Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat pour “comme une aurore dans la brume”

Bonsoir aujourd'hui samedi voici ma chronique concernant : "MESSAGER DE L'AU-DELA"

« MESSAGER DE L'AU-DELA »

Ethan MAURE

CITY EDITIONS

City Editorial 2

21 août 2019

224 pages

 

Présentation

 

Signes, messages, apparitions, voix venues d’ailleurs… depuis l’enfance, Ethan Maure communique avec les morts. Il a développé sa capacité de médium au fil des années et s’en sert désormais pour aider les vivants à faire leur deuil. Dans ce témoignage, cet ancien infirmier apporte des réponses aux questions les plus fondamentales et les plus mystérieuses sur l’au-delà. Où se situent les défunts après la mort ? Que se passe t-il quand on quitte le monde des vivants ? Et comment peut-on communiquer avec les disparus ? À travers ses expériences et le récit de ses consultations et entretiens, il démontre que la mort n’est pas une fin mais le commencement d’autre chose. Empreints d’espoir et d’amour, les messages qu’il reçoit témoignent avec force de l’existence d’un ailleurs.

Quand l’au-delà nous fait signe : les révélations d’un médium.

 

L'auteur

 

Après des études d’infirmier, Ethan Maure a abandonné sa carrière médicale pour se consacrer à la voyance. En 2012, il a ouvert son propre cabinet et a, depuis, été distingué par la profession comme étant l’un des dix meilleurs médiums français. Il est l’auteur de Ce que les défunts me disent (Ideo, 2018).

 

Mon avis

Je remercie Ethan MAURE et CITY EDITIONS de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, ce second livre de l'auteur dont j'ai découvert la plume fluide et précise à la lecture de « Ce que les défunts me disent ».

 

Ethan MAURE écrit, comme il le précise dans son livre, pour lui certes afin de conserver ses souvenirs en mémoire mais aussi pour nous, lecteurs, en partageant les expériences qu' il vit en communiquant avec l'au-delà.

 

Il se présente simplement et nous dévoile certains pans de sa vie privée et familiale puis nous parle de son activité de médium et de conférencier. Il nous relate les signes qu’il reçoit de l'Invisible et nous conte les histoires de personnes rencontrées lors de ses conférences ou en consultation.

 

Il aborde divers thèmes tels que : la voyance, la mort, le deuil, la vie après la mort, le spiritisme, les anges..

 

J'ai ADORE cet ouvrage qui, comme le premier tome, m'a beaucoup intéressée et émue. Les mots d'Ethan MAURE font un bien fou et nous donnent l'espoir d'une existence après la mort auprès et dans le cœur de ceux qui nous sont chers.

 

Si, comme moi, vous êtes férus d'ésotérisme et de paranormal, ce livre ne pourra que vous séduire.
 

Très bon moment de lecture.

 

Voir les commentaires

ANNONCE INTERVIEW MAISON D'EDITIONS VERONIQUE CENTREFRANCE VENDREDI 1er MAI sur mon groupe FB : lecteurus-auteurs : la passion des mots

💙MESSAGE IMPORTANT A L'ATTENTION DES MEMBRES DU GROUPE : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS💙

Bonsoir les amis,🙋‍♀️🙋‍♂️

Je vous donne rendez-vous demain vendredi 1er mai 2020 (dans la journée) pour suivre l'interview 💻 que j'ai réalisée, récemment, avec Virginie Centrefrance, Attachée de presse CENTRE FRANCE LIVRES – DE BOREE.

Cet échange ne sera pas suivi de questions/réponses comme pour les interviews auteurs, mais vous permettra de connaître Virginie et le monde de l'édition.

A vendredi.

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui dimanche voici ma chronique COUP DE COEUR concernant "LA CUISINIERE"

« LA CUISINIERE »

Mary Beth KEANE

PRESSES DE LA CITE

17 mars 2016

452 pages

 

 

Présentation

 


Immigrée irlandaise courageuse et obstinée arrivée seule à New York à la fin du XIXe siècle, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent caché pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde, et certains en meurent. Mary, de son côté, ne présente aucun symptôme de la maladie. Au contraire, sa robustesse est presque indécente. Des médecins finissent par s'intéresser à son cas, mais la cuisinière déteste qu'on l'observe comme une bête curieuse et refuse de coopérer. Pourquoi la traite-t-on comme une malade alors qu'elle est en parfaite santé ? Les autorités sanitaires, qui la considèrent comme dangereuse décident de l'envoyer en quarantaine sur une île au large de Manhattan. Commence alors pour Mary Mallon, femme indépendante, un combat à armes inégales pour sa liberté...

 

 

L'auteure

 

Originaire de New York, Mary Beth Keane vit actuellement à Philadelphie avec sa famille. La cuisinière est son deuxième roman, le premier publié en France.
 

 

 

Mon avis

 

J'ai lu récemment « La Cuisinière », roman de Mary Beth KEANE et j'ai ainsi pu découvrir la plume fluide et addictive de cette auteure.

 

Mary Beth KEANE nous conte le destin bouleversant de Mary Mallon, jeune migrante Irlandaise surnommée « la femme la plus dangereuse d'Amérique ». A son arrivée à New-York notre héroïne exerce les fonctions de lingère puis de cuisinière dans des grandes familles jusqu'au jour où elle est accusée d'être porteuse de la typhoïde....

 

 

J'ai ADORE cette biographie romancée fort émouvante, très bien écrite et documentée qui, en cette période de confinement lié au coronavirus, m'a beaucoup intéressée et que j'ai lue avec grand plaisir. Un vrai COUP DE COEUR pour moi et donc un excellent moment de lecture.

 

 

 

Page FB : https://www.facebook.com/joellemarchal74/

 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com

 


 

 

Voir les commentaires

ANNONCE INTERVIEW RESPONSABLE PROJET EDITIONS 7E CIEL - GERALD VAUSORT DIMANCHE17 MAI (dans la journée) SUR MON GROUPE FB : lecteurs-auteurs : la passion des mots

MESSAGE IMPORTANT A L'ATTENTION DES MEMBRES DU GROUPE : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS

 

 

Bonjour les amis,

 

 

Je vous donne rendez-vous demain dimanche 17 mai 2020 (dans la journée) pour suivre l'interview que j'ai réalisée, récemment, avec Gérald VAUSORT, Responsable Projet Editions 7e CIEL.

 

Cet échange ne sera pas suivi de questions/réponses comme pour les interviews auteurs, mais vous permettra de connaître Gérald et le monde de l'édition.

 

A dimanche.

 

 

Voir les commentaires

ANNONCE INTERVIEW ANITA BERCHENKO Directrice Générale - Editrice LES EDITIONS DU 38

MESSAGE IMPORTANT A L'ATTENTION DES MEMBRES DU GROUPE : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS

 

 

Bonsoir les amis,

 

 

Je vous donne rendez-vous le dimanche 14 juin 2020 (dans la journée) pour suivre l'interview que j'ai réalisée, récemment, avec Anita BERCHENKO, Directrice Générale, Editrice « Les Editions du 38 ».

 

 

Cet échange ne sera pas suivi de questions/réponses comme pour les interviews auteurs, mais vous permettra de connaître Anita et le monde de l'édition.

 

A dimanche.

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui lundi voici ma chronique concernant : "M comme MUG"

« M COMME MUG »

Muguette et Jasmin

Isabelle-Marie d'ANGELE

Editions AMALTHEE

19 août 2020

246 pages

 

 

Présentation

 

Née un 1er mai, Muguette (ça ne s'invente pas !) est une jeune femme de trente-cinq ans au caractère bien trempé. Encore célibataire, elle travaille dans une agence immobilière en Nouvelle-Aquitaine. C'est là qu'elle rencontre Jasmin de la Rochefleurie, le nouveau directeur des Impôts ! Le coup de foudre est immédiat et réciproque ! Est-ce parce qu'ils portent tous les deux un prénom de fleur ?


Petit-fils d'une famille de viticulteurs, Jasmin habite dans un grand domaine entouré de ses parents, sa sœur et ses grands-parents. Muguette, qui n'est pas connue pour sa diplomatie, devra pourtant tout tenter pour se faire accepter, surtout du patriarche Louis de la Rochefleurie qui règne d'une main de maître sur le domaine.


Mais Muguette et Jasmin sont-ils réellement faits l'un pour l'autre ?



Entre rires et larmes, entre jalousie, découvertes de paternité et liens familiaux, Mug nous entraîne dans une course endiablée pour trouver l'amour, à sa manière ! Un roman coloré et feel-good sur les hauts et les bas d'une relation amoureuse !
 

L'auteure

 

Originaire du Pas-de-Calais, Isabelle-Marie d’Angèle habite aujourd’hui dans le Sud-Ouest de la France avec ses trois enfants. Incorrigible romantique, elle manie sa plume avec humour et sagacité. Boulimique de lectures et d’écritures, elle collectionne les cahiers et les stylos pour noter ce que son regard capte de la vie. M  comme Mug est son premier roman.



 


 

Mon avis

Je remercie Isabelle-Marie d'ANGELE pour l'envoi, en service de presse, de son premier roman « M comme Mug ». J'ai ainsi retrouvé la plume fluide et pétillante de cette auteure découverte lors de la lecture des épisodes de « Muguette fait son show ».


 

Isabelle-Marie d'ANGELE nous conte l'histoire de Muguette, trentenaire, célibataire au caractère fort et énergique, qui vit en Aquitaine et travaille dans une agence immobilière.

Lorsque notre héroïne rencontre Jasmin, ils ressentent tous deux un coup de foudre. Nous découvrons donc la vie tumultueuse de ces jeunes gens, de leurs amis et membres de leurs familles. Il faut dire qu'Isabelle a une imagination débordante et les protagonistes de son roman sont nombreux et portent tous des prénoms très originaux !

 

L'histoire est sympathique, les rebondissements tiennent le lecteur vraiment en haleine. L'auteure aborde, outre les thèmes de l'amour et de l'amitié, les joies et les difficultés rencontrées par les parents, l'adoption, les secrets, les mensonges, la quête d'identité..

 

J'ai beaucoup aimé ce premier roman feel-good prometteur, romantique à souhait et empli d'humour que je vous recommande et avec lequel vous passerez, comme ce fut le cas pour moi, un très bon moment de lecture et de détente.


 

Bravo Isabelle ! J'ajouterai que j'attends avec impatience la suite des aventures de Muguette et Jasmin...


 


 

Page FB :https://www.facebook.com/joellemarchal74/


 

Blog : leslecturesdecerise74.over-blog.com


 

 

Voir les commentaires

Bonsoir je partage l'interview que j'ai réalisée ce soir avec Déchéance auteur sur mon groupe FB : lecteurs-auteurs : la passion des mots

GROUPE LECTEURS – AUTEURS :

LA PASSION DES MOTS

__________

 

 

INTERVIEW AUTEUR

Déchéance auteur
Vendredi 13 décembre 2019 à 18 h

(différé)

 

JM : - Bonsoir à tous

 

-Déchéance Auteur a gentiment accepté de se soumettre, ce soir à mes questions.

 

Je partage donc avec vous cet entretien à l'issue duquel vous pourrez, si vous le souhaitez, poser des questions en direct à Déchéance qui y répondra selon ses disponibilités.

 

 

 

JM : - Bonsoir Déchéance

 

Comment vas-tu ? Es-tu prêt à « passer sur mon gril” ?

 

Déchéance Auteur : Hé ! Hé ! Je vais très bien merci. Et toi, es-tu prête à passer un moment avec moi un vendredi 13 ?

 

JM : - Peux-tu, tout d'abord, te présenter afin que nos amis puissent mieux te connaître ?

 

Déchéance Auteur : LOL. Je suis un affreux psychopathe qui écris des trucs atroces ! Non je rigole. Comme je le dis dans ma bio je suis un ancien cadre dans la finance reconverti dans l'agriculture bio après un burn out et deux ans a ne pas pouvoir lever mon cul de mon canapé. J'assume sans complexes une assez piètre opinion de la nature humaine et pas mal de choses à exorciser. Sinon j'ai une femme (méritante), trois filles, deux chiens, trois chats et cinq chevaux (un pour moi, un pour ma femme et un pour chacune des trois princesses).

 

JM : Petite question indiscrète peut-être : “Déchéance” est un pseudo de plume. Quel est ton nom ?

 

Déchéance Auteur : Déduction logique. C'est vrai que Déchéance est un prénom qui ne se donne pas beaucoup et que l'officier d'état civil aurait sûrement fait des histoires si mes parents avaient vraiment voulu m'appeler comme ça ! Pour mon vrai nom je vais sortir mon jocker. Il n'y a que deux personnes à part ma femme et mes filles qui connaissent mon bouquin et savent que je suis Déchéance et je leur ai fait promettre de garder le secret. Pour de bonnes et de mauvaises raisons il en restera ainsi jusqu'à ce qu'un jour, peut-être je décide du contraire si éventuellement je continue à écrire. Et je dois dire que cet anonymat m'amuse beaucoup et me donne une certaine liberté que je pourrais peut-être moins avoir si j'écrivais sous mon vrai nom.

Et chère amie, je suis sûr qu'une question te brûle les lèvres : pourquoi ce pseudonyme ? Eh oui pourquoi ? Parce que ça claque d'enfer ! Et comme je l'ai dit plus haut j'ai dans ma vie personnelle eu une vie d'avant, un gros TILT et j'ai une vie de maintenant. Où est la déchéance là dedans ? Chacun se fera son opinion, la mienne est faite. Eh puis la déchéance, dans mes histoires c'est le point de départ de tout.

 

JM : - Peux-tu nous parler de ton roman ?

 

Déchéance Auteur : Comment mieux en parler que ceux qui l'ont lu? Pour l'instant quatre personnes l'ont chroniqué et elles ont été plutôt enthousiastes. Toutes sont tombées d'accord pour dire qu'il s'agissait d'un bouquin exta gore et assez dérangeant, mais que ce n'était pas du trash pour le trash. Geneviève Montenon y a vu de la subtilité (la flatteuse), Eric le Parc une spiritualité qu'il a qualifié de très moderne (le fayot). En gros c'est l'histoire de Stan, un psychopathe dont on m'a demandé si il s'agissait de Satan mais que je définirais plutôt métaphoriquement comme l'esprit du monde avec toutes ses promesses trompeuses qui nous conduisent à notre déchéance librement acceptée. Stan organise une “Death Party” avec des convives triés sur le volet. L'idée c'est que toutes les heures, l'un des participants est tiré au sort pour vivre une folle dernière heure qui, contre toute attente, se termine après la mort, dans une autre dimention où son âme est supposée être dévorée par ce même Stan et plusieurs de ses accolytes.

 

JM : - Pourquoi as-tu choisi d'écrire un “thriller gore” ?

 

Déchéance Auteur : Je n'ai pas vraiment “choisi”. J'avais et j'ai toujours des tas de trucs à exorciser et c'est venu comme ça. En fait à la base je n'avais pas vraiment prévu d'en faire un livre. C'était une idée comme ça que j'ai couchée sur le papier un soir de déprime, puis l'idée s'est développée peu à peu et elle a fini par devenir ce petit bouquin auquel je n'ai jamais vraiment cru avant que mon ami Eric Le Parc (qui est un pote dans la vraie vie) ne me l'arrache pratiquement sous la torture LOL et ne me convainque d'en faire quelque chose.

 

JM : - As-tu d'autres projets d'écriture et peux-tu nous en dire quelques mots ?

 

Déchéance Auteur : Pas de gros dossier littéraire pour le moment. Je m'étais promis suite à la publication du premier, d'écrire un autre “Death Party” avant la fin de l'année mais pour l'instant l'inspiration ne vient pas. Si. Je participe depuis deux sessions avec un goût immodéré au superbe “petit jeu d'écriture” organisé sur sa page par Sophie Lescuyer et son fameux “boudoir”. Et je recommande vivement ce qui me liront d'y participer ou de venir lire les textes. On peut y découvrir ou y redécouvrir la plume de ses amis auteurs et d'autres personnes. L'ambiance est excellente et la qualité des participations, souvent bluffante. Et en plus il y a à chaque fois un bouquin à gagner. C'est moi qui ai proposé le dernier sujet, directement inspiré par Eric Le Parc et certaines de ses excentricités vestimentaires LOL. Mais le garçon a totalement assumé et s'est même offert le luxe de se moquer de mon look et de ma bagnole. Stan, le personnage principal de Death Party est intervenu dans mes deux participations qui n'y ont pour l'instant pas soulevé l'enthousiasme. L'ambiance n'y est pas au trash. Mais je pense que mon bouquin suivant partira de ces textes.

 

JM : -As-tu des séances de dédicaces prévues prochainement et où ?

 

Déchéance Auteur : Non ! Pour l'instant j'écris incognito donc pas de dédicaces ni de rencontre avec mes légions de fans surexcités. Pas pour l'instant en tout cas.

 

JM : - Es-tu sensible à la critique littéraire et penses-tu que les blogs, les réseaux sociaux aident les auteurs à promouvoir leurs écrits ?

 

Déchéance Auteur : En fait j'aurais facilement tendance à m'en fouttre. Je ne m'attendais vraiment pas à ce que ce bouquin plaise et qu'il ait plu à ses quelques chromiqueurs m'a surpris et flatté. Mais ce n'est à aucun point de vue un bouquin tous publics. Il est susceptible de déplaire et de susciter l'incompréhension. Par contre je ne sais pas si les blogs aident ou non à la diffusion des livres. Je suppose que oui mais je n'ai que peu d'expérience en la matière!

 

JM : - Ecrire est-ce pour toi une passion ou un métier ?

 

Déchéance Auteur : C'est un petit truc que je fais comme ça. Un exutoire et une thérapie peut-être surtoût. Non, certainement pas un métier, pas pour moi en tout cas, ou alors pas pour le moment. D'ailleurs “Death Party” est au prix minimum autorisé par Amazon et je ne gagne donc rien sur les ventes.

 

JM : - Quand écris-tu (le jour, la nuit) et pendant combien d'heures ?

 

Déchéance Auteur : En général le soir jusqu'à ce que l'inspiration me quitte ou que la fatigue ne vienne à bout de ma motivation.

 

JM : - Dans ta prime enfance avais-tu déjà envie de devenir écrivain ?

 

Déchéance Auteur : Non et je n'ai toujours pas cette ambition. Ecrire est pour moi plus un petit plaisir et une thérapie mais ça me viendra peut-être un jour qui sait?

 

JM : Comment as-tu procédé pour faire éditer ton livre et qui a réalisé la couverture de ton ouvrage ?

 

Déchéance Auteur : C'est là qu'intervient le compère Eric Le Parc. Je savais qu'il écrivait des livres et je lui ai avoué lors d'une soirée de dégusation de rhum organisée chez lui que j'avais écrit un bouquin. Il a alors insisté pour le lire, et ensuite pour que je le mette sur Amazon. J'ai alors beaucoup profité de son expérience en la matière pour calibrer mon texte comme il fallait et le mettre en ligne. C'est également lui qui a réalisé la couverture.

 

JM : - Quels sont les auteurs qui t'ont donné l'envie d'écrire ?

 

Déchéance Auteur : Aucun en particulier. Ecrire m'est venu comme ça sans réelle préméditation ni sans qu'un auteur ou un autre me donne spécialement envie de le faire.

 

JM : - Lis-tu ? Si oui quel genre ?

 

Déchéance Auteur : Je lis environ un livre par semaine et au risque de surprendre, peu de livres du style de “Death Party”. Il y a bien sûr les King et les Lovecraft dont j'apprécie beaucoup l'univers mais à part ça beaucoup de livres philosophiques et religieux, des fictions de toutes sortes, policier, aventure SF etc. Jusqu'à il y a peu je ne lisais pas d'autoédités mais je m'y suis mis avec de très belles découvertes à la clé!

 

JM : - En dehors de l'écriture as-tu d'autres passions ?

 

Déchéance Auteur : Ma famille, le cheval, la lecture.

 

JM : - Quel est ton rêve le plus fou ?

 

Déchéance Auteur : Des rêves “fous” j'en ai réalisé des tas dans ma vie d'avant. Aujourd'hui je rêve que mes filles deviennent des personnes comme il faut et vivent avec des personnes comme il faut. La présentation au paternel a été une rude épreuve pour les petits copains respectifs mais les princesses les avaient bien brieffés et ils se sont tous mis direct à me parler canasson et m'ont présenté toutes les “garanties” voulues LOL alors j'ai pas lâché les chiens ni sorti le fusil et le gros sel.

 

JM : - Si tu écrivais tes mémoires quel en serait le titre ?

 

Déchéance Auteur : J'avoue ne pas avoir ce genre de projet ni d'idée de titre pour un tel ouvrage.

 

JM : - Peux-tu nous donner une de tes qualités ? Un défaut ?

 

Déchéance Auteur : Je suis assez jusquauboutiste ce que je considère comme une qualité mais qui peut aussi être un gros défaut.

 

JM : - Quel genre de musique écoutes-tu ? Ecris-tu en musique ?

 

Déchéance Auteur : je suis un grand fan de métal et j'écris bien sûr en musique !

 

JM : - As-tu des animaux de compagnie ?

 

Déchéance Auteur : Comme dit plus haut j'ai deux bergers allemands, trois chats et cinq chevaux.

 

JM : - Es-tu thé ou café ? Fruit ou gâteau ?

 

Déchéance Auteur : Je bois et je mange de tout ou presque LOL, mais surtout du café et des gateaux même si je n'ai rien contre le thé et les fruits.

 

JM : - Souhaites-tu ajouter quelque chose  ?

 

Déchéance Auteur : Un grand merci à toi pour cette sympathique discussion.

 

JM : - Merci Déchéance Auteur pour ce moment passé en ta compagnie.

 

Les amis, vous avez la parole : vous pouvez si vous le souhaitez poser d'autres questions à Déchéance Auteur.

 

 

 

Voir les commentaires

Voici ma chronique concernant : "LA CONFESSION II"

« LA CONFESSION II »

L'histoire de Christophe

EDITIONS NDB

juillet 2018

185 pages

 

Présentation

 

Quatre ans après le drame de la Confession I, nous retrouvons Christophe qui s'interroge.

Ce roman répond aux interrogations posées dans le premier tome. Le lecteur comprendra bien des choses sur ce qui s'est passé avec le père Antoine et pourquoi Christophe a été emmené si vite du presbytère....

 

 

Mon avis

 

Je remercie Henri LACOMBE de m'avoir permis de lire, en avant-première, son roman « La confession II » et d'avoir ainsi pu retrouver avec grand plaisir certains personnages du premier tome.

 

Comme dans tous les romans d'Henri LACOMBE, j'ai apprécié qu'il répertorie en tout début du livre, les noms des nombreux protagonistes qu'il met en scène, ceci permettant au lecteur de les identifier plus aisément.

 

Je me suis laissée portée par cette histoire intéressante, poignante et fort émouvante. L'écriture est fluide, belle, légère et au fil des mots d'Henri LACOMBE, ponctués d'une pointe d'humour, nous découvrons la vie du Père Antoine et celle de Christophe qui sont des personnages vrais, très attachants tout comme Suzette que j'ai beaucoup aimé également.

 

J'ai donc dévoré ce très beau roman sur les souffrances endurées par les enfants orphelins placés en familles d'accueil ou à la DDASS, les bienfaits des thérapies, les remords et la culpabilité. J'avoue avoir eu, à plusieurs reprises, les yeux humides...

 

J'ai vraiment passé un excellent moment de lecture avec ce roman que je vous recommande vivement.

 

Voir les commentaires

ANNONCE INTERVIEW EDITEUR CLARISSE ENAUDEAU, DIRECTRICE LITTERAIRE PRESSES DE LA CITE SAMEDI 25 AVRIL (dans la journée) SUR MON GROUPE FB : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS

MESSAGE IMPORTANT A L'ATTENTION DES MEMBRES DU GROUPE : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS💜

Bonsoir les amis,🙋‍♀️🙋‍♂️

Je vous donne rendez-vous demain samedi 25 avril 2020 (dans la journée) pour suivre l'interview 💻 que j'ai réalisée, récemment, avec Clarisse Enaudeau, Directrice Littéraire PRESSES DE LA CITE – Domaine Français.

Cet échange ne sera pas suivi de questions/réponses comme pour les interviews auteurs, mais vous permettra de connaître Clarisse et le monde de l'édition.😍

A samedi.

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui vendredi je vous propose ma chronique concernant : "100 VIES"

« 100 VIES »

Ludovic SPINOSA

ART EN MOTS EDITIONS

MARS 2018

463 pages

 

 

 

Présentation

 

100 vies, c'est tout simplement l'approche de la mort de 100 vies, à des âges différents, abordant des thèmes comme les accidents, les maladies, les agressions, ou encore les attentats, qui défilent au fil des chapitres, comme les faits divers d'un journal. Ce sont 100 petites histoires de la vie quotidienne avec leurs émotions, leurs angoisses, et leurs peurs. Dans ce livre, je voudrais faire comprendre aux lecteurs que les médias nous habituent à voir de plus en plus d'horreur, que c'est tellement devenu banal, que cela ne nous affecte même plus. La société d'aujourd'hui vit dans la violence verbale et physique, mais personne ne réagit. Alors que tellement de drames pourraient être évités. Il est temps aussi de prendre conscience des choses essentielles de la vie.

Chaque histoire concerne un plan différent, que ce soit environnemental, sentimental, économique, politique, sociétal, en laissant le lecteur avoir son propre avis face à la vie qui l'entoure.

Le défi étant de résumer la vie et la mort d'une personne en seulement deux pages, ne dévoilant aucune identité, ni date ou conversation, lieu géographique, en restant le plus anonyme possible. Je pense que le côté impersonnel de ce livre touchera d'autant plus les âmes les plus sensibles, en relatant des conditions que tout le monde connaît, avec un mélange de faits réels et de fictions, car cela se passe dans notre quotidien, dans des endroits que l'on croit tous connaître par cœur et qui fourmillent de dangers chaque jour.

Le risque est omniprésent, se dressant devant nous à chaque instant comme pour nous prévenir que peut-être aujourd'hui ce sera notre tour. La mort est la fin d'une vie au moment où une autre commence.

 

 

L'auteur

 

Ludovic Spinosa est un autodidacte atypique. Déjà auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine des sciences humaines, il se lance aujourd'hui dans la littérature à travers des romans.

2017 "Tempêtes solaires"
2014 "Je travaille pour qui ? je travaille pour quoi ?"
2014 "Comment devenir riche et réussir dans tous les domaines"
2013 "Une personne ordinaire"

 

Mon avis

 

Je remercie Ludovic SPINOSA de m'avoir permis de lire, en service de presse, son roman « 100 vies ». La couverture de ce livre et la vidéo fascinante m'ont de suite interpellée, ayant pour ma part, peur de la mort...

 

J'ai découvert la plume très agréable de cet auteur lors de la lecture de « Tempêtes solaires », l'année dernière.

 

Dans « 100 vies », Ludovic SPINOSA nous raconte 100 histoires courtes plutôt tristes, parfois effrayantes mais tellement vraies, évoquant un sujet « tabou » : la mort.

 

En effet, ces nouvelles retranscrivent des situations dans lesquelles sont confrontées des hommes, des femmes, des enfants mais qui, comme dans la nature des choses , n'arrivent pas qu'aux autres et finissent plutôt mal. Certes certaines personnes auraient pu éviter de rencontrer, aussi tôt dans leur vie la faucheuse, mais le destin est à mon avis tout tracé.
 

J'ai bien aimé ce livre bouleversant qui fait réfléchir et rappelle le cycle de la vie car, pour les humains que nous sommes, la fin est inévitable et nous le savons tous même si nous voilons la face. A nous de profiter de notre passage sur terre pour vivre mieux et moins dangereusement, si toutefois c'est possible dans le monde actuel.. A méditer.....

 

Bonne lecture.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>