Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonsoir aujourd'hui mercredi je vous propose ma chronique concernant : LES COQUELICOTS DE SANG"

« LES COQUELICOTS DE SANG »

Rose MORVAN

Auto-Edition

19 mars 2017

347 pages

 

Présentation

 

« Si j'ai entrepris d'écrire à partir de maintenant ce journal, c'est pour témoigner de notre difficulté à nous insérer dans ce monde d'hommes, surtout dans le domaine de la médecine où la méfiance à l'égard de notre sexe est tenace. Nos cerveaux, paraît-il, sont inaptes à concevoir la chose médicale. Ce présupposé nous maintient dans l'infériorité intellectuelle et nous enferme dans le gouffre de l'impossible crédibilité. Les plus virulents de nos adversaires y voient une altération, une aberration même de la nature, démontrant de manière tout à fait scientifique l'incompatibilité irréfragable d'être femme et médecin à la fois ! [?] Certains confrères et mes parents ne comprennent pas mon choix. « C'est trop dur pour une femme ! » Les infirmières y sont bien, elles ! Pourquoi pas moi ? J'ai le cœur bien accroché. J'ai conscience que je devrai m'imposer dans les hôpitaux militaires pour être crédible. Cela m'est égal, j'ai le sang vif et la détermination qui l'accompagne. Je ne laisserai personne me dicter ma conduite. C'est ma façon de remplir mon devoir de femme, de citoyenne et de médecin. »

Dans une profession exercée exclusivement par des hommes, elle a réussi à s'imposer et à devenir la meilleure dans sa spécialité. Dans un début de siècle engoncé dans un carcan moral, social et religieux, elle a assumé qui elle était et ce qu'elle était. Dans une société qui ne permettait pas aux femmes de vivre leurs passions amoureuses, elle a vécu les siennes en dépit de tout et de tous. À une époque marquée par le patriarcat, elle a osé être une femme libre. Tout simplement. Voici l'histoire du docteur Albertine Régnier, femme exceptionnelle et pourtant méconnue dont l'Histoire n'a pas retenu le nom. Il est temps de lui rendre hommage.

 

À propos des « Coquelicots de sang », les premières lectrices ont dit : « J'ai été très impressionnée par l'écriture de ce texte, par la modernité de cette femme, sa liberté de ton aussi. »« Nous notons les qualités indéniables de ce journal, à commencer par un style élaboré, une histoire intéressante et des personnages attachants. »« J'ai eu le privilège de la lire avant tout le monde et je peux vous dire que cette histoire vous prend aux tripes, au cœur et à la gorge. Qu'elle ne ressemble à aucune autre. Un angle de vue original sur une période cent fois traitée. Sans oublier les sentiments... »

 

L'auteure

Rose Morvan écrit depuis son adolescence, mais elle a franchi le cap de l’édition en 2014, seulement. Dans ses tiroirs, dorment encore des histoires rédigées dans des cahiers, et depuis elle ne peut plus s’arrêter. 
Très attachée à sa Bretagne, – dont une partie coule dans ses veines –, à ses tempêtes, à son histoires et à ses légendes, elle situe l’intrigue de certains de ses romans dans cette région. Elle trace surtout des portraits de femmes qui se battent pour s’imposer, vivre leurs envies, et leurs amours, être heureuses tout simplement. 
Qu’il s’agisse de contemporain, de l’historique, ou bien de l’érotique et du conte, Rose Morvan, amoureuse de la langue et de la littérature françaises, travaille les mots, leurs sonorités pour qu’ils enchantent les lecteurs. 

Ce qui définit le mieux Rose Morvan ? Scribo ergo sum, j’écris donc je suis.

 

 

Mon avis

 

Je remercie Rose MORVAN de m'avoir donné l'opportunité de lire, en service de presse, son roman « Les Coquelicots de sang ». J'ai découvert la plume fluide, précise et élégante de cette auteure lors de la lecture de « Pour l'Honneur d'Yselis », « L'Héritière de la Nouvelle-France », « Une passion interdite tomes 1 et 2 » romans que j'ai adorés.

 

La présentation de cet ouvrage étant, à mon avis, fort bien décrite, comme vous pourrez le constater ci-dessus, je n'aurai pas grand chose à ajouter pour résumer ce livre.

 

Avec son talent habituel, Rose MORVAN nous offre une magnifique biographie quelque peu romancée, sous forme de journal intime et accompagné d'échange de correspondances, d'Albertine Reignier, femme hors du commun, médecin-chirurgien pendant la Première Guerre Mondiale à une époque où ce métier était réservé aux hommes. Nous suivons donc le destin incroyable de cette femme exceptionnelle.

 

Beaucoup d'émotions sont palpables à la lecture des mots de l'auteure et j'avoue avoir eu, à maintes reprises, les yeux embués de larmes.

 

 

J'ai ADORE ce livre tellement passionnant, très bien écrit et extrêmement bien documenté tant sur les plans historique que médical qui rend hommage aux « gueules cassées » de 14-18 mais également aux femmes qui ont œuvré pour sauver des vies humaines, apaiser les souffrances et les séquelles physiques et psychologiques des rescapés des horreurs du front au détriment de leur vie personnelle... Certains passages sont durs à lire mais reflètent parfaitement la réalité de cette page sombre de notre Histoire.

 

Je tiens à dire que « Les Coquelicots de sang » est une vraie pépite littéraire et fut pour moi un gros COUP DE COEUR.

 

Je lirai assurément d'autres romans de cette auteure dont je suis devenue une fan inconditionnelle.



Un excellent moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :