Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonjour je partage l'interview que j'ai réalisée ce jour avec Sandra AMANI sur mon groupe FB : lecteurs-auteurs : la passion des mots

INTERVIEW AUTEURE

Sandra AMANI

 

JM : - Bonsoir à tous,

 

- Notre amie Sandra AMANI a accepté de répondre, récemment, à mes questions.

 

Je partage donc avec vous cet entretien et à l'issue, Sandra répondra en direct ou plus tard à vos questions, selon ses disponibilités.

 

 

 

JM : - Bonsoir Sandra

 

  • Comment vas-tu ? Es-tu prête à «subir mon petit interrogatoire » ?

 

Sandra : Bonsoir Joelle. Je vais super bien. Ravie d’être avec vous tous ce soir.

 

 

 

JM : - Peux-tu, tout d'abord, te présenter afin que nos amis puissent mieux te connaître ?

 

Sandra : Sandra AMANI, 53 ans. Je suis professeur de français au collège de Chablis et j’habite à Dijon, après avoir passé mon enfance dans le Morvan, auprès de mes grands-parents à La Roche-en-Brenil.

 

 

JM : - Que représente pour toi l'écriture ?

 

Sandra : Depuis toujours, j’ai grandi au milieu des livres. Ayant intégré une fac de lettres modernes, j’ai décidé de faire une maîtrise sur les Contes de Charles Nodier, un auteur franc-comtois. J’ai beaucoup aimé cette expérience de recherche. Puis un jour, mon grand-père m’a demandé de raconter sa vie. Il me parlait et j’écrivais en même temps sur ma machine à écrire. Ensuite, j’ai rédigé un petit essai fantastique, les « Rails du passé ». A ce moment, je me suis dit que c’était bien l’écriture. Depuis, cela est devenu un besoin, une drogue, poser des rêves sur du papier.

 

JM : - Peux-tu nous parler de tes romans ?

 

 

Sandra : Outre trois romans pour la jeunesse, mes ouvrages sont des recueils de légendes ou de contes, que j’ai parfois adaptés en BD ou en livres pour enfants, tels que le Poron de l’étoile ou le Poron des lutins. Je suis également l’auteur du Songe de Charlemagne, une BD qui raconte l’histoire de la Basilique de Saulieu. Ces ouvrages ont été écrits en collaboration avec des illustrateurs différents : Anna Prachkévich, Stayly Dompierre, Isa Python, Romain Gondy, Fred Grivaud. Pour les couvertures de mes deux derniers ouvrages, Légendes du Morvan et Légendes et mystères du Morvan, le peintre Pierre Labrousse m’a offert ses tableaux.

 

 

 

JM : - Si ma mémoire est bonne, tu as écrit 3 romans fantastiques jeunesse et divers ouvrages sur les légendes de ta région. Pourquoi ces choix et envisages-tu d'écrire dans un genre différent ?

 

Sandra : Tous ces choix ont plus ou moins un rapport avec le rêve. A la base, mes romans jeunesses étaient destinés à mes filles. Je suis ravie qu’ils aient trouvé un public plus large. Pour les légendes, j’ai pensé que ça serait un bon compromis entre le fantastique et le merveilleux. En plus, elles font rêver jeunes et moins jeunes et, même si mon public est plutôt féminin, les hommes ne sont pas non plus réticents. Ecrire dans un genre différent ne m’apporterait rien. Je pense qu’on ne doit pas trop s’écarter de son style de base car ensuite, ce sont nos lecteurs qui ne s’y retrouvent plus.

 

JM : - As-tu d'autres projets d'écriture et souhaites-tu nous en parler ?

 

Sandra : En ce moment, je suis sur l’écriture d’un roman, toujours fantastique pour une maison d’édition icaunaise. C’est pour moi une aventure terrible car une longue histoire ne s’écrit pas comme un recueil.

 

 

JM : - Comment écris tu (carnets, cahiers, directement sur l'ordinateur) ?

 

 

Sandra : Il y a une partie prise de notes sur un cahier car j’aime le support papier. Mais ensuite, j’écris directement sur l’ordinateur. Il faut savoir vivre avec son temps...

 

 

 

 

JM : -As-tu des séances de dédicaces prévues prochainement  ?

 

 

Sandra : Après un mois de décembre très chargé, je pense recommencer les dédicaces très bientôt. La prochaine sera à Auxerre fait son Angoulême, le février. Il s’agit d’un salon de BD, mais j’y dédicacerai tous mes ouvrages.

 

 

 

JM : - Que penses-tu de l'édition numérique ?

 

Sandra : Au départ, j’étais plutôt contre, car pour moi, rien n’égale le livre-papier. Mais une de mes amies, presque aveugle, m’a dit un jour que les tablettes étaient sa sauvegarde. Depuis, j’ai revu mon jugement.

 

 

 

 

JM : - Où trouves-tu l'inspiration pour créer les protagonistes de tes livres ? Improvises-tu ou est-ce que tu connais la fin de tes histoires avant d'en commencer l'écriture ?

 

Sandra : Je puise mon imagination dans mon entourage, dans ma vie quotidienne. Créer des personnages n’est pas le plus simple lorsqu’on écrit un roman ou une nouvelle. Il faut savoir les faire vivre, leur donner une personnalité…C’est le travail le plus dur pour moi et celui sur lequel je bosse encore beaucoup. Pour le reste, étant très structurée, je n’improvise jamais rien, mon plan est fait avant chaque histoire et, même si les événements peuvent changer au cours de l’écriture, je garde toujours un fil conducteur.

 

 

JM : - Qui réalise les couvertures de tes livres ?

 

Sandra : Les couvertures de mes livres sont réalisées par mes éditeurs à partir de tableaux (Pierre Labrousse), de dessins (Fred grivaud) ou de photos réelles ou montages. Tout dépend de l’ouvrage et de l’éditeur.

 

 

JM : - Comment as-tu procédé pour faire éditer tes romans ?

 

Sandra : Mon entrée dans l’édition s’est faite relativement facilement. Après avoir envoyé le fameux essai fantastique à différentes maisons d’édition qui l’ont toutes refusé, j’ai reçu un appel des Editions Raphaël Jeunesse, à Paris. L’éditrice ne comptait pas publier mon essai mais adorais ma façon d’écrire. Elle m’a donc passé une commande de roman, tout en respectant mes idées. Ainsi est né Rendez-vous avec un fantôme. Le secret du Miroir et Ce mystérieux été ont suivi.

Ensuite, mon grand-père venant de décéder, j’avais un projet d’écriture de légendes du Morvan. Encore une fois, le hasard a bien fait les choses car un ami a mis sur ma route Christian Kempf, l’éditeur de l’Escargot savant qui a accepté mon projet. Au fil du temps, la région est devenue mon fil conducteur et j’ai adoré me plonger dans ses mythes.

 

 

JM : - Penses-tu que les réseaux sociaux, les blogs permettent aux auteurs de promouvoir leurs écrits ?

 

Sandra : Pour ma part, il est carrément évident que facebook est un outil de promotion. Je suis abonnée à plusieurs groupes, dont au moins quatre concernant le Morvan et, de jour en jour, mes lecteurs deviennent plus nombreux grâce à eux. Les groupes de lecture comme le tien permettent aussi d’agrandir son lectorat. Moi-même, j’y rencontre des auteurs et achètent leurs livres ensuite. Ce fut le cas, par exemple de La Chanson de Julien, roman de Catherine Boissel.

 

 

JM : - Quel est ton plus grand rêve ?

 

Sandra : Avoir encore assez de temps à vivre pour réaliser mes rêves justement. Parmi ceux-ci : voyager.

 

 

JM : Lis-tu et quel genre ?

 

Sandra : Depuis toujours, je dévore des livres. Je suis une grande amatrice de polars et de romans noirs. Bien sûr, les romans fantastiques occupent une grande place également dans ma bibliothèque. Mais je peux parfois aussi lire des récits réalistes.

 

 

 

JM : - Quels sont les auteurs que tu apprécies (dans le passé et dans le présent )?

 

Sandra : En ce moment, je me plonge dans les romans de Serge Brussolo, un auteur que, par ailleurs, j’apprécie personnellement. Les romans de Danielle Thierry aussi me font frissonner. Quand on est auteur, on a le privilège de rencontrer d’autres auteurs. A présent, j’achète mes livres au feeling. Si le personnage me déplaît, je n’achèterai jamais son livre, aussi passionnant soit-il. Je ne citerai pas de nom… Parmi les auteurs classiques, j’aime Barbey d’Aurevilly, Maupassant (que je trouve très contemporain), les récits des Chevaliers de la Table ronde, Colette... J’adore aussi certains auteurs de théâtre, tels que Giraudoux, Montherlant ou Cocteau.

 

 

JM : - Quand écris-tu : le jour, la nuit ? Pendant combien d'heures ?

 

Sandra : Mes horaires d’écriture sont le matin car le début de la journée est pour moi symbole de renouveau et donc d’inspiration. J’aime aussi beaucoup le cinq à sept d’écriture, l’heure où tout s’apaise. Par contre, pour écrire, contrairement à beaucoup d’auteurs, il faut du bruit et de la vie autour de moi. Par exemple, de la musique, des chants d’oiseaux l’été...

 

 

JM : - En dehors de l'écriture quelles sont tes passions ?

 

Sandra: J’aime la mer et son infini. Nager est l’un de mes plus grands plaisirs, surtout dans l’océan. Sinon, j’aime bien aussi la randonnée à pied ou en vélo car on découvre plein de belles choses en arpentant les forêts.

 

 

 

 

JM : - Y a-t-il dans tes livres, des personnages qui te touchent et auxquels tu t'identifies ?

 

Sandra : Dans les légendes, pas forcément, mais dans Les Chemins du Mystère, le recueil de nouvelles fantastiques, j’ai mis beaucoup de moi-même dans la plupart des personnages. Mon éditeur, d’ailleurs, a même trouvé que je m’identifiais trop et a souhaité que je fasse intervenir d’autres personnalités, comme, par exemple, celle de ma fille.

 

 

 

 

JM : - Quel est ton endroit préféré (pièce de ta maison, région, pays)

 

 

 

Sandra : Dans une maison, l’endroit que je préfère est la bibliothèque. J’adore être entourée de livres. Sans livres, je ne suis rien. Sinon, l’été, j’adore les terrasses, écrire au soleil, boire des cafés au soleil...

Ma région préférée parmi celles que je connais est la Bretagne, une région sauvage, où l’on trouve à la fois la campagne, comme dans le Morvan et la mer, les falaises, l’aspect sauvage. J’aime aussi la Bretagne pour ses légendes, la forêt de Brocéliande, les druides qui font perdurer les anciens cultes…

Le pays dans lequel je me sens bien est l’Italie. J’aime Rome et sa richesse culturelle, mais aussi les petits villages bord de mer, les parfums et les gros citrons qu’on cueille dans les vergers. J’ai beaucoup aimé Israël aussi, une autre culture, un autre style de pays.

 

 

JM : - Quel est ton film ou série culte ? Quel genre de musique écoutes-tu ?

 

Sandra : Mon film culte, c’est L’Insoutenable légèreté de l’être, de Philip Kaufman, d’après le roman de Milan Kundera. Pour la musique, je suis hyper éclectique. J’écoute vraiment de tout, de la variété française aux groupes américains. Pas de musique classique par contre.

 

 

JM : - Quelle est ta citation préférée ?

 

Sandra : Ne juge pas car tu ne sais jamais qui te jugera.

C’est quelque chose que je rappelle sans cesse à ma fille. Les gens sont trop prompts à juger en général.

 

 

JM : - Si tu étais : une couleur, un animal, un dessert : tu serais ?

 

Sandra : Ma couleur est le bleu, je ne peux vivre sans bleu autour de moi.

Mon animal est le loup, très présent dans les légendes du Morvan. Cet animal pour moi représente la liberté, mais aussi le mystère.

Mon dessert préféré serait une salade de fruits frais. Je ne suis pas dessert, je préfère de loin les plats salés.

 

 

JM : - Si tu devais partir sur une île déserte, quel objet indispensable à tes yeux emporterais-tu ?

 

Sandra : Moi ? Sur une île déserte ? Jamais de la vie ! J’aime beaucoup trop mon confort, mon téléphone, mes habitudes et les longues discussions entre amis ou avec mon amoureux… Et je ne vais tout de même pas lui faire l’affront de le traiter d’objet !

 

 

JM : - As-tu quelque chose à ajouter ?

 

Sandra : Merci pour tout ce que tu fais pour les auteurs, Joëlle, d’autant plus que dans ce groupe, on rencontre des gens formidables, comme Catherine Boissel, notamment et plein d’autres.

 

 

JM : - Merci Sandra AMANI pour ce très agréable moment passé en ta compagnie , ta disponibilité et ta gentillesse.

 

 

Les amis, vous pouvez, si vous le souhaitez, poser d'autres questions à Sandra qui se fera un plaisir de vous répondre sous ce post.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :