dorian... »

 

Un roman au parfum envoûtant auquel se mêlent les notes troubles d'une famille à l'histoire pleine d'ombres...

 

L'auteure

 

Née au Puy-en-Velay, Florence ROCHE a étudié l'histoire à la faculté de Saint-Etienne. Elle a notamment publié La Trahison des Combes, L'Ecole du lac, La Réfugiée du domaine et dans la collection Trésors de France Les Carnets d'Esther.

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions PRESSES DE LA CITE et en particulier Laetitia de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Les Parfums d'Iris », roman de Florence ROCHE. Je remercie également l'auteure pour sa gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.

 

La très jolie couverture et le résumé très alléchant m'ont de suite interpellée. Il faut dire que j'ai lu pratiquement tous les romans de Florence ROCHE, tant j'aime sa plume fluide et délicate.

 

L'auteure nous conte donc une histoire contemporaine, celle d'Iris et de sa famille. Ainsi, nous suivons notre héroïne qui, depuis le décès de son père en Bretagne, dans des circonstances troublantes, n'aura de cesse de démasquer le responsable de cette mort, de suivre les traces d'Hippolyte en devenant « nez » au sein de la parfumerie familiale située à Grasse et de découvrir ses origines...

 

Florence ROCHE nous emporte dans un récit envoûtant qui embaume les herbes puis les délicieuses fragrances des parfums de la famille Dorian. L'auteure mêle l'histoire d'une famille et ses secrets bien cachés aux pages sombres de notre Histoire, en l’occurrence celles du nazisme pendant la Seconde Guerre Mondiale et aborde le sujet effrayant des « Lebensborn ».

 

J'ai ADORE ce très beau roman, sublimement écrit, que j'ai lu d'une traite ne pouvant me résoudre à le quitter tant j'avais envie d'en connaître le dénouement, au demeurant fort surprenant, mais je vous laisse le découvrir par vous-même.

 

J'avoue avoir eu des frissons à la lecture de certains passages et la larme à l’œil en refermant ce livre....

 

Un excellent moment de lecture !

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mardi voici ma chronique concernant : SOUVENIRS DE MADAME SAND

« Souvenirs de Madame Sand »

Guillaume TROTIGNON

MARIVOLE EDITIONS

21 JUIN 2018

385 pages

 

Présentation

 

En ce début de XIXème siècle, nombreux sont les défis qui attendent la fille des Chapelin, Jeanne. Mariée avec un laboureur, elle s’installe loin de Louvet, dans le petit village de Nohant, en Berry. Là où précisément habite une certaine Aurore Dudevant qui deviendra la romancière George Sand.

 

Amie de la célèbre écrivaine, Jeanne a la chance unique de fréquenter les plus grands artistes du XIXe siècle : Musset, Delacroix, Chopin, Flaubert… et de découvrir la femme de lettres sous un jour nouveau.

 

Tout aurait pu être paisible. Hélas, c’était sans compter la présence troublante du duc Louis-Alexandre de Nuys qui n’a rien oublié des vieilles querelles de famille… 

 

Ce nouvel opus, qui peut se lire de manière indépendante des précédents, transporte le lecteur dans un XIXe siècle étonnant, où se mêlent arts et révolutions : on y croise tour à tour des écrivains, des artistes mais aussi des révolutionnaires et des hommes politiques comme Napoléon III.

 

L’auteur

 

Ce roman est le tome 4 de la série Le temps des blés.


Lauréat du 1er prix Lions Club de la Région Centre (année 2016) pour Le temps des blés, diplômé d’Histoire et ancien élève de Sciences-Po Paris, Guillaume Trotignon enseigne le français en Corée.

Au travers de sa quadrilogie qui s’étend du début du XVIIIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle, il nous fait revivre avec talent l’histoire du Berry et de la France. Sa saga retrace génération après génération les vies de deux familles, l’une paysanne, l’autre aristocrate.

 

XVIIIe siècle (1) : Le temps des blés
XVIIIe siècle (2) : Le fils des Lumières
XIXe siècle (3) : Le cavalier de la Révolution
XIXe siècle (4) : Les souvenirs de Madame Sand


 

 

 

 

Mon avis

 

 

Je remercie MARIVOLE EDITIONS et en particulier Céline de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Souvenirs de Madame Sand », roman de Guillaume TROTIGNON.

 

Bien que n'ayant pas lu les premiers tomes de cette saga historique, retraçant la vie de deux familles berrichonnes au travers plusieurs générations, l'une paysanne, l'autre aristocrate, je me suis sentie de suite emportée par cette magnifique histoire.

 

Guillaume TROTIGNON nous emmène donc dans le Berry, début XIXème siècle où Jeanne Chapelin, l'héroïne de cet opus, s'installe à Nohant et noue des liens d'amitié avec Aurore Dudevant qui deviendra George Sand.

 

Au travers du destin ô combien extraordinaire de Jeanne, nous découvrons les liens particuliers qui l'unissent à la romancière mais également les artistes et personnalités tels que Chopin, Musset, Flaubert, Delacroix, Napoléon III qui ont fait partie de la vie de George Sand.

 

L'auteur dresse un portrait remarquable de la romancière, d'un côté femme courageuse, volontaire, talentueuse qui a réussi à s'affirmer dans le monde des lettres alors réservé à la gent masculine mais également femme fragile, perturbée dans son enfance par la guerre d'Espagne et le décès accidentel de son père, épouse trompée, éprise de liberté, qui aura de nombreuses aventures amoureuses et traversera des crises existentielles durant lesquelles elle se réfugiera à Nohant, son havre de paix..

 

Notre héroïne Jeanne est un personnage fort attachant et au travers de l'histoire de sa vie, nous rencontrons le duc Louis Alexandre de Nuys, ennemi de la famille Chapelin, Louis-Napoléon Bonaparte, à une période de l'Histoire peu connue que fut « le coup d'Etat ».

 

 

 

 

L'écriture est fluide et élégante et j'avoue avoir fait durer le plaisir et savouré les jolis mots de l'auteur, n'ayant aucunement hâte de refermer ce livre....

 

La férue d'Histoire que je suis, passionnée par George Sand, grande écrivaine qui m'a donné l'amour de la lecture, n'a pu qu'être séduite par cet ouvrage, fort intéressant, extrêmement bien documenté tant sur le plan historique que culturel, quelque peu romancé certes, mais avec lequel j'ai passé un excellent moment de lecture et quitté à regret.

 

Je lirai assurément d'autres livres de cet auteur !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Voici ma chronique concernant : "LE FILS PERDU"

« LE FILS PERDU »

Martial MAURY

TERRE D'HISTOIRES

CITY EDITIONS

2017

268 pages

 

Présentation

 

« Ses parents, en la chassant de chez eux, lui ont fait le plus

beau des cadeaux : la liberté. »

 

Sur la photographie jaunie d'un vieux magazine, Olivier reconnaît Lili, sa grand-mère. L'article la présente comme une actrice connue dans les années 40. Pourquoi n'a t-il jamais rien su de ce passé ? Et pourquoi, dans le village du Périgord où sa grand-mère a fini sa vie, personne n'en parle jamais ?

 

La découverte de cette photographie conduit Olivier sur les pas d'une jeune fille de la haute société bordelaise. Dans les années 1900, Lili avait déshonoré sa famille et son père l'avait mise à la porte. Elle avait alors changé de nom et refait sa vie avec un officier de marine.

 

Quand Olivier découvre la véritable histoire de ses grands-parents, il porte progressivement un autre regard sur sa famille. Et il perce peu à peu les secrets qui ont pesé comme une cape de plomb sur les générations....

 

L'auteur

 

Correspondant de presse, essayiste, romancier, Marital MAURY est l'auteur de plusieurs romans, notamment Les amants maudits de Dorlian et l'héritage des Restiac. Périgourdin de naissance et de cœur, c'est dans cette région qu'il situe ses romans dans lesquels le présent et le passé s'entremêlent.

 

Mon avis

 

Je remercie TERRE D'HISTOIRES – CITY EDITIONS et en particulier Maryline de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Le fils perdu », roman de Martial MAURY et de découvrir la plume fluide et légère de cet auteur.

 

Martial MAURY, en alternant son récit sur deux périodes : l'époque actuelle et celle entre deux-guerres et en utilisant, pour la compréhension du lecteur, des caractères distincts, en italique pour la partie ancienne et en normal pour celle d'aujourd'hui, nous emporte de Dorliac en Périgord à Blaye en 1900 mais également à Hollywood en 1938.

 

D'un côté il nous conte la vie de Lili, qui après avoir été chassée par son père, quitte la Gironde et se rend à Hollywood où elle deviendra une actrice célèbre et d'un autre il nous fait suivre les recherches effectuées par Olivier, notaire, qui lorsqu'il découvre une photo représentant sa grand-mère entourée de stars Hollywoodiennes dans un journal ancien, n'a de cesse de découvrir les secrets de sa famille.

 

J'ai bien aimé ce roman émouvant et très bien écrit, mêlant l'Histoire au terroir que j'ai lu pratiquement d'une traite et que je recommande vivement aux passionnés de généalogie.

 

Bonne lecture !

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui dimanche voici ma chronique concernant : "L'ETOFFE DES JOURS"

« L'ETOFFE DES JOURS »

Mireille PLUCHARD

Editions DE BOREE

Terre de Poche

Mars 2018

672 pages

Présentation

 

Fils de riches commerçants en tissu, Paul-Marie n'a d'yeux que pour la belle et audacieuse Amandine. Le coup de foudre est réciproque mais les parents n'ont-ils pas d'autres projets pour leurs enfants ? Et la France ne va-t-elle pas se réveiller un matin d'août 1914, au son de la mobilisation générale ?

 

Les élégances, toutes les élégances, celles qui s'exposent et parachèvent la femme et celles silencieuses et bouleversantes du cœur, se révéleront dans la générosité, l'amitié, l'amour et dans la souffrance quand arriveront les sinistres télégrammes du front. Mais Amandine est riche d'idées novatrices et souhaite créer un rayon de prêt-à-porter au sein de la boutique familiale.

 

 

Extraits

« Amandine était tout cela : irritante, prodigieuse

et incroyablement finaude.

 

  • Voulez-vous faire quelques pas avec moi, Mademoiselle ? Je crois que mon frère et votre amie ont.. des choses à se dire.

    Coralie regarda Amandine. Les yeux de cette dernière manifestaient son approbation. Paul-Marie attendit que le jeune couple fût à bonne distance et vint s'asseoir tout près d'Amandine. Il lui prit la main.

  • Je vous ai dit mon nom, jolie demoiselle, mais je ne connais pas le vôtre.

  • Amandine. Amandine Malauthier.

  • Amandine ! C’est beau comme une friandise, c'est à croquer. Comme vous.

  • Je ne me laisse pas croquer par un inconnu, Monsieur. Par personne, d'ailleurs ! »

 

L'auteure

 

Le goût d'écrire est venu à Mireille PLUCHARD lors de ses recherches généalogiques. Est née alors une trilogie, la saga des Teissier, narrant la vie de sept générations de ses ancêtres. Passionnée d'Histoire et d'histoires, Mireille PLUCHARD brosse les portraits de personnages attachants et sait entraîner le lecteur dans des intrigues palpitantes.

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions DE BOREE et en particulier Virginie de m'avoir permis de lire, en service de presse, « L'Etoffe des jours », roman de Mireille PLUCHARD. J'avais découvert la très belle plume de cette auteure lors de la lecture de ces livres que j'ai beaucoup aimés : « Le petit bâtard » et « Le miroir d'Amélie ».

 

Mireille PLUCHARD nous transporte à Alais (Alès) en 1894 où nous faisons la connaissance des Malauthier et nous conte le destin de cette famille et plus particulièrement celui d'Amandine, la cadette, jeune femme audacieuse, courageuse et déterminée. Face aux nombreux drames de la Première Guerre Mondiale, Amandine réussira-t-elle à mener à bien ses projets ?

 

 

Tous les personnages de ce roman sont attachants et tellement bien décrits par l'auteure qu'ils sont émouvants et authentiques.

 

Dès les premières lignes je me suis laissée emporter par cette histoire prenante, extrêmement bien écrite, romantique à souhait où se côtoient la souffrance et les malheurs de la guerre, la volonté des femmes et leur désir d'émancipation à l'époque mais aussi l'élégance des jolis tissus et des vêtements féminins.

 

De nombreux sentiments sont présents tels que l'amour, l'amitié, la fidélité, la générosité et la bonté.

 

J'ai ADORE ce magnifique roman régional historique que j'ai dégusté avec grand plaisir et dont j'ai tourné la dernière page à regret...

 

Un excellent moment de lecture.

 

Voir les commentaires

Bonsoir aujourd'hui vendredi voici ma chronique concernant : LES BRUMES DE VOUVRAY

« LES BRUMES DE VOUVRAY »

Karine LEBERT

Editions DE BOREE

Terre de poche

mars 2018

352 pages

 

Présentation

 

Jade et Léa Laurenty vivent et travaillent sur le domaine viticole appartenant à leur famille depuis plusieurs siècles. Léa, agronome, cultive la vigne avec Dimitri, son mari oeunologue. Jade est célibataire et gère la maison d'hôtes à côté du château. Passionnée d'histoire, Jade creuse dans le passé familial, contre l'avis de Léa qui souhaiterait garder secrets les vieux souvenirs, alors que le quotidien au domaine est toujours plus agité et que le lien entre les deux sœurs est de plus en plus ténu. Mais Jade s'intéresse à des faits très anciens qui auraient scellé à jamais le sort de sa famille...

 

 

Extraits

 

Ignorer le passé, c'est aussi raccourcir l'avenir.

 

  • « D'après mes informations, déclara Jade, pas mécontente de prouver à sa sœur que ses recherches généalogiques possédaient leur utilité, ce cadavre est celui de Gismonde Bloche, épouse Laurenty, qui a vécu au château au XVIIIème siècle.

 

Léa et Dimitri la fixaient d'un air hébété.

  • Il n'y a pas de magie dans ma déduction. Il se trouve que je suis historienne amateur, or le prénom Gismonde correspond à cette ancêtre. J'ai tout lieu de croire qu'elle n'est pas morte d'une chute de cheval comme le prétend l'histoire familiale.

  • Je vais avoir besoin de votre science.

  • Je suis à votre service, inspecteur, dit Jade, non sans malice, car Jules Cornille était visiblement furieux qu'elle se fût introduite ici sans sa permission.

  • Un nouveau corps dans la cave, près des bouteilles de Vouvray.. balbutia Léa, effondrée. Il ne manquait plus que ça pour faire fuir les clients ! »

 

 

L'auteur

 

Karine LEBERT a la passion de l'écriture. Biographe pour des particuliers et correspondante de presse pour Paris Normandie, elle a donné la mesure de son talent de romancière dès son premier livre, Nina et ses sœurs.

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions DE BOREE et en particulier Virginie de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Les Brumes de Vouvray », roman de Karine LEBERT, auteur que je connais de longue date et dont j'ai lu pratiquement tous les romans tant j'apprécie sa plume légère et élégante.

 

Karine LEBERT nous transporte en bord de Loire, à Vouvray en 2012 où deux sœurs Jade et Léa demeurent et travaillent sur le domaine de la famille Laurenty. Jade est déterminée à découvrir les lourds secrets de leur famille et c'est en alternant présent et passé que l'auteur nous fait voyager en 1783 tout en nous dévoilant avec parcimonie quelques informations sur l'histoire familiale...

 

Je me suis sentie de suite happée par les mots de l'auteur qui dans cet ouvrage dépeint à merveille les paysages de Touraine, les vignobles et ajoute une intrigue policière bien menée au dénouement fort surprenant !

 

J'ai pris grand plaisir à lire les passionnantes découvertes historiques de Jade sur l'histoire de ses ancêtres et ainsi de découvrir Guillemette, Gismonde et Eugènie qui comme Jade et Léa sont des personnages attachants. Quant à Benjamin et Aurélie ils m'ont paru énigmatiques....

 

J'ai beaucoup aimé ce roman captivant, très bien documenté sur les plans historique, culturel et régional, mêlant au terroir romance et suspense et avec lequel j'ai passé un excellent moment.

 

Bonne lecture !

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui mercredi voici ma chronique concernant : "UNE PROMESSE BLEU HORIZON"

« UNE PROMESSE BLEU HORIZON »

Véronique CHAUVY

EDITIONS DE BOREE

15 février 2018

315 pages

 

Présentation

 

Fille de petits commerçants, Céleste a trouvé sa voie : couturière douée, elle vend ses créations à l'un des meilleurs modistes du centre-ville. Tout juste fiancée à Firmin, qui travaille, comme beaucoup d'ouvriers de la région, dans le caoutchouc, sa vie semble suivre un chemin tout tracé ; après le mariage, elle pourra enfin se mettre en ménage et mener sa vie comme elle l'entend... D'autant que son père, déçu qu'aucune de ses filles ne reprenne la quincaillerie familiale, semble ne pas approuver ses choix. Mais en ce début de XXe siècle, la guerre va bouleverser les projets de Céleste. Tandis que Firmin est mobilisé et part au front, le bonheur laisse place à l'attente et à l'angoisse...

 

Extraits :

 

« -Qu'est-ce qu'on peut faire ? La grève ? »

 

  • Il pourra dire ce qu'il veut ! Il n'était pas là, hein ? Il est à la guerre ? Et moi, toute seule, pendant ces neuf longs mois, à me faire un sang d'encre, à craindre sans cesse que cette petite devienne orpheline..
     

  • Calme-toi, tu as bien fait …
     

  • Bien sûr que j'ai bien fait ! Nos hommes nous laissent nous débrouiller, on fait tout en leur absence, on travaille à leur place, on fait bouillir la marmite et il faudrait qu'ils nous imposent le prénom de nos enfants ! Nos enfants qu'on a faits toutes seules !

 

 

 

L'auteure

 

Après des études de droit, un début de carrière dans l'administration scolaire, des engagements associatifs, Véronique CHAUVY se lance dans l'écriture. Elle choisit l'Auvergne, sa terre d'adoption depuis plus de vingt-cinq ans, pour planter le décor de ses romans où le destin de ses personnages traverse la grande histoire. « Une promesse bleu horizon » est son premier roman aux Editions DE BOREE.

 

 

Mon avis

 

Je remercie les Editions DE BOREE et en particulier Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Une promesse bleu horizon », roman de Véronique CHAUVY.

 

L'auteure nous transporte en 1914 en Auvergne où nous faisons connaissance avec Céleste, jeune couturière et son fiancé Firmin, ouvrier chez Michelin , qui préparent leur future union.

 

La première Guerre Mondiale éclate et le jeune homme, part au front. Céleste, indépendante et moderne pour l'époque, décide de prendre sa vie en main. Toutefois, réussira-t-elle à ouvrir à nouveau son cœur ?

 

 

L'auteure décrit avec moult précisions la région de Clermont-Ferrand, la vie des soldats dans les tranchées ainsi que celle de ces femmes, courageuses et déterminées qui ont du remplacer les hommes partis au front, pour vivre d'une part et élever dignement leurs enfants, mais aussi pour faire fonctionner les usines du pays.

 

J'ai bien aimé ce roman régional historique, émouvant et porteur d'espoir qui se lit facilement et avec lequel j'ai passé un bon moment de lecture.

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4