Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat pour “garance solveg”

ANNONCE INTERVIEW GARANCE SOLVEG VENDREDI 2 JUILLET -dans la journée - SUR MON GROUPE FB

MESSAGE IMPORTANT A L'ATTENTION DES MEMBRES DU GROUPE : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS

 

Bonjour les amis,

 

Hier VENDREDI 25 JUIN 2021 j'ai réalisé ma 213ème interview.

 

Je vous donne rendez-vous le VENDREDI 2 JUILLET 2021 (dans la journée) pour suivre l'entretien que j'ai eu récemment avec Garance SOLVEG. A l'issue, vous pourrez poser vos questions à Garance qui y répondra selon ses disponibilités.

 

 

A bientôt.

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui samedi voici ma chronique concernant : "CHEVEUX AUX VENTS" tome 1 - Les échappées

« CHEVEUX AUX VENTS »

Tome 1 : Les échappées

Garance SOLVEG

Editions EX AEQUO

30 novembre 2020

177 pages

 

 

Présentation

 

Pour certaines femmes, la liberté se paye au prix du sang. Elles s'appellent Alma, Maïdann, Salomé. Elles sont jeunes. Belles. Pauvres. Dans la riche cité de Staven, elles travaillent comme petites mains pour une société pétrolière. Là, elles peuvent enfin rêver d'une vie meilleure. Une vie libérée de la domination masculine. Salomé, la délurée, économise pour ouvrir un jour son salon de beauté. Alma s'initie à l'art de la danse tandis que sa soeur, la sublime Maïdann, tombe éperdument amoureuse.


Mais dans leur quartier, la colère des hommes couve : une femme ne travaille pas. Elle ne vit pas sans homme à ses côtés. Elle ne porte pas de pantalons, cache sa chevelure sous un chapeau noir. Les tensions montent peu à peu, attisées par l'inquiétant Seht. Nos héroïnes sauront-elles survivre à la terrible menace qui les guette ? Tradition et modernité, désir et frustration, amour et haine s'affrontent dans un engrenage fatal.


Jusqu'à un dénouement qui défie l'entendement. Porté par des personnages inoubliables, le premier volet de ce roman engagé sur la condition féminine vous captivera.

 

L'auteure

 

Garance Solveg a décidé de devenir écrivain depuis sa plus tendre enfance : ça lui est tombé dessus quand elle avait 6 ans et ne l'a plus lâchée ! Après quelques années de blocage, elle pousse enfin la porte d'un atelier d'écriture.


Jonglant avec un emploi du temps bien rempli, elle commence alors à rédiger sa saga féministe en 2 tomes, "Cheveux aux vents". Son ouvrage fait partie des finalistes du Mazarine Book Day 2019, avant d'être publié par les éditions Ex Æquo.


Garance Solveg partage aujourd'hui sa vie entre sa famille, son activité de juriste et sa passion pour l'écriture. Elle a fondé le blog littéraire https://revesdecriture.com/ dans lequel elle partage des techniques et des conseils pour aider les auteurs débutants à aller au bout de leur projet de roman.
Retrouvez toute l'actualité de Garance sur Facebook : https://www.facebook.com/garance.solveg.7
Garance se fera un plaisir de vous répondre si vous la contactez via son blog https://revesdecriture.com/

 

Mon avis

 

Je remercie Garance SOLVEG de m'avoir envoyé, en service de presse, son premier roman « Cheveux aux vents » tome 1 - Les échappées - et ainsi de me permettre de découvrir sa plume fluide et addictive.

 

La très jolie couverture et le résumé fort alléchant annonçant une histoire sur la condition féminine, m'ont de suite interpellée.

 

Je me suis immédiatement sentie happée par les mots de l'auteure qui nous transporte en 1986 à Belrem (village et pays à mon avis imaginaires) où nous faisons connaissance avec Maïdann et Alma. Les deux sœurs, intrépides et inséparables, vivent insouciantes avec leur famille alors que la guerre civile sévit, échappant aux massacres de la population.

 

Les années passent et nous les retrouvons en 1997, jeunes filles soumises à l'autorité paternelle, sans avenir, pauvres, contraintes de s'enfuir pour échapper au mariage forcé d'une d'entre elles. Elles retrouvent alors Thaïs, leur tante, partie dans une cité pétrolière qui embauche des migrantes.

 

Nos deux héroïnes parviendront-elles à s'émanciper et vivre libres dans cette ville ? Echapperont-elles à la domination masculine ?

 

 

Garance SOLVEG décrit à merveille les traits tant physiques que psychologiques des protagonistes de son roman ce qui les rend authentiques et hauts en couleur. L'on ne peut s'empêcher de s'attacher à ces femmes courageuses et déterminées et s'émouvoir face à leur destin, aux  violences et aux discriminations des hommes à leur égard.

 

J'ai ADORE ce magnifique roman fort, dur et tendre à la fois mais tellement réaliste que j'ai lu d'une traite et dont le dénouement m'a vraiment bouleversée.

 

Voici un premier roman fort prometteur. Je vais lire bientôt le tome 2 dont je vous parlerai très vite. Un excellent moment de lecture et un COUP de COEUR pour moi.

 

 

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui jeudi voici ma chronique concernant : "CHEVEUX AUX VENTS" tome 2 - Les indomptées

« CHEVEUX AUX VENTS »

Tome 2 – Les indomptées

Garance SOLVEG

Editions EX AEQUO

Collection Hors-d'Elles

10 mars 2021

251 pages

 

Présentation

 

Comment recommencer à vivre quand on a subi le pire ? Une justice est-elle possible lorsque tous semblent se ranger du côté des bourreaux ?

 

Sept ans ont passé depuis le lynchage des femmes de Staven. Salomé n'a rien oublié, rien pardonné.

 

Epaulée par Sorani et Shayn, ses avocats, elle s'est juré d'obtenir la condamnation de ses agresseurs. Elle s'apprête à témoigner contre eux. Seule.

 

Les autres femmes ont renoncé, rejetées par leurs propres familles, terrorisées par les menaces de représailles. Alma elle-même a tourné le dos à un passé innommable et ne vit plus que dans l'ombre de son mari.

 

La loi du silence règne à Staven et le redoutable Seht, devenu l'homme de pouvoir de la ville, bénéficie de mystérieuses protections.

 

A la veille du procès, le combat paraît perdu d'avance... Mais celles que l'on croit brisées pourraient bien faire preuve d'une force insoupçonnée.

 

Descente aux enfers puis renaissance, le deuxième volet de Cheveux aux vents est un livre bouleversant sur l'amour et la mort, la justice et la vengeance, la déchéance et la rédemption.

 

L'auteure

 

Garance Solveg a décidé de devenir écrivain depuis sa plus tendre enfance : ça lui est tombé dessus quand elle avait 6 ans et ne l'a plus lâchée ! Après quelques années de blocage, elle pousse enfin la porte d'un atelier d'écriture.


Jonglant avec un emploi du temps bien rempli, elle commence alors à rédiger sa saga féministe en 2 tomes, "Cheveux aux vents". Son ouvrage fait partie des finalistes du Mazarine Book Day 2019, avant d'être publié par les éditions Ex Æquo.


Garance Solveg partage aujourd'hui sa vie entre sa famille, son activité de juriste et sa passion pour l'écriture. Elle a fondé le blog littéraire https://revesdecriture.com/ dans lequel elle partage des techniques et des conseils pour aider les auteurs débutants à aller au bout de leur projet de roman.
Retrouvez toute l'actualité de Garance sur Facebook : https://www.facebook.com/garance.solveg.7
Garance se fera un plaisir de vous répondre si vous la contactez via son blog https://revesdecriture.com/

 

Mon avis

 

Je remercie Garance SOLVEG de m'avoir adressé, en service de presse, le second tome de « Cheveux aux vents » Les indomptées. J'ai lu et ADORE le premier opus et j'avais hâte de connaître la suite des aventures de Salomé et d'Alma et de retrouver la plume fluide et addictive de Garance.

 

Ainsi nous retrouvons nos héroïnes qui sont de vraies guerrières et ne peuvent pardonner les agresseurs des femmes de Staven. Elles sont volontaires et se battent afin d'obtenir leur vengeance mais ceci n'est pas facile en ce monde où les hommes sont protégés et les femmes si peu considérées..

Nous assistons donc à leur combat et au procès houleux pour que justice soit faite.

 

L'histoire est belle, l'intrigue bien menée et les nombreux rebondissements tiennent le lecteur en haleine jusqu'au dénouememt.

 

Garance nous offre un ouvrage vraiment émouvant, dur et tendre à la fois, empli d'amour et d'amitié. Elle dresse finement le portrait de femmes fortes, déterminées, combattantes, belles dans tous les sens du terme. Certaines sont devenues mères. Elles ont toutes connu la descente aux enfers et aspirent à la renaissance.

 

Comme ce fut le cas pour le précédent tome, j'ai ADORE découvrir celui-ci. Il faut dire que lire les mots de Garance est un réel plaisir. Cet ouvrage est également pour moi un COUP DE COEUR et je le recommande aux amateurs du genre.

 

 

Je lirai assurément d'autres livres de cette auteure.

 

Un excellent moment de lecture.

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

INTERVIEW REALISEE CE JOUR AVEC GARANCE SOLVEG SUR MON GROUPE FB

GROUPE LECTEURS – AUTEURS :

LA PASSION DES MOTS

__________

 

 

INTERVIEW AUTEURE

Garance SOLVEG

 

 

 

JM : - Bonjour à tous

 

 

Notre amie Garance SOLVEG a accepté, récemment,   de répondre à mes questions.

 

Je partage donc avec vous cette interview, à l'issue de laquelle vous pourrez, si vous le souhaitez, poser vos questions auxquelles Garance répondra selon ses disponibilités.

 

 

JM : - Bonjour Garance

 

Comment vas-tu ? Es-tu prête à « subir mon gentil interrogatoire » ?

 

Garance : Bonjour Joelle. Je vais très bien merci, et je suis prête à passer sur le grill !

 

 

JM : - Question habituelle mais incontournable, peux-tu, tout d'abord, te présenter afin que nos amis puissent mieux te connaître ?

 

Garance : Bonjour à tous ! J’ai 39 ans, j’ai un petit garçon de 6 ans et je suis en train de préparer mon mariage avec le papa de mon fils pour cet été, si le COVID nous le permet !

Dans « le civil » je suis juriste, mais ma grande passion depuis toute petite, c’est l’écriture 😊

J’ai créé le blog Rêves d’Écriture dans lequel je partage des conseils d’écriture pour aider les auteurs à aller au bout de leurs projets de romans.

Et je viens de publier mon premier roman, Cheveux aux Vents, aux éditions Ex Aequo.

 

 

JM : - Peux-tu nous parler en quelques phrases de ton premier roman : “Cheveux au vent” ?

 

Garance : Dans un pays sortant d’une guerre civile meurtrière, la cité pétrolière de Staven fait office d’eldorado. Alma et Maïdann, deux jeunes filles en quête d’une vie meilleure, viennent s’installer dans un de ses bidonvilles. Mais leur émancipation n’est pas du goût des hommes de leur quartier. Nos héroïnes sont loin de se douter qu’elles paieront leur liberté au prix du sang.

 

 

JM : - Sauf erreur de ma part, ce premier roman aborde la condition féminine. Pourquoi ce choix et envisages-tu d'écrire dans un tout autre registre ?

 

Garance :

J’ai toujours été sensible à ce qui touche à la condition féminine

 

Et une chose m’a frappée : de tout temps, il y a eu des violences contre les femmes, des chasses aux sorcières du Moyen-Âge aux tournantes et féminicides de l’époque actuelle. Les violences était justifiées par des accusations de sorcellerie, mauvaise réputation, prostitution… mais c’est bien souvent leur aspiration à la liberté qu’on faisait payer à ces femmes.

 

Mon roman est une exploration moderne du thème de la chasse aux sorcières :

  Des femmes jugées trop libres qui dérangent, par leur mode de vie, leur sexualité, leur manière de s’habiller, leurs aspirations et leurs rêves;

  Les tensions et la violence qui montent peu à peu dans une communauté en butte à la pauvreté, aux frustrations, à des traditions patriarcales ;

  La violence qui se cristallise contre celles qui menacent l’ordre établi par leur émancipation, et qu’on va accuser de tous les maux.

 

Pour autant, j’envisage absolument d’écrire dans d’autres registres. Les artistes que j’admire le plus sont d’ailleurs ceux qui savent se renouveler dans chacune de leurs œuvres.

 

JM : En évoquant ce thème, as-tu souhaité faire passer un message ?

 

Garance : J’ai souhaité dénoncer des injustices et des discriminations encore profondément enracinées dans nos sociétés. Rendre hommage aux victimes. Mais surtout, j’ai voulu délivrer un message d’espoir et de résilience.

Envers et contre tout, les héroïnes de Cheveux aux Vents sont des battantes, et la renaissance les attend au bout du chemin.

Je voulais en finir avec ces préjugés très répandus qui me hérissent profondément, qui veulent qu’une personne victime de violences ou d’un grave traumatisme est « foutue » et que sa vie ne vaut plus la peine d’être vécue.

 

JM : - Dans ce roman y a t-il des personnages qui te touchent particulièrement et qui te ressemblent ?

 

Garance : J’ai une affection particulière pour le personnage d’Alma, qui est peut-être celui qui me ressemble le plus. Sa passion pour la danse rejoint celle que j’éprouve pour l’écriture !

 

JM : - A qui as-tu confié ton manuscrit en première lecture (amie, membre de ta famille, bêta-lecteur ) ?

 

Garance : Ma maman et mon compagnon ont été mes tous premiers et très bienveillants lecteurs.

 

 

JM : - Comment as-tu procédé pour faire éditer ton livre ?

 

Garance : en plusieurs temps 😊 Mon manuscrit a fini dans la short list du Mazarine Book Day, le concours organisé par les Éditions Mazarine. J’ai eu la chance de bénéficier d’un retour précis de la directrice littéraire, qui m’a fait comprendre que mon texte était beaucoup trop long ! J’ai alors entamé un long travail de réécriture afin de resserrer l’intrigue et de donner plus de peps à la narration.

J’ai ensuite démarché quelques maisons dont la ligne éditoriale me semblait correspondre à mon projet, et notamment les éditions Ex Aequo. Leur identité d’« Éditeur militant » m’a tout de suite attirée, de même que le dynamisme que je percevais rien qu’à parcourir leur site internet.

Au final, j’ai reçu des propositions de 2 maisons d’édition différentes, et j’ai choisi celle d’Ex Aequo.

 

JM : - As-tu d'autres projets d'écriture et peux-tu nous en dire quelques mots ?

 

Garance : oui, j’ai d’autres projets d’écriture. Je ne m’étendrai pas dessus par superstition, mais on sera dans des genres et des univers totalement différents de Cheveux aux vents 😊

 

 

JM : - Que représente pour toi l'écriture ?

 

Garance : Une merveilleuse manière de plonger dans des univers nouveaux, de dire la laideur du monde mais aussi son ambiguïté et sa beauté, de rendre l’existence encore plus dense et encore plus riche… Bref, de vivre mille vies en une.

 

 

JM : Comment écris-tu (sur des carnets, cahiers, fiches, écriture directe sur l'ordinateur) ?

 

Garance : je collectionne les carnets, j’ai d’ailleurs un faible pour ceux de la marque Paperblanks, tellement poétiques et précieux. Après une première phase très papier, je passe vite à l’ordinateur, nécessaire pour clarifier mes idées et m’empêcher de partir dans tous les sens.

 

JM : -Lorsque la situation sanitaire le permettra, envisages-tu de participer à des séances de dédicaces, de rencontrer tes lecteurs et lectrices ?

 

Garance : oui, ce serait un grand honneur pour moi. Quoi que je serais assez intimidée je pense !

 

JM : Es-tu sensible à la critique littéraire et penses-tu que les blogs, les réseaux sociaux aident les écrivains à promouvoir leurs écrits ?

 

Garance : Je suis assez sensible à la critique, je mets toujours un peu de temps à « encaisser » et puis je me dis que c’est le lot de tous les auteurs, même les plus reconnus. Alors je relativise 😊 De toute façon, la vraie question est plutôt : est-ce qu’une mauvaise critique devrait m’empêcher de continuer à écrire ? La réponse est définitivement non.

 

Les blogs et les réseaux sociaux sont en effet efficaces pour aider les écrivains à promouvoir leurs écrits. Les blogueurs littéraires ont une audience qui leur fait confiance et qui a une appétence pour la découverte de nouveaux livres. Quant aux réseaux sociaux, ils permettent aux auteurs de partager leur quotidien et leur univers créatif. Je pense que les lecteurs apprécient cette spontanéité, cette manière d’avoir accès aux « coulisses » de l’écriture d’un livre et d’en découvrir plus sur la personnalité des auteurs.

 

 

JM : - Que penses-tu de l'édition numérique ? (avantages – inconvénients)

 

Garance : J’en pense beaucoup de bien. Pas de problème de stockage, prix attractifs… Après, je suis quand même une grande fan des versions brochées. J’adore feuilleter un livre que j’ai apprécié, revenir sur certains passages, griffonner dans la marge, surligner… Avec mon Kindle, je suis vite perdue !

 

 

JM : - Quels sont tes auteurs préférés ? Et quel est ton dernier coup de coeur littéraire ?

 

Garance : Mes auteurs préférés sont Shan Sa, Carole Martinez, Khaled Hosseini, Nadia Hashimi.

Mon dernier coup de cœur littéraire est un livre de Karine Giebel, Jusqu’à ce que la mort nous unisse. C’est drôle car je lis assez peu de thrillers ou de romans noirs, mais j’ai été complètement happée par l’écriture de Karine Giebel. En gros, impossible de reposer un de ses bouquins une fois qu’on l’a commencé. Sa plume est addictive.

 

 

JM : - Quel livre découvert dans ton enfance t'a donné l'envie d'écrire ?

 

Garance : Le château de mon père de Marcel Pagnol.

 

 

JM : - A quelle époque aurais-tu aimé vivre ?

 

Garance : En dépit de toutes ses imperfections, je pense que notre époque a quand-même de bons côtés. Et franchement, comment vivre sans Internet ? Je me demande si j’en serais encore capable 😊

 

 

 

JM : - Quel est ton film, ta série culte ?

 

Garance : Ma série culte est la Servante écarlate. La thématique ne pouvait que me fasciner, et l’intensité des acteurs me donne des frissons.

Mention spéciale aussi pour Game of Thrones pour la richesse de son univers et la complexité psychologique de ses personnages.

 

JM : - Quel genre de musique écoutes-tu et écris-tu en musique ?

 

Garance : j’écoute un peu de tout, à part de la musique classique. Je n’écris en musique que si j’ai besoin de me connecter à une émotion particulière. Par exemple, si je dois écrire une scène de rupture, rien de plus efficace pour me plonger dans ce mood que d’écouter la musique que j’écoutais moi-même après avoir rompu avec mon premier amour.

 

 

JM : - En dehors de l'écriture quelles sont tes passions ?

 

Garance : passer du bon temps avec mon fils et mon compagnon. Cuisiner. Voyager. Faire du shopping !

 

 

JM : - Quel est ton proverbe préféré ?

 

Garance : Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer.

 

 

JM : - Si tu étais un fruit, une couleur, une fleur, un animal, un dessert ? Tu serais :

 

Garance :

 

Un fruit : une fraise

Une couleur : vert

Une fleur : un lilas

Un animal : un chat

Un dessert : un éclair au café

 

 

JM : - Si tu devais partir sur une île déserte quel objet incontournable à tes yeux emporterais-tu ?

 

Garance : Un livre ! Sûrement un de Louise Hay sur la pensée positive.

 

JM : - Quel mot te définit le mieux ?

 

Garance : persévérante.

 

 

JM : - As-tu quelque chose à ajouter ?

 

Garance : un grand merci Joelle pour ta bienveillance, et pour tout le travail formidable que tu fais sur le groupe.

 

JM : - Merci Garance pour ce très agréable moment passé en ta compagnie.

 

Les amis, vous avez la parole : vous pouvez si vous le souhaitez poser d'autres questions à Garance qui y répondra sous ce post.

 

 

 

 

https://www.facebook.com/garance.solveg.7

 

Voir les commentaires

« L'ECOLE DU LAC »

« L'ECOLE DU LAC »

Florence ROCHE

CALMANN-LEVY

FRANCE DE TOUJOURS ET D'AUJOURD'HUI

Janvier 2016

352 pages

 

 

RESUME :

 

Dans l’entre-deux-guerres, Garance est nommé maître d’école dans un petit village de la Haute-Loire. Il a pour élève Antoine, arrivé de Paris avec sa mère, Éva Mess, une célèbre créatrice de mode. Éva est venue se reposer à la campagne après la mort de son frère, tué dans un accident d’automobile dont elle se sent responsable.


La santé mentale d’Éva suscite l’inquiétude. On la dit en proie à des visions, à des accès de délire. Garance, qui est tombé sous son charme, n’observe rien d’alarmant dans son comportement. Jusqu’au jour où elle lui confie que son frère décédé vient lui rendre visite…


L’instituteur est placé devant un terrible cas de conscience : au risque de pousser Éva plus loin dans le désespoir, ne devrait-il pas demander à ce qu’on lui retire la garde de son garçon ? Il ne sait pas encore dans quel effroyable piège Éva est tombée…
 

L'AUTEUR :

 

Née au Puy-en-Velay (Haute-Loire) en 1972, Florence Roche a fait des études d’Histoire à la Faculté de Saint-Étienne. Elle enseigne actuellement au collège Lafayette au Puy-en-Velay. Elle vit à Saint-Julien Chapteuil et partage son temps entre l'enseignement, l'écriture et sa famille (mariée, trois filles).
 

AVIS :

J'ai emprunté ce roman de Florence ROCHE à la médiathèque de mon village l'année dernière et j'ai ainsi découvert la plume simple et poétique de l'auteur. J'ai de ce fait lu plusieurs de ses romans dont j'ai déjà parlé précédemment.

 

Nous sommes dans la Haute-Loire, période entre deux guerres et nous faisons la connaissance de Garance, jeune maître d'école qui tombe amoureux de la mère d'un élève. Une machination infernale guette tous les personnages attachants de ce livre que j'ai quittés avec regret dès la dernière page tournée....

 

L'écriture est belle. L'histoire est fort bien documentée sur le plan historique et régional, l'atmosphère de la classe et le travail du maître d'école tellement bien décrits que l'on se sent transporté à l'époque ! Le suspense est constant et l'on ne peut être insensible aux problèmes rencontrés par Eva.....

 

Très bon roman à découvrir absolument !


 

 

Voir les commentaires