Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonsoir je partage l'interview que j'ai réalisée ce soir avec Marjorie LEVASSEUR sur mon groupe FB : lecteurs-auteurs : la passion des mots

INTERVIEW AUTEUR

Marjorie LEVASSEUR

Vendredi 9 août 2019 à 18 h

direct

 

 

JM : - Bonsoir à tous,

 

  • J'ai lu récemment « Plus douce est la vengeance », « Quoi qu'il advienne » et « Quoi qu'il nous en coûte», romans de notre amie Marjorie LEVASSEUR qui a gentiment accepté de répondre, ce soir, à mes questions.

 

 

JM : - Bonsoir Marjorie

 

  • Comment vas-tu ? Es-tu prête à « subir mon petit interrogatoire » ?

 

Marjorie : Bonsoir Joëlle, bonsoir à tous ! En pleine forme (j’espère que ce sera le cas le soir du direct^^), merci !^^ Je suis prête !!!

 

JM : - Question habituelle mais incontournable : Peux-tu, tout d'abord, te présenter afin que nos amis puissent mieux te connaître ?

 

Marjorie : Bien sûr ! Je suis donc une auteure autoéditée depuis deux ans et demi maintenant. Je vis dans la Nièvre, en Bourgogne, avec mari et enfants. Après des études en droit, j’ai exercé plusieurs métiers différents (assistante juridique, aide-soignante, Auxiliaire de Vie Scolaire) avant de décider, en septembre dernier, de me consacrer uniquement à l’écriture.

Je suis une personne très réservée de nature, ne m’en veuillez donc pas, si vous me rencontrez en vrai un jour, si je parle peu. Ce n’est pas de la froideur ou de la prétention, juste de la timidité^^

 

JM : - Peux-tu nous parler de tes romans ?

 

Marjorie : Avec plaisir, je suis aussi là pour ça^^ J’écris ce qu’on pourrait qualifier de tranches de vie… pas la mienne, je n’écris que des fictions, même s’il y a toujours un peu d’un auteur dans ses romans. Mes histoires arrivent à un instant T de la vie de mes personnages, une rencontre bouleverse toutes leurs certitudes et les aident à avancer, à évoluer, malgré leurs blessures passées.

Mes histoires sont bien souvent teintées de romance, sauf exception, comme mon petit dernier par exemple, « Plus douce est la vengeance ».

J’y aborde différents thèmes, parfois graves, comme les violences conjugales, les mariages forcés, l’homophobie… mais quoi qu’il en soit, j’essaie toujours d’introduire un message positif dans mes romans. Rien n’est jamais tout blanc ou tout noir.

 

JM : - As-tu d'autres projets d'écriture et souhaites-tu nous en parler ?

 

Marjorie : Des projets d’écriture, j’en ai des tonnes dans la tête, ce n’est pas ça qui manque. Mon esprit est parfois en surchauffe d’ailleurs, alors je prends des petites notes et je développe le moment venu, celui où j’ai envie que le projet prenne vie. Mon prochain roman devrait se présenter sous la forme d’un petit road trip à travers la France, je n’en dis pas plus pour l’instant^^ Puis, ce sera normalement le tour d’une autre histoire que j’avais débutée juste après « Te revoir à Penn Avel », mais que j’avais mise entre parenthèses pour écrire ma duologie. Le moment n’était pas propice pour moi, pour aller jusqu’au bout de cette histoire. Depuis, elle a mûri dans ma tête et les choses sont plus claires.

Après, rien n’est gravé dans le marbre, des idées nouvelles émergeant sans cesse et pouvant venir se greffer à l’improviste C’est le cas de « Plus douce est la vengeance » dont l’idée m’est venue en septembre dernier lors d’un salon, ce n’était pas du tout prévu dans mon planning^^.

 

JM : - Comment procèdes-tu pour créer les protagonistes de tes ouvrages et connais-tu, lorsque tu commences à écrire, la fin de l'histoire ou est-ce que tu improvises au fil des mots ?

 

Marjorie : En fait, toutes mes histoires commencent par les personnages… Je m’explique. Ce sont eux que je crée en premier, avec leur passé, leurs blessures… leur histoire à eux, tout simplement. Dans ma tête ils se rencontrent et le roman prend forme, petit à petit. L’idée d’un personnage peut survenir à n’importe quel moment, inspiré par un rêve, un moment du quotidien, un film, un livre…

Oui, je connais la fin de l’histoire, mais il arrive qu’elle dévie au fil de l’écriture, comme pour « Ces oiseaux qu’on met en cage » qui devait être une pure romance au départ et qui a changé de cap pour devenir une histoire plus grave… avec un dénouement que je n’avais pas prévu au départ.

Dans la majorité des cas, je fais un plan détaillé, chapitre par chapitre, avec les événements essentiels, sauf pour « Te revoir à Penn Avel » où j’ai évolué sans filet, le déroulement de l’histoire était seulement dans ma tête, pas écrit noir sur blanc.

 

JM : -As-tu des séances de dédicaces prévues prochainement  ?

 

Marjorie : Non, pas pour l’instant, mais j’en ai fait quatre de février à juin. J’ai quelques salons de prévus, notamment celui de Pusignan avec la Voie de Calliopé. Pour les autres, tout reste encore à confirmer.

 

JM : - Tu fais partie de « la Voie de Calliopé » : peux-tu nous parler un peu de cette association qui œuvre beaucoup pour les auteurs ?

 

Marjorie : Effectivement, j’ai rejoint les rangs de la Voie de Calliopé en octobre 2017, après un premier contact avec Emma Freya, sa créatrice. Les membres évoluent régulièrement, mais la ligne directrice est immuable : soutenir les auteurs dans leurs projets littéraires, de la case écriture (en proposant des directions d’ouvrage) jusqu’à la signature d’un contrat d’édition pour certains, en passant par la promotion. Il y a un bel esprit de solidarité, de partage, mais aussi beaucoup de professionnalisme et de rigueur, qui sont nécessaires pour un travail accompli main dans la main. Des chroniqueuses au top (dont toi chère Joëlle), des partenaires toujours plus nombreux et Emma, une main de fer dans un gant de velours, toujours à l’écoute.

 

JM : - Quand écris-tu (la nuit, le jour) pendant combien d'heures ?

En combien de temps écris-tu un roman ?

 

Marjorie : Je suis une très mauvaise élève, je n’ai pas de règles dans l’écriture, j’écris lorsque j’en ai envie, mais pas la nuit. La nuit, je dors^^ Ne serait-ce que parce que je me lève à 7h le matin pour emmener mon fils à l’école^^ J’ai besoin de mes heures de sommeil, sinon je ne suis bonne à rien LOL

Je peux écrire le matin, comme l’après-midi. Je me force à fixer une date butoir pour la fin d’un roman, mais les imprévus de la vie changent parfois la donne^^

Je peux écrire quatre heures dans la journée comme une heure, cela dépend de ce que j’ai à faire à côté et de l’envie. Et en ce qui concerne le temps que je mets à écrire un roman, je dirais que ça dépend. J’ai écrit mon premier roman, « Une parenthèse dans ta vie », en cinq mois, « Il n’y a pas d’ombre sans lumière », en un mois et demi… Pour certains romans, il m’arrive de ne pas écrire pendant plusieurs semaines, comme pour « Ces oiseaux qu’on met en cage », mais c’était un peu exceptionnel parce que j’avais un bras immobilisé^^

 

JM : - A qui confies-tu tes manuscrits en première lecture (membre de ta famille, bêta-lecteur) ?

 

Marjorie : Je les confie à mon ami René, groupe de chapitres par groupe de chapitres, avant même la fin du roman. Il effectue une pré-correction et me dit ce qu’il pense de l’histoire. Le premier à lire l’intégralité du roman à part lui, c’est mon mari, Guillaume, qui s’occupe aussi de la création de la couverture. Cela lui donne ainsi l’ambiance générale et des idées pour l’illustration. Ensuite, vient le tour de ma team de bêtalectrices : Nadège, Laurène et Catherine, avant de passer entre les mains de Jean-Michel (alias Grandissimots) pour la correction finale.

Pour « Plus douce est la vengeance » j’ai eu l’aide supplémentaire d’Angie Le Gac, aussi auteure à Calliopé, sans laquelle j’aurais commis une grosse boulette^^, et Ninon Amey, également auteure, qui m’a grandement aidée. Je leurs fais plein de bisous !

 

JM : - Que ressens-tu lorsque tu écris le mot FIN ?

 

Marjorie : Des émotions contradictoires… Un certain soulagement d’être allée jusqu’au bout de mon histoire et une certaine tristesse, un vide… un peu comme une dépression post-partum LOL

Je sais que certains auteurs n’aiment pas ce terme, mais mes romans sont aussi mes bébés, mes enfants. J’y ai mis un peu de moi, leur ai accordé beaucoup de mon temps, mes personnages ont grandi…

 

JM : - Quels sont les bons et les mauvais côtés du métier d'auteure ?

 

Marjorie : Je serais tentée de dire qu’il n’y a que du bon, après tout je fais ce que j’aime, j’ai un métier passion. Mais le revers de la médaille est sans doute justement que beaucoup ne considèrent pas cette activité comme un vrai métier. Quand on annonce à quelqu’un qui nous demande ce que l’on fait dans la vie, qu’on est auteur, les réactions sont parfois… blessantes. Et que dire lorsqu’on ajoute que l’on s’édite soi-même !^^

Être autoédité, c’est aussi très chronophage : mise en page, promotion… Je n’ai pas du tout la fibre commerciale et c’est très difficile pour moi de « vendre » mes histoires. Heureusement avec le temps, j’ai des lectrices et lecteurs fidèles, toujours présents, qui aiment me lire, mais ça complique beaucoup les choses pour élargir mon lectorat. Je ne suis pas une adepte des vidéos, je ne me sentirais pas à l’aise je suis de nature réservée et pudique, et je n’aime pas particulièrement voir ma tête^^

Cela m’a demandé beaucoup lorsque j’ai commencé à faire des salons, mais aujourd’hui, je suis heureuse de l’avoir fait. On y fait tellement de belles rencontres !

 

JM : - En dehors de l'écriture quelles sont tes passions ?

 

Marjorie : La lecture, ça va de soi ! Je dévore, littéralement ! Pour moi l’écriture ne va pas sans la lecture. Il y a d'autres choses que j'aime faie mais on ne peut parler de passions.

 

JM : - Quelle est ta musique préférée ? Ecris-tu en musique ?

 

Marjorie : J’ai des goûts musicaux plutôt éclectiques, cela va d’Ed Sheeran à Véronique Sanson, en passant par Queen et Sia, mais pour écrire, je préfère une musique douce. Il m’arrive aussi d’avoir besoin de silence pour l’écriture, tout dépend du passage de l’histoire dans lequel je suis plongée.

 

JM : - Quel est ton film ou ta série culte?

 

Marjorie : J’ai regardé « Dirty Dancing » des dizaines de fois, je crois que c’est celui que j’ai visionné le plus. Mais paradoxalement, ce n’est pas celui qui me touche le plus… en même temps, je pleure facilement devant un film, ou même un livre. Je suis comme ça, on ne se refait pas^^

Ma série préférée depuis quelques temps, c’est « Outlander », mais j’adore aussi « Game of thrones », bah oui… éclectique jusqu’au bout^^.

 

JM : - Quel livre a marqué ton enfance ?

 

Marjorie : Enfant, je ne lisais pas beaucoup. Pour être franche, je n’aimais pas ça^^ J’ai commencé à être une grosse lectrice dans la vingtaine, et je lisais beaucoup de romans policiers/thrillers à l’époque. Mais le livre qui m’a indubitablement fait changer ma vision de la lecture est « L’alchimiste » de Paulo Coelho, sans doute parce qu’il m’a fait voir la vie d’un autre œil…

 

JM : Et maintenant, lis-tu et quel genre ?

 

Marjorie : Comme je l’ai dit, oui, je lis énormément, et de tout, avec une préférence pour la littérature générale et la romance. Je ne lis pas de romans historiques (sauf romances) et pas de science fiction (j’ai lu du Stephen King, mais moi je ne le mettrai pas dans la SF^^). Tout ce qui est gore ne m’attire pas non plus et la vie des « people »… j’évite^^.

 

JM : - Quel mot te définit le mieux ?

 

Marjorie : Éponge émotionnelle (oui je sais, ça fait deux mots^^)

 

JM : - Quelle est ta citation préférée ?

 

Marjorie : « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux »…

 

JM : - Si tu étais : une fleur, une couleur, un animal : tu serais...

 

Marjorie : La marguerite, le rouge… le phénix (pour le côté symbolique).

 

JM : - As-tu quelque chose à ajouter ?

 

Marjorie : Rien, si ce n’est merci pour ce moment et ton soutien aux auteurs, chère Joëlle ! Et merci à tous et toutes de m'avoir lue jusqu'au bout vous êtes encore là, vous avez tenu le coup ?

 

JM : - Merci Marjorie pour cet agréable moment passé en ta compagnie.

Les amis, vous pouvez, si vous le souhaitez, poser d'autres questions à Marjorie qui se fera un plaisir de vous répondre en direct ou plus tard si vous n'êtes pas présents ce soir.

 

 

Lien page FB https://www.facebook.com/marjou.Lev/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :