Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résultat pour “comme une aurore dans la brume”

Bonjour nous sommes lundi et voici ma chronique concernant "LA PUTAIN DE FLAUBERT"

« LA PUTAIN DE FLAUBERT »

Alexandra PARRS

Editions ROD

31 août 2017

280 pages

 

 

Présentation

 

Bruxelles, avril 2015. Le professeur Pierre Van Der Berg, un anthropologue spécialisé dans l'étude des Gitans d'Egypte et plus particulièrement des Ghawazees – des danseuses du ventre gitanes égyptiennes marginalisées -, reçoit la visite d'Alice Depaux, dont la sœur Rose a été retrouvée étranglée dans une rue à côté de l'école de danse du ventre Ghawazee où elle suivait ses cours deux fois par semaine.


Ce meurtre sordide replonge l’anthropologue dans le monde des Ghawazees et des Gitans égyptiens qu'il a étudié à Luxor, dix ans plus tôt, lorsque sa photographe turque, Gudrun, est morte dans des conditions inexpliquées.

De 1845 en Haute-Egypte à 2005 à Luxor, c'est en 2015 à Bruxelles que la sœur de la victime, en parallèle à l'inspecteur Auguste Dekyndt et son assistante Dalia Ouardi, mène une enquête qui la plonge, bien malgré elle, dans l'univers obscur des Ghawazees.

 

L'auteur

Alexandra PARRS est sociologue. Elle a vécu et enseigné la sociologie en Birmanie, au Sultanat d'Oman, aux Etats-Unis et en Egypte. Pendant ses quatre années passées en Egypte, elle a fait une recherche ethnographique originale sur les Gitans d'Egypte, ce qui lui a permis d'écrire son premier ouvrage de fiction : « La Putain de Flaubert », paru en 2017 aux Editions ROD. Elle habite à Bruxelles.

 

Mon avis

 

Merci aux Editions ROD de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « La Putain de Flaubert », roman d'Alexandra PARRS.

 

Nous sommes en 2015 à Bruxelles où le Professeur Pierre Van Der Berg, anthropologue, apprend la mort d'une jeune femme prénommée Rose. Cette dernière a été assassinée, à la sortie de son cours, près de l'école de danse du ventre Ghawazee. Un enquête sur ce meurtre va donc être diligentée par l'inspecteur Auguste Dekyndt et son assistante Dalia.

 

Dans ce polar historique, l'auteur nous fait découvrir avec moult détails, le monde des Gitans d'Egypte et également celui des Ghawazees, ces danseuses du ventre Egyptiennes issues du peuple Dom.

 

Alexandra PARRS alterne les chapitres de son roman entre des événements se déroulant l'année 2015 à Bruxelles et d'autres qui ont eu lieu entre 1845 et 2005 à Luxor en Egypte, nous permettant de mieux comprendre le lien entre les différentes époques. C'est ainsi que nous découvrons qui fut Kuschuk Hanem, courtisane, danseuse du ventre, emblème de la séduction, que Gustave Flaubert a rencontrée lors d'un voyage en Orient...

 

L'histoire est bien écrite et mystérieuse, le suspense garanti et l'on perçoit, au fil de la lecture, un vent de violence, de haine et de vengeance...

 

J'ai lu avec plaisir ce court roman fort intéressant sur le plan historique mêlant des événements et des personnages réels et fictifs et qui vise à rendre la dignité aux Ghawazees, qui en 1800 étaient considérées comme des prostituées.

 

Bonne lecture !

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui c'est vendredi et voici ma chronique concernant LES ROSES SAUVAGES DU MAQUIS

« LES ROSES SAUVAGES DU MAQUIS »

Martine PILATE

EDITIONS DE BOREE

24 août 2017

240 pages

 

Présentation

 

Enfant de l'Assistance publique, Vincent est élevé par les Bourdelle, un coupe d’agriculteurs droit et aimant qui lui lègue l'amour de la terre et son penchant pour l’horticulture. Quand la France entière se trouve occupée à la fin de la guerre, Vincent n'a d'autre choix que d’abandonner femme et enfant pour s'engager dans la Résistance. Sous le nom de « Valentin », le maquis sera une expérience qui marquera à jamais son existence. Il va y rencontrer « Clarisse », pour laquelle des sentiments encore jamais éprouvés vont naître, et découvrir un coffret contenant une grosse somme d'argent et une boucle d'oreille en forme d'étoile de David.

 

A la libération, Vincent rentrera chez lui pour se consacrer à la culture des roses et, dans un coin de sa tête, à la recherche de ces deux femmes mystérieuses : la belle résistante et la Juive pourchassée.

 

 

Il n'avait pas encore réalisé  qu'il ne serait plus jamais comme avant. Lutter, n'était-ce pas espérer ?

 

A présent, il lui tardait de retrouver sa terre abandonnée. Les cultures devaient avoir souffert du manque d’entretien. Il était déjà prêt à retrousses ses manches pour lui redonner sa vigueur d'antan.


Incrédule, il inspectait du regard le grand champ en friche. La nature avait repris ses droits, anéantissant tant d'énergie dépensée à la canaliser !

 

 

 

L'auteur

 

Martine PILATE est née à Marrakech. Elle a passé de longues années à l'étranger. Après les études littéraires, elle s'est tournée vers le droit. Depuis une quinzaine d'années, elle se consacre entièrement à l'écriture. Après avoir vécu dans la région de Montpellier, elle est à présent installée en Provence.

 

Mon avis

 

Merci aux Editions DE BOREE et particulièrement à Virginie de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Les roses sauvages du Maquis », roman de Martine PILATE et ainsi que découvrir la belle plume de cet auteur.

 

Martine PILATE nous transporte dans un autre temps et nous invite à découvrir le monde créatif des rosiéristes et nous conte l'enfance et le destin de Vincent alias Valentin qui se révèle être un personnage bouleversant très attachant avec ses faiblesses et ses points forts. Nous assistons à ses bonheurs, ses douleurs, ses découvertes, les sentiments qu'il partage avec les trois femmes qui vont marquer sa vie : Mariette, son épouse, Clarisse, la jeune maquisarde et enfin la mystérieuse femme juive déportée...

 

L'histoire est touchante, envoûtante et fort belle. Beaucoup de sentiments et d'émotions sont palpables et les personnages sont vrais. L'intrigue rythmée tient le lecteur en haleine jusqu'aux dernières pages que l'on tourne avec gourmandise afin d'en connaître le dénouement.

 

Par ce récit se déroulant après la seconde guerre mondiale, Martine PILATE nous invite au devoir de mémoire face à ces événements sombres de l'histoire de notre pays qui se sont déroulés à une période que l'on connaît peu.

 

Au fil des mots de l'auteur, joliment ponctués de poésie, nous pouvons aisément sentir les délicieux parfums des roses et des plantes du maquis Varois

 

J'ai beaucoup aimé ce roman triste et émouvant qui mêle intrigues familiale et historique et que j'ai dévoré pratiquement d'une traite ! Bonne lecture !

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui dimanche voici ma chronique concernant "L'ETRANGE VILLAGE DE MONSIEUR LABICHE"

« L'ETRANGE VILLAGE DE MONSIEUR LABICHE »

Chérif ZANANIRI

EDITIONS MARIVOLE

26 octobre 2017

239 pages

 

 

Présentation

 

Le point de départ de ce roman repose sur une curiosité historique. Lorsque les Allemands, pendant la guerre de 1870, ont envahi partiellement la France, leur comportement dans les petites villes et les villages a souvent été odieux. Les villages furent dévastés ou pillés, les habitants violentés, etc.. Cependant un petit village a échappé à ce traitement : Souvigny, en Sologne, à l'époque administré par un maire célèbre, Eugène Labiche, dramaturge à succès et auteur de théâtre de boulevard fort connu.

 

Cet homme, nommé et non élu, est parvenu à monter un stratagème qui a mis son village à l'abri des exactions. Le récit le fait revivre entouré de ses amis, célèbres ou inconnus, et imagine un projet des services secrets mettant à profit les derniers progrès scientifiques pour vaincre les Allemands.

 

L'auteur

 

Physicien de formation et écrivain vulgarisateur pendant une longue période, Chérif ZANANIRI s'est intéressé aux terroirs sancerrois et solognot et y a planté les décors de ses romans, souvent liés à des éléments d'histoire : les guerres de Releigionh, celles de 1870, de 14-18 ou de 39-45. Ainsi, après Pisseur au vent et Léocadie Lepic, marraine de guerre, et bien d'autres romans de terroir comme Le Galoupiot, il présente une énigme historique dont les fondements restent mystérieux, au dire du maire actuel du village ainsi que des descendants de M. Eugène Labiche.

 

Mon avis

Merci aux Editions MARIVOLE et en particulier à Céline de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « L'étrange village de Monsieur Labiche », roman de Chérif ZANANIRI, auteur que j'avais découvert lors de la lecture de Mado, retour de l'enfer, roman que j'ai beaucoup aimé.

 

Dès les premières pages, Chérif ZANANIRI nous emporte au Théâtre du Palais en janvier 1870 et nous assistons à la représentation de la pièce d'Eugène Labiche « Le plus heureux des trois » !

 

Nous faisons ainsi la connaissance du célèbre dramaturge, auteur de pièces de théâtre de boulevard qui fut également maire de Souvigny, petit village de Sologne.

 

Accompagné de ses amis, Eugène Nus, journaliste, Louis Franchot, inventeur et Nadar, photographe, créateur de transport en ballon, Eugène Labiche s'adonne au spiritisme et aux tables parlantes, techniques fort à la mode à l'époque et ils tentent une expérience de voyage dans le temps...

 

Ces expérimentations scientifiques ont-elles permis au petit village de Sologne d'être épargné pendant la guerre Franco-Allemande alors que nombreux furent envahis et détruits ?? Je n'en dis pas plus et vous laisse le découvrir par vous-mêmes lorsque vous lirez ce roman !

 

 

C'est avec beaucoup d'imagination, de légèreté et d'humour que l'auteur nous raconte donc l'histoire de ce village en mêlant avec brio des événements qui se sont déroulés à cette période de l'Histoire de notre pays.

 

J'ai lu avec grand plaisir ce roman mystérieux, très bien documenté sur les plans historique, scientifique et culturel, qui m'a beaucoup intéressée mais également fait sourire à maintes reprises et que j'ai refermé avec regrets.

 

Bonne lecture !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Voici mon avis concernant : "BAPTISTE"

« BAPTISTE »

Jean-Baptiste RENONDIN

EDITIONS MARIVOLE

26 octobre 2017

144 pages

 

Présentation

Ce nouveau roman de Jean-Baptiste Renondin, tient du voyage initiatique. Voyage d’un jeune étudiant français dans les années 1950, un peu comme celui de Bardamu, entre les deux guerres, du « Voyage au bout de la nuit de Céline ».


Baptiste aime la marche, le nez au vent, le rêve en tête. Il aime la nature, qu’il imagine plus qu’il ne la regarde, et les femmes qu’il idéalise.

 

Il décide de partir à la découverte de lieux, de pays inconnus à la recherche de rencontres surprenantes et inattendues. Sortant de son Limousin natal, empli de naïveté, il va découvrir la haine, l’amitié, les femmes, l’amour, le racisme, un monde nouveau, loin de ses repères habituels, celui des Etats-Unis d’Amérique.


Un voyage initiatique donc qui va le ravir mais aussi et surtout le métamorphoser. Il y a un peu de Jean-Baptiste dans ce Baptiste !

 

L'auteur

 

Jean-Baptiste RENONDIN, Limousin d'origine, réside à Muides-sur-Loire après avoir longtemps habité Blois et participé activement à la vie du Val de Loire. Ingénieur reconnu puis chef d'entreprise audacieux, il a toujours été passionné par la littérature et c'est donc tout naturellement qu'il s'est adonné au plaisir de l'écriture lorsqu'il en eut le loisir.
Après « Les Galons perdus », « Villevarlanges », il nous offre « Baptiste », toujours aux éditions CPE-MARIVOLE.

 

Mon avis

Merci aux Editions MARIVOLE et en particulier à Céline de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Baptiste », roman de Jean-Baptiste RENONDIN.

 

L'auteur donne la parole à Baptiste le héros de son roman qui nous raconte donc sa vie, sous forme de récit ou de lettres.

 

L'histoire commence en Suisse, dans les années 1950. Baptiste vient de terminer ses études d'ingénieur. Suite à un flash qu'il perçoit sur son avenir, il se découvre un don et à l'annonce du décès de « Tatine », son arrière-grand mère, il abandonne ses amis et retourne dans sa région natale : Le Limousin.

 

Baptiste est un jeune homme rêveur, naïf qui aime flâner dans la nature tout du moins par la pensée et également la compagnie des jolies filles.. Toutefois il est très indécis et incapable de faire un choix.

 

Jean-Baptiste RENONDIN nous fait vivre le voyage que Baptiste va faire en partant aux Etats-Unis, ses expériences et les épreuves qu'il devra surmonter dans le but de connaître sa voie tant sur le plan professionnel que sentimental et passer ainsi à l'âge adulte.

 

Nous assistons aux rencontres que notre héros fait au cours de son voyage sur le « Queen Elisabeth » en direction d'un monde nouveau... Nous partageons les sentiments qu'il découvre tels que l'amour, l'amitié, la haine et ses réactions face au racisme durant son séjour en Amérique.

 

J'ai lu avec plaisir ce court roman qui se lit facilement, sur la quête de découverte et d'identité et avec lequel j'ai passé un bon moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour aujourd'hui lundi je vous propose ma chronique concernant "LA GESTE DU MARQUIS DE MORTETERRE"

« LA GESTE DU MARQUIS DE MORTETERRE »

  • La jeunesse d'un bretteur – Tome 1

Rémy GRATIER de SAINT-LOUIS

EDITIONS ROD

2016

408 pages

 

Présentation

En ce milieu du XVIIème siècle, le Roi Louis XIV n’est encore qu’au commencement de son règne. Noris, un jeune gentilhomme de dix-neuf ans, est quant à lui, l’héritier d’une des plus anciennes et des plus troublantes familles du Gévaudan. Archétype du jeune seigneur féodal, tout aussi féroce qu’implacable, il est de plus, comme son père le marquis Enguerrand de Morteterre, le fut en son temps, un bretteur aussi cynique qu’impitoyable.


La redoutablement efficacité, rapière en main, du jeune héritier, associée à un caractère particulièrement belliqueux, venant à creuser un sanglant sillon au sein d’une aristocratie par trop friande de duels, les trop nombreux décès de fils de prestigieuses familles, finirent par lui attirer les foudres de la justice royale. Contraint par son père, de précipitamment quitter le royaume, l’exil du jeune Noris, le mènera sur l’île des chevaliers de Malte, auprès desquels il vivra de multiples aventures, aidant ces derniers, dans leur combat contre les redoutables corsaires barbaresques qui infestent la Méditerranée.


L'auteur

Né à Metz en 1966, Rémy GRATIER de SAINT LOUIS est un autodidacte passionné d'histoire et d'aventures épiques.
Il a publié deux romans aux Editions Rod
- Bran Dents de Loup (héroic fantasy)
- La Geste du Marquis de Morteterre (roman d'aventures)
 

 

Mon avis

Merci aux Editions ROD de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « La Geste du Marquis de Morteterre », roman de Rémy GRATIER de SAINT-LOUIS et de découvrir ainsi la plume élégante de cet auteur.


 

Rémy GRATIER de SAINT-LOUIS nous emporte au XVIIème siècle et nous découvrons une ancienne famille du Gévaudan : Enguerrand de Morteterre et son fils Noris âgé de 19 ans, deux seigneurs féodaux féroces, froids et cyniques.


 

L'auteur retrace les aventures de ce jeune mais o combien redoutable bretteur et nous entraîne dans une épopée très tumultueuse qui se déroule au début du règne de Louis XIV. Nous suivons le jeune Noris lors de son voyage en Méditerranée et découvrons Malte et ses chevaliers, la vie austère dans les galères de combat de la Religion ; un univers où les combattants ferraillent sans répit, où les duels sont sanglants avec les Turcs ou les pirates barbaresques...


 

L'auteur décrit avec justesse les lieux en les mêlant aux événements historiques ainsi que les scènes de bataille. L'histoire est fort bien écrite, riche en rebondissements et intéressante pour les amateurs de romans de cape et d'épée.


 

J'ai lu avec plaisir ce très surprenant roman d'aventures bien documenté sur les plans historique, architectural, cultuel. Hormis Lazard le valet du marquis, je n'ai pu m'attacher aux autres personnages trop sombres à mon goût et j'aurais souhaité une petite touche romanesque dans ce récit mais peut-être vais-je la découvrir dans le second tome de cette série ?


 

Je suis tout de même persuadée que ce roman séduira un public masculin féru de combats et de grandes aventures !

Bonne lecture.


 


 

 

Voir les commentaires

Bonsoir aujourd'hui mardi voici ma chronique concernant "MONTMARTRE ENSORCELE"

« MONTMARTRE ENSORCELE »

Alexis BOUCOT

MARIVOLE EDITIONS

5 Octobre 2017

240 pages

 

Présentation

 

Le cœur de Montmartre et ses personnages hauts en couleur, le boulevard de Clichy et ses cabarets, la Belle Epoque de l'insouciance et du divertissement, celui du vieux Paris de 1900 qui vit les sursauts du progrès, du modernisme et de l'urbanisation. C'est aussi le décor pittoresque du maquis que traversent les besogneux, les artistes et les rôdeurs du soir. Quant aux enfants de cette histoire, ils aspirent à la liberté et à l'aventure hors de l'orphelinat. La magie apparaît au coin de la rue comme une échappatoire à leur mauvaise fortune. Elle les mène au mystérieux château des Brouillards puis dans les sinistres catacombes. Le surnaturel fait irruption dans un récit à suspense truffé de rebondissements. L'auteur restitue ici une époque de la vie parisienne à la frontière de l'étrange et du merveilleux, un genre qui n'est pas sans rappeler celui de la fantasy urbaine.


 

L'auteur

 

Alexis Boucot signe ici son troisième roman. Il est passionné par la littérature, le jazz et l'Histoire. Dans ce dernier roman il démontre une nouvelle fois qu'il dispose de cette qualité personnelle dans l'emploi des mots qui n'appartient qu'à lui et qui rend la lecture de sa prose agréable. Une plume qui sait également poser de façon habile une intrigue originale pour que la fin soit ingénieuse.

 

 

Mon avis

 

Merci aux Editions MARIVOLE et en particulier à Céline de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, « Montmartre ensorcelé », roman d'Alexis BOUCOT.

 

L'auteur nous transporte en 1900 à Montmartre qui à l'époque était un village situé au cœur du 18ème arrondissement de Paris. Il nous entraîne ensuite à l'orphelinat de la Charité Caulincourt où nous faisons connaissance avec Joane Per, orpheline âgée de 13 ans et de ses amies Valentine, Zoé et Marilou mais aussi de Félix, le fils du gardien. Les règles de l'établissement religieux sont très strictes et les jeunes pensionnaires rêvent d'évasion et d'aventure, sans compter que Joane semble avoir un don..

 

Alexis BOUCOT décrit avec grande précision la vie à la Belle Epoque dans ce quartier Parisien où deux mondes différents s'opposent. Ainsi de jour, marchandes des quatre saisons, chiffonniers, ferrailleurs, rempailleurs, colporteurs, allumeurs de réverbère , tous ces métiers d'antan, arpentent les rues. La nuit certains amateurs de sensations fortes, aiment à se retrouver dans des cabarets pour boire et assister à des séances de tables tournantes ou de spiritisme, pratiques très à la mode à l'époque. Artistes peintres, musiciens, chansonniers, filles de joie, bourgeois et voyous font également partie du paysage où insécurité et manque d'hygiène sont perceptibles.

 

L'auteur nous offre également un voyage entre « rêve et réalité » dans les catacombes et au « Château des brouillards » où magie noire et magie blanche sont pratiques courantes pour Valgar le magicien..

 

J'ai passé un bon moment de lecture en compagnie de ce roman à suspense, mystérieux et riche en rebondissements qui ravira, j'en suis certaine, tous les amateurs de paranormal et de fantasy.

 

Bonne lecture !

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous aujourd'hui lundi je vais vous proposer mon avis sur "LE TEMPS DES ILLUSIONS"

« LE TEMPS DES ILLUSIONS »

Martial DEBRIFFE

TERRE D'HISTOIRES

8 février 2017

301 pages

 

 

Présentation

 

« SA PATRIE N'A PAS DE FRONTIERES.

PARTOUT OU IL PEUT FAIRE DU PAIN, IL EST CHEZ LUI »

 

1870, Paris est assiégée par les Prussiens. Dans la capitale au bord de la famine, un boulanger est dénoncé : il aurait dissimulé de la farine et soutiendrait l'ennemi. Après avoir échappé au lynchage, Barthélémy Delhommais est contraint à l'exil et se réfugie avec sa famille dans un petit village Alsacien.

 

Les Delhommais tentent de reconstruire leur vie dans cette Alsace Prussienne. Mais dans la famille, le silence est pesant et les non-dits commencent à faire vaciller le fragile équilibre. Pourquoi leur fille Guillemette a-t-elle l'impression que ses parents lui cachent quelque chose ? Quant au fils cadet, il étouffe ses soupçons en se réfugiant dans un obscur groupe d'agitateurs politiques.

 

A leurs périls, les enfants Delhommais vont découvrir les mensonges jalonnant leur histoire et les douloureux secrets de leurs parents...

 

 

L'auteur

 

Martial DEBRIFFE a publié une vingtaine d'ouvrages dont neuf romans historiques et de terroir. Membre de l'Académie des Sciences, des Lettres et des Arts, il vit dans un petit village Alsacien, source d'inspiration parfaite pour l'écriture de ses sagas.

 

 

 

Mon avis

 

Je remercie Martial DEBRIFFE pour son extrême générosité et de m'avoir donné l'opportunité de découvrir son roman « Le temps des illusions » dont la très jolie couverture et le résumé fort alléchant m'ont de suite interpellée. Je connaissais la plume alerte et poétique de cet auteur ayant lu il y a quelques années « Les Peyrie », roman que j'ai beaucoup aimé.

 

 

Martial DEBRIFFE nous emporte dès les premières pages en 1870, dans un Paris assiégé par les Prussiens où vivent Barthélémy Delhommais et sa famille. Ce boulanger, suite à une dénonciation, est contraint de s'enfuir dans un petit village Alsacien.

 

L'auteur nous fait vivre les terribles épreuves traversées par Madeleine l'épouse et les enfants Guillemette et Jean-Baptiste lors de leur fuite en Alsace où ils devraient pouvoir refaire leur vie....

 

Martial DEBRIFFE nous plonge dans l'Histoire de l'Alsace Prussienne en nous contant la vie tourmentée, jalonnée de non-dits, de mensonges et de trahisons de cette famille dont les protagonistes sont au demeurant fort attachants, passionnés, volontaires et tellement vrais.

 

L'histoire, aux nombreux rebondissements est triste certes mais très belle. Quant aux douloureux secrets de famille, ils sont bien gardés, l'auteur les dévoilant avec parcimonie au fil des pages...

 

J'ai beaucoup aimé ce roman très émouvant, extrêmement bien documenté sur le plan historique que j'ai dévoré pratiquement d'une traite ne pouvant le refermer tant j'avais hâte d'en connaître le dénouement qui est, je dois le dire, très surprenant !

 

J'ai vraiment passé un excellent moment de lecture et si comme moi, vous aimez les romans historiques et les belles histoires d'amour, ce livre ne pourra que vous séduire.

 

Bonne lecture !

 

 

 

 

Voir les commentaires

bonjour à tous aujourd'hui samedi je vous parlerai de ce roman : « LA MELODIE DES ROSES »

« LA MELODIE DES ROSES »

Judith RAPET

Editions DE BOREE

Roman

Date de publication: 6 AVRIL 2017

304 pages

 

RESUME :

Alors que sa petite-fille s'apprête à lancer sa carrière en donnant un concert avec un pianiste mondialement connu, Eva reçoit un bouquet de quatre-vingts roses rouges pour son anniversaire. Ce cadeau mystérieux la replonge dans son passé, depuis son enfance tourmentée par un père tyrannique jusqu'à son mariage de raison qui la fera voyager en Indochine, avant de rencontrer le grand amour de sa vie sur le bateau la ramenant en France. Un grand amour fugace guidé par la musique, comme toute l'existence d'Eva, et qui demeurera longtemps dans son cœur.....

L'AUTEUR :

Très investie dans la vie culturelle de sa région, Judith RAPET conjugue la passion de l'histoire, de l'écriture et de la musique. En parallèle à l'enseignement du piano, elle s'intéresse à l'histoire de sa famille qui la mène à écrire plusieurs livres toujours fondés sur des faits réels. Elle publie ici son second roman aux Editions De Borée.

 

MON AVIS :

Merci aux Editions DE BOREE de m'avoir permis de lire, en service de presse, ce roman de Judith RAPET, auteure dont j'avais pu apprécier la très belle plume lors de la lecture de deux de ses romans : « le disparu des bois de la Caillette » et « la divine servante ».

 

J'ai donc découvert avec grand plaisir « La mélodie des roses » par lequel l'auteure nous emporte en Charente et nous conte la vie d'Eva, cette dame de 80 ans qui depuis sa prime enfance est passionnée par le piano et ressent de vives émotions dès qu'elle entend de la musique classique. A l'âge de 20 ans, le père d'Eva, un homme tyrannique et pervers, l'éloigne de son village natal et d'Edouard, l'ami d'enfance qu'elle souhaite épouser.

 

Après un mariage forcé et arrangé, Eva va-t-elle enfin trouver le bonheur ? Mona, la petite-fille d'Eva, va-t-elle réconcilier son aïeul avec son passé ?

 

J'ai vraiment adoré ce magnifique roman sur l'amour filial ou passionnel, sur l'amitié et sur la transmission des dons artistiques. Les personnages sont attachants et Eva, femme courageuse qui malgré une vie difficile a élevé seule son enfant, m'a beaucoup émue.

Ce livre est très bien écrit et extrêmement bien documenté tant sur le patrimoine des villes de Cognac, Bordeaux et Paris que sur le plan historique de l'Indochine à cette période entre deux guerres jusqu'à la prise du pouvoir par Ho Chi Minh.

Au fil des mots, j'ai voyagé et rêvé « en musique », avec l'héroïne, ne pouvant me résoudre à lâcher ce petit bijou d'écriture que j'ai lu d'une traite.

 

Je vous laisse donc le découvrir ! Bonne lecture !

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bonjour à tous et bon dimanche! Je vais vous parler aujourd'hui de ce roman : « LES MAUVAISES HERBES »

« LES MAUVAISES HERBES »

Thierry BARDOT

Date de publication : 20 avril 2017
Editions De Borée
Terre de poche
Roman régional et terroir
480 pages
 
 
RESUME :
 

Pour redonner un sens à sa vie, Thibault veut se lancer dans l'élevage de chèvres.
Contre l'avis de sa femme et de sa fille, il achète alors le domaine des Tailles à Gaspard, un vieux paysan rustre et odieux. Mais ce dernier regrette soudain sa vente et souhaite récupérer ses biens. Thibault ne s'explique pas ce revirement jusqu'à ce qu'il découvre un corps enterré dans sa propriété...

 

L'AUTEUR :

Né à Moulins en 1958, Thierry Bardot s'est finalement installé dans le Limousin. Il publie en 1983 un conte dans une revue de bandes dessinées ainsi que dans l'édition dominicale d'un journal régional.
Jusqu'en 2000, 35 nouvelles pour jeunes et adultes seront ainsi proposées aux lecteurs. Un premier roman verra le jour en 1988 aux éditions des Monédières.


Le deuxième ouvrage paraîtra en 2005, aux éditions Publi book puis, à compter de 2008, c'est aux éditions De Borée qu'il prendra son rythme de croisière dans son univers "psycho-terroir" qu'il affectionne et modèle à sa manière. 


Fin observateur du quotidien qu'il retranscrit dans ses histoires, Thierry Bardot a déjà une bibliographie bien fournie. La Rumeur du vent, son sixième roman aux éditions De Borée, a confirmé avec brio ses talents d'écrivain. 

 

AVIS :

Merci aux Editions De Borée de m'avoir permis de lire, en service de presse, ce roman de Thierry BARDOT, auteur que je ne connaissais pas.

 

L'auteur nous emmène dans un hameau de l'Allier où nous faisons connaissance avec Thiebault qui vient d'acquérir le Domaine des Tailles à Gaspard ainsi que le fils de ce dernier et sa famille.

La découverte d'un cadavre sur le domaine va contrarier les projets de Thiebault et de ses proches..... Ce retour aux sources se révèle infiniment plus pénible qu'il ne l'eût imaginé..

 

Nous partageons le quotidien de ses pauvres paysans perturbés par des drames familiaux et de nombreux secrets, souhaitant survivre coûte que coûte et à la quête d'un peu de bonheur. Nous découvrons au fil des pages une intrigue très bien menée dont nous attendons avec impatience le dénouement.

 

Les personnages, très bien décrits par l'auteur, sont tristes mais redoutables. Certains sont attachants d'autres vraiment très antipathiques comme Gaspard et Gilbert !!!

 

Il plane une ambiance lugubre, pesante et sombre de sorcellerie, de superstitions et de vengeance.... dans cette campagne du Bourbonnais que dépeint si bien Thierry BARDOT, nous permettant ainsi aisément d'imaginer les transformations de la nature au rythme des saisons..

 

J'ai bien aimé ce mystérieux roman du terroir très bien écrit mais à mon avis personnel un peu immoral.... qui m'a fait passer un très bon moment de lecture.

 


 



 

Voir les commentaires

«UN AIR DE LIBERTE »

«UN AIR DE LIBERTE »

Colette VLERICK

Editions CALMANN-LEVY

Roman littérature Française/littérature Régionale

France de Toujours et d'Aujourd'hui

Date de publication: 5 avril 2017

272 pages

 

RESUME :

1875 – De retour d'une année de service militaire à Brest, Jean-Marie Le Guen reprend son poste de chauffeur mécanicien à la société linière du Finistère, grande usine de filature et de tissage employant des milliers d'ouvriers à Landerneau. Orphelin de père et de mère, il y a commencé comme apprenti quand il avait douze ans.

Le travail est exténuant. Jean-Marie, qui a des racines paysannes, supporte mal le bruit, la crasse, la poussière, les horaires interminables, les risques d'accident. Il rêve de devenir ingénieur et étudie d'arrache-pied quand il en a le temps. Mais sans argent, sans expérience, sans appuis, quitter la Linière pour tenter l'aventure serait un pari risqué. D'autant qu' il est passionnément épris de Mary, la fille du contremaître en chef, l'intimidant David Mac Leod. Celui-ci acceptera-t-il de laisser la jeune Écossaise suivre dans ses projets fous un Breton avide de liberté ?

 

L'AUTEURE :

Colette VLERICK a connu d'emblée un immense succès avec La Fille du goémonier publié en 1998 par Jeannine Balland. Elle s'attache dans ses romans à faire revivre l'existence des petites gens qui ont façonné la Bretagne au cours des siècles passés. Elle réside à Landéda dans le Finistère.

 

MON AVIS :

 

Merci aux Editions CALMANN-LEVY de m'avoir permis de lire, en service de presse, ce roman de Colette VLERICK, auteure que je connaissais ayant lu plusieurs de ses romans dont « L'enfant sur le pont », que j'avais beaucoup aimé.

L'auteure nous emporte en 1875 à Landerneau, en Bretagne et nous conte la vie de Jean-Marie, ce jeune paysan, orphelin de père et mère, intelligent, courageux et volontaire qui, depuis l'âge de 12 ans travaille à la Société Linière du Finistère.

 

Jean-Marie s'est lié d'amitié avec les techniciens Écossais et aspire à évoluer au sein de l'entreprise, à occuper les fonctions de contre-maître puis d'épouser Mary la fille du chef mécanicien Écossais.

 

Son rêve va-y-il pouvoir se réaliser ?

 

Colette VLERICK reconstitue à merveille , dans ce roman émouvant et extrêmement bien documenté sur le plan historique, le destin d'une des figures exemplaires et méconnues qui peuplent la mémoire de la Bretagne, mais aussi les conditions de vie difficiles des ouvriers des entreprises linières à la fin du XIXème siècle. Au fil des pages nous découvrons également avec plaisir les coutumes et une époque à présent révolues.

 

J'ai été captivée par cette histoire puissante et touchante que j'ai lue en seulement deux soirées ! Les personnages sont attachants et chaleureux. L’écriture est limpide, claire et très agréable à lire.

 

Je recommande vivement ce très bon roman sur la quête de liberté qui fleure bon le terroir !

 

Bonne lecture.

 

Voir les commentaires