Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat pour “comme une aurore dans la brume”

Bonjour aujourd'hui lundi voici ma chronique concernant : "M comme MUG"

« M COMME MUG »

Muguette et Jasmin

Isabelle-Marie d'ANGELE

Editions AMALTHEE

19 août 2020

246 pages

 

 

Présentation

 

Née un 1er mai, Muguette (ça ne s'invente pas !) est une jeune femme de trente-cinq ans au caractère bien trempé. Encore célibataire, elle travaille dans une agence immobilière en Nouvelle-Aquitaine. C'est là qu'elle rencontre Jasmin de la Rochefleurie, le nouveau directeur des Impôts ! Le coup de foudre est immédiat et réciproque ! Est-ce parce qu'ils portent tous les deux un prénom de fleur ?


Petit-fils d'une famille de viticulteurs, Jasmin habite dans un grand domaine entouré de ses parents, sa sœur et ses grands-parents. Muguette, qui n'est pas connue pour sa diplomatie, devra pourtant tout tenter pour se faire accepter, surtout du patriarche Louis de la Rochefleurie qui règne d'une main de maître sur le domaine.


Mais Muguette et Jasmin sont-ils réellement faits l'un pour l'autre ?



Entre rires et larmes, entre jalousie, découvertes de paternité et liens familiaux, Mug nous entraîne dans une course endiablée pour trouver l'amour, à sa manière ! Un roman coloré et feel-good sur les hauts et les bas d'une relation amoureuse !
 

L'auteure

 

Originaire du Pas-de-Calais, Isabelle-Marie d’Angèle habite aujourd’hui dans le Sud-Ouest de la France avec ses trois enfants. Incorrigible romantique, elle manie sa plume avec humour et sagacité. Boulimique de lectures et d’écritures, elle collectionne les cahiers et les stylos pour noter ce que son regard capte de la vie. M  comme Mug est son premier roman.



 


 

Mon avis

Je remercie Isabelle-Marie d'ANGELE pour l'envoi, en service de presse, de son premier roman « M comme Mug ». J'ai ainsi retrouvé la plume fluide et pétillante de cette auteure découverte lors de la lecture des épisodes de « Muguette fait son show ».


 

Isabelle-Marie d'ANGELE nous conte l'histoire de Muguette, trentenaire, célibataire au caractère fort et énergique, qui vit en Aquitaine et travaille dans une agence immobilière.

Lorsque notre héroïne rencontre Jasmin, ils ressentent tous deux un coup de foudre. Nous découvrons donc la vie tumultueuse de ces jeunes gens, de leurs amis et membres de leurs familles. Il faut dire qu'Isabelle a une imagination débordante et les protagonistes de son roman sont nombreux et portent tous des prénoms très originaux !

 

L'histoire est sympathique, les rebondissements tiennent le lecteur vraiment en haleine. L'auteure aborde, outre les thèmes de l'amour et de l'amitié, les joies et les difficultés rencontrées par les parents, l'adoption, les secrets, les mensonges, la quête d'identité..

 

J'ai beaucoup aimé ce premier roman feel-good prometteur, romantique à souhait et empli d'humour que je vous recommande et avec lequel vous passerez, comme ce fut le cas pour moi, un très bon moment de lecture et de détente.


 

Bravo Isabelle ! J'ajouterai que j'attends avec impatience la suite des aventures de Muguette et Jasmin...


 


 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/


 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com


 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui mercredi voici ma chronique concernant : "COMME UN SOUFFLE DE VENGEANCE"

« COMME UN SOUFFLE DE VENGEANCE »

Alain LEONARD

REVOIR EDITIONS

1er octobre 2020

194 pages

 

Présentation

 

Tous les hommes envient Marc. Quelle chance d'être marié à une si jolie femme, Eve, qui vient d'une famille aisée, pour ne pas dire riche. D'autres diraient que l'argent, finalement, ne fait pas le bonheur. Effectivement, on est pas bien apprécié dans les salons feutrés des hôtels particuliers quand, comme Marc, simple petit employé de banque, on vient de la banlieue parisienne. Avec une épouse qui peu à peu s'éloigne, des beaux-parents qui le détestent, on ne peut décemment pas lui reprocher d'un jour « péter les plombs ». Mais on ne plaisante pas avec « ces gens-là », comme l'a si bien dit Brel. Marc l'apprendra à ses dépends. À moins que...

 

L'auteur

 

Alain Léonard, infirmier dans un hôpital clermontois, s'est mis à l'écriture en 2017. Il est plus connu pour ses romans historiques et de terroir, publiés aux éditions De Borée. Cette fois-ci, avec ce nouveau titre, il change radicalement de style pour écrire une histoire contemporaine. Une sorte de romance à l'aigre-douce, servie par des personnages qui ne laisseront pas le lecteur indifférent. Une plongée dans des milieux aussi divers que les quartiers huppés de la banlieue de Paris, les cités populaires et l'univers psychiatrique. Certaines scènes sont destinées à un public averti.

 

Mon avis

 

Je remercie Alain LEONARD de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, son roman « Comme Un souffle de vengeance ».

 

La jolie couverture et le titre m'ont de suite interpellée. C'est toutefois dans un genre totalement différent de ses précédents romans que l'auteur nous emporte cette fois.

 

Alain LEONARD nous conte l'histoire de Marc, employé de banque qui vit avec son épouse Eve et leur fille Margaux en banlieue parisienne. Au fil du temps, le couple connaît certaines difficultés du fait que Marc et Eve sont issus de milieux sociaux totalement opposés.

Après une énième dispute, Eve quitte le domicile conjugal et se réfugie chez ses parents avec Margaux. C'est alors qu'une descente aux enfers commence pour Marc.....

 

L'auteur décrit avec précision les durs moments pendant lesquels notre héros, au demeurant fort sympathique, se retrouve en service psychiatrique, ses interrogations, ses doutes et son combat pour sortir de l'hôpital afin de retrouver sa fille.

 

Alain LEONARD dresse une fine analyse de la vie de couple. Connaissant parfaitement le sujet, il évoque avec moult détails le milieu hospitalier, la dépression et également les relations familiales, les différences de classes sociales, le désir de vengeance...

 

J'ai bien aimé ce court roman contemporain très original et ponctuée d'une jolie touche érotique, que j'ai lu d'une traite tant l'histoire m’intriguait.

 

Un bon moment de lecture.

 

 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I

 

Voir les commentaires

Bonsoir je partage l'interview que j'ai réalisée ce soir avec Déchéance auteur sur mon groupe FB : lecteurs-auteurs : la passion des mots

GROUPE LECTEURS – AUTEURS :

LA PASSION DES MOTS

__________

 

 

INTERVIEW AUTEUR

Déchéance auteur
Vendredi 13 décembre 2019 à 18 h

(différé)

 

JM : - Bonsoir à tous

 

-Déchéance Auteur a gentiment accepté de se soumettre, ce soir à mes questions.

 

Je partage donc avec vous cet entretien à l'issue duquel vous pourrez, si vous le souhaitez, poser des questions en direct à Déchéance qui y répondra selon ses disponibilités.

 

 

 

JM : - Bonsoir Déchéance

 

Comment vas-tu ? Es-tu prêt à « passer sur mon gril” ?

 

Déchéance Auteur : Hé ! Hé ! Je vais très bien merci. Et toi, es-tu prête à passer un moment avec moi un vendredi 13 ?

 

JM : - Peux-tu, tout d'abord, te présenter afin que nos amis puissent mieux te connaître ?

 

Déchéance Auteur : LOL. Je suis un affreux psychopathe qui écris des trucs atroces ! Non je rigole. Comme je le dis dans ma bio je suis un ancien cadre dans la finance reconverti dans l'agriculture bio après un burn out et deux ans a ne pas pouvoir lever mon cul de mon canapé. J'assume sans complexes une assez piètre opinion de la nature humaine et pas mal de choses à exorciser. Sinon j'ai une femme (méritante), trois filles, deux chiens, trois chats et cinq chevaux (un pour moi, un pour ma femme et un pour chacune des trois princesses).

 

JM : Petite question indiscrète peut-être : “Déchéance” est un pseudo de plume. Quel est ton nom ?

 

Déchéance Auteur : Déduction logique. C'est vrai que Déchéance est un prénom qui ne se donne pas beaucoup et que l'officier d'état civil aurait sûrement fait des histoires si mes parents avaient vraiment voulu m'appeler comme ça ! Pour mon vrai nom je vais sortir mon jocker. Il n'y a que deux personnes à part ma femme et mes filles qui connaissent mon bouquin et savent que je suis Déchéance et je leur ai fait promettre de garder le secret. Pour de bonnes et de mauvaises raisons il en restera ainsi jusqu'à ce qu'un jour, peut-être je décide du contraire si éventuellement je continue à écrire. Et je dois dire que cet anonymat m'amuse beaucoup et me donne une certaine liberté que je pourrais peut-être moins avoir si j'écrivais sous mon vrai nom.

Et chère amie, je suis sûr qu'une question te brûle les lèvres : pourquoi ce pseudonyme ? Eh oui pourquoi ? Parce que ça claque d'enfer ! Et comme je l'ai dit plus haut j'ai dans ma vie personnelle eu une vie d'avant, un gros TILT et j'ai une vie de maintenant. Où est la déchéance là dedans ? Chacun se fera son opinion, la mienne est faite. Eh puis la déchéance, dans mes histoires c'est le point de départ de tout.

 

JM : - Peux-tu nous parler de ton roman ?

 

Déchéance Auteur : Comment mieux en parler que ceux qui l'ont lu? Pour l'instant quatre personnes l'ont chroniqué et elles ont été plutôt enthousiastes. Toutes sont tombées d'accord pour dire qu'il s'agissait d'un bouquin exta gore et assez dérangeant, mais que ce n'était pas du trash pour le trash. Geneviève Montenon y a vu de la subtilité (la flatteuse), Eric le Parc une spiritualité qu'il a qualifié de très moderne (le fayot). En gros c'est l'histoire de Stan, un psychopathe dont on m'a demandé si il s'agissait de Satan mais que je définirais plutôt métaphoriquement comme l'esprit du monde avec toutes ses promesses trompeuses qui nous conduisent à notre déchéance librement acceptée. Stan organise une “Death Party” avec des convives triés sur le volet. L'idée c'est que toutes les heures, l'un des participants est tiré au sort pour vivre une folle dernière heure qui, contre toute attente, se termine après la mort, dans une autre dimention où son âme est supposée être dévorée par ce même Stan et plusieurs de ses accolytes.

 

JM : - Pourquoi as-tu choisi d'écrire un “thriller gore” ?

 

Déchéance Auteur : Je n'ai pas vraiment “choisi”. J'avais et j'ai toujours des tas de trucs à exorciser et c'est venu comme ça. En fait à la base je n'avais pas vraiment prévu d'en faire un livre. C'était une idée comme ça que j'ai couchée sur le papier un soir de déprime, puis l'idée s'est développée peu à peu et elle a fini par devenir ce petit bouquin auquel je n'ai jamais vraiment cru avant que mon ami Eric Le Parc (qui est un pote dans la vraie vie) ne me l'arrache pratiquement sous la torture LOL et ne me convainque d'en faire quelque chose.

 

JM : - As-tu d'autres projets d'écriture et peux-tu nous en dire quelques mots ?

 

Déchéance Auteur : Pas de gros dossier littéraire pour le moment. Je m'étais promis suite à la publication du premier, d'écrire un autre “Death Party” avant la fin de l'année mais pour l'instant l'inspiration ne vient pas. Si. Je participe depuis deux sessions avec un goût immodéré au superbe “petit jeu d'écriture” organisé sur sa page par Sophie Lescuyer et son fameux “boudoir”. Et je recommande vivement ce qui me liront d'y participer ou de venir lire les textes. On peut y découvrir ou y redécouvrir la plume de ses amis auteurs et d'autres personnes. L'ambiance est excellente et la qualité des participations, souvent bluffante. Et en plus il y a à chaque fois un bouquin à gagner. C'est moi qui ai proposé le dernier sujet, directement inspiré par Eric Le Parc et certaines de ses excentricités vestimentaires LOL. Mais le garçon a totalement assumé et s'est même offert le luxe de se moquer de mon look et de ma bagnole. Stan, le personnage principal de Death Party est intervenu dans mes deux participations qui n'y ont pour l'instant pas soulevé l'enthousiasme. L'ambiance n'y est pas au trash. Mais je pense que mon bouquin suivant partira de ces textes.

 

JM : -As-tu des séances de dédicaces prévues prochainement et où ?

 

Déchéance Auteur : Non ! Pour l'instant j'écris incognito donc pas de dédicaces ni de rencontre avec mes légions de fans surexcités. Pas pour l'instant en tout cas.

 

JM : - Es-tu sensible à la critique littéraire et penses-tu que les blogs, les réseaux sociaux aident les auteurs à promouvoir leurs écrits ?

 

Déchéance Auteur : En fait j'aurais facilement tendance à m'en fouttre. Je ne m'attendais vraiment pas à ce que ce bouquin plaise et qu'il ait plu à ses quelques chromiqueurs m'a surpris et flatté. Mais ce n'est à aucun point de vue un bouquin tous publics. Il est susceptible de déplaire et de susciter l'incompréhension. Par contre je ne sais pas si les blogs aident ou non à la diffusion des livres. Je suppose que oui mais je n'ai que peu d'expérience en la matière!

 

JM : - Ecrire est-ce pour toi une passion ou un métier ?

 

Déchéance Auteur : C'est un petit truc que je fais comme ça. Un exutoire et une thérapie peut-être surtoût. Non, certainement pas un métier, pas pour moi en tout cas, ou alors pas pour le moment. D'ailleurs “Death Party” est au prix minimum autorisé par Amazon et je ne gagne donc rien sur les ventes.

 

JM : - Quand écris-tu (le jour, la nuit) et pendant combien d'heures ?

 

Déchéance Auteur : En général le soir jusqu'à ce que l'inspiration me quitte ou que la fatigue ne vienne à bout de ma motivation.

 

JM : - Dans ta prime enfance avais-tu déjà envie de devenir écrivain ?

 

Déchéance Auteur : Non et je n'ai toujours pas cette ambition. Ecrire est pour moi plus un petit plaisir et une thérapie mais ça me viendra peut-être un jour qui sait?

 

JM : Comment as-tu procédé pour faire éditer ton livre et qui a réalisé la couverture de ton ouvrage ?

 

Déchéance Auteur : C'est là qu'intervient le compère Eric Le Parc. Je savais qu'il écrivait des livres et je lui ai avoué lors d'une soirée de dégusation de rhum organisée chez lui que j'avais écrit un bouquin. Il a alors insisté pour le lire, et ensuite pour que je le mette sur Amazon. J'ai alors beaucoup profité de son expérience en la matière pour calibrer mon texte comme il fallait et le mettre en ligne. C'est également lui qui a réalisé la couverture.

 

JM : - Quels sont les auteurs qui t'ont donné l'envie d'écrire ?

 

Déchéance Auteur : Aucun en particulier. Ecrire m'est venu comme ça sans réelle préméditation ni sans qu'un auteur ou un autre me donne spécialement envie de le faire.

 

JM : - Lis-tu ? Si oui quel genre ?

 

Déchéance Auteur : Je lis environ un livre par semaine et au risque de surprendre, peu de livres du style de “Death Party”. Il y a bien sûr les King et les Lovecraft dont j'apprécie beaucoup l'univers mais à part ça beaucoup de livres philosophiques et religieux, des fictions de toutes sortes, policier, aventure SF etc. Jusqu'à il y a peu je ne lisais pas d'autoédités mais je m'y suis mis avec de très belles découvertes à la clé!

 

JM : - En dehors de l'écriture as-tu d'autres passions ?

 

Déchéance Auteur : Ma famille, le cheval, la lecture.

 

JM : - Quel est ton rêve le plus fou ?

 

Déchéance Auteur : Des rêves “fous” j'en ai réalisé des tas dans ma vie d'avant. Aujourd'hui je rêve que mes filles deviennent des personnes comme il faut et vivent avec des personnes comme il faut. La présentation au paternel a été une rude épreuve pour les petits copains respectifs mais les princesses les avaient bien brieffés et ils se sont tous mis direct à me parler canasson et m'ont présenté toutes les “garanties” voulues LOL alors j'ai pas lâché les chiens ni sorti le fusil et le gros sel.

 

JM : - Si tu écrivais tes mémoires quel en serait le titre ?

 

Déchéance Auteur : J'avoue ne pas avoir ce genre de projet ni d'idée de titre pour un tel ouvrage.

 

JM : - Peux-tu nous donner une de tes qualités ? Un défaut ?

 

Déchéance Auteur : Je suis assez jusquauboutiste ce que je considère comme une qualité mais qui peut aussi être un gros défaut.

 

JM : - Quel genre de musique écoutes-tu ? Ecris-tu en musique ?

 

Déchéance Auteur : je suis un grand fan de métal et j'écris bien sûr en musique !

 

JM : - As-tu des animaux de compagnie ?

 

Déchéance Auteur : Comme dit plus haut j'ai deux bergers allemands, trois chats et cinq chevaux.

 

JM : - Es-tu thé ou café ? Fruit ou gâteau ?

 

Déchéance Auteur : Je bois et je mange de tout ou presque LOL, mais surtout du café et des gateaux même si je n'ai rien contre le thé et les fruits.

 

JM : - Souhaites-tu ajouter quelque chose  ?

 

Déchéance Auteur : Un grand merci à toi pour cette sympathique discussion.

 

JM : - Merci Déchéance Auteur pour ce moment passé en ta compagnie.

 

Les amis, vous avez la parole : vous pouvez si vous le souhaitez poser d'autres questions à Déchéance Auteur.

 

 

 

Voir les commentaires

Voici ma chronique concernant : "LA CONFESSION II"

« LA CONFESSION II »

L'histoire de Christophe

EDITIONS NDB

juillet 2018

185 pages

 

Présentation

 

Quatre ans après le drame de la Confession I, nous retrouvons Christophe qui s'interroge.

Ce roman répond aux interrogations posées dans le premier tome. Le lecteur comprendra bien des choses sur ce qui s'est passé avec le père Antoine et pourquoi Christophe a été emmené si vite du presbytère....

 

 

Mon avis

 

Je remercie Henri LACOMBE de m'avoir permis de lire, en avant-première, son roman « La confession II » et d'avoir ainsi pu retrouver avec grand plaisir certains personnages du premier tome.

 

Comme dans tous les romans d'Henri LACOMBE, j'ai apprécié qu'il répertorie en tout début du livre, les noms des nombreux protagonistes qu'il met en scène, ceci permettant au lecteur de les identifier plus aisément.

 

Je me suis laissée portée par cette histoire intéressante, poignante et fort émouvante. L'écriture est fluide, belle, légère et au fil des mots d'Henri LACOMBE, ponctués d'une pointe d'humour, nous découvrons la vie du Père Antoine et celle de Christophe qui sont des personnages vrais, très attachants tout comme Suzette que j'ai beaucoup aimé également.

 

J'ai donc dévoré ce très beau roman sur les souffrances endurées par les enfants orphelins placés en familles d'accueil ou à la DDASS, les bienfaits des thérapies, les remords et la culpabilité. J'avoue avoir eu, à plusieurs reprises, les yeux humides...

 

J'ai vraiment passé un excellent moment de lecture avec ce roman que je vous recommande vivement.

 

Voir les commentaires

ANNONCE INTERVIEW EDITEUR CLARISSE ENAUDEAU, DIRECTRICE LITTERAIRE PRESSES DE LA CITE SAMEDI 25 AVRIL (dans la journée) SUR MON GROUPE FB : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS

MESSAGE IMPORTANT A L'ATTENTION DES MEMBRES DU GROUPE : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS💜

Bonsoir les amis,🙋‍♀️🙋‍♂️

Je vous donne rendez-vous demain samedi 25 avril 2020 (dans la journée) pour suivre l'interview 💻 que j'ai réalisée, récemment, avec Clarisse Enaudeau, Directrice Littéraire PRESSES DE LA CITE – Domaine Français.

Cet échange ne sera pas suivi de questions/réponses comme pour les interviews auteurs, mais vous permettra de connaître Clarisse et le monde de l'édition.😍

A samedi.

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui vendredi je vous propose ma chronique concernant : "100 VIES"

« 100 VIES »

Ludovic SPINOSA

ART EN MOTS EDITIONS

MARS 2018

463 pages

 

 

 

Présentation

 

100 vies, c'est tout simplement l'approche de la mort de 100 vies, à des âges différents, abordant des thèmes comme les accidents, les maladies, les agressions, ou encore les attentats, qui défilent au fil des chapitres, comme les faits divers d'un journal. Ce sont 100 petites histoires de la vie quotidienne avec leurs émotions, leurs angoisses, et leurs peurs. Dans ce livre, je voudrais faire comprendre aux lecteurs que les médias nous habituent à voir de plus en plus d'horreur, que c'est tellement devenu banal, que cela ne nous affecte même plus. La société d'aujourd'hui vit dans la violence verbale et physique, mais personne ne réagit. Alors que tellement de drames pourraient être évités. Il est temps aussi de prendre conscience des choses essentielles de la vie.

Chaque histoire concerne un plan différent, que ce soit environnemental, sentimental, économique, politique, sociétal, en laissant le lecteur avoir son propre avis face à la vie qui l'entoure.

Le défi étant de résumer la vie et la mort d'une personne en seulement deux pages, ne dévoilant aucune identité, ni date ou conversation, lieu géographique, en restant le plus anonyme possible. Je pense que le côté impersonnel de ce livre touchera d'autant plus les âmes les plus sensibles, en relatant des conditions que tout le monde connaît, avec un mélange de faits réels et de fictions, car cela se passe dans notre quotidien, dans des endroits que l'on croit tous connaître par cœur et qui fourmillent de dangers chaque jour.

Le risque est omniprésent, se dressant devant nous à chaque instant comme pour nous prévenir que peut-être aujourd'hui ce sera notre tour. La mort est la fin d'une vie au moment où une autre commence.

 

 

L'auteur

 

Ludovic Spinosa est un autodidacte atypique. Déjà auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine des sciences humaines, il se lance aujourd'hui dans la littérature à travers des romans.

2017 "Tempêtes solaires"
2014 "Je travaille pour qui ? je travaille pour quoi ?"
2014 "Comment devenir riche et réussir dans tous les domaines"
2013 "Une personne ordinaire"

 

Mon avis

 

Je remercie Ludovic SPINOSA de m'avoir permis de lire, en service de presse, son roman « 100 vies ». La couverture de ce livre et la vidéo fascinante m'ont de suite interpellée, ayant pour ma part, peur de la mort...

 

J'ai découvert la plume très agréable de cet auteur lors de la lecture de « Tempêtes solaires », l'année dernière.

 

Dans « 100 vies », Ludovic SPINOSA nous raconte 100 histoires courtes plutôt tristes, parfois effrayantes mais tellement vraies, évoquant un sujet « tabou » : la mort.

 

En effet, ces nouvelles retranscrivent des situations dans lesquelles sont confrontées des hommes, des femmes, des enfants mais qui, comme dans la nature des choses , n'arrivent pas qu'aux autres et finissent plutôt mal. Certes certaines personnes auraient pu éviter de rencontrer, aussi tôt dans leur vie la faucheuse, mais le destin est à mon avis tout tracé.
 

J'ai bien aimé ce livre bouleversant qui fait réfléchir et rappelle le cycle de la vie car, pour les humains que nous sommes, la fin est inévitable et nous le savons tous même si nous voilons la face. A nous de profiter de notre passage sur terre pour vivre mieux et moins dangereusement, si toutefois c'est possible dans le monde actuel.. A méditer.....

 

Bonne lecture.

 

Voir les commentaires

« LES RIVES DE LA TERRE LOINTAINE » Sarah LARK

« LES RIVES DE LA TERRE LOINTAINE »

Sarah LARK

FRANCE LOISIRS

avril 2017

831 pages

 

 

RESUME :

 

Irlande, 1846. A 17 et 19 ans, Kathleen et Michael sont amoureux. Ils ne rêvent que d’une chose : quitter leur île natale pour rejoindre les Amériques, y fonder une famille et commencer une vie nouvelle. Car Kathleen est enceinte…
Mais ces projets s’effondrent quand Michael est arrêté pour avoir volé du pain. Il est alors envoyé en Australie pour y purger sa peine. Au cours de la traversée, il fait la connaissance de Lizzie, une jeune prostituée.
Pendant ce temps, Ian Coltrane, un vendeur de bétail, demande en mariage Kathleen, inconsolable depuis le départ de son amant. Ses parents acceptent sans hésiter. Les jeunes époux partent alors tous deux pour la Nouvelle-Zélande, dans l’espoir d’y faire fortune.


Hélas, Ian se révèle vite cupide et violent. De son côté, Michael – qui ne cesse de penser à Kathleen – est courtisé par Lizzie. Pour échapper au sort qui les attend, ils décident tous deux de s’enfuir pour la Nouvelle-Zélande.
Le destin saura-t-il réunir Michael et Kathleen ?

 

L'AUTEUR :

 

Nationalité : Allemagne 
Né(e) à : Bochum , 1958

Christiane Gohl est née en 1958 en Allemagne.

Elle a publié des romans sous divers pseudonymes : Ricarda Jordan, Sarah Lark et Elizabeth Rotenberg.
En plus des livres pour enfants sur le thème des chevaux, elle également publié des romans pour les adultes.

Elle a travaillé comme journaliste et rédacteur. Outre son travail d'écrivain, elle gère un petit élevage de chevaux en Espagne. 


AVIS :

J'aime beaucoup cet auteur comme je l'ai dit précédemment sur ce blog et j'ai lu avec grand plaisir « Le Pays du nuage blanc », « le chant des esprits » et « le cri de la terre ». J'ai donc acheté chez France Loisirs « les rives de la terre lointaine » dont la couverture et le résumé m'ont particulièrement attirée.

Sarah LARK, comme à son habitude nous entraîne en Irlande puis en Nouvelle-Zélande au XIXème siècle et nous présente Mary-Kathleen, jeune servante et son jeune amoureux Michael et nous suivons leurs amours contrariés, la famine, la misère, la souffrance qu'ils vont connaître... L'auteur nous fait découvrir les relations difficiles entre les maoris et les colons et décrit à merveille les paysages grandioses et la situation sociale des habitants de ces contrées.

J'ai beaucoup AIME ce roman fort dépaysant très émouvant et intéressant et je le recommande aux férus de belles romances.

Bonne lecture !

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui dimanche je vous parlerai de ce roman : LA FIANCEE DE BOMBAY

« LA FIANCEE DE BOMBAY »

Julia GREGSON

FRANCE LOISIRS

1er mars 2010

600 pages

 

Présentation

 

 

 

Automne 1928. Viva, jeune londonienne désargentée désirant ardemment retourner à Bombay, ville qui a vu mourir ses parents par le passé, se fait engager comme chaperonne de deux jeunes femmes fortunées rejoignant l’Inde elles aussi. Il y a Rose, la candide qui doit épouser un officier britannique sur place et sa meilleure amie, la fantasque Victoria, en quête d’un époux. Viva est aussi en charge du jeune Guy au comportement aussi déroutant qu’inquiétant. À bord du bateau, elle se rapproche peu à peu de Frank, un médecin..

 

 

L'auteur

 

 

Après avoir travaillé comme cuisinière dans une ferme australienne, puis comme mannequin, Julia Gregson est devenue correspondante étrangère au Vietnam, à New York et Los Angeles pour de nombreux magazines dont Rolling Stones. À cette époque, elle a passé quatre jours avec Mohammed Ali dans un camp d'entraînement de boxeurs, en Pennsylvanie, et a interviewé de nombreuses stars d'Hollywood et plusieurs criminels célèbres.

Ses nouvelles, publiées dans la Literary Review, et The Times ont fait l'objet de lectures radiophoniques, à la BBC.

Elle vit avec sa famille au Pays de Galles.

 

 

Mon avis

 

J'ai retrouvé récemment dans un carton ce roman que j'avais acheté il y a quelques années et pas encore lu. J'ai jécouvert avec plaisir la plume alerte et vive de Julia GREGSON qui ressemble, à mon avis, à celle de Jane AUSTEN!

 

J'ai été attirée par l'ambiance des années folles et le voyage en bateau de Londres à Bombay, les mystères de l'Inde et l'histoire de ce pays avant l'indépendance...

 

L'auteur nous raconte, avec une pointe d'humour, deux années de la vie de trois jeunes Anglaises au début du siècle dernier et nous fait partager leur vie quotidienne, leurs bonheurs, leurs déceptions, leurs peurs, leurs amours, leurs révoltes face aux conventions et préjugés de l'époque.

 

J'ai bien aimé cette histoire romantique et féminine qui se lit facilement et, au fil des pages, procure évasion tout en dégageant un parfum d'exotisme. J'ai vraiment passé un agréable moment en compagnie de Rose, Viva et Tor !


 

Bonne lecture !


 

 

 

Voir les commentaires

Bonsoir à tous, je vais vous parler du dernier roman que j'ai lu : «L'OR DU LIN»

«L'OR DU LIN»

Joël RAGUENES

Editions CALMANN-LEVY

Roman littérature Française

France de Toujours et d'Aujourd'hui

Date de publication: 8 février 2017

432 pages

 

« Une grande saga familiale malouine au temps de l'âge d'or du lin »

 

RESUME :

 

Fils et petit-fils de paysans liniers, Baptiste Kerléo a la folie de la mer. Formé sur un terre-neuvas, il apprend le métier de marin et se fait corsaire à Saint-Malo. Les guerres se succèdent ; les occasions de briller sont nombreuses. Le jeune Baptiste s'affirme comme navigateur et un combattant hors pair.

Quand la paix revient, Baptiste se lance dans le négoce en toiles de lin et voiles de chanvre. Parcourant les campagnes de la Bretagne, première région textile d'Europe, pour faire l'acquisition des meilleures toiles, sillonnant les mers du globe pour les vendre, il amassera assez d'écus pour fonder une riche dynastie de négociants et devenir un Monsieur de Saint-Malo.

 

Saga foisonnante portée par d'admirables personnages ancrés dans une époque tumultueuse et passionnante, L'Or du lin est le roman d'une Bretagne laborieuse et intrépide, fortement enracinée mais ouverte sur le monde.

 

L'AUTEUR :

 

Joël RAGUENES : Né au Conquet (Finistère) en 1941, Joël Raguénès est issu d'une famille qui exploitait le goémon à Quéménès. Il s'est fait connaître par des sagas à succès ayant pour cadre sa Bretagne natale comme Le Pain de la mer et L'Honneur des goémoniers parus chez JC Lattès. Il réside à Landivisiau.

 

 

MON AVIS :

 

Merci aux Editions CALMANN-LEVY de m'avoir permis de lire, en service de presse, ce roman de Joël RAGUENES, ainsi que la plume élégante et précise de cet auteur que je ne connaissais pas.

 

Joël RAGUENES nous conte la vie d'une famille Bretonne au XVIIème siècle, entre terre et mer et plus particulièrement le destin de Baptiste KERLEO, le corsaire.

 

L'auteur entraîne le lecteur dans un voyage passionnant, à une époque tumultueuse où les personnages doivent affronter les guerres, les intempéries, la famine, les maladies.

 

Le rythme est soutenu, l'histoire est fort bien racontée et le langage châtié des temps anciens , usité par l'auteur, donne vie au récit. Au fil des pages, l'on apprend beaucoup sur le commerce du lin et du chanvre, les tisserands, les paysans et les marins de l'époque.

 

J'ai passé un agréable moment en compagnie de Baptiste et de sa famille et si, comme moi, vous êtes férus d'histoire, vous aimez la Bretagne et le patrimoine Français, sans oublier les corsaires, ce livre ne pourra que vous séduire ! Bonne lecture !

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui dimanche voici ma chronique concernant : "LES LARMES DU MARCHIDIAL"

« LES LARMES DU MARCHIDIAL »

Alain LEONARD

Editions DE BOREE

10 octobre 2019

264 pages

Présentation

Le temps s'écoule paisiblement dans le petit bourg auvergnat de Champeix. Mais la vie de Victor s'écroule quand un jour de janvier 1917 il reçoit son ordre de mobilisation pour le front. Il doit quitter son père veuf, sa ferme, son village, et la jeune fille qu'il aime depuis son enfance. L'amour sera t-il plus fort que son sens du devoir ?

Victor devra faire des choix difficiles qui ne seront pas sans conséquences sur son avenir. D'une plume sensible et magnifique, Alain Léonard nous plonge dans les années terribles de la Grande Guerre. Une belle histoire d'hommes, d'amour et d'amitiés.

 

Extraits

« Comme tu le sais, Fernand, la guerre dure plus que prévu, et l'armée manque d'hommes.

Ton garçon est appelé sous les drapeaux.

 

Les mains de Fernand se mirent à trembler imperceptiblement. Il savait dans son for intérieur qu'il n'y avait pas d'erreur. Le vieux gendarme gardait les yeux baissés vers le verre qu'il n'osait prendre.

Victor n'avait pas bougé de sa place. Incapable de prononcer une seule parole, comme pétrifié. Auguste posa sa main sur le bras du jeune homme. Je suis désolé, mon gars.

Il sortit de la poche intérieure de sa vareuse une enveloppe jaune qu'il déposa sans un mot sur la table. Victor prit délicatement le document, comme si celui-ci allait lui brûler les doigts. »


 

L'auteur

Après une carrière militaire en France et à l'étranger, Alain LEONARD est actuellement infirmier dans un hôpital clermontois. A 52 ans, il entame en parallèle une carrière d'écrivain, mêlant histoire de France et romanesque. Enfants de la liberté, son premier roman, a reçu le prix du jury de l'Association du Noël des Romanciers d'Auvergne en 2017, puis le premier prix du concours de littérature 2019, attribué par le Lions Club Auvergne-Rhône-Alpes. Les Larmes du Marchidial est son troisième roman à paraître aux éditions De Borée.


 

Mon avis

Je remercie les Editions de BOREE et en particulier Virginie de m'avoir permis de lire, en service de presse, « Les Larmes du Marchidial », roman de Alain LEONARD. Un grand merci également à Alain pour le marque-page et la gentille dédicace qui m'a beaucoup touchée.

 

J'ai retrouvé avec grand plaisir la plume fluide et élégante de cet auteur découverte lors de la lecture de son précédent roman « Les Amants d'Austerlitz ».

 

Alain LEONARD nous entraîne en Auvergne, en 1917 où Victor, notre héros âgé de 18 ans, doit quitter son père et sa fiancée Lisette pour aller combattre l'armée allemande sur le Chemin des Dames..

 

Malgré son jeune âge et comme tous ses compagnons, Victor ne manque pas de courage et il lutte de toutes ses forces contre l'adversaire, partageant au quotidien la peur, le froid et la mort avec ses amis, dans l'enfer des tranchées.

 

Quelle sera la décision de Victor ? L'amour sera-t-il plus fort que la guerre ?

L'auteur nous offre une histoire intéressante et originale, se déroulant pendant la Première Guerre Mondiale qui nous fait découvrir un pan peu connu de notre Histoire. Il rend ainsi hommage aux jeunes gens, enrôlés d'office, qui n'ont pas hésité à défendre la patrie mais ont craqué et réagi devant le carnage de cette guerre.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman poignant, très bien écrit et documenté et avec lequel j'ai passé un très bon moment de lecture.

 

Si, comme moi vous êtes férus d'Histoire et aimez les belles histoires d'amour et d'amitié, ce roman ne pourra que vous séduire.

 

 


 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>